FIFA Football 2004 vs. Pro Evolution Soccer 3

Nerces
Expert Gaming
02 décembre 2003 à 17h30
0
00D2000000063649-photo-pro-evolution-soccer-3.jpg
Depuis la nuit des temps, un seul et unique jeu de football est disponible sur PC. Pourtant les textes des grands anciens mentionnent l'existence de gloires passées comme ActuaSoccer qui aurait, un temps, offert une véritable concurrence à l'ogre FIFA Football. Mais petit à petit le titre de EA Sports a éliminé un à un tous ses adversaires tant et si bien qu'aujourd'hui, nous sommes en 2003 après Jésus-Christ, tout le paysage vidéo-footballistique est occupé par FIFA...

... Tout ? Non ! Un éditeur peuplé d'irréductibles Japonais semble décidé à opposer une résistance sans pareille à l'envahisseur. Cet éditeur c'est Konami bien sûr et après avoir quelque peu manqué son coup avec International Superstar Soccer 3, il revient sur le devant de la scène avec le logiciel de sport le plus attendu de l'année, l'enfant prodige aux yeux d'innombrables consoleux, le transfuge "consolien", j'ai nommé : Pro Evolution Soccer 3 !


A ma gauche...

Les comparatifs de jeux sont rares sur Clubic. En fait, il n'y en a même jamais eu qu'un seul, celui qui a vu s'opposer le F1 2002 de Electronic Arts et le Grand Prix 4 signé Atari. Aujourd'hui, c'est pour signaler les arrivées quasi-simultanées de Fifa Football 2004 et de Pro Evolution Soccer 3 que nous décidons de retenter l'expérience. Expérience saluée par de nombreux visiteurs et que l'on espère cette fois encore aussi intéressante que possible. Il faut dire que l'occasion était trop belle puisqu'enfin un éditeur ose défier Electronic Arts et son tout puissant FIFA PC. Inutile donc de présenter FIFA Football qui depuis maintenant près de dix ans, revient chaque année, aussi régulièrement qu'un coucou suisse, hanter nos PC. Inutile de présenter celui qui entoure à chaque occasion le plus grand événement footballistique de la planète mais qui pourtant doit maintenant faire face à un challenger de poids avec la conversion longtemps espérée du Pro Evolution Soccer de Konami. Il faut dire que l'éditeur japonais s'est forgé au fil des années et des versions (au Japon le jeu est intitulé Wining Eleven 7) une réputation très flatteuse. Depuis peu, Konami s'étant lancé dans une politique de conversion quasi-systématique de ses titres sur PC, les fans attendaient impatiemment la venue de cet outsider de renom.

00D2000000063650-photo-pro-evolution-soccer-3.jpg
00D2000000063652-photo-fifa-football-2004.jpg
00D2000000063651-photo-pro-evolution-soccer-3.jpg

Alors que FIFA opte pour une classique vidéo de stars du ballon rond, PES s'appuie sur des images de synthèse réussies


FIFA Football : richesse de la licence officielle

Electronic Arts n'a comme à son habitude pas fait les choses à moitié et au chargement des deux bébés, c'est FIFA Football qui impressionne tout d'abord par son contenu. Les équipes sont très nombreuses tout en étant le plus proche possible de la réalité. Ce ne sont donc pas moins de 18 championnats des quatre coins du monde que l'on peut retrouver pour un total de 350 équipes et quelques 10.000 joueurs dotés de caractéristiques différentes et, pour nombre d'entre eux, d'une modélisation de toute beauté. On retrouve les plus grandes stars du moment mais aussi quelques joueurs un peu moins connus au niveau mondial mais qui feront la joie des supporters de tel ou tel club. Electronic Arts a poussé le réalisme jusqu'à modéliser de nombreux stades parmi les plus célèbres au monde et il sera ainsi possible de fouler la pelouse d'Anfield ou de Santiago Bernabeu. Nous en reparlerons lorsqu'il faudra comparer les réalisations techniques, mais sachez d'ores et déjà que pour rendre l'ambiance encore plus électrique, les développeurs de FIFA Football 2004 ont intégré des chants de supporters encore plus nombreux que pour la version 2003.

