Retour à Wolfenstein pour une Preview qui fait mal

17 mars 2009 à 17h40
0
Dix-sept ans après le premier opus, et plus de sept après le second, BJ Blazkowicz revient une nouvelle fois pour casser du nazi à Wolfenstein. Développé par Raven Software pour le solo et par Nerve pour le multi, le tout en collaboration étroite avec id Software, l'arrivée de cette nouvelle itération d'une série qui a quand même initié l'un des genres les plus populaires du jeu vidéo est en soi un évènement. L'objectif de cette grosse production d'Activision n'est pas évident à remplir : satisfaire les aficionados du genre et attirer quand même un public suffisamment large pour assurer au jeu une rentabilité suffisante. Aperçu.

« L'ambiance si particulière de la série devrait donc être de retour »

00D2000001993466-photo-wolfenstein.jpg
L'introduction du jeu nous montre un Blazkowicz plus en forme que jamais infiltré sur un navire nazi. Rapidement découvert, il fait parler la testostérone et se débarrasse d'une tripotée de vilains avant de finalement se faire encercler quand même. Après avoir échangé quelques mots dans un anglais aussi parfait que peu de rigueur dans l'Allemagne de l'époque, notre héros se voit contraint d'utiliser un étrange médaillon pour se protéger des attaques ennemies, la relique créant un vaste bouclier énergétique arrêtant les balles pourtant bien décidées à le transpercer de toutes parts. Comme les précédents, ce Wolfenstein part donc de la réalité historique pour finalement s'arrêter sur les recherches paranormales des Nazis, à la manière du troisième Indiana Jones ou du film Hellboy. L'ambiance si particulière de la série devrait donc être de retour, même s'il faudra attendre d'en savoir plus sur le scénario et les différents environnements pour en être complètement certain.



Nous avons pu, et ce sur deux niveaux, nous initier au gameplay du prochain Wolfenstein. Le premier, sous forme de tutoriel, nous emmenait dans une gare contrôlée par les SS. Nos débuts dans le jeu nous ont permis de constater le parti pris par Raven, à savoir une mise en scène entièrement contrôlée par le script, offrant de fait une immersion immédiate dans l'univers du jeu. Les personnages non joueurs, qui nous accompagneront très souvent dans l'aventure, nous exposent la situation, apparemment critique. Quelques headshots plus tard et ils reprennent espoir, gagnant petit à petit du terrain sur les soldats qui leur font face.

00D2000001993480-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993458-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993476-photo-wolfenstein.jpg

Ce Wolfenstein s'annonce tout aussi mystique que le précédent


« Difficile de reprocher quoi que ce soit à Wolfenstein au niveau de la jouabilité. »

Malgré notre réticence à aborder ce genre de FPS à la manette (c'est en effet la version Xbox 360 qui nous est proposée), difficile de reprocher quoi que ce soit à Wolfenstein au niveau de la jouabilité. Le tout répond suffisamment rapidement et précisément pour que l'on ne réclame pas l'indispensable duo clavier/souris. Il faut dire que l'intelligence artificielle, que ce soit celle de nos alliés ou de nos coéquipiers, ne nous a pas paru hallucinante de perspicacité et de réalisme. Ne boudons pas notre plaisir tout de même, l'essentiel étant préservé avec des réactions globalement dans le ton des productions d'aujourd'hui.

00D2000001989154-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993500-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993488-photo-wolfenstein.jpg

L'intelligence artificielle, à défaut d'être géniale, parait pour le moment assez solide


Comme on pouvait s'y attendre, l'arsenal mélange armes classiques et originales. On connaît l'efficacité du MP40 ou encore du bon vieux MG42, qui une nouvelle fois seront vos principaux alliés sur le champ de bataille. Un système d'upgrade, utilisant les quelques deniers ramassés çà et là dans le jeu, vous permettra de customiser vos bébés, par exemple pour les rendre silencieux. Nous n'avons eu qu'un petit aperçu de ces possibilités, qui si elles sont suffisamment poussées pourraient permettre à chacun de se bâtir une puissance de feu adaptée à son style de jeu. Au chapitre des nouveautés, notons la présence d'un gros fusil à plasma permettant de complètement consumer la chair de nos adversaires pour ne laisser qu'un squelette désarticulé avachi sur le sol. Sympathique.

