Far Cry 2 : un petit coin d'Afrique sur son écran

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 octobre 2008 à 18h05
0
00F0000001711056-photo-far-cry-2.jpg
Mon nom est André Hyppolite. Né à Haïti il y a de cela 40 longues années, j'ai exercé toutes sortes de boulots plus ou moins recommandables et je me retrouve aujourd'hui en pleine guerre civile au beau milieu du continent africain. Futurs dictateurs, libérateurs ou simples mercenaires à la solde de puissants conglomérats occidentaux, il est difficile de faire la part des choses en Afrique alors j'ai justement choisi de ne pas la faire ! Tout ce que je demande ce sont des informations précises sur la cible à abattre et d'être payé en temps et en heure. Cette fois, le contrat portait sur un de ces marchands de mort, un dénommé Chacal, mais je n'aurais jamais pensé qu'il m'en ferait baver autant.

Je rêvais de l'Afrique

Tout avait pourtant débuté de manière on ne peut plus ordinaire. Passeport et billets d'avion en poche, j'avais embarqué sur un moyen-courrier à destination de ce petit coin d'Afrique. Un taxi m'attendait à la sortie de l'aérodrome, direction Pala, la principale ville de la région où j'étais censé trouver ce Chacal. Plutôt sympa, le chauffeur me faisait la causette alors que nous passions divers checkpoints et que nous assistions à la fuite de quelques populations civiles... Ce pays part vraiment en vrille ! C'est alors que j'ai commencé à me sentir mal. Ce ne sont bien sûr pas ces maisons calcinées et ces cadavres qui me donnaient mal au cœur... J'en ai vu d'autres ! Non, sans vraiment le savoir, je ressentais les premiers effets de la malaria...


À peine arrivé à mon hôtel, je suis tombé dans les vapes et à mon réveil, je me trouvais « nez à nez » avec le Chacal, enfin plutôt « nez à machette » ! Ce type, dont la tête vaut un sacré paquet, était en train de me faire la morale, de m'expliquer qu'il est intouchable et que ma mission est terminée. Sûr de sa victoire, un peu mégalo aussi sans doute, il m'a finalement laissé la vie sauve. C'est alors qu'une bataille éclata à l'extérieur de l'hôtel. J'attrapais la machette et le flingue qui traînaient sur la table de chevet et je descendais voir, mais, groggy, je n'étais bon à rien et sans savoir ni pourquoi, ni comment, j'étais embarqué par un des groupes. Me voilà à présent aux ordres d'un certain Carbonell... mais voilà surtout l'occasion de comprendre comment les choses fonctionnent dans ce merdier !

00F0000001711058-photo-far-cry-2.jpg
Grosso modo c'est ainsi que débute l'aventure Far Cry 2. Ubisoft Montréal a décidé de nous mettre immédiatement dans le bain et question immersion, c'est une franche réussite. Ensuite, les choses se calment un peu puisque nous enchaînons sur le didacticiel. En quelques missions très simples, nous apprenons à manier les différents instruments mis à disposition, à réparer un véhicule, à maîtriser les armes de bases et à partir à la recherche des diamants. Far Cry 2 c'est d'abord un monde très ouvert basé sur une carte de 50 km² sans le moindre chargement pour interrompre notre progression (sauf entre les parties nord et sud de la région). Du coup, Ubisoft s'éloigne des canons du jeu d'action en vue subjective (le FPS) pour nous proposer un titre plus « aventure » que l'on pourrait rapprocher d'un STALKER voire d'un Boiling Point.

Le petit coin d'Afrique dans lequel nous traînons nos guêtres est contrôlé par deux groupes qui ne se privent pas pour en venir aux mains : l'APR et l'UFLL. Ces deux factions se déchaînent depuis que le Chacal les approvisionne en armes et le but du joueur est tout bonnement d'obtenir un maximum d'informations pour débusquer puis éliminer ce Chacal. En théorie, il ne faut donc pas hésiter à changer de bord afin d'obtenir les meilleurs renseignements, mais également le salaire le plus élevé. Tout se paye en ce bas monde et plus encore lorsque l'on est un mercenaire. En échange de nos services qui vont de la reconnaissance à la destruction de matériel en passant par l'extraction d'un prisonnier ou le massacre d'une escouade, nous sommes rémunérés en diamants, la monnaie locale n'ayant plus guère de valeur.