A côté de l'avalanche FIFA, le titre de Konami fait bien pâle figure. Pro Evolution Soccer 3 offre pourtant un contenu intéressant mais à des années lumières de ce que l'on peut retrouver chez Electronic Arts. Les équipes nationales sont nombreuses et plutôt fidèles à la réalité. Les noms des joueurs sont le plus souvent corrects et nombre d'entre eux sont modélisés. Mais en ce qui concerne les clubs, le tableau est nettement moins réjouissant. En dehors de quelques grandes formations italiennes comme le Milan AC ou la Juventus de Turin point de salut. L'essentiel des équipes porte des noms rocambolesques comme Byzantinobul ou Rhein. Ce genre de choses est évidemment accessoire et c'est sur les matchs que l'on se doit de juger mais un derby de Liverpool qui se transforme en Merseyside Blue contre Merseyside Red, vraiment ça ne le fait pas et que dire d'une rencontre au sommet du championnat de France entre Lorraine et Aquitaine ?

00D2000000063655-photo-pro-evolution-soccer-3-des-clubs-aux-noms-tonnants.jpg
00D2000000063654-photo-fifa-football-2004-l-imposant-stade-du-real-madrid.jpg
00D2000000063656-photo-pro-evolution-soccer-3-ca-c-est-de-l-affiche.jpg

Alors que PES nous propose de contrôler "Aquitaine", l'abondante base de données de FIFA fait son petit effet !


Pro Evolution Soccer : un paramétrage nettement plus pointu

Si la licence officielle de FIFA Football 2004 fait des merveilles, il faut toutefois se rendre à l'évidence : chaque nouvelle version des jeux de sports "made in" EA Sports est l'occasion de découvrir des menus toujours plus mauvais. L'écran d'accueil du jeu semblait pourtant renouer avec la sobriété des versions précédentes mais les noms des différentes rubriques ne sont pas explicites et il faut naviguer de sous-menus en sous-menus pour atteindre l'option désirée. On se rend d'ailleurs très rapidement compte que le paramétrage a complètement été oublié par les développeurs : le réglage des options graphiques est minimaliste et il est tout simplement impossible de changer les contrôles ! Une mise à jour à bien été lancée par EA Sports pour corriger cet énorme, que dis-je, ce gigantesque reproche, mais elle n'est accessible que sur le site officiel du jeu et encore pas à tout le monde puisque je n'ai jamais réussi à mettre à jour mon exemplaire !

Pro Evolution Soccer 3 prend ici une revanche bien méritée et Konami aurait presque tendance à pêcher par excès inverse. Les menus sont nettement plus nombreux et certains joueurs pourraient se perdre devant le nombre d'options qu'il est possible de modifier. Réputé pour son réalisme, Pro Evolution Soccer 3 n'a pas fait la même erreur que FIFA Football 2004 et un écran très complet permet de modifier les contrôles. On regrettera tout de même que la configuration de l'ensemble des commandes nécessite de faire des allers et retours entre deux écrans mais l'essentiel est là. Konami ne s'arrête toutefois pas en si bon chemin et propose globalement des réglages plus nombreux et plus aboutis qu'Electronic Arts comme par exemple au niveau du paramétrage de la difficulté sur cinq niveaux. Les compétitions ont toujours été l'apanage des FIFA et ce comparatif en apporte la preuve même si Pro Evolution Soccer offre largement de quoi satisfaire tout le monde.

Le mode carrière de FIFA Football trouve une sorte d'alter ego avec le mode Ligue des Masters et les deux jeux proposent leur lot de compétitions diverses : coupes, championnats, matchs amicaux et tournois personnalisés. Les plus exigeants reprocheront tout de même aux deux jeux de ne pas être exhaustif dans ce domaine. On ne comprend en effet pas très bien pourquoi il faut se contenter de quelques options quand il ne doit pas être bien compliqué pour un développeur d'intégrer toutes les organisations possibles et imaginables : matchs allers / retours, à élimination directe, play-offs, repêchage, têtes de série, qualifiés d'office... Ce problème est d'ailleurs renforcé par le manque d'options en mode multijoueurs. Du côté de chez Konami, c'est assez simple puisqu'en dehors de compétitions sur une seule et même machine (jusqu'à huit), rien n'est possible : pas de parties via Internet ou en réseau local ! FIFA Football n'est toutefois qu'à peine mieux loti avec des matchs certes jouables via Internet mais limités à deux joueurs et pas le moindre réseau local à se mettre sous la dent ! Enfin, sur une seule et même machine, seuls quatre participants peuvent s'affronter en même temps... Il y a encore de gros progrès à faire dans ce domaine !

