Hearts Of Iron 2

Par
Le 04 mars 2005
 0
00f0000000120566-photo-hearts-of-iron-2.jpg
Devenus de véritables spécialistes de la gestion / stratégie sur PC, les Suédois de Paradox Interactive ne sont sans doute pas les plus médiatisés des développeurs. Ils ont cependant pris cette bonne habitude d'en offrir pour leur argent aux joueurs qui goûtent ce style de jeux. Qu'il s'agisse d'Europa Universalis, de Victoria ou de Crusader Kings, leurs différentes productions se sont toujours distinguées par un concept particulièrement ambitieux, une richesse de contenu pour ainsi dire sans équivalent et un excellent suivi.

Leur dernière réalisation n'est pas un jeu original puisque comme son nom l'indique très clairement, Hearts Of Iron 2 est la suite d'Hearts Of Iron. Comme ils l'avaient déjà fait pour Europa Universalis, les petits gars de chez Paradox ont décidé de revenir sur le concept d'un de leurs titres les plus appréciés pour en faire une suite plus ambitieuse, plus complète, plus intéressante, en un mot plus aboutie. Hearts Of Iron 2 se propose donc de nous faire revivre la Seconde Guerre Mondiale ou plutôt, de nous permettre d'en réécrire le déroulement !


Bis repetita ?


Aux yeux du profane, Hearts Of Iron 2 ressemble comme deux gouttes d'eau à son vénérable ancêtre : le cadre historique est le même, les scénarios de départ sont très proches et l'interface comme le fonctionnement du jeu semblent pour ainsi dire identiques. En effet, les développeurs de Paradox Interactive ont décidé de faire comme avec Europa Universalis 2 et de largement s'inspirer du premier volet pour réaliser cette suite. Il ne faut cependant pas en rester aux apparences, car les nombreuses remarques des joueurs ont été prises en compte afin de rendre Hearts Of Iron 2 moins difficile d'accès, moins répétitif, mais malgré tout plus précis, plus riche et plus intéressant. Le jeu démarre sur une séquence d'introduction que l'on oubliera bien vite (NDA : la voix est remarquablement mal choisie !) avant de nous proposer un menu comme Paradox Interactive en a le secret : quelle austérité ! À partir de là, le joueur est invité à choisir entre le jeu en solitaire, le multi-joueurs et une étape de formation. Arrêtons-nous quelques instants sur cette dernière qui prouve d'entrée l'objectif de Paradox : rendre son jeu plus accessible sans en limiter la richesse. En plus d'un manuel particulièrement bien conçu d'une centaine de pages entièrement traduites en français, nous avons donc la possibilité de prendre part à une formation composée de six didacticiels distincts.

00f0000000120567-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120568-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120569-photo-hearts-of-iron-2.jpg

Heureusement très courte, la séquence d'introduction est remarquable de médiocrité et la voix française est simplement horrible !

Interface, conduite élémentaire de la guerre, production, recherche, diplomatie & gouvernements et conduite avancée de la guerre : ces six étapes sont autant de guides qui permettent de comprendre chacun des mécanismes du jeu. Le joueur y est pris par la main et il doit suivre les instructions qu'on lui donne afin d'avancer tout au long de ces didacticiels. Clairs et très précis, ils constituent le passage obligé de tout joueur débutant. Les habitués du premier volet pourront très bien passer cette étape, mais il me semble qu'un survol même rapide, n'est pas inintéressant. Ensuite, le jeu peut véritablement commencer avec le choix de la période historique et celui du pays à contrôler. Hearts Of Iron 2 offre ici beaucoup plus de possibilités que son prédécesseur avec pas moins de quatre « grands » scénarios terminant tous en 1947, mais permettant de commencer la guerre à différentes dates : La Machine de Guerre (1936), Blitzkrieg (1939), L'Éveil d'un Géant (1941) et Gotterdämmerung (1944). Au contraire d'Hearts Of Iron, ces quatre scénarios sont complétés par quinze missions que l'on pourrait appeler des « batailles historiques ». Plus limitées chronologiquement et géographiquement, ces dernières sont par exemple l'occasion de participer à l'Offensive des Ardennes, aux opérations Barberousse et Husky ou encore aux invasions de la France et de la Tchécoslovaquie.

« Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur... »


00f0000000120570-photo-hearts-of-iron-2.jpg
Ces quinze « batailles historiques » sont évidemment beaucoup limitées dans les options de jeu et ne permettent bien souvent que de choisir parmi les belligérants directs de l'événement. De la même manière, le cadre géographique se résume généralement à des zones assez réduites. Au contraire, les quatre scénarios principaux laissent énormément de libertés. Il est ainsi possible de prendre en main la destinée de l'Allemagne, de l'Union Soviétique ou des États-Unis, aussi bien que celle de nations moins importantes comme la Hongrie ou le Canada, voire de pays amenés à disparaître au cours du conflit comme la Pologne, la Belgique ou encore la France... J'ai même décidé de lancer une partie avec pour objectif principal de briser la sacro-sainte neutralité suisse et la faire entrer dans le conflit aux côtés de l'Allemagne afin de profiter de l'effondrement français ! Les différentes options de jeu définies (choix du pays, de l'époque, du niveau de difficulté), il est enfin possible de découvrir le jeu à proprement parler et plus précisément la carte du monde qui sera au coeur de toute la partie. Même si l'austérité est encore largement de rigueur, l'habitué des jeux de Paradox notera les progrès réalisés en terme de lisibilité et de confort. Le résultat n'est certes pas très flatteur pour les dernières GeForce 6800 GT ou Radeon X850, mais cela convient finalement très bien à ce style de jeu.

