NVIDIA nForce 4 SLI Intel Edition

05 avril 2005 à 15h00
0

Retour sur le SLI

0000008C00092324-photo-nvidia-sli.jpg
Voilà les trois lettres qui ont probablement le plus marqué l'actualité de l'année 2004 : SLI pour Scalable Link Interface. Initialement conçu par feu 3Dfx, le SLI a été ressuscité par NVIDIA lors du lancement du nForce 4 en novembre dernier. Sans revenir sur les détails, le SLI vise à améliorer les performances 3D d'un système en cumulant deux Cartes Graphiques, NVIDIA bien sûr. Pour cela les cartes sont reliées entre elles via un bus propriétaire qui nécessite le branchement d'un petit adaptateur. Ainsi reliées, les cartes opèrent chacune en mode PCI-Express 8x et il est important de noter que la quantité mémoire n'est pas cumulée. Pour bénéficier du SLI, les cartes doivent être équivalentes, c'est-à-dire de même génération. Inutile par exemple d'espérer pouvoir faire fonctionner en SLI une GeForce 6800 et une GeForce 6600. Qui plus est, les deux cartes graphiques doivent être munies d'une même version de BIOS. Autre impératif pour profiter du SLI : une alimentation puissante d'au minimum 500 Watts pour alimenter simultanément deux cartes graphiques PCI-Express.

0000011800092325-photo-nvidia-sli-cartes-nv45.jpg

Le SLI utilise deux modes de rendu distincts : le AFR (Alternate Frame Rendering) et le SFR (Split Frame Rendering). En mode AFR, le rendu des images est effectué alternativement par chacune des cartes graphiques. Ainsi, la première image d'une scène est rendue par le GPU A alors que la seconde image est rendue par le GPU B. Ceci revient à paralléliser les tâches, mais induit une légère latence. En SFR le rendu d'une seule image est confié simultanément aux deux GPU qui divisent la charge. Le GPU A pourra ainsi effectuer le rendu de 33 % de l'image alors que le B effectuera les 77 % restants. Cela est particulièrement intéressant pour une scène alourdie par un shader spécifique. Dans ce cas, l'un des GPU traitera le seul shader le plus lourd, l'autre GPU se chargeant du reste de la scène. Problème : pour savoir comment répartir la charge, il faut que le pilote connaisse la meilleure stratégie possible et c'est là que les profils NVIDIA font leur apparition. A son lancement, le SLI bénéficiait de pilotes limités comportant des profils pour moins d'une dizaine d'applications. Ce point était plutôt ennuyeux vu qu'en l'absence de profil, le rendu est effectué par une seule carte graphique. Aujourd'hui, les choses ont heureusement progressé et ce sont plus de 70 applications qui bénéficient dorénavant d'un profil dédié. En outre si aucun profil n'existe pour un application donnée, l'utilisateur peut créer manuellement un profil via les Coolbits.

000000F000123906-photo-nforce-4-sli-intel-edition-sli-on.jpg

Drivers ForceWare SLI
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
scroll top