00D2000000063657-photo-fifa-football-2004-large-champs-de-vision.jpg
00D2000000063660-photo-pro-evolution-soccer-3-vive-la-vari-t-des-cam-ras.jpg
00D2000000063658-photo-fifa-football-2004-une-vue-bien-peu-pratique.jpg

FIFA permet une vue plus éloignée de l'action mais souffre de quelques petits soucis de caméras


Les Dieux du stade !

Après ce rapide tour d'horizon des options, il est plus que temps de chausser les crampons (les 18 millimètres, ceux qui font bien mal) et de tâter du gazon virtuel. Pro Evolution Soccer se démarque une nouvelle fois de FIFA Football en autorisant deux approches pour la première partie puisque le jeu de Konami intègre en effet une très intéressante rubrique entraînement. Réputé pour son réalisme, Pro Evolution Soccer se devait d'offrir un petit module de prise en main et c'est globalement une réussite : on y apprend à dribbler, faire des passes courtes et des passes longues ou encore à tirer. Une fois que l'on se sent prêt, il est possible de sélectionner deux équipes pour un petit match amical et rejoindre les adeptes de FIFA Football sur la pelouse. Les deux titres proposent une petite présentation des matchs aussi inutile que bien réalisée. Très proche des entrées en matière télévisuelles, ces présentations permettent d'admirer de près la modélisation des joueurs et de consulter la composition des équipes. On y apprend également le nom des commentateurs qui nous accompagnerons tout au long de nos parties... Pour le meilleur mais surtout pour le pire !

Au premier coup d'œil, la proximité entre les deux jeux semble évidente même s'il n'est bien sûr pas possible de les confondre. FIFA Football propose en effet une réalisation plus aboutie que son concurrent. Les modélisations des personnages plus nombreuses sont également plus détaillées et il n'y a qu'à voir celle de Ronaldo pour s'en convaincre : chez Konami on ne doit pas être fan du Brésil car on ne peut pas dire que l'attaquant du Real Madrid soit particulièrement souriant. C'est sans conteste l'un des reproches que les amateurs de foot ne manqueront pas de formuler à l'encontre de Pro Evolution Soccer : la réalisation graphique certes jolie, est tout de même un net cran en-dessous de celle proposée par FIFA Football. D'un autre côté, cela permet aussi à Pro Evolution Soccer d'être plus léger que son concurrent. Ainsi, sur une machine très haut de gamme (Pentium 4 3.2 GHz, 512 Mo, Radeon 9700) et avec tous les effets poussés au maximum (FSAA, anisotropique), FIFA Football tournait de manière moins fluide que Pro Evolution Soccer sans toutefois que cela ne soit catastrophique.

Niveau purement technique il est donc bien difficile de trancher entre les deux outsiders. FIFA Football plus beau et plus lourd ou bien Pro Evolution Soccer un peu plus léger mais nettement moins joli ? Pour les départager, il suffit pourtant de se tourner du côté de la bande son. FIFA Football dispose dans ce domaine d'un avantage absolument écrasant. En plus de proposer de très nombreux chants de supporters et des musiques plutôt sympathiques pour une fois, le jeu de Electronic Arts a le bon goût de nous offrir des commentaires supportables. Ce n'est pas encore la panacée mais il n'y a pas photo : la paire Grégoire Margotton / Rémi Garde engagée pour FIFA Football est à mille lieues de celle embauchée par Konami (Cyrille Linette / Stéphane Guivarc'h). A ce titre, décernons la palme de la médiocrité à Stéphane Guivarc'h qui redéfinit à chaque intervention le terme ridicule !

00D2000000063661-photo-fifa-football-2004-contre-attaque-men-e-tambour-battant.jpg
00D2000000063662-photo-fifa-football-2004-pas-de-doute-il-est-au-fond.jpg
00D2000000063663-photo-fifa-football-2004-vers-l-ouverture-du-score.jpg

L'excellence graphique de FIFA demande une machine relativement puissante


Si on jouait maintenant ?

