Brothers In Arms : Road To Hill 30

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
07 avril 2005 à 18h45
0
00D2000000124340-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
Spécialiste de l'infiltration (les fameux Splinter Cell) ou de la tactique (la série des Rainbow Six), Ubisoft est encore un débutant dans le FPS pur et dur. Bien sûr, il y a eu le remarquable Far Cry développé par Crytek, mais l'association entre les deux sociétés a tourné court et pour son nouvel essai en la matière, l'éditeur français a été dans l'obligation de trouver un autre partenaire. UbiSoft a finalement choisi de se tourner avers un développeur ayant déjà acquis une certaine notoriété : Gearbox Software.

Cette relative célébrité, les Américains de Gearbox la doivent à leur participation à des projets aussi médiatisés que Half-Life (ils ont réalisé les extensions Blue Shift et Opposing Force), Halo Combat Evolved (ils se sont chargé de l'adaptation PC) ou encore Counter-Strike Condition Zero, qu'ils ont eux-mêmes développés. En dehors de toute considération qualitative, ces titres ont tous en commun de n'être que des suites ou adaptations de jeux développés par d'autres... Se pose donc la question de leur capacité à concevoir un FPS ex nihilo.

39-45 : six ans de guerre, vingt années de jeu vidéo !

Pour leur première création personnelle, on ne peut pas dire que les petits gars de Gearbox aient fait dans l'originalité débridée. En effet, en plus de reprendre le titre d'une célèbre chanson de Dire Straits, Brothers In Arms n'est autre qu'un jeu d'action basé sur la Seconde Guerre Mondiale : un de plus serait-on tenté d'ajouter. Afin toutefois de se démarquer de l'énorme concurrence sur ce type de jeux, Randy Pitchford et toute son équipe ont décidé de mettre l'accent sur le réalisme des situations. Brothers In Arms prend ainsi le contre-pied de Medal Of Honor ou Call Of Duty et au lieu de nous faire découvrir les quatre coins de l'Europe, ils nous invitent à un petit séjour touristique « normando-normand » : évidemment c'est tout de suite beaucoup moins exotique que l'Afrique du Nord ou la Sicile ! En fait, Brothers In Arms nous place dans la peau d'un « petit » sergent de la 502ème aéroportée, Matt Baker et en 17 chapitres de jeu répartis sur 8 jours, il nous fait découvrir le débarquement sous un angle différent. L'aventure débute par les parachutages précédents le débarquement. Notre sergent et son équipe doivent ensuite sécuriser les têtes de pont avant de se rendre à Fourcarville, nettoyer quelques zones de résistance allemande et prendre la direction du sud vers Carentan. Après la prise de la ville le 12 juin, la campagne s'achève le lendemain sur la contre-offensive allemande de la colline qui donne son nom au jeu.

00D2000000124342-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124343-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124344-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg

Très réussie malgré des dialogues peu inspirés, la mise en scène emprunte beaucoup au style de certains films

Clairement inspirés par la série Band Of Brothers ou bien Il Faut Sauver Le Soldat Ryan, Brothers In Arms mise énormément sur le rendu « cinématographique » de son récit pour accrocher le joueur. Au fur et à mesure des missions, on a vraiment l'impression d'être Matt Baker et les multiples phases d'action sont régulièrement entrecoupées de séquences cinématiques destinées à mettre dans l'ambiance. Jamais hors de propos, celles-ci permettent de découvrir les différents soldats de l'escouade commandée par Baker. Chacun a une personnalité propre et les dialogues, parfois un peu clichés, rendent globalement assez bien les choses. En plus de ces petits intermèdes permettant de faire une pause au milieu des combats, les 17 chapitres sont tous précédés d'un petit intermède au cours duquel Baker parle brièvement de son groupe et de ses impressions. Si cela permet d'installer un climat qui tranche avec le côté « bourrin » de certains concurrents, on regrettera tout de même que Gearbox n'ait pas prévu d'option pour couper ces séquences lorsqu'on les a déjà vues. Toute cette mise en scène est évidemment là pour servir le côté réaliste du jeu et rendre plus humains des personnages que les Jeux Vidéo ont un peu trop tendance à transformer en surhommes.

« We're fools to make war, on our brothers in arms »

00D2000000124345-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
Cet aspect réaliste des choses se retrouve à tous les niveaux du jeu, mais avec plus ou moins de réussite. Ainsi, les missions de Brothers In Arms sont beaucoup plus tactiques, beaucoup plus posées que celles de la concurrence : pas question ici de repousser, seul contre tous, une colonne de blindés russes au milieu d'un bâtiment qui tient à peine sur ses fondations. Exclusivement en extérieur, les missions se déroulent tour à tour au beau milieu des champs ou dans quelques villages perdus de la campagne normande. La progression se fait très lentement, presque maison par maison et on peut résumer la situation ainsi : Baker, autrement dit le joueur, poursuit avec son équipe l'objectif fixé en début de mission lorsqu'il se retrouve nez à nez (NDA : enfin presque) avec des soldats allemands. Quelques « achtung » et autres « feuer » plus tard, il faut se rendre à l'évidence : la situation est bloquée, chaque camp étant plus ou moins protégé. Le joueur doit alors faire usage de la carte tactique qui lui permet d'analyser plus précisément les choses. Cette carte offre une vue d'ensemble des positions alliées / ennemies et permet donc de voir où lancer l'attaque.

