Le Radeon X1600 arrive dans nos mobiles !

06 décembre 2005 à 06h00
0
000000C800208763-photo-ati-radeon-mobility-x1600-1.jpg
Après avoir finalement réussi à lancer sa nouvelle génération de puces graphiques, il est vrai non sans douleur, ATI poursuit son offensive tous azimuts. Qu'importe que le R520 ne soit finalement pas le tueur de GeForce 7 espéré par beaucoup, et passant outre les problèmes de disponibilité, la firme continue à décliner son architecture Shader Model 3.0 en s'attaquant cette fois-ci au monde de la mobilité, secteur où elle règne habituellement en maître. Car il faut rendre à ATI ce qui est lui appartient : le canadien dispose d'une part de marché écrasante en matière d'ordinateurs portables : sur les dix derniers trimestres consécutifs la part du canadien s'élève à 72,5% ! Qu'il s'agisse du Radeon Xpress 200M, ou de puces plus nobles comme les Radeon Mobility 9700, X600 ou X700, la plupart des portables se destinant un tant soit peu au jeu arborent les couleurs d'ATI, au grand damne de NVIDIA.

Pourtant le principal concurrent d'ATI n'a pas ménagé ses efforts pour tenter de grignoter, petit à petit, du terrain en multipliant les initiatives parfois audacieuses. NVIDIA a ainsi mis au point un standard pour la conception de Cartes Graphiques interchangeables en PCI-Express ; c'est ce que l'on connaît sous le nom de MXM, et même ATI a dû se résigner à l'adopter pour satisfaire certains de ses clients ! NVIDIA a également décliné sa famille GeForce 6 dans le monde mobile avec les 6200, 6600 et 6800 Go. Plus récemment NVIDIA lançait le GeForce 7800 Go, un nouveau processeur graphique très haut de gamme. Malgré ces efforts, ATI reste largement surreprésenté sur le marché mobile, si l'on fait abstraction d'Intel, et le fabricant nous revient aujourd'hui avec le M56 alias Radeon Mobility X1600. Une nouvelle référence en matière de 3D mobile ?

0000010400208764-photo-ati-radeon-mobility-x1600-2.jpg

Radeon Mobility X1600 : les caractéristiques

Issu de la nouvelle génération Radeon X1000, le Radeon Mobility X1600 répond au doux nom de code M56, et reprend en grande partie l'architecture de son grand frère, le RV530. RV530 qui équipe les Radeon X1600 dédiés aux PC de bureau, et qui a donc servi de base à la conception de la nouvelle puce graphique mobile d'ATI. Dès lors, on retrouve sans grande surprise dans le Radeon Mobility X1600, l'architecture multi-threadée d'ATI qui peut gérer jusqu'à 128 processus simultanément. Comme le RV530, le M56 comporte trois Shader Cores, soit 12 pixels pipelines, et se voit accompagné de cinq unités de vertex et de quatre unités de texture. En ce qui concerne le bus mémoire, ATI propose un maximum de 128 Mo de mémoire GDDR3 interfacée via un contrôleur mémoire Ring Bus muni de deux voies de 128 bits. En matière de fréquences de fonctionnement ATI conseille 475 MHz pour la puce graphique et 470 MHz pour la mémoire. Soulignons que les constructeurs adoptant le Radeon Mobility X1600 dans leurs Notebook sont tout à fait libre de choisir les fréquences de leur choix, même si celles-ci sont inférieures aux recommandations d'ATI.