Disposée au-dessus et à gauche de cette carte, l'interface permet de définir plusieurs modes de visualisation afin de mettre en évidence la géographie physique du monde, les relations diplomatiques, la météorologie ou bien encore les ressources économiques. Bien sûr, c'est aussi cette interface qui permet d'accéder aux différentes composantes du jeu. Hearts Of Iron 2 autorise effectivement d'administrer un très grand nombre d'éléments. De la recherche scientifique à la production industrielle en passant par la diplomatie, la construction d'infrastructures, la gestion des convois de transport ou l'enrôlement des troupes à peu près tout est sous le contrôle direct du joueur. Selon le pays qu'il dirige, ce dernier possède plus ou moins de provinces qui peuvent produire différentes ressources. Afin de simplifier les choses, les développeurs n'ont pas repris un système économique aussi complexe que celui de Victoria et, en réalité, ils ont même simplifié celui de Hearts Of Iron. Il n'est plus ainsi question que de quatre grandes ressources (charbon, acier, pétrole, métaux précieux) complétées par les moins « naturels » ravitaillement et argent. Alors que les premières sont directement issues des provinces, les deux autres dépendent simplement de la richesse industrielle et sociale du pays.

00f0000000120571-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120572-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120573-photo-hearts-of-iron-2.jpg

En plus d'un manuel très complet, Hearts Of Iron 2 propose six didacticiels pour comprendre le fonctionnement du jeu

Si tu veux la paix, prépare la guerre


Ces quatre ressources naturelles sont à la base de tout développement dans la mesure où de leur niveau dépendront les possibilités de construction du joueur (nouvelles usines, infrastructures de transport, bases aériennes, fortifications...). Directement lié, l'indice de production industriel dépend lui du nombre d'usines en fonctionnement dans le pays : plus elles sont nombreuses, plus le pays aura une capacité industrielle importante. Cet élément est fondamental puisque cette capacité définit une sorte de « budget » économique du pays dont le joueur peut modifier à tout moment la répartition. Schématiquement, ce « budget » se partage entre cinq domaines dont les deux plus importants sont les biens de consommation nécessaires au bien-être de la population et la production destinée à soutenir les constructions dans le pays ainsi que la recherche scientifique. Mineurs en début de partie, les trois autres domaines prennent de l'importance dès lors que le pays entre en guerre puisqu'il s'agit des capacités de ravitaillement, des renforts et des améliorations matérielles. L'un des principaux objectifs du joueur sera évidemment de trouver un certain équilibre entre ces cinq composantes de son « budget ». Favoriser trop ouvertement la production industrielle permettra de lancer beaucoup de constructions, mais risque fort de provoquer une grogne générale !

00f0000000120574-photo-hearts-of-iron-2.jpg
De la même manière, il peut être intéressant de financer de grands programmes scientifiques, mais si derrière aucun fond n'est alloué à l'amélioration des troupes existantes, l'effort sera vain. Enfin et à moins d'avoir opté pour un pays capable de tout produire comme les États-Unis, le joueur doit parvenir à sécuriser l'accès aux ressources fondamentales soit en passant par des guerres, soit en usant de diplomatie. Historiquement, cette quête des matières premières fut en partie à l'origine des invasions de la Norvège par l'Allemagne ou de l'Indonésie par le Japon. Dans Hearts Of Iron 2, le joueur n'est pas démuni de moyens pour parvenir à ses fins et si nous allons reparler de l'aspect militaire, il nous faut ici mentionner les différentes possibilités diplomatiques. Tous les pays, même les plus fantoches, peuvent ici servir d'interlocuteur et le joueur peut négocier toute sorte de traités avec, à la clef, l'échange de projets scientifiques, de territoires ou bien simplement de ressources. Il est même possible d'établir de véritables partenariats économiques afin d'instituer un échange de marchandises sur le long terme. Selon votre puissance et votre influence sur le pays en question, vous pourrez ensuite envisager des alliances plus militaires avec pacte de non-agression ou droits de passage.


