Los Angeles E3 2003

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
28 mai 2003 à 13h50
0
00FA000000058116-photo-e3-le-plus-grand-salon-du-monde.jpg
Les jolies filles quittent les lieux, les derniers visiteurs se dirigent vers les portes de sorties et les exposants remballent petit à petit leur matériel. Bientôt, même le péremptoire logo Atari sera retiré du Los Angeles Convention Center. Les 14, 15 et 16 Mai sont maintenant passés et il faut se rendre à l'évidence, l'édition 2003 du plus important salon de jeux vidéos du monde est bel et bien terminée.

L'occasion pour nous de tirer quelques conclusions à propos de notre loisir préféré, de voir les grandes tendances qui se dessinent et ce que l'avenir nous prépare. Nous reviendrons bien sûr dans cet article, sur les faits marquants du salon, ceux qui ont déjà fait l'objet de brèves durant la semaine passée, mais nous tenterons aussi de vous retranscrire un peu le sentiment que nous avons pu avoir en arpentant les allées du salon.


Le plus grand salon du monde

L'Electronic Entertainment Expo ou E3 (prononcez "i-kioube") est le plus important rassemblement d'éditeurs, de développeurs, de journalistes, en bref de professionnels du milieu du jeu vidéo. En Europe, il n'existe strictement aucun équivalent et même le Tôkyô Game Show ne peut être considéré comme un véritable concurrent malgré son importance. Los Angeles abrite depuis déjà quelques années ce salon qui auparavant changeait de ville à chaque édition et c'est donc vers le difficile climat californien que nous nous sommes dirigés !

Le Los Angeles Convention Center est un superbe bâtiment largement capable d'abriter un tel événement. Cette année cependant le salon devait paraître un peu moins exceptionnel que les éditions précédentes, la plupart des grosses annonces avaient été faites quelques jours / semaines avant le salon. Il restait malgré tout pas mal de choses à voir ne serait-ce que pour se faire une idée plus précise des futurs gros titres de l'année 2003 comme Half-Life 2. Enfin, les éditeurs nous avaient tout de même caché quelques petites choses à propos desquelles nous n'avons hélas que peu appris chose mais qui feront certainement parler d'elles dans un avenir proche.

00D2000000058117-photo-e3-sony-playstation.jpg
00D2000000058119-photo-e3-where-business-gets-fun.jpg
00D2000000058120-photo-e3-le-stand-castlevania.jpg

Un salon de grandes dimensions où toutes les plates-formes étaient représentées.

Afin que les choses soient les plus claires possible, nous avons décidé de présenter les principaux jeux du salon de manière alphabétique sans tenir compte ni de leur genre, ni de leur éditeur / développeur. Vous aurez ainsi une vision plus ou moins précise de ce qui nous attend dans les prochains mois. Enfin, nous terminerons dans quelques jours ce petit dossier par une sorte d'impression générale sur cette édition 2003 de l'E3... Roulez jeunesse !

Age Of Mythology : The Titans (c) Microsoft

La présence de Microsoft cette année était surtout l'occasion pour la compagnie de Redmond de faire valoir son engagement console. Alors que l'an passé, elle avait présenté plus d'une dizaine de titres PC, il faudra cette année faire avec moitié moins de softs. Le premier d'entre eux n'était pas véritablement un titre complet, puisqu'il s'agissait tout simplement de l'extension The Titans pour Age Of Mythology.

Rien que nous ne savions déjà à propos de cette extension, mais l'occasion de la voir tourner et de contempler quelques nouvelles scènes et créatures... Un plaisir que les fans n'allaient évidemment pas bouder. Le jeu en lui-même devrait offrir quelques nouvelles unités et de nouveaux pouvoirs afin d'enrichir les parties. Une faction supplémentaire, les Atalantes, devrait faire son apparition. Rien de nouveau en revanche en ce qui concerne le mode multijoueurs qui devrait simplement bénéficier de ses différents apports pour relancer complètement les stratégies actuelles. Age Of Mythology : The Titans est attendu pour l'automne 2003 aussi bien aux Etats-Unis qu'en France.

0096000000017761-photo-age-of-mythology-the-titans.jpg
0096000000017758-photo-age-of-mythology-the-titans.jpg
0096000000017755-photo-age-of-mythology-the-titans.jpg

Une extension que l'on espère suffisamment novatrice pour être intéressante.


Armed & Dangerous (c) LucasArts

Développé par LucasArts, Armed & Dangerous est en apparence un jeu d'action à la première personne tout à fait dans la norme. En apparence seulement, car l'équipe de Planet Moon Studios, en charge du projet, a tenté d'innover en dépeignant par exemple un univers futuriste pour le moins singulier. Les graphismes disposent de couleurs presque chatoyantes et le jeu promet une certaine dose d'humour (à vérifier bien sûr le moment venu).