0000014000208769-photo-architecture-ati-radeon-mobility-x1600.jpg

Architecture ATI Radeon Mobility X1600


Gravée en 90nm la puce embarque tout de même 157 millions de transistors ce qui génère quelques contraintes. Se destinant au monde du mobile le M56 se doit en effet de répondre à un cahier des charges assez strict dont les lignes directrices sont de consommer le moins d'énergie possible, pour privilégier l'autonomie, tout en s'échauffant de manière maîtrisée. Pour cela ATI a recours a plusieurs techniques lors de la fabrication de la puce. L'utilisation d'interconnexions en cuivre est un premier atout tout comme l'utilisation du procédé « low-k » qui permet de réduire la perte d'électrons dans la grille d'un transistor. Plus globalement les courants de fuite sont un problème pour les VPU mobiles, puisque qui dit fuite d'électrons dit gaspillage au niveau de la consommation électrique. Pour tenter de résoudre ce problème ATI introduit le Back Bias, une technologie visant à réduire ce phénomène, que l'on connaît sous le nom de leakage en anglais. Mis en œuvre dès que le VPU entre en mode de veille, le Back Bias applique une polarisation inverse au transistor afin d'augmenter sa tension de seuil, que ce soit vers le haut ou vers le bas. En règle générale plus la tension est élevée, plus la fuite d'électrons est contenue. Ceci a en revanche pour effet collatéral d'augmenter le temps de bascule du transistor ce qui peut limiter la montée en fréquence. Mais d'après ATI les situations où les fuites d'électrons sont les plus importantes se produisent lorsque la puce tourne modérément. Cela explique donc pourquoi le Back Bias n'est actif qu'en mode veille. D'après ATI le Back Bias, ou polarisation arrière, peut offrir un gain de 20% sur la consommation totale de la puce. En outre ATI a, avec l'aide de la fonderie TSMC, mis au point le Mixed Vt qui consiste à mélanger dans une même puce des transistors aux caractéristiques différentes.

000000DC00208767-photo-ati-radeon-mobility-x1600-back-bias.jpg

Diagramme illustrant le Back Bias


Radeon Mobility X1600 : les fonctions

Côté fonctionnalités la puce offre le support du HDR, grâce à sa prise en charge du Shader Model 3.0, et permet l'application des filtres anticrénelage y compris lorsque les effets HDR sont utilisés, chose qui n'est pas possible chez NVIDIA. On retrouve également le moteur AVIVO qui offre diverses fonctions dédiées à la vidéo. Au premier rang desquelles la présence d'un moteur 2D traitant en interne toutes les couleurs avec une précision de 10-bits pour une plus grande fidélité et une meilleure qualité de rendu. Reste un petit souci la plupart des écrans plats de portables sont limités à 6-bits, ce qui implique que le Radeon Mobility X1600 appliquera un dithering en sortie, c'est-à-dire une juxtaposition de pixels de deux couleurs pour créer l'illusion d'une troisième. On retrouve également dans le package AVIVO un moteur de décompression vidéo capable de soulager le CPU lors du décodage des flux WMV9 et MPEG 2. C'est particulièrement beinvenue pour les Ordinateurs Portables où le Pentium M n'est pas forcément à son aise dès lors qu'il s'agit de traitement vidéo.

000000F000208766-photo-ati-radeon-mobility-x1600-pilotes-2.jpg
000000F000208765-photo-ati-radeon-mobility-x1600-pilotes-1.jpg

Le Radeon Mobility X1600 vu par le CATALYST Control Center


Pour tout ce qui concerne l'autonomie, le Radeon Mobility X1600 intègre la technologie PowerPlay, technologie chargée de trouver le meilleur compromis entre performances et autonomie. ATI en est à la version 6.0 et celle-ci dispose du DLCS ou Dynamic Lane Count Switching. Il s'agit ici de désactiver à la volée les voies PCI-Express inutiles afin de réduire la consommation électrique de la puce. L'interface PCI-Express du Radeon Mobility X1600 peut ainsi passer du mode 16x au mode 1x. En outre le Radeon Mobility X1600 dispose du clock gating qui permet, lors d'une utilisation strictement bureautique de désactiver le moteur 3D et de n'alimenter que la partie en charge de la 2D.
00051152-photo-configuration-compl-te.jpg
Pour tester les performances du Radeon Mobility X1600, ATI nous a fait parvenir un ordinateur portable, signé Asus, et encore à l'état de présérie, l'AG7. Intégrant la toute nouvelle puce graphique d'ATI, cet ordinateur, muni d'un écran large de 17 pouces, est plus proche du transportable que du portable au vu de ses mensurations. Voici le détail de la configuration de l'AG7 :
  • Intel Pentium M 2.0 GHz (Dothan),
  • 1Go DDR2-533,
  • Disque dur 100 Go,
  • ATI Radeon Mobility X1600 128 Mo
Notez que dans l'état actuel les pilotes livrés par ATI ne permettaient hélas pas de faire fonctionner les jeux à des résolutions supérieures à 1024x768. Pour ce test Asus devait nous faire parvenir un second portable AG7, muni cette fois-ci d'un Radeon Mobility X700 histoire de pouvoir faire quelques comparaisons. Hélas nos amis d'Asus nous ont vraisemblablement oublié et du coup nous avons dû nous rabattre sur une plate-forme quelque peu exotique capable de supporter un Pentium M. Nous avons recours pour cela à la configuration suivante :
  • Intel Pentium M 2.0 GHz (Dothan),
  • Carte mère Asus P4P800-SE (BIOS 1010) avec adaptateur CT-479,
  • 2x512 Mo Corsair TwinX PC3200 LL,
  • Disque dur Hitachi 80 Go Serial-ATA 150
Sur cette configuration qui se veut aussi proche que possible du portable AG7, nous avons mesuré les performances de trois puces graphiques AGP : le Radeon 9800 Pro, son grand frère le Radeon X800 Pro et enfin le GeForce 6600 GT. Enfin nous comparerons les résultats obtenus à ceux d'un portable Alienware, modèle Area-51m, muni d'une GeForce 6800 Go et dont les caractéristiques figurent ci-dessous :
  • Intel Pentium 4 M 560 (3,6 GHz),
  • 1Go DDR ,
  • Disque dur RAID 0 2x60 Go,
  • NVIDIA GeForce 6800 Go 256 Mo
Tous nos systèmes fonctionnaient sous Windows XP Professionnel Service Pack 2 avec les derniers pilotes et BIOS disponibles à la date du test.

