Sauvegarder ses données : Iomega REV 120 Go

14 octobre 2008 à 16h42
0
0000005500056994-photo-logo-iomega.jpg
L'industrie du stockage de données a connue au fil des années de nombreuses mutations, certains acteurs disparaissant tout simplement alors que les effets de la concentration ont par exemple poussé Seagate et Matrox à se rapprocher. Aujourd'hui, et alors que le stockage des données informatiques reste plus que jamais une nécessité absolue, des acteurs historiques comme Iomega ont plus de mal qu'auparavant à imposer leurs solutions. Il faut dire que la glorieuse époque des lecteurs ZIP est révolue, qu'Iomega a été racheté par EMC, que la révolution optique a lourdement fait chuter le prix du stockage au mégaoctet, et que l'augmentation de la densité des disques durs est allé de paire avec une inexorable baisse de leur coût.

Cet état des lieux pour introduire le REV, la solution de stockage amovible d'Iomega, plutôt destinée aux utilisateurs avancés et au monde de l'entreprise. Car là où Iomega proposait autrefois des solutions de stockage externe à cartouche amovible pour le grand public, le même Iomega propose dorénavant des disques durs externes. Lancée dans le courant de l'année 2004, la technologie REV évolue petit à petit et si Iomega proposait au lancement une solution de stockage pouvant abriter 35 Go de données par cartouche, il est maintenant question de cartouches de 120 Go, des cartouches dont les temps d'accès et le débit sont annoncés comme proches d'un disque dur. Petit tour d'horizon de la dernière évolution de la technologie Iomega REV.

Au cœur du REV : le RRD

0000004100086284-photo-logo-iomega-rev.jpg
Dans sa précédente incarnation, la technologie REV nous proposait de stocker 70 Go de données sur une cartouche. Iomega profite de l'année 2008 pour doubler cette capacité, ou presque, puisque son dernier lecteur REV peut stocker jusqu'à 120 Go de données, non compressées, sur une seule cartouche. On retrouve toujours au sein du REV, la technologie RRD (ou Removable Rigid Disk), qui est sur bien des points semblable à la technologie employée dans les disques durs 2,5 pouces. Car toute l'astuce du REV est de mettre à profit la technologie des disques durs pour l'aspect performance en la rendant extensible comme les médias optiques via des cartouches amovibles.

Pour ce faire, la cartouche REV comporte donc des plateaux magnétiques sur lesquels sont stockées les données mais aussi le moteur, alors que les têtes de lecture ainsi que l'électronique se situent dans le lecteur. Cette particularité, du moteur inclus dans la cartouche, est censée permettre de réduire les risques de contamination des plateaux. En effet, sur l'ancienne technologie JAZ d'Iomega, le moteur était dans le lecteur et la cartouche présentait donc un orifice pour entraîner la rotation des plateaux, orifice par lequel pouvait pénétrer toute sorte de poussières. Assez denses, les cartouches REV sont donc censées être étanches et résister aux chocs (jusqu'à 1,5 mètres).

Parallèlement au choix d'intégrer le moteur directement dans les cartouches, la technologie RRD s'appuie sur différentes zones d'étanchéité au sein même de l'appareil alors qu'un système de filtration de l'air expulse à chaque insertion d'une cartouche l'air de la cartouche avant de charger les têtes : des filtres à l'intérieur des cartouches récupèrent alors les poussières. Et si cela ne suffit pas, le lecteur opère un nettoyage automatique de ses têtes de lecture de manière assez régulière. Toujours dans le but de garantir une fiabilité sans faille des données, la technologie REV s'appuie sur un circuit à deux niveaux de correction des erreurs pour une intégrité maximale.

000000F000086295-photo-disques-iomega-rev.jpg

Les caractéristiques techniques

Dans sa version 120 Go, la technologie REV est annoncée comme compatible en lecture avec les disques REV 70 Go. Impossible donc d'écrire des données sur ses anciennes cartouches 70 Go, tout comme il sera impossible de lire ou d'écrire sur des cartouches REV 35 Go avec un lecteur REV 120. Voilà un premier point négatif pour le moins sérieux. Côté caractéristiques plus générales, Iomega annonce un temps d'accès moyen de 12 ms en lecture pour un débit moyen en écriture de 35 Mo/s. Par rapport à la première génération de lecteur REV, le temps d'accès n'a pas changé, alors que le débit moyen passe de 25 Mo/s à 35 Mo/s, ces valeurs étant entendues comme des pointes. Il est à noter que la vitesse de rotation des disques REV 120 Go/s est fixée à 4000 tours/minutes, contre 4200 tours/minutes pour les anciens disques REV 70 Go.

En terme de longévité, les données communiquées par Iomega ne changent pas puisqu'il est toujours question d'un temps moyen de bon fonctionnement avant panne de 400 000 heures environ pour le lecteur REV alors que les cartouches REV sont toujours garanties cinq ans. Du reste, et selon les données constructeur, une cartouche REV a une durée de stockage de trente ans. Car parallèlement aux choix technologiques évoqués précédemment chaque cartouche contient en plus des filtres et un déshumidificateur qui permet d'éviter toute formation de moisissures à l'intérieur de la cartouche suite à des variations du taux d'humidité.