00F0000001711060-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711062-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711064-photo-far-cry-2.jpg

D'autres mercenaires peuvent devenir vos partenaires et même vous sauver la vie !

Ces diamants permettent ensuite de se payer du matériel de qualité, car en plus d'être une saleté de marchand d'armes, le Chacal livre des produits largement usagés. Oh, c'est bien suffisant pour massacrer des enfants, mais lorsqu'il s'agit de s'attaquer à un groupe de miliciens, il vaut mieux prendre de la marchandise occidentale certifiée, encore que même là il arrive que les flingues vous pètent entre les mains, au plus mauvais moment bien sûr ! Puisque nous parlons des armes et que Far Cry 2 reste malgré tout un FPS, sachez que celles-ci sont divisées en quatre catégories (machette, armes de poing, armes lourdes et divers) et qu'il n'est possible d'emmener qu'une arme de chaque catégorie à la fois. Certains parleront de réalisme, d'autres remercieront plutôt la sortie du jeu sur consoles.

00F0000001711066-photo-far-cry-2.jpg
Far Cry 2 est effectivement disponible sur PC, PS3 et Xbox 360. Histoire d'en finir avec la guéguerre de machine, disons que le jeu est pour ainsi dire identique sur les trois supports. Pourvu que vous disposiez d'un PC correct (double-cœur 2 GHz, 2 Go de RAM et carte de type 7800GT), le jeu est plus fin tout en disposant d'une profondeur de champ plus grande. L'ensemble est fluide et les effets graphiques sur lesquels nous reviendrons sont plus convaincants. En revanche, il nous faut mettre un bémol niveau couleurs : les versions PC et PS3 nous ont semblées plus ternes que la version Xbox 360. De manière générale, il nous faut féliciter les développeurs : certes Far Cry 2 reste un cran en dessous de Crysis, mais on a souvent l'impression d'être au cœur de la brousse et c'est bien le plus important !

Cette impression d'être véritablement en Afrique change agréablement des environnements auxquels les jeux d'action nous ont habitués et l'immersion réussie par les développeurs en est un élément crucial. L'ouverture du monde, la présence de nombreux points de contrôles tenus par des miliciens ou la possibilité de travailler pour l'APR, l'UFLL voire les civils sont là pour renforcer ce sentiment d'appartenir à un monde bien réel. Nous n'avons que rarement l'impression d'avoir un fil à la patte. C'est notamment le cas lorsqu'il s'agit de devoir renouveler son stock de médicaments pour lutter contre la malaria, mais c'est à peu de choses près le seul exemple et le reste du temps, le scénario en deviendrait presque un prétexte à nous faire découvrir l'efficacité du moteur graphique Dunia.


Certains joueurs seront d'ailleurs un brin frustrés de voir que l'histoire n'a guère d'importance. Bien sûr, il est tout à fait possible de faire attention au moindre dialogue (d'autant que le doublage français est très correct), mais dans l'ensemble on zappe rapidement ces séquences de bla-bla pour rentrer au plus vite dans le vif du sujet. Nous touchons ici à l'un des gros points faibles du jeu : l'ouverture du monde n'a effectivement pas que des avantages et pour atteindre le lieu de sa prochaine mission, le joueur doit souvent faire une bien longue balade. Il existe des bus pour rejoindre les zones éloignées et divers véhicules (4x4, jeep, buggy...) sont disponibles, mais il faut tout de même se taper un sacré « bout de brousse » sans la moindre « Géraldine » sous la main pour « meubler », n'est-ce pas M. Dundee ?

« Je m'appelle Hippolyte le gentil [...] mais c'est étrange, à chaque fois, il y a quelqu'un qui est furieux contre moi »

00F0000001711068-photo-far-cry-2.jpg
Ce défaut casse très régulièrement le rythme et passée la surprise des riches environnements, on trouve parfois le temps bien long. Un autre problème est d'ailleurs là pour accentuer encore la frustration du joueur. Nous l'avons expliqué, la région est constellée de points de contrôle tenus par des miliciens qui tirent à vue sur le moindre étranger de passage (autrement dit nous). En début de partie, arme au poing et le cœur plein de courage, on élimine soigneusement chacun de ces miliciens histoire de faire « place nette », mais il ne faut pas plus de vingt minutes pour se rendre compte que c'est peine perdue : quinze secondes après notre départ, les miliciens sont de retour et le point de contrôle est aussi dangereux qu'au premier passage !