AquaMark 3

00208815-photo-ati-radeon-mobility-x1600-aquamark3.jpg

On démarre avec AquaMark 3 qui donne l'avantage au Radeon X800 Pro, ce dernier terminant premier. Notre Radeon Mobility X1600 fait ici jeu égal avec le Radeon 9800 Pro, le GeForce 6600 GT ayant un avantage certain. Le GeForce 6800 Go lui aussi muni de 12 pixels pipelines est plus véloce que le Radeon Mobility X1600 mais il est aussi plus onéreux.

Unreal Tournament 2003

00208822-photo-ati-radeon-mobility-x1600-ut2003.jpg

Enchaînons avec Unreal Tournament 2003. Le Radeon X800 Pro reste en tête, alors que le 9800 Pro et le GeForce 6600 GT sont au même niveau. Le Radeon Mobility X1600 marque ici le pas et se montre plus lent qu'un GeForce 6800 Go en 1024x768.

3DMark 05

00208829-photo-ati-radeon-mobility-x1600-3dmark-05.jpg

Pour 3DMark 05, le système le plus rapide est le portable AlienWare muni d'une GeForce 6800 Go. Le Radeon X800 Pro termine juste derrière alors que le Radeon Mobility X1600 s'adjuge la troisième place devant le GeForce 6600 GT. Le Radeon 9800 Pro referme quant à lui la marche.

Return To Castle Wolfenstein : Enemy Territory

00208821-photo-ati-radeon-mobility-x1600-rtcw.jpg

Sous Return To Castle Wolfenstein la plupart de nos puces graphiques semblent limitées par le CPU. Du coup le Radeon Mobility X1600 fait aussi bien que les Radeon 9800 Pro et autres GeForce 6600 GT alors que le GeForce 6800 Go s'octroye la première place.

Half-Life 2

00208819-photo-ati-radeon-mobility-x1600-hl2.jpg

Sous Half-Life 2 le Radeon X800 Pro parvient à voler la vedette au GeForce 6800 Go de NVIDIA. Faisant jeu égal avec le Radeon 9800 Pro, notre Radeon Mobility X1600 est un cran en retrait face au GeForce 6600 GT.

Far Cry v1.33

00208818-photo-ati-radeon-mobility-x1600-farcry.jpg

Pour Far Cry le X800 Pro est au coude à coude avec le GeForce 6600 GT alors que curieusement le GeForce 6800 Go marque le pas. Ce résultat surprenant pourrait trouver son origine dans la différence de plateforme entre notre portable Alienware et notre machine de test Pentium M. Cela fait les affaires du Radeon Mobility X1600 qui fait aussi bien que le GeForce 6800 Go.

Far Cry v1.33 - FSAA 4x & Aniso 8x

00208823-photo-ati-radeon-mobility-x1600-farcry-fsaniso.jpg

On reprend Far Cry pour cette deuxième page en activant cette fois-ci les fonctions de filtrage. X800 Pro et GeForce 6800 Go caracolent ici en tête tandis que le Radeon Mobility X1600 est un poil moins véloce que feu le vénérable Radeon 9800 Pro.

Doom 3

00208816-photo-ati-radeon-mobility-x1600-doom-3.jpg

Sans grande surprise le dernier jeu de John Carmack, j'ai nommé Doom 3, couronne les puces NVIDIA. GeForce 6800 Go et 6600 GT sont donc dans le peloton de tête alors que le petit Radeon Mobility X1600 fait un peu moins bien que son aïeul le Radeon 9800 Pro.

