Shuttle ST62K 'Zen'

le 20 janvier 2004
 0
012C000000071038-photo-shuttle-st62k.jpg
Ce début d'année 2004 est tout simplement étonnant. Il y a quelques jours, nous vous présentions les derniers modèles de Mini-PC à base de chipset i865G et nous constations dans le même temps qu'une période charnière pointait le bout de son nez. La venue de Processeurs dits de "nouvelle génération" (Prescott et Athlon 64) laisse effectivement entrevoir de profonds changements dans la manière d'aborder le Mini-PC et pourtant ce n'est pas du tout dans ce sens que va le premier modèle réellement novateur de cette année...

Le ST62K est le petit dernier de celui que l'on présente comme le pionnier en la matière, le taiwanais Shuttle. Il se destine aux processeurs Intel Pentium 4 et n'innove pas particulièrement puisqu'il se base sur un chipset déjà testé il y a peu : le RS300 d'ATI. En réalité, cette machine est surtout l'occasion pour Shuttle de revoir son design de base afin de proposer un produit plus silencieux que de coutume. Baptisée "Zen", cette solution se caractérise en effet par la mise à l'écart de l'alimentation qui se trouve placée à l'intérieure d'une "brique" non ventilée en dehors du PC.


Shuttle revoit son design



Depuis le temps que nous testons des Mini-PC et plus particulièrement des Mini-PC Shuttle, il nous semblait bien inutile de revenir sur la classique petite présentation du produit avec description de l'aspect extérieur, du système d'ouverture et des différents composants que la bête abrite. Pourtant, l'ouverture du carton du ST62K nous a rapidement fait changer d'avis. Il faut dire que Shuttle débute l'année avec panache et nous propose un modèle relativement différent de ce à quoi il nous avait habitué. Plus petit, plus compact que les produits précédents, le ST62K se caractérise tout d'abord par ses "accessoires". Enfin accessoires n'est pas tout à fait le terme le plus approprié comme vous allez rapidement vous en rendre compte. En effet parmi ces "accessoires", on retrouve un boîtier noir relativement imposant et surtout bien lourd qui renferme en réalité l'alimentation du Mini-PC. Shuttle en parlait depuis déjà un moment et s'est finalement décidé à franchir le pas : il tente un modèle de Mini-PC avec alimentation externe.

00D2000000071065-photo-shuttle-st62k-une-alimentation-externe.jpg
00D2000000071066-photo-shuttle-st62k-une-alimentation-externe.jpg
00D2000000071067-photo-shuttle-st62k-une-alimentation-externe.jpg

L'alimentation est externe, sans ventilateur et délivre une puissance de 180 watts

Le but premier d'une telle solution est bien évidemment la quête du silence. Avoir une alimentation intégrée à la machine augmente la chaleur produite et de ce fait nécessite une ventilation plus importante source évidente de nuisances sonores. Avec le passage à une alimentation externe, Shuttle se passe ainsi de ventilateur pour celle-ci et espère également réduire le besoin de ventilation au sein même du Mini-PC. Enfin, cela permet de gagner un peu de place à l'intérieur de la machine dont on peut alors réduire quelque peu les dimensions. Nous verrons évidemment dans notre partie "performances" si le but recherché est atteint par Shuttle. Une chose est cependant certaine et contrairement à ce que peuvent penser certains utilisateurs, le principe d'une alimentation externe n'est pas si contraignant une fois l'habitude prise. En réalité, seuls les amateurs de "LAN Party" pourraient éventuellement critiquer ce surcroît d'accessoires à transporter avec soi. Avant toutefois d'aller plus loin, voici notre petit tableau récapitulatif.

00071047-photo-shuttle-st62k-tableau-des-caract-ristiques.jpg

Le ST62K comparé à son "frère d'armes", le ST61G4

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Processeur

TSMC a achevé la conception de son infra destiné à la production de puces 5 nm
TSMC : les commandes de puces 7 nm en hausse grâce à AMD et Android
AMD : le silicium des processeurs ne sera pas remplacé avant au moins 10 ans
Spectre : aucun correctif logiciel n'en viendra à bout, selon des chercheurs de Google
TSMC : l'incident survenu fin janvier coûtera 550 millions de dollars au groupe
Le Machine Learning pourrait permettre d'exploiter des processeurs composés de diamant
TSMC : la production de masse en 7nm démarre dès mars
Le fondeur américain GlobalFoundries, second mondial derrière TSMC, chercherait un acheteur
Google recrute à tout va chez Intel ou Qualcomm pour concevoir ses propres processeurs
TSMC : le 7 nm représente maintenant la plus grosse source de revenus du fondeur
Les premières puces Exynos Auto de Samsung arriveront sur les futures Audi
Qualcomm dévoile le processeur mobile Snapdragon 855
Intel pourrait préparer le
scroll top