Ces innombrables commentaires sur les "à côtés" du jeu ne sont pas à négliger mais c'est tout de même le contenu des matchs qui reste le plus important. Pro Evolution Soccer marque d'entrée de jeu un point avec l'excellent mode entraînement que nous avons décrit précédemment. Ce dernier permet de se familiariser avec les contrôles et ce n'est vraiment pas un luxe compte tenu du nombre de commandes de nos deux concurrents du jour. Nos deux concurrents se joueront d'ailleurs beaucoup plus confortablement à l'aide d'un joypad muni de joysticks analogiques. J'adresse à ce propos un carton rouge aux deux équipes de développement. Certes le marché console est plus lucratif mais elles auraient tout de même pu faire l'effort d'offrir un mode "clavier" acceptable. Sur FIFA Football c'est l'ensemble de la fonction "off the ball" qui est inutilisable alors qu'avec Pro Evolution Soccer on perd de nombreuses possibilités dans le jeu de passe en particulier. Vous êtes donc prévenu, si vous souhaitez exploiter au maximum de leurs capacités ces deux jeux, l'investissement ne s'arrêtera pas avec l'achat du seul logiciel : l'acquisition d'un ou plusieurs joypads avec joysticks analogiques est un plus. Les fonctions de base sont à peu près les mêmes dans les deux titres. Passes longues ou courtes, lobées ou en profondeur, frappes appuyées ou tout en finesse, nos concurrents proposent un nombre d'actions possibles tout bonnement hallucinant. Mais là encore c'est Pro Evolution Soccer qui l'emporte avec des enchaînements plus nombreux et des actions globalement plus réalistes. Il faudra bien sûr beaucoup de pratique pour maîtriser les nombreuses commandes du jeu de Konami, mais lorsque l'on voit tout ce qu'il est possible de faire, le jeu en vaut la chandelle : ouvertures, débordements, centres précis, contrôle de l'ensemble de la défense pour mettre en situation de hors-jeu un attaquant adverse... On peut pour ainsi dire tout faire.

Pour être parfaitement honnête, FIFA Football a de son côté beaucoup évolué depuis les versions précédentes et si l'opus 2003 permettait déjà beaucoup de choses, avec le 2004, Electronic Arts a vraiment fait de gros efforts pour rapprocher son titre phare de Pro Evolution Soccer. Si FIFA propose de ce fait presque toutes les commandes offertes par Pro Evolution Soccer, il reste moins intuitif, moins agréable à pratiquer. La gestion est à ce titre moins réussie que sur le jeu de Konami : les angles de vue ne sont pas assez différents et lors de certaines actions (les touches en particulier) la caméra est très mal placée. La principale nouveauté mise en avant par Electronic Arts est la fonction "off the ball" qui permet théoriquement de contrôler un autre joueur en plus du porteur du ballon afin par exemple de créer des espaces, de faire des appels de balles ou de réaliser une formidable passe en profondeur. Hélas, cette fonction s'avère très difficile à contrôler et surtout bien peu efficace pour être vraiment intéressante. On regrettera également de nombreuses imprécisions dans les phases de jeu. Electronic Arts a visiblement eu quelques problèmes d'ajustement et trop souvent les passes ne partent pas dans la direction indiquée avec le joypad. Plus gênant encore, cette tendance déjà relevée sur la version 2003 qu'ont les joueurs à mémoriser les actions. Exemple : votre défenseur est sur le dos de l'attaquant adverse et après une petite charge parfaitement régulière, il s'empare du ballon. Las ! Un peu trop excité, vous aviez appuyé plusieurs fois sur le bouton et résultat, à peine s'est-il saisi du ballon, que votre joueur balance une praline qui envoie la sphère directement dans les tribunes. C'est très agaçant et surtout très fréquent ! Après plusieurs heures de jeu, on commence bien sûr à prendre le coup et ces erreurs sont moins régulières mais elles arrivent encore et dieu que l'apprentissage aura été frustrant. Paradoxalement, Pro Evolution Soccer est plus délicat à maîtriser mais également moins frustrant car il n'est pas entaché de bugs de ce genre.