Doom 3 - FSAA 4x & Aniso 8x

00208817-photo-ati-radeon-mobility-x1600-doom-3-fsaa.jpg

Même punition, toujours sous Doom 3, en activant cette fois-ci les fonctions de filtrage. Le GeForce 6800 Go domine ici outrageusement ses pairs, alors que le Radeon X800 Pro s'octroie de justesse la seconde place, devant le GeForce 6600 GT. Le Radeon Mobility X1600 inflige au Radeon 9800 Pro une petite déculottée avec des performances 11% supérieures.


Half-Life 2 - FSAA 4x & Aniso 8x

00208820-photo-ati-radeon-mobility-x1600-hl2-fsaniso.jpg

Même avec les fonctions d'anticrénelage actives, Half-Life 2 semble encore limité par la puissance du CPU. Cela permet au Radeon X800 Pro de tirer son épingle du jeu, alors que le Radeon Mobility X1600 fait aussi bien que le GeForce 6800 Go en 1024x768.

Performances en décompression vidéo

000000F000208813-photo-ati-radeon-mobility-x1600-wmv9-1.jpg
000000F000208814-photo-ati-radeon-mobility-x1600-wmv9-2.jpg

Pour refermer cette série de tests nous avons voulu vérifier l'efficacité de la technologie AVIVO en matière de décompression vidéo. Nous utilisons pour cela un fichier vidéo HD au format WMV9 en 1080i. A gauche, sans l'activation de l'accélération Windows Media, l'occupation CPU durant la lecture vidéo tourne autour des 88%. A droite, après installation des mises à jour Windows Media et activation de la fonction d'accélération dans les pilotes ATI, l'occupation CPU retombe à 56% ! C'est tout de même nettement mieux !

Conclusion

Sans vraiment forcer son talent, ATI propose avec le Radeon Mobility X1600 une puce graphique somme toute équilibrée. Tout comme son grand-frère à destination des PC de bureau, le Radeon Mobility X1600 n'établit hélas pas de nouveaux records en matière de performances brutes. Ainsi en le comparant à un GeForce 6600 GT AGP, c'est ce dernier qui l'emporte sur une plate-forme équivalente. Si cela constitue évidemment une déception, il nous faut cependant la modérer quelque peu. En effet le GeForce 6600 GT n'existe pas en tant que tel dans le monde des mobiles, seule la version 6600 Go étant disponible, alors que le nombre de portables équipés de puces graphiques NVIDIA est très restreint. Plus généralement, ATI semble avoir trouvé le bon compromis avec son Radeon Mobility X1600, qui offre des performances plus que suffisantes pour jouer dans de bonnes conditions tout en s'accommodant des contraintes du monde mobile grâce à un échauffement et une consommation électrique maîtrisés.

En outre le Radeon Mobility X1600 est muni de fonctionnalités attractives, et si le Shader Model 3.0 est évidemment le bienvenue, nous porterons plutôt notre attention sur l'ensemble des technologies AVIVO et PowerPlay qui contribuent à améliorer le quotidien. Au final il semblerait bien qu'ATI soit parvenu à donner au Radeon Mobility X700, équipant aujourd'hui nombre de portables, un successeur digne de ce nom. Les premiers portables munis du Radeon Mobility X1600 devraient être disponibles début 2006.

ATI Radeon Mobility X1600

6

Les plus

  • Architecture Shader Model 3.0
  • Support HDR avec FSAA
  • Technologie AVIVO

Les moins

  • Performances correctes sans plus
  • Pas de franche révolution

0

Performances7

Fonctionnalités8

Confort d'utilisation8

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

ATI Radeon Mobility X1600 en test sur Clubic
Les nouveaux baladeurs Sony dispo en France
Solution radicale pour KaZaA en Australie
Scratch Less Disc : l'airbag pour CD / DVD ?
Act Of War : bientôt le bêta test pour l'extension
ATI Radeon Mobility X1600 en test sur Clubic
[Vidéo] Gilles SIMON - Navigon France -
Le hw6715, successeur du PDAPhone A-GPS HP iPAQ hw6515, change de nom tout en intégrant la mise à jo
Le W3C booste les technologies voix sur le web
L’attrait des Français pour les technologies de l’information se confirme
Haut de page