Ce que l'on appelle le respawn est ici plus accentué que jamais et cela tourne parfois au ridicule. C'est d'autant plus dommage qu'un jeu comme Boiling Point avait ouvert la voie et que ces checkpoints auraient au contraire pu permettre d'enrichir le gameplay au lieu d'agacer le joueur. On aurait effectivement pu imaginer l'achat de sauf-conduits ou la possibilité de s'infiltrer, mais il n'en est rien. Le meilleur moyen est donc, au choix, d'éliminer tout le monde à chaque passage ou de foncer dans le tas avec un véhicule bien costaud et de semer les éventuels poursuivants, ce qui n'est toutefois guère difficile compte tenu de la bêtise pas du tout artificielle dont font régulièrement preuve les multiples ennemis.

00F0000001711070-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711072-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711074-photo-far-cry-2.jpg

En voilà encore quelques-uns de morts... mais ils reviendront bien trop vite !

Far Cry 2 se voulait révolutionnaire sur ce point et le fait est que c'est loupé. Attention, n'exagérons pas les choses et le jeu d'Ubisoft se situe dans une honnête moyenne, mais compte tenu de l'ouverture du monde et des possibilités offertes aux joueurs, les lacunes de l'IA sont d'autant plus flagrantes. Comme d'habitude, les ennemis sont tout d'abord capables de nous repérer de très loin, mais plus gênant encore, de faire mouche avec un fusil à pompe ! En plein jour, l'infiltration est très limitée et au premier coup de feu, l'IA se montre extrêmement agressive en fonçant alors vers le joueur. Les manœuvres de contournement qu'elle tente sont généralement très limitées et elle est incapable d'imaginer qu'on puisse nous-mêmes faire diversion.

00F0000001711076-photo-far-cry-2.jpg
Du coup, on surprend assez souvent des types qui, bêtement, scrutent encore l'horizon. De la même manière, des ennemis continuent de charger dans notre direction alors qu'ils sont au beau milieu des flammes et ils ont tendance à utiliser leurs véhicules comme de véritables béliers ! Pour autant, il ne faut donc pas exagérer et l'IA est capable de jolies choses par moments. Ainsi, le joueur peut surprendre ses ennemis en train de parler positionnement, les voir attendre des renforts ou se mettre à couvert. On retiendra donc surtout une IA très inégale capable de bonnes surprises, mais aussi des pires bêtises... Ce n'est évidemment guère réaliste et nous touchons maintenant au dernier défaut majeur du titre. Un défaut qui ne gênera là encore pas tout le monde : affaire de point de vue.

Avec Far Cry 2, Ubisoft Montréal a visiblement voulu nous proposer quelque chose de réaliste, tout en restant dans les limites du « raisonnable » et forcément, ça coince. En début de partie, nous avons le choix entre neuf personnages pour notre avatar. Si on peut comprendre qu'un Irlandais pur jus ou qu'un Albanais-Kosovar puisse ne pas être préparé à la malaria, ça passe moins bien dans le cas d'un Haïtien qui semble avoir passé sa vie à bourlinguer dans des zones où la maladie est endémique ! Le principe de « respawn » n'est guère plus réaliste et que dire de ces ennemis qui résistent à une rafale de mitrailleuse lourde ou à du calibre .50 tiré à bout portant ?


D'autres éléments pourraient enfin être critiqués comme la tenue de route des véhicules ou le fait que les combats entre engins se déroulent invariablement de la même manière, mais nous donnerions l'impression que Far Cry 2 ne vaut pas une cacahuète alors que des qualités, le titre d'Ubisoft en a beaucoup. Nous avons parlé des missions et du fait qu'il est possible de les boucler de différentes façons, il est important d'ajouter qu'il n'est ainsi pas nécessaire de toujours foncer dans le tas pour l'emporter. De manière peut-être un peu trop systématique d'ailleurs, il est ainsi possible de trouver des emplacements pour tireur d'élite. Il est également à noter que les combats / missions changent sensiblement selon pas mal de critères.