La richesse du jeu de Konami est telle que les débutants peuvent tout de même s'amuser et réussir de jolis enchaînements sans pour autant être capables de rivaliser avec les habitués. Pro Evolution Soccer dispose d'une panoplie de mouvements supérieure à celle de FIFA c'est indéniable, mais il est à mon sens encore exagéré de parler de simulation de football comme nous parlons de simulation de formule 1. Les gestes sont là et les phases de jeu également mais c'est à peu près tout. Dans un cas comme dans l'autre, l'intelligence artificielle mise en oeuvre reste encore embryonnaire en particulier dans le placement défensif. Ne boudons toutefois pas notre plaisir et le réalisme d'un sport comme le football est sans aucun doute beaucoup plus difficile à reproduire que celui de la formule 1 par exemple (NDLR : et que dire du rugby !). Là où FIFA Football semble encore chercher ses marques, Pro Evolution Soccer démontre avec brio la maîtrise des développeurs japonais. Il faudra malgré tout des heures d'entraînement pour en profiter pleinement... De préférence en coupant le son ! Enfin et pour être parfaitement complet, on regrettera l'aspect parfois trop console de Pro Evolution Soccer. Alors que les réglages sont plus pratiques que ceux de FIFA Football et son stupide système de profils, on ne comprend pas pourquoi Konami a conservé le système de points PES pour débloquer différentes options de jeu.

00D2000000063664-photo-pro-evolution-soccer-3-ronaldo-s-chappe.jpg
00D2000000063665-photo-pro-evolution-soccer-3-s-ance-de-dribbles.jpg
00D2000000063666-photo-pro-evolution-soccer-3-un-tr-s-bon-coup-franc.jpg

Entre matchs et entraînements, Pro Evolution Soccer est plus convaincant que FIFA Football


Il ne peut en rester qu'un !

Point de MacLeod et autres Highlanders dans ce test, mais le but d'un comparatif étant de désigner un vainqueur, il va bien falloir éliminer l'un de nos prétendants. A la lecture de ce double-test, vous devez tous avoir compris que ma préférence va indiscutablement à Pro Evolution Soccer. En dehors de la réalisation graphique et de la richesse de la licence officielle, FIFA Football subit en effet la loi du jeu de Konami dans tous les domaines. Le vétéran du football sur PC est nettement distancé et ce dans tous les "compartiments du jeu" pour reprendre une expression appréciée des commentateurs télé. Pro Evolution Soccer propose des situations nettement plus variées tout en offrant un contrôle plus complet sur son équipe. L'innovation "off the ball" pourtant largement mise en avant par Electronic Arts est à ce titre symptomatique : difficile d'accès (à moins d'avoir deux paires d'yeux), elle n'apporte pas grand chose à part un peu plus de complexité.

En cherchant à convaincre les amateurs de "réalisme", on se demande si Electronic Arts ne s'est pas trompé de direction. Si on regarde de plus près les jeux de football disponibles pour Noël, on s'aperçoit qu'il n'existe plus de titre véritablement arcade que l'on prend en main en moins de cinq minutes. Mais dans le même temps, FIFA Football 2004 est incapable de concurrencer Pro Evolution Soccer. Electronic Arts risque donc de perdre une partie des habitués de FIFA Football sans pour autant convaincre les amateurs du jeu de Konami... Est-ce vraiment un bon calcul de la part de l'éditeur américain ? Pour finir, nous reprocherons tout de même aux deux éditeurs de négliger de plus en plus les joueurs qui ne jurent que par le clavier et ne parlons même pas du mode multijoueurs tout simplement inexistant chez Konami et à peine plus réussi pour FIFA Football.

A l'approche des fêtes, il semblerait donc bien que le paysage footbalistique PC ait changé du tout au tout. Le vétéran FIFA doit laisser la place de leader qu'il occupe depuis des années (faute de combattant certes) à la nouvelle recrue, transférée depuis peu du monde console. Pro Evolution Soccer est encore largement perfectible mais il n'en demeure pas moins le meilleur jeu de football actuellement disponible sur PC.


FIFA Football 2004

Les plus
+ Réalisation graphique splendide
+ Licence officielle très complète
+ Ambiance électrique
Les moins
- Mode multijoueurs trop limité
- Moins complet que Pro Evolution Soccer
- Pas parfaitement fluide
Note globale
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
2


Pro Evolution Soccer 3

Les plus
+ Jeu de foot le plus abouti sur PC
+ Richesse des situations de jeu
+ Contrôle précis et efficace des joueurs
+ Mode entraînement bien conçu
Les moins
- Réalisation moins réussie que FIFA Football
- Mode multijoueurs pour ainsi dire inexistant
- Commentateurs à flinguer !
Note globale
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top