Chaos League

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
12 juillet 2004 à 12h00
0
00D2000000093838-photo-chaos-league.jpg
Chez Cyanide, on aime tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à du sport et on aime encore plus l'adapter à notre loisir préféré : le jeu vidéo. Remarquez, ça tombe plutôt bien puisque justement Cyanide c'est un studio de développement ! Après nous avoir fait goûter aux joies du deux roues dans Cycling Manager, nous avoir permis de tâter du sulky avec Horse Racing Manager et nous avoir offert l'occasion de défier la perfide Albion dans Pro Rugby Manager, Cyanide nous propose avec Chaos League un nouveau défi qui fleure bon le "fantastique"...

En effet, le studio a décidé d'opérer un léger changement de registre. Il est toujours question de sport bien sûr, mais pas tout à fait le genre de sport auquel nous sommes habitués. Quoique, je m'avance peut-être et nous dirons donc, le genre de sport auquel JE suis habitué. Les règles de Chaos League sont en réalité un petit peu particulières et on se rapproche ici bien davantage du Blood Bowl, le fameux jeu de plateau signé Games Workshop, que de la danse classique... Accrochez-vous, il va y avoir du sang, des tripes et des molaires !


Même les Gobelins ont des sentiments

Avant de pénétrer dans l'arène, il est important de bien présenter les choses. Les plus anciens d'entre vous se souviendront sans aucun doute des Skateball, Speedball, MUDS et autres Grand Monster Slam mais pour les autres, le sport sur ordinateur n'est jamais sorti des sentiers battus or Chaos League en sort justement... Et pas qu'un peu. Nous disions donc que Cyanide s'était pour ce nouveau titre rapproché du chef d'œuvre (NDA : n'ayons pas peur des mots) de Games Workshop : Blood Bowl. Mais késako Blood Bowl me direz-vous ? Je vous répondrais alors "fort bonne question" et vous remercierais chaudement de me l'avoir posée. Blood Bowl est un jeu de plateau dans lequel deux équipes de onze joueurs prennent part à des matchs d'un sport plus ou moins proche du football américain. Il y était question de plaquages, de bottes, de passes, d'esquives et la partie se terminait dès lors qu'une formation inscrivait trois touchdowns. Jusque là rien de bien révolutionnaire me direz-vous, bavard que vous êtes ! Certes, vous avez parfaitement raison, mais arrêtez-donc de m'interrompre. Les choses diffèrent en fait légèrement, puisqu'il est également possible de terminer un match à partir du moment ou une des deux équipes comptent trois morts... (rien)... Vous me semblez bien silencieux tout à coup ? Oui, trois morts et c'est à peu près cette philosophie du "moi vois, moi tue" que Cyanide a tenté de retranscrire avec Chaos League. Le but du jeu est là aussi apparenté au football américain mais avec un zeste de violence, de coups bas et de joyeux massacres qui lui confèrent cet aspect bon enfant. Amateurs de poésie, rassurez-vous car bien sûr les parties ne sont pas que singuliers équarrissages ou truculentes éviscérations et nous avons également la joie d'y retrouver l'essentiel des gestes énoncés précédemment : passes longues, coups de botte, plaquages, esquives...

00D2000000093839-photo-chaos-league-choix-de-l-quipe.jpg
00D2000000093840-photo-chaos-league-gestion-de-l-effectif.jpg
00D2000000093841-photo-chaos-league-am-lioration-d-un-joueur.jpg

Choix de l'équipe, gestion de l'effectif et amélioration des joueurs : il y a du management dans Chaos League, mais nous y reviendrons