De manière générale, l'escouade de Bake se compose de deux groupes : l'équipe d'assaut et le groupe d'appui feu. Le premier groupe est celui qui se lancera plus volontiers à l'attaque des ennemis, mais il ira vers une mort quasi certaine si le second n'intervient pas pour lui prêter main-forte. Le groupe d'appui feu permet effectivement d'opérer des tirs de suppression afin « d'occuper » les troupes allemandes. Au-dessus de chaque ennemi croisé, un petit indicateur rond détermine son moral. Un tir de suppression utilisé à bon escient permet de maintenir l'adversaire caché et fait chuter son moral. Il est alors possible de tenter une manoeuvre de contournement pour le prendre à revers ou bien carrément de lancer l'assaut. Sur le papier et durant les premières missions, cet amusant schéma se vérifie, ensuite hélas on se rend compte des trop nombreuses limitations et de certaines incohérences qui rendent le tout moins intéressant. Tout d'abord, il faut bien avouer que les Allemands se laissent facilement avoir à ce petit jeu du tir de suppression / contournement. Ensuite, eux-mêmes n'utilisent jamais de tactique pour nous prendre à revers. En même temps, c'est vrai que de leur côté le sergent ne s'appelle pas Baker, mais Schultz : ça fait une petite différence ! Enfin, plus sérieusement, on se demande pourquoi aucun de nos hommes ne sait utiliser les différentes armes lourdes qui peuvent « traîner » : c'est toujours à bibi qu'il revient de jouer avec !

00D2000000124346-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124347-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124348-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg

Alors qu'Harstock occupe les deux allemands en face de nous, mon personnage les contourne pour les ajuster sans danger !


La taca taca tac tac tiqu' du G.I., c'est d'être toujours là...

Malgré ces petites remarques, on se prend assez facilement au jeu. Le concept est dans l'ensemble assez bien maîtrisé et donne à Brothers In Arms une petite touche d'originalité qui n'est pas désagréable. D'un autre côté, l'aspect tactique des choses reste sommaire, très loin de ce que propose Operation FlashPoint par exemple. Il ne s'agit cependant pas d'une critique et permet, au contraire, de combler un manque dans la logithèque PC. En revanche, les choses se corsent dès lors que l'on creuse un petit peu. L'absence de tactique chez les Allemands a déjà été abordée, mais le problème est plus général. Certes, les soldats de Brothers In Arms font mieux que ceux de Call Of Duty, mais on reste très loin des discours de Randy Pitchford. Ici, ils resteront sans tirer alors que l'ennemi est dans leur ligne de mire et là, ils iront se placer n'importe comment derrière un mur et ne comptez pas sur les ennemis pour anticiper la moindre manoeuvre de contournement... Vous aurez dans ce dernier cas tout le temps pour les ajuster presque à bout portant ! Dans le même ordre d'idée, on regrettera l'incroyable manque de précision du tir. Les armes n'étaient évidemment pas aussi précises que celles d'aujourd'hui, mais ça va tout de même un petit peu loin et on ne peut même pas retenir la respiration de son héros pour stabiliser un peu son Parkinson latent. Au fur et à mesure des missions, on apprend à faire avec ce problème de visée, mais cela nuit tout de même pas mal au réalisme du jeu : séparés d'à peine 20 mètres, vos hommes et les Allemands peuvent ainsi échanger plusieurs salves sans qu'un seul type ne soit que blessé !

00D2000000124349-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
Tout cela est d'autant plus gênant que ce n'est pas le seul reproche à faire. Même si la limitation est compréhensible pour des raisons de « gameplay », il est toujours étonnant de voir un jeu « réaliste » proposer des Garand avec une portée maximale d'à peine 30 mètres. De la même manière, on se demande pourquoi un soldat tout juste ravitaillé, ne dispose que de trois pauvres grenades. Mais le plus gênant reste quand même la résurrection systématique des morts. Si un membre de votre escouade meurt pendant une mission, vous aurez effectivement la joie de le retrouver pour la prochaine : alors que votre personnage ne cesse de parler de la mort omniprésente, c'est toute l'atmosphère du jeu qui en prend un coup ! Enfin, même la mise en place des différentes tactiques est critiquable et en fait de « tactiques », il serait plus juste de dire « tactique », au singulier. En effet, la stratégie se résume à l'immobilisation / contournement des Allemands. Durant les premières missions et du fait de la découverte, on s'amuse. Ensuite, on apprécie vraiment car on finit par bien maîtriser le système, mais après cela devient longuet et un peu de variété n'aurait pas fait de mal. Ce manque de variété se ressent d'ailleurs au niveau des graphismes.