00F0000001711078-photo-far-cry-2.jpg
Alors que nous parlions des problèmes d'infiltration en plein jour, de nuit les choses sont bien plus faciles. Il faut aussi tenir compte des explosifs afin d'exploiter la présence de bidons ou de réservoirs prêt à « s'envoyer en l'air ». L'utilisation du feu, maintes fois présentée par Ubisoft, n'est en outre pas seulement là pour épater la galerie. Certes la gestion du feu est très belle et ses mouvements en fonction du vent sont remarquables, mais il faut aussi comprendre que l'on peut s'en servir à son avantage. Il est tout à fait possible d'attirer les ennemis en faisant brûler une portion de brousse qui ira faire exploser un engin. Le lance-flamme peut également semer le trouble et il est possible de piéger son véhicule, même si on regrette de ne pas pouvoir jouer les terroristes en le faisant exploser sur les ennemis.

Nous touchons ici à un sujet sensible et même si les développeurs ont parfois donné dans le gore lorsque notre personnage retire une balle pour se soigner (vive le réalisme), l'ensemble reste politiquement correct. Malgré la guerre civile qui fait rage et le fait que tout ce petit monde est pourri jusqu'à la moelle, les choses restent très mesurées. On ne joue pas pour être rappelé aux réalités du monde, mais là encore on se dit que cela manque de réalisme... avant de repartir buter gaillardement des miliciens à dix contre un ! Enfin, terminons avec le multijoueur. Certes Far Cry 2 est d'abord une expérience solo, mais puisque multi il y a, nous avons voulu le tester. Hélas, les joueurs sont encore rares et nous n'avons donc pas été convaincus pour le moment. Il faudra voir dans quelques semaines si le puissant éditeur a permis de faire évoluer positivement les choses.

00F0000001711080-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711082-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711084-photo-far-cry-2.jpg

Véhicules et missions sont variés offrant une durée de vie remarquable d'au strict minimum 20 heures


Conclusion

Finalement très éloigné du concept que proposait Far Cry premier du nom, le petit dernier de chez Ubisoft Montréal est un titre qui a, en quelque sorte, le « cul entre deux chaises ». L'ouverture du monde, la variété des missions et le principe des deux factions en opposition est quelque chose d'aussi efficace que réussi. La réalisation technique, inégale, est tirée par des notions presque nouvelles dans le jeu vidéo comme la propagation du feu et une excellente gestion des conditions d'éclairage. Hélas, Ubisoft a pêché sur des points au moins aussi importants et son « petit coin d'Afrique » manque parfois de vie alors que l'immersion est souvent torpillé par l'aspect répétitif des choses. On critiquera également l'intelligence artificielle, par trop inégale, et le respawn qui en agacera plus d'un. En définitive, Far Cry 2 fait penser à un croisement entre STALKER et Boiling Point, un croisement imparfait, mais qui mérite que l'on s'y attarde : en espérant un Far Cry 3 complètement abouti !

Far Cry 2

6

Les plus

  • Univers envoûtant, très ouvert
  • Liberté d'action bien réelle
  • Nombreuses missions très variées
  • Durée de vie remarquable...

Les moins

  • ... abusivement allongée par le respawn
  • Intelligence artificielle trop inégale
  • Multijoueur qui semble en retrait

0

Réalisation8

Prise en main9

Durée de vie solo8

Durée de vie multi7


Notez que Far Cry 2 nécessite, sur PC, une connexion Internet pour son activation. Un bug plutôt gênant semble provoquer un écran noir chez certains utilisateurs au lancement du jeu : il faut alors éditer le fichier GamerProfile.xml, en attendant une mise à jour !

Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Far Cry 2 sur PC
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Far Cry 2 sur Playstation 3
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Far Cry 2 sur Xbox 360
|clubic|+ Venez discuter de cet article dans le forum|fin|
00F0000001711142-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711158-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711156-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711162-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711178-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711192-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711204-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711182-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711202-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711214-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711206-photo-far-cry-2.jpg
00F0000001711210-photo-far-cry-2.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 14h16
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

  Far Cry 2  : test d'un FPS révolutionnaire ?
BMW veut déployer Linux dans toutes les voitures
  Alerte Rouge 3  : reportage exclusif, dernière partie
Flock dézingue l'actu de la semaine en dessins
Dialog : France Numérique 2012 et Google Phone
  Far Cry 2  : test d'un FPS révolutionnaire ?
Bourse: la récession se confirme, Cac IT20: -7,01% sur cinq jours
Microsoft reste modéré face au succès de l'iPhone
Hervé Bayle, Xiring :
Nouvelles mesures de l’UE contre la cyberpédophilie
Haut de page