Le joueur devra y incarner Roman, le commandant d'une troupe nommée les Lionhearts. Composée de dingues de la gâchette aux personnalités radicalement opposées, cette escouade aura pour mission d'organiser le plus grand braquage de l'histoire mais ceci au beau milieu d'une guerre... Une sorte de remake de la Grande Attaque du Train d'Or en somme ! La gestion de l'équipe sera bien sûr importante mais pas autant que celle de l'équipement. Ce dernier est en effet des plus fourni et les armes toutes plus puissantes les unes que les autres devraient ravir les plus psychotiques d'entre nous. Armed & Dangerous semble intéressant mais reste à savoir si le gameplay fonctionne véritablement au cours des 21 missions proposées. La réponse dès la fin de l'année, Armed & Dangerous étant prévu pour la mi-novembre.

0096000000018025-photo-armed-dangerous.jpg
0096000000018024-photo-armed-dangerous.jpg
0096000000018023-photo-armed-dangerous.jpg

0096000000018022-photo-armed-dangerous.jpg
0096000000018021-photo-armed-dangerous.jpg
0096000000018020-photo-armed-dangerous.jpg

Le style graphique du jeu est en léger décalage avec la production actuelle.


Battlefield Command (c) CodeMasters

A mesure que le temps passe, CodeMasters s'oriente de plus en plus vers l'univers exclusif du jeu vidéo console. En l'absence d'Operation FlashPoint 2, l'éditeur anglais ne présentait d'ailleurs au cours de l'E3 que deux jeux PC parmi lesquels on retrouvait un jeu massivement multijoueurs, Dragon Empires que nous verrons plus tard, et ce Battlefield Command développé par les Russes de 1C Company. Les petits gars n'en sont pas à leur coup d'essai en matière de jeux vidéos et leur précédente réalisation, IL2 Sturmovik, était même ce que l'on pourrait appeler un coup de maître ! Battlefield Command n'est toutefois pas du tout dans la même veine que la simulation aérienne éditée par Ubi Soft et les développeurs se sont cette fois tournés vers le monde de la stratégie temps réel avec un titre qui couvre la plupart des affrontements ayant eu lieu en Europe entre 1939 et 1945. Battlefield Command est annoncé comme le plus ambitieux jeu de stratégie temps réel jamais développé et si ce genre d'affirmation fait évidemment sourire, on ne peut nier que les concepteurs ont quelques arguments à faire valoir. Le joueur est aux commandes de l'une des cinq armées disponibles (Allemands, Américains, Britanniques, Français et Soviétiques... Tiens, pas d'Italiens ?) et devra terminer une campagne de plus de 100 missions au cours de laquelle il sera amené à manipuler plus de 300 unités sur quelques 33 théâtres d'opérations.

0096000000018051-photo-battlefield-command.jpg
0096000000018050-photo-battlefield-command.jpg
0096000000018049-photo-battlefield-command.jpg

0096000000018048-photo-battlefield-command.jpg
0096000000018047-photo-battlefield-command.jpg
0096000000018046-photo-battlefield-command.jpg

La précision des décors ne devrait avoir d'égal que la rigueur de la simulation.


Ces données plutôt encourageantes ne constituent toutefois pas l'élément principal du jeu aux yeux de développeurs qui se sont surtout attachés à rendre le titre le plus réaliste possible. Les différents sites ont par exemple été le plus minutieusement reproduits à l'aide de documents d'archives comme des photos aériennes ou des cartes topographiques. L'Europe ainsi reproduite ne ressemble pas à celle d'aujourd'hui mais bien davantage à celle de l'époque ! Le réalisme sera également présent au niveau des véhicules et des armes tous reproduits à partir de documents officiels mais surtout au niveau du moteur balistique du jeu qui est censé reproduire exactement la trajectoire des différents projectiles et le comportement des unités. Enfin, un certain aspect RPG devrait également être intégré au jeu afin de faire gagner de l'expérience aux troupes et de bien différencier les nombreuses unités : les officiers seront par exemple dotés d'attributs de commandement alors que les soldats de base seront plus doués dans le maniement des armes. Battlefield Command devrait bien sûr profiter d'un mode multijoueurs où un maximum de huit joueurs pourront en découdre à partir du printemps 2004, date de disponibilité du jeu.


0096000000058105-photo-beyond-good-evil-artwork.jpg

Beyond Good & Evil (c) Ubi Soft

Malgré une année 2003 déjà bien chargée pour l'éditeur français, Ubi Soft avait encore de jolies surprises à présenter pendant le salon. C'était bien sûr le cas de ce Beyond Good & Evil, jeu relativement original au concept un peu touche à tout et qui pourrait faire un petit malheur lors de sa sortie.