Au démarrage de Chaos League, plusieurs choix s'offrent aux joueurs : le didacticiel, les matchs simples, le championnat, les scénarios ou le mode multi-joueurs. Il est également possible d'accéder ici aux options mais comme celles-ci ne recèlent rien de bien extraordinaire, inutile de s'y attarder. Le didacticiel se décompose en de nombreuses sections qui permettent de parfaitement comprendre les mécanismes du jeu et d'en maîtriser tranquillement, un à un tous les aspects. De plus en plus délaissé par les développeurs, il s'avère ici remarquable et rendra de fiers services à tous les débutants. Ensuite, peu importe lequel des quatre modes de jeu vous choisirez, le résultat sera à peu de chose près le même : choix de l'équipe, du niveau de difficulté et du système de jeu. Cette dernière option est capitale puisqu'elle conditionne en fait tout le déroulement du match. Cyanide a en effet préféré laisser le choix aux joueurs entre : mode tour par tour et mode temps réel. Durant un match, Chaos League prend en effet des allures de jeu de stratégie et cette option permet alors de faire la différence entre, par exemple, une approche plus "WarCraftienne" et une approche "à la" Heroes Of Might & Magic. Les habitués du Blood Bowl iront généralement plus volontiers vers le mode par tour, mais en fait, une fois les mécanismes bien assimilés, les deux modes deviennent aussi agréables. Le mode tour par tour est plus calme, plus posé alors que le mode temps réel est plus nerveux, plus stressant. Cyanide a d'ailleurs vraiment bien fait les choses puisque les débutants amateurs de temps réel disposent d'une option extrêmement pratique au début de leur apprentissage du jeu : "la pause instantanée". Cette option permet comme son nom l'indique de mettre le jeu en pause à tout moment afin de repenser sa stratégie. Aucune décision ne peut bien sûr être prise lorsque la partie est suspendue mais cela reste un outil extrêmement pratique.
00D2000000093847-photo-chaos-league-la-super-star-de-l-quipe.jpg


Touchdown ! Touchdown ! Touchdown !

A force de partir dans des digressions à n'en plus finir, j'en oublie mon sujet principal : le match. Donc une fois les deux équipes entrées dans l'arène, il est possible de placer les joueurs en fonction de la tactique voulue et des caractéristiques de chaque personnage. Après quelques secondes, le match et les deux formations se précipitent pour obtenir le ballon situé au milieu du terrain, sur le dos d'un pauvre cochon qui ne fera pas de vieux os. Le joueur qui parvient à mettre ses grosses pattes velues sur ledit ballon devient instantanément l'objet de toutes les attentions adverses et ses coéquipiers devront donc tout à la fois le défendre et lui proposer des ouvertures. Il faut savoir que le porteur du ballon est beaucoup moins efficace dans les combats que ses comparses. Le style de jeu prend alors vraiment des allures de football américain pourvu que vous ayez décidé de jouer plus "poétiquement" : le quarterback recule, cherche une solution et envoie une véritable bombe vers un running-back démarqué... Qui se fait projeter par l'ogre adverse, un champion de poésie celui-là ! Evidemment, l'aspect Blood Bowl ne tarde pas à reprendre le dessus et les joueurs se mettent joyeusement sur la tronche pendant que le ballon fait quelques rebonds sur le terrain. Les plus doués au combat s'en donnent à cœur joie sur les plus faibles et un receveur plus discret que les autres prépare la relance quand un violent éclair le frappe lourdement... Ah oui, j'oubliais de préciser qu'en plus des classiques mouvements "sportifs", Chaos League est agrémenté de magie afin de pimenter les échanges. Chaque joueur est évidemment doté de caractéristiques qui conditionnent son efficacité. Au fur et à mesure des matchs, les joueurs acquièrent des points d'expérience qu'ils peuvent ensuite allouer à différentes compétences ou sorts. Les compétences vont de la simple précision de lancer à la méditation en passant par de nouvelles techniques de combat, alors que les sorts permettent des "instantanés" aussi explosifs que surprenants.

00D2000000093849-photo-chaos-league-de-nombreuses-vues-sont-accessibles.jpg
00D2000000093850-photo-chaos-league-nette-pr-f-rence-pour-les-pom-pom-humaines.jpg
00D2000000093851-photo-chaos-league-ca-va-tre-tr-s-tr-s-juste.jpg

Sous l'oeil attentif des pom-pom girls, Goldanolen dans ses oeuvres !