« La paix de notre temps »


La diplomatie joue un rôle très important dans Hearts Of Iron 2 et en définitive on peut aller beaucoup plus loin que dans le premier volet, mais, contexte historique oblige, il sera bien souvent impossible d'éviter la guerre à moins de prendre en main le Bhoutan ou l'Uruguay ! La gestion des troupes est l'un des éléments clefs du jeu et l'un des gros chantiers des développeurs. Tout en conservant les avantages de Hearts Of Iron comme la possibilité de planifier des attaques à l'heure près et plusieurs jours à l'avance, ils ont effectivement entrepris de larges modifications afin, par exemple, de rendre l'aviation plus efficace et plus simple à contrôler. De la même manière, les forces maritimes qui avaient trop souvent un comportement erratique dans Hearts Of Iron, ont été largement corrigées : il faut maintenant penser à toutes les composantes d'une flotte (sous-marins, destroyers, porte-avions...) avant de la lancer au combat ! Avec des dizaines d'unités militaires différentes aux caractéristiques uniques, une gestion pointue des chefs de guerre et la prise en compte des conditions météorologiques, Hearts Of Iron 2 est un véritable bonheur de stratège. Il est possible de patrouiller de larges zones maritimes, opérer de véritables raids ou bien tout simplement mettre au point les plans d'une Blitzkrieg décisive. Les unités militaires disposent d'options en fonction de leur « classe » et différentes missions peuvent leur être assignées.

00f0000000120575-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120576-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00f0000000120577-photo-hearts-of-iron-2.jpg

Le système de planification des attaques n'a pas vraiment changer depuis Hearts Of Iron : il reste absolument exemplaire !

Ainsi, un avion peut être chargé de la supériorité aérienne ou d'un bombardement stratégique alors que les unités d'infanterie peuvent par exemple soutenir une attaque ou pourchasser des partisans. Cette variété s'appuie en partie sur la très grande richesse de l'appareil scientifique. Selon la taille de votre pays, un certain nombre d'équipes composées d'industriels et de scientifiques peuvent vous prêter leur concours. C'est ainsi que les Américains pourront compter sur le soutien de Boeing, Ford ou Oppenheimer quand les Allemands auront l'aide de Krupp ou Von Braun. Ces équipes se voient confier un projet choisi parmi 10 arbres différents et, en tout, ce sont plus de 350 technologies qui sont accessibles comme le turboréacteur, ou certaines manoeuvres militaires. Il serait possible de parler encore des heures durant de l'incroyable richesse de Hearts Of Iron 2, mais il est surtout important de noter que les développeurs sont parvenus à rendre l'ensemble relativement accessible malgré une aridité évidente. Hélas, tout n'est pas parfait et les amateurs de Victoria regretteront en particulier le manque d'ouverture de certaines situations un peu trop « collées » à la réalité historique. N'envahissez pas la France par le sud si vous caressez l'espoir de voir naître le gouvernement de Vichy et n'espérez pas trop bouleverser les découvertes scientifiques : une technologie est incroyablement plus lente à découvrir dès lors que vous êtes très en avance sur l'Histoire !


Conclusion


Hearts Of Iron 2 est l'occasion pour Paradox Interactive de revenir sur l'un de ses plus grands succès commerciaux. Cette suite permet aux développeurs d'améliorer le concept originel du jeu pour rendre l'expérience plus agréable et moins fastidieuse, enfin un petit peu moins fastidieuse. En effet et malgré tous les progrès réalisés en matière d'interface ou de contrôle des troupes (plus particulièrement des forces aériennes), Hearts Of Iron 2 reste un jeu beaucoup plus axé sur le micro-management que Victoria ou Europa Universalis par exemple. De la même manière, la simplification de l'interface ou la meilleure lisibilité de la carte ne permettent tout de même pas de conseiller ce titre aux débutants ni à ceux que la stratégie (la vraie, pas celle des WarCraft et autres Age Of Empires) n'intéresse que moyennement.

Plutôt destiné à un public de passionnés et à tous ceux qui rêvent de réécrire l'Histoire, Hearts Of Iron 2 est un jeu complet (pour ne pas dire complexe) aux multiples rouages. Chaque décision a son importance et le joueur doit penser chacune de ses actions en fonction d'objectifs assez précis. Hélas, à trop vouloir en faire, les développeurs se sont un peu perdus en chemin et alors qu'il est sans aucun doute le plus abouti de leur titre d'un point de vue technique, Hearts Of Iron 2 est sans doute celui qui offre le moins de libertés par rapport à la réalité historique des choses : la capitulation de la France passe ainsi systématiquement par la formation du gouvernement de Vichy et difficile de découvrir des technologies avant leur introduction réelle. Malgré tout, Hearts Of Iron 2 reste un jeu captivant et dans un style tellement rare à l'heure des FPS / RTS que l'on ne peut que remercier Paradox !

Hearts Of Iron 2

Les plus
+ Profondeur de jeu formidable
+ Nombreuses améliorations
+ Didacticiels très bien faits
+ Nombreux scénarios
Les moins
- Réalisation sommaire
- Gestion militaire délicate
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3

Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le Comparateur de Prix
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Hearts Of Iron 2


00d2000000120578-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120579-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120580-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120581-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120582-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120583-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120584-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120585-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120586-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120587-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120588-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120589-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120590-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120591-photo-hearts-of-iron-2.jpg
00d2000000120592-photo-hearts-of-iron-2.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
scroll top