NVIDIA nForce 4 SLI Intel Edition

05 avril 2005 à 15h00
0

NVIDIA nForce 4 SLI : Le MCP

Maintenant que nous avons vu en détail les caractéristiques du SPP nForce 4 SLI Intel Edition, il nous faut passer à son southbridge ou MCP (Media Communication Processor). Ce dernier est gravé 0,15µ et compte environ 21 millions de transistors. Nous commencerons par le lien qui relie le relie au northbridge et qui est de type HyperTransport : une première pour un chipset Pentium 4. Cadencé à 800MHz, le lien HyperTransport 16 bits offre un débit de 800 Mo/s. pour les échanges de données entre northbridge et southbridge. Le MCP prend par ailleurs en charge une dizaine de ports USB 2.0 et peut gérer jusqu'à cinq slots PCI v2.3. Il intègre naturellement un contrôleur IDE doté de deux canaux en ATA133, NVIDIA ne commettant pas la même erreur qu'Intel qui se limite à un seul canal IDE sur ses chipsets i915/925. Il faut ajouter à tout cela le support du Serial-ATA, qui est ici on ne peut plus complet. Comme pour le nForce 4 premier du nom, la version pour Processeurs Intel gère un maximum de quatre disques en Serial-ATA 2 et ce au moyen d'un double contrôleur intégré dans le MCP. Le débit théorique du Serial-ATA 2 s'établit à 300 Mo/s, là où l'habituel Serial-ATA plafonne à 150 Mo/s. Naturellement les ports Serial-ATA 2 profitent d'une compatibilité descendante et fonctionnent sans broncher avec les Disques durs Serial-ATA 150. Petit bémol toutefois, pour profiter du Serial-ATA 2 il faut disposer d'un périphérique à cette norme chose qui est encore rare. A l'heure actuelle, seuls quelques disques durs sont disponibles en Serial-ATA 2, notamment chez Hitachi. Ceux-ci sont d'ailleurs loin d'exploiter le plein potentiel de l'interface vu leur vitesse de rotation parfois limitée à 5400 tours par minute.

000000F000103554-photo-nv-nf4u-sata-dual-controller.jpg

Contrôleur de stockage

Puisque nous parlons de stockage, il nous faut évoquer ce que NVIDIA appelle dorénavant le MediaShield et qui incarne l'ensemble des fonctions offertes par le chipset dans ce domaine. Outre la prise en charge du Serial-ATA 2, le nForce 4 SLI Intel Edition bénéficie du support NCQ, mais l'essentiel des fonctionnalités de MediaShield concernent le ou plutôt les modes RAID. Comme c'est le cas depuis le nForce 3 250, NVIDIA propose en effet une prise en charge relativement complète du RAID en permettant de créer des volumes en mixant des disques PATA et SATA. Les modes RAID pris en charge sont les RAID 0, RAID 1, RAID 0+1, JBOD, et NVIDIA n'a pas pu se retenir en profitant du nForce 4 SLI Intel Edition pour introduire le support du RAID 5. Rappelons que le RAID 5 répartit les données sur un minimum de trois disques durs et stocke sur chacun d'eux des informations de parité. Ce niveau de RAID est censé offrir le compromis idéal entre performances et sécurité des données. On regrettera toutefois que les pilotes actuels fournis par NVIDIA comportent encore divers bugs quant à la gestion du RAID 5 : il est ainsi impossible de reconstruire une pile RAID 5 à chaud après le débranchement et le rebranchement d'un disque. Le contrôleur RAID du nForce 4 Intel Edition étant identique à celui du nForce 4 pour processeurs AMD, il y a fort à parier qu'une mise à jour logicielle future permette d'exploiter le RAID 5 sur les Athlon 64. À propos de logiciel, notez que les pilotes NVIDIA alertent l'utilisateur lorsqu'un disque est démonté d'une pile RAID et dans ce cas un visuel indique quel port est en cause afin de faciliter le repérage du disque. NVIDIA propose par ailleurs une fonction de morphing qui permet de changer l'état d'une pile RAID sans pour autant la démonter : on peut ainsi facilement migrer d'un RAID 0 à un RAID 1.

000000DC00123969-photo-nforce-4-sli-intel-edition-mediashield.jpg

Le RAID à l'oeuvre chez NVIDIA

Au-delà des fonctions ayant trait aux manipulations des données, le nForce 4 SLI Intel Edition profite d'un contrôleur réseau intégré de type Gigabit Ethernet. Baptisé ActiveArmor, le contrôleur bénéficie d'optimisations visant à décharger le processeur central de certaines tâches afin de réduire l'impact du réseau sur les performances. Mais ActiveArmor est avant-tout un pare-feu matériel. Il s'agit là d'une exclusivité NVIDIA, seuls les chipsets de la firme au caméléon proposant une telle fonctionnalité. Compatible avec la couche réseau TCP Chimney de Microsoft, ActiveArmor agit comme un pare-feu en permettant de filtrer les trafics entrants et sortants sans pour autant consommer des ressources processeur de manière excessive. Implémenté au niveau du chipset, le pare-feu est actif en permanence avant même le démarrage du système d'exploitation. Il faut naturellement installer la suite logicielle NVIDIA Network Management pour contrôler le pare-feu qui dispose pour ce faire d'une interface web au demeurant assez ergonomique.

0000011800123967-photo-nforce-4-sli-intel-edition-firewall-1.jpg
000000B400123968-photo-nforce-4-sli-intel-edition-firewall-2.jpg

ActiveArmor ou le pare-feu signé NVIDIA

Terminons notre tour d'horizon du MCP en mettant en exergue ses lacunes. Aucune prise en charge du FireWire n'est d'actualité avec ce chipset et l'APU pourtant chère au cœur des possesseurs de nForce n'est toujours pas revenue. Pire, alors que le nForce 4 SLI Intel Edition est compatible AC'97 il ne sait pas profiter de l'Intel High Definition Audio. Voilà qui est bien dommage, mais ne saurait cependant ternir l'image du chipset qui rivalise en termes de fonctionnalités avec ce qu'Intel peut offrir dès à présent.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top