Lecteur Iomega REV 120 Serial-ATA

Physiquement identique aux précédents lecteurs REV, l'Iomega REV 120 Go s'installe dans un emplacement 3 pouces ½ . Si votre boîtier ne dispose plus d'emplacement libre de ce type, Iomega livre un adaptateur permettant de chausser le lecteur dans une baie 5 ¼. Alors que les précédents lecteurs REV étaient proposés avec une interface IDE, ce modèle nous arrive avec une interface Serial-ATA native. Sachez au passage que si Iomega ne propose pas de version IDE de son REV 120 Go, le fabricant le décline toujours en version externe avec interface USB 2.0.

000000C301689760-photo-iomega-rev-120-2.jpg
000000C301689758-photo-iomega-rev-120-1.jpg

Lecteur Iomega REV 120 Go - Serial-ATA

Esthétiquement, le lecteur conserve le design minimaliste des premiers REV avec une façade noire réduite à sa plus simple expression, un bouton d'éjection qui s'allume de bleu lors que le lecteur est en fonctionnement et un orifice pour l'éjection d'urgence.

Iomega REV 120 : L'aspect logiciel

L'une des spécificités du REV est à chercher du côté de sa prise en charge par les systèmes d'exploitation. Si Windows XP et Windows Vista reconnaîtront nativement une unité REV, qu'importe son interface, et s'il sera possible de lire les données qu'elle contient de la même manière, il faudra en revanche obligatoirement installer un pilote pour écrire sur les cartouches REV. En effet, Iomega a fait le choix de retenir le format de fichiers UDF pour ses cartouches REV. Si l'installation du pilote n'est pas tant un problème en soit, on sait en revanche que le REV sera vu par certains logiciels comme un média optique ce qui empêchera du coup son utilisation en tant que support de stockage de masse. Du reste, le recours à un pilote tiers peut dans certains cas poser des conflits entre d'une part le pilote Iomega et d'autres parts les pilotes installés par certains logiciels de gravure.

000000E101666750-photo-iomega-rev-70-pilotes.jpg

Les pilotes Iomega REV et leurs fonctions avancées

Dans sa version interne, le REV 120 Go est livré avec une cartouche, mais aussi et surtout avec le logiciel EMC Retrospect Express, un logiciel conçu par EMC, la maison mère d'Iomega. Austère, avec une interface fort peu conviviale, EMX Retrospect Express est un logiciel de sauvegarde qui permet de sauvegarder ses fichiers, mais aussi un système complet. Diverses options avancées sont proposées avec notamment un module de planification des sauvegardes, des options de vérification de l'intégrité des sauvegardes ou encore la possibilité de sauvegarder les fichiers, y compris lorsque ceux-ci sont ouverts.

000000FA01691300-photo-emc-retrospect-express.jpg

Le logiciel Retrospect Express d'EMC
00310184-photo-ordinateur-de-bureau-dell-dimension-3100c.jpg
Pour tester les performances de ce lecteur REV, nous avons utilisé la plate-forme dont le détail figure ci-dessous :
  • Carte mère Asus P5E3 Premium - (BIOS 0505),
  • Processeur Intel Core 2 Extreme E8400 (3 GHz),
  • 2x 1 Go mémoire DDR3 Corsair CM3X1024-1800C7 @ 1333,
  • Carte graphique Radeon HD 4550,
  • 2x Disque dur Western Digital Raptor 150 Go - Serial-ATA 150
Cette plate-forme opérait sous Windows Vista Edition Intégrale avec Service Pack 1 et utilisait les derniers BIOS et mises à jour disponibles à la date du test.

Les performances moyenne en écriture

01690202-photo-iomega-rev-120-tests-ecriture-gros-fichiers.jpg

Ce premier test s'intéresse aux performances en écriture de nos diverses unités avec le transfert d'un fichier d'environ 3 Go. Les résultats sont notés en Mo/s. On note les très bonnes performances du REV 120 Go avec cartouche 120 Go puisque son débit est le plus élevé, devant le REV 70 Go. Utilisé avec une cartouche de 35 Go, le REV 70 Go donne des performances en écriture déplorables, à peine 6 Mo à la seconde alors que notre disque dur externe, signé Western Digital, est assez proche dans ses performances au REV 70 Go.

Les performances moyenne en lecture

01690206-photo-iomega-rev-120-tests-lecture-gros-fichiers.jpg

On passe maintenant aux performances en lecture de nos unités avec le transfert d'un fichier de plus de 3 Go depuis les unités externes vers un second disque dur Raptor 150 Go de Western Digital. Ici, c'est le disque dur externe qui s'adjuge la première place, devant le REV 120 Go. Celui-ci est très légèrement plus rapide que le REV 70 Go. L'utilisation d'une cartouche REV 35 en lecture sur le REV 70 donne fort heureusement de meilleurs résultats qu'en écriture avec un débit moyen de 24 Mo/s.