Un match de Chaos League dure très exactement dix minutes et il n'est pas ici question d'arrêts de jeu : un fois le chrono écoulé, la partie s'arrête et c'est donc l'équipe ayant marqué le plus de touchdown qui l'emporte. Pour marquer ces fameux touchdowns de très nombreuses tactiques peuvent être mises au point mais disons qu'il y a deux approches : physique ou technique. L'approche physique repose sur la mise au tapis systématique des joueurs adverses : comme il faut du temps pour se relever, une supériorité numérique s'installe rapidement. A l'opposé, l'approche technique vise à déstabiliser l'autre équipe avec des courses croisées, des appels de balles et de longues passes ultra-précises d'un quarterback de talent. Il faut à ce propos savoir que les joueurs ont deux caractéristiques principales qu'il faut surveiller en permanence : l'énergie vitale et le souffle. Lorsque la première est à zéro, le joueur est KO, doit sortir et peut même se blesser ou mourir. Le souffle lui sert lors "d'actions spéciales" qui permettent elles aussi de faire pencher la partie en sa faveur. On compte cinq de ces actions : "master power", sprint, haranguer la foule, dissimulation et soin. Elles consomment toutes une grande partie de la jauge de souffle, jauge qui ensuite se régénère progressivement. Le "master power" permet bien entendu de mettre le paquet afin de massacrer un adversaire. Le sprint se comprend de lui-même. Haranguer la foule permet de s'attirer la sympathie du public qui possède des sorts dont on peut alors disposer. Enfin, la dissimulation permet simplement de faire apparaître une sorte de brouillard de guerre sur une partie du terrain alors que le soin fait remonter toute la vie du joueur. Ces actions sont évidemment à utiliser au moment opportun et font pour ainsi dire office de joker afin par exemple de revenir sur un attaquant démarqué ou bien au contraire de préparer une relance à l'abri des regards indiscrets.
00D2000000093843-photo-chaos-league-des-pubs-d-biles-mais-amusantes-la-fin-des-matchs.jpg


En route vers les play-offs...

Les deux ou trois premiers matchs ne sont pas forcément évidents à gérer même après avoir fait le didacticiel. On hésite à découvrir sa défense, on ne parvient pas à construire la moindre offensive et on peste évidemment contre la bêtise de ces joueurs qui ne font que ce qu'on leur demande. Malgré ces menus obstacles, on est immédiatement accroché par l'ambiance qui se dégage de la partie et on retente sa chance rapidement. Petit à petit, on apprivoise alors ses joueurs et les enchaînements commencent à fonctionner. Même s'il s'accompagne de quelques hurlements, cet apprentissage finalement assez rapide n'est pas frustrant le moins du monde. Après tout juste trois matchs simples, n'importe quel joueur devrait être en mesure de débuter un championnat et alors de saisir la véritable mesure de Chaos League. Le championnat vous invite en effet à prendre les reines d'une équipe de quatrième division et à lui faire gravir une à une les marches de la gloire vers la division élite. Le championnat ajoute une dimension "management" aux matchs simples en intégrant la gestion des effectifs (achats de nouveaux joueurs) mais aussi en permettant de profiter de l'expérience acquise par ses protégés. Entre chaque matchs on peut, comme nous l'avons dit précédemment, attribuer ces points obtenus en fonction des gestes réalisés à différents sorts / compétences. Selon la semaine on choisit ou on se voit attribuer ensuite un adversaire de même division et le petit "train-train" du championnat peut continuer jusqu'à la fin de la saison et la possible promotion... Mais je n'en dis pas plus !

00D2000000093844-photo-chaos-league-un-lancer-digne-de-montana.jpg
00D2000000093845-photo-chaos-league-r-ception-parfaite.jpg
00D2000000093846-photo-chaos-league-touchdown-tranquille.jpg

Pendant que les linemen font leurs basses besognes, le quarterback illumine la partie et mon receveur court au touchdown !