« Pas de barre de vie apparente ou d'interface utilisateur trop envahissante »

Raven a également eu la bonne idée d'ajouter à cet arsenal un bon nombre de pouvoirs liés au fameux médaillon évoqué précédemment. Ralentir le temps, afficher certains indices, dévoiler le point faible d'un ennemi ou encore rendre accessibles certains endroits pourtant fermés feront partie intégrante de l'expérience de jeu. Ces pouvoirs utiliseront une jauge qu'il faudra remplir au contact d'espèces de grosses « bêbêtes » immondes (peut-être cela aura-t-il une explication dans le scénario...) ou qui se rechargera peu à peu avec le temps. L'effet graphique bleuté occasionné par l'effet est surprenant, sans que l'on puisse vraiment émettre de jugement tranché à ce sujet. À découvrir...

00D2000001989164-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001839706-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001989166-photo-wolfenstein.jpg

Ces bestioles sont aussi laides que pratiques pour recharger notre pouvoir


00D2000001993490-photo-wolfenstein.jpg
Comme souvent dans les jeux d'aujourd'hui, pas de barre de vie apparente ou d'interface utilisateur trop envahissante. Les développeurs ont fait le choix de proposer un HUD épuré, indiquant uniquement vos munitions restantes et votre boussole, qui vous guide à tout instant vers l'objectif suivant. Globalement, Wolfenstein reste graphiquement propre, même s'il risque au final de difficilement soutenir la comparaison avec les ténors du genre action (Crysis sur PC, Killzone 2 sur PS3 et Gears Of War 2 sur Xbox 360).

Les textures simples, le frame rate capricieux et les quelques bugs de collisions viennent nous rappeler qu'il ne s'agit que d'une version Preview, et ce, malgré une gestion des lumières déjà efficace et réussie. Il reste du temps à Raven pour proposer un résultat « nickel chrome ». L'aspect le plus remarquable du jeu reste pour le moment son traitement sonore, tendance grand spectacle, qui assure l'essentiel de l'ambiance. Explosions tous azimuts, cris alliés comme ennemis, bruitages des armes exagérés et musiques dans le ton rythment notre progression, offrant à l'ensemble un liant caractéristique des grosses productions. On tient déjà une réussite à ce niveau.

Conclusion

Difficile de prévoir ce que Wolfenstein nous réserve au final, mais le chemin emprunté par Raven, à défaut d'être vraiment original, semble suffisamment solide dans sa forme actuelle pour contenter beaucoup de joueurs. En réutilisant quelques ingrédients déjà vus dans d'autres titres, tout en distillant quelques subtiles nouveautés, Wolfenstein prend le parti assez peu risqué de vivre avec son temps plutôt que de tenter une nouvelle approche d'un genre assez redondant dans sa forme actuelle. Reste maintenant à essayer le multijoueurs pour s'assurer totalement de la qualité globale du jeu, qui s'annonce pour le moment suffisamment convaincant pour que l'on s'y intéresse de près. Sortie prévue dès cet été.

00D2000001993510-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993496-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993486-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993484-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993452-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993448-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993434-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993436-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993426-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993454-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993442-photo-wolfenstein.jpg
00D2000001993448-photo-wolfenstein.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Un disque dur multimédia à tuner TNT chez Peekton
Gazillion Entertainment met le paquet sur les MMO
Norton 360 3.0 en test sur Clubic.com
Nokia licencie 1700 employés supplémentaires
La crise économique favoriserait Linux en entreprise
Comcast : 8000 comptes exposés sur internet
E-tourisme : EasyVoyage remet ses Travel d’Or
Un faux MacBook Nano en vente à Hong-Kong
La technologie PhysX arrive sur PlayStation 3
Le premier smartphone Android de Samsung discrètement dévoilé
Haut de page