Les performances moyenne en écriture - petits fichiers

01690204-photo-iomega-rev-120-tests-ecriture-petits-fichiers.jpg

Avec une grappe de petits fichiers, les performances moyenne en écriture dégringolent tout simplement. Notre REV 120 Go tire encore son épingle du jeu avec un débit proche des 3 Mo/s alors que notre cartouche REV 35 Go utilisée dans le lecteur REV 70 offre un débit légèrement supérieur à celui obtenu avec une cartouche de 70 Go. Enfin, le disque dur externe de Western Digital est ici lourdement handicapé puisqu'il affiche les performances les plus faibles.

Les performances moyenne en lecture - petits fichiers

01690208-photo-iomega-rev-120-tests-lecture-petits-fichiers.jpg

On termine par un coup d'œil sur les performances en lecture des petits fichiers avec nos divers lecteurs. Étrangement c'est le REV 70 avec sa cartouche de 70 Go qui donne ici le meilleur résultat avec un débit moyen de 4,8 Mo/s. Le REV 120 Go est juste derrière, et notre cartouche REV de 35 Go affiche un débit en lecture meilleur que notre disque dur externe Western Digital de 160 Go, au format 2 pouces 1/2.

Conclusion

Toujours réservé à un usage semi-professionnel, voire professionnel, le REV continue de s'imposer comme une excellente alternative aux solutions de stockage optique de type Blu-ray ou aux solutions de type sauvegarde sur bande. Si la capacité et les performances sont effectivement au rendez-vous pour cette édition 120 Go, on regrette amèrement les choix technologiques d'Iomega qui font que les anciennes cartouches REV sont, pour partie du moins, inutilisables avec cette nouvelle unité. Alors que les performances en écriture du REV 70 sur les anciennes cartouches de 35 Go étaient effectivement désastreuses, Iomega avait su préserver un certain niveau de compatibilité avec son ancien lecteur. Avec le REV 120 Go il faudra malheureusement se contenter du minimum syndical : lecture seule des cartouches REV 70 Go, et incompatibilité totale avec les REV 35 Go. Un choix tout simplement inacceptable à nos yeux.

Quant au prix de ce REV, il reste particulièrement élevé puisqu'il faudra débourser en moyenne 450 euros pour le lecteur. Si le coût d'acquisition de l'unité est particulièrement élevé, le coût des cartouches est en revanche beaucoup plus intéressant. Il faudra en effet débourser 80 euros pour une cartouche vierge de 120 Go ou 360 euros pour 5 cartouches, soit dans ce dernier cas de figure un prix de revient de 72 euros la cartouche en moyenne. Ramené au gigaoctet, cela nous donne un coût de 60 centimes d'euros par gigaoctet qu'il nous faut comparer au coût d'un disque dur externe. Prenons un modèle de 320 Go USB 2.0 au format 2,5 pouces, signé Western Digital et commercialisé 90 euros : ici le coût au gigaoctet est d'environ 28 centimes d'euros. Mais face à un Blu-ray de 25 Go, généralement commercialisé 20 euros, le REV reste compétitif puisque le coût au gigaoctet d'un Blu-ray s'élève à 80 centimes d'euros.

Bref, sans être la solution la moins chère, le REV reste une solution de sauvegarde compétitive, du moins une fois l'achat du lecteur amorti. Les performances sont bel et bien au rendez-vous alors que la fiabilité ne semble pas être un souci sur ce type d'unité que nous utilisons sans problème notable depuis plusieurs années dans des versions il est vrai plus modestes de 35 et 70 Go. On fustigera en revanche Iomega sur la problématique de la compatibilité et en cela, la pérennité d'une solution REV nous paraît éminemment contestable puisqu'avec le prochain lecteur les cartouches actuelles ne seront peut être même pas lisibles !

Iomega REV 120 Go

4

Les plus

  • Bonnes performances
  • Stockage extensible
  • Fiabilité de mise

Les moins

  • Pérennité douteuse
  • Incompatible avec les REV 35
  • Pas d'écriture sur les REV 70 !
  • Nécessite des pilotes tiers

0

Performances8

Capacité7

Confort6



La solution Iomega REV vous intéresse ? Retrouvez-la dans le :
  • Comparer les prix du Iomega REV 120 Go Serial-ATA

  • Venez discuter de ce dossier dans le forum
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Stockage: Iomega REV 120 Go en test sur Clubic
  LEGO Batman  s'offre une démo jouable (màj)
«La bonne gestion des licences logicielles, une priorité pour les DSI» par Marc Vaillant
Apple renouvelle MacBook, MacBook Pro et MacBook Air
Insolite : un MacBook parfaitement con ?
Des cartes graphiques pour forcer le WiFi WPA ?
Le statut de l’auto-entrepreneur en vedette au salon des micro-entreprises
Un tout-en-un et des cartes mères Eee chez Asus
  Rappelz  : le MMO gratuit se met à jour
La publicité en ligne ne connaît pas (encore) la crise
Haut de page