Alors que les matchs sont pour ainsi dire parfaits, cette partie "management" risque de décevoir un peu les fous furieux de Blood Bowl. Ceux qui comme moi avaient fait des véritables ligues avec marché des transferts et tractation secrètes, seront sans doute un peu déçus de ne pas avoir la même liberté. Il faut toutefois bien reconnaître qu'un jeu sur ordinateur n'est jamais aussi ouvert qu'un jeu de plateau... C'est le support qui veut ça et Cyanide s'est déjà très bien débrouillé. D'autant que la réalisation générale de Chaos League est d'excellente facture. L'interface et les différents panneaux du championnat sont aussi clairs qu'agréables à utiliser. Le moteur 3D de représentation des matchs est très réussi malgré un petit manque de détails et de variétés sur les personnages. Précisons d'ailleurs un point qui a son importance : Chaos League se déroule dans un univers fantastique et nous invite donc à prendre en main des équipes composées d'Humains, d'Elfes Sylvains, d'Elfes Noirs, d'Orques, de Gobelins, j'en passe et des meilleurs... Ces nombreuses créatures sont toutes très bien modélisées mais on regrettera donc que les linemens humains, par exemple, soient tous identiques. On aurait également bien voulu pouvoir personnaliser la tenue de son équipe, voire même chacun des joueurs. Il n'en demeure pas moins que Chaos League est déjà très riche, la réalisation graphique est de très bonne qualité et les commentateurs plutôt amusants même si leurs interventions tournent assez rapidement en rond.
00D2000000093848-photo-chaos-league-sans-doute-le-plus-beau-des-quatre-terrains.jpg


Fin de match

Il serait possible de dire encore beaucoup, beaucoup de choses à propos de Chaos League et on pourrait par exemple détailler plusieurs tactiques de jeu à appliquer. Il serait également possible de parler des pom-pom girls, de leur influence sur le public ou bien encore des fonctions de dopage ou de corruption de l'arbitre, mais il faut savoir s'arrêter et conclure. Particulièrement abouti et terriblement prenant, Chaos League est à mon sens la plus grande réussite de Cyanide avec des matchs qui s'enchaînent très rapidement. On a envie de faire progresser sa sélection, de monter dans la division supérieure et surtout de mettre une tannée à ces prétentieux Gobelins en tête de la division élite. Malgré la bonne humeur qui se dégage du titre, il nous faut tout de même parler de quelques défauts et en tête de liste de cette tendance au "grosbillisme" : l'intelligence artificielle est relativement limitée mais plus généralement, le jeu favorise à mon sens un peu trop la baston. On pourra également reprocher une petite faiblesse au niveau de la personnalisation de son équipe ou bien un relatif manque de races différentes (NDA : surtout comparé à ce Blood Bowl).

Chaos League n'en demeure pas moins un très bon titre. Il est de la veine du fabuleux Speedball (NDA : hé les Bitmap à quand le troisième ?) et devrait convenir à tous les amateurs de "sports-défoule". La réalisation sert un concept redoutablement efficace qui devrait vous assurer de très nombreuses heures de jeu d'autant que le mode multi-joueurs, excellent, vient comme la cerise sur un succulent gâteau... Merci Cyanide !


Chaos League

8

Les plus

  • Du "Blood Bowl" sur PC !
  • Excellent rendu des matchs
  • Pur bonheur en multi-joueurs

Les moins

  • Intelligence artificielle limitée
  • Management / personnalisation en retrait

Note globale9

Réalisation7

Prise en main7

Durée de vie9


Cet article vous intéresse ? Retrouvez le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix du jeu Chaos League
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Chaos League en test sur Clubic
ATI & NVIDIA réduisent leurs prods entrée de gamme
Blu-Ray ou HD-DVD : Hollywood tranchera ?
Wildfire déjà annulé ?
Le RV410 d'ATI partiellement dévoilé
La prochaine Playstation dévoilée au mois de mai
Sony Hi-MD enfin disponibles ... au Japon !
iTunes atteint la 100 millionième vente de musique
Mini disque dur et téléphone mobile en 2005 ?
Nouvelle roadmap Intel
Haut de page