Dans ce domaine, les concepteurs ont effectivement joué la carte de l'authenticité en exploitant de nombreux documents d'époque, mais la région normande n'est pas réputée pour sa diversité et rien ne ressemble plus à une ferme qu'une autre ferme ! En outre, on ne peut pas dire que le jeu impressionne vraiment par la qualité de sa réalisation. Non qu'il soit moche, mais les textures sont un peu grossières et les arêtes des polygones un peu trop saillantes. De la même manière et c'est tout à fait perceptible sur les différentes captures / vidéos, un effet de « Bloom » a été appliqué à l'ensemble du jeu. Cet effet masque certains défauts derrière un flou pas forcément du meilleur goût et donne aux différentes scènes un éclat, une lumière franchement exagérés. Puisque nous en sommes à parler technique, autant continuer dans cette voie pour parler de la bande-son qui alterne le meilleur (musiques) et le moyen (doublage), mais reste globalement très satisfaisante. L'un dans l'autre, le jeu s'avère moins gourmand qu'on ne pouvait le craindre et une machine à base d'Athlon XP 2000+ / Radeon 8500 devrait permettre de jouer dans de bonnes conditions.

00D2000000124350-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124351-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124352-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg

Et voilà, Garnett est mort... En même temps, ça ne fait jamais que la douzième fois depuis le début de la campagne : plus fort qu'un chat ce G.I. !


Conclusion

Présenté comme tel par ses créateurs, Brothers In Arms est assurément un FPS original. Son concept basé sur l'aspect cinématographique de la mise en scène et sur le déroulement plus « tactique » des missions n'a à l'heure actuelle aucun équivalent. Gearbox est parvenu à rendre une ambiance vraiment intéressante où le « petit » sergent que l'on incarne reste à son niveau. Brothers In Arms prend ainsi le contre-pied de titre comme Medal Of Honor ou Call Of Duty, où notre personnage se transformait systématiquement en John McLane. Durant les premières missions, on découvre ainsi le système d'ordres, on manipule la carte tactique et on s'amuse finalement beaucoup à contourner les Allemands. Hélas, le plaisir de jeu est un petit peu gâché par quelques absurdités. Un peu moins bêtes que dans la majorité des FPS, les soldats font malgré tout preuve d'une certaine incohérence dans leur placement. On regrette également le manque de précision des tirs ou encore certaines limites qui transforment, par exemple, de vulgaires portes ou haies en obstacles infranchissables.

Alors que l'on finit par s'habituer à ces défauts, le reste de la campagne reste moins amusant. Ici, c'est davantage l'aspect répétitif des missions qui est en cause. La tactique de contournement est amusante les premières fois, mais devient vite monotone et comme il n'en existe pas vraiment d'autre, il faut sans cesse procéder de la même manière pour progresser. Les développeurs ont bien intégré un peu de changement dans les objectifs, mais cela ne constitue que des intermèdes de courte durée. Un joueur un petit peu expérimenté devrait terminer la campagne solo en une douzaine d'heures et malgré l'originalité du jeu, il ne devrait pas avoir envie de s'y replonger tant les possibilités tactiques s'avèrent finalement limitées. Gearbox tenait là un excellent concept, mais il n'a pas vraiment su en tirer parti. Le développeur texan nous propose finalement un jeu correct, à découvrir, mais qui ne fera sans doute pas parler de lui bien longtemps.

Brothers In Arms : Road To Hill 30

4

Les plus

  • Ambiance très bien rendue
  • Campagne réaliste
  • Aspect tactique intéressant

Les moins

  • Mode solo un petit peu court
  • Limitations tactiques vite perceptibles
  • Incohérences un peu fréquentes

0

Réalisation7

Prise en main8

Durée de vie6


Cet article vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Brothers In Arms : Road To Hill 30



00D2000000124363-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124365-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124367-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124369-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124371-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124372-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124376-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124380-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124384-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124391-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124395-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124396-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124401-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124402-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124407-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
00D2000000124411-photo-brothers-in-arms-road-to-hill-30.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Cyberpunk 2077 : au tour des versions PlayStation de se présenter
Bons plans de Noël : Top 5 des offres à ne pas rater chez Cdiscount avant le Black Friday
Test Microsoft Surface Laptop Go : un ultraportable trop mignon… mais trop cher
British Airways met en vente des reliques de son Boeing 747, parti à la retraite
Jeff Bezos, Elon Musk, Bill Gates : podium 100 % tech des personnes les plus riches du monde
Cadeau Noël : offrez des écouteurs sans fil de sport Powerbeat Pro en promo à -28% sur Amazon
Cette TV LED 4K de 55 pouces est vraiment à prix cassé chez Cdiscount pour Noël
Promo de Noël Cdiscount : PC portable Gamer Lenovo Légion à prix cassé !
Red Dead Online sera vendu séparément à partir du 1er décembre
TOP 8 des offres TV 4k déjà en promo avant même le Black Friday
Haut de page