Sur la vaste planète Hyllis, vous incarnez Jade qui s'est battue sans relâche pour repousser des envahisseurs. Peu après, le gouvernement assure que la planète ne court plus aucun danger mais il semble que tout ne soit pas bien clair et alors que la population est matraquée par la propagande de ce "gouvernement", un groupe de "rebelles" s'est créé dans le but de rejeter cette sorte de dictature. Après quelques minutes de jeu, vous serez bien sûr amené à rencontrer puis à rejoindre ce groupe afin de découvrir la vérité et d'en ramener des preuves photographiques, puisque vous incarnez en fait une espèce de journaliste. Pour obtenir ces preuves il faudra remplir différentes missions, accéder à des lieux tout à fait variés et rencontrer de nombreux personnages non-joueurs. A la fois jeu d'arcade, jeu de réflexes, d'action et d'aventure, Beyond Good & Evil touche un peu à tous les genres avec un succès certain. Des moments de shoot pur succèdent ainsi à des scènes de poursuites comme cette fabuleuse séquence sur les toits où vous devrez échapper à vos ennemis.

Le jeu mise bien sûr sur une réalisation exceptionnelle dont la principale qualité est l'originalité. Les graphismes sont assez particuliers et même si c'est une question de goûts, ils m'ont semblé vraiment très réussis avec leurs nombreuses couleurs et leur design non-conventionnel. Il faut dire que le chef de ce projet vieux de trois ans n'est autre que Michel Ancel, l'auteur de Rayman. L'aventure promet d'être riche en rebondissement et devrait convenir à la plupart des joueurs tant la prise en main paraît impeccable. Il faudra bien sûr attendre une version finale pour se faire un avis définitif mais cette première impression est plus que positive : un jeu à surveiller d'ici sa sortie prévue pour la rentrée de septembre 2003.

0096000000058106-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg
0096000000058107-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg
0096000000058108-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg

0096000000058109-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg
0096000000058110-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg
0096000000058111-photo-beyond-good-evil-xbox.jpg

Les copies d'écrans ci-dessus sont tirées de la version Xbox



Breed (c) CDV / Focus

Présenté dans le hall le plus à l'écart du salon, le Kentia Hall, Breed était sans aucun doute l'un des FPS les plus attendus du salon. Edité conjointement par CDV et par Focus, il est développé par les Anglais de Brat et devrait débarquer chez nos revendeurs au cours de l'automne 2003 si tout va bien. La version que nous avons pu essayer était plutôt bien avancée même si elle semblait encore assez gourmande.

Il faut dire que la qualité graphique et la richesse des détails sont assez remarquables et on ne peut pas tout avoir : un beau jeu sera forcément relativement lourd. En dehors de ces considérations matérielles, Breed faisait penser sur bien des points à un Battlefield 1942 dans le futur. Les joueurs auront par exemple accès à différents véhicules qui permettront de faire de véritables joutes des temps modernes ! Certains véhicules sont d'ailleurs des vaisseaux spatiaux qui permettent sur les cartes classiques de tirer au sol, mais sur les cartes "spatiales", ils permettent même de se lancer dans des affrontements spatiaux que l'on espère réussis ! Encore mieux, les développeurs seraient en train de mettre la dernière main à un mode qui pourrait faire fureur, un mode qui mélangerait les deux aspects du jeu : combats au sol et combats dans l'espace.

0096000000018080-photo-breed.jpg
0096000000018075-photo-breed.jpg
0096000000018070-photo-breed.jpg

0096000000018063-photo-breed.jpg
0096000000018059-photo-breed.jpg
0096000000018056-photo-breed.jpg

Breed dispose d'indéniables qualités qui devraient en faire un très bon FPS.

Au cours de ces batailles, le joueurs pourra contrôler des unités complètes et non simplement un unique personnage. Il sera alors possible de passer d'un soldat à un autre à l'aide d'une simple touche. Enfin, l'armement est, jeu d'action oblige, bien sûr conséquent, on retrouve les classiques armes de destruction massive et quelques petites joyeusetés plus originales mais c'est véritablement par sa gestion des combats et des nombreux véhicules que Breed nous a impressionné... Un titre à surveiller de près !

Call Of Duty (c) Activision

Call Of Duty peut en quelques sortes être perçu comme la réponse d'Activision au Medal Of Honor d'Electronic Arts. Il s'agit donc bien évidemment d'un jeu d'action à la première personne et lui aussi se déroule pendant cette période de franche rigolade (hum hum) que fût la Seconde Guerre Mondiale. Une fois que l'on a dit cela, on a presque tout dit en fait à propos de ce jeu prévu pour la fin de l'année 2003 sur PC.

Le reste n'est finalement qu'une nouvelle aventure "à la Medal Of Honor", mais attention de ne pas se laisser abuser par cet apparent classicisme du jeu car l'action semble tout à fait efficace et les montées d'adrénaline ne manquent pas. Call Of Duty mise ainsi sur la diversité de son gameplay pour attirer les joueurs qui pourront tour à tour se retrouver aux commandes d'un char ou bien largués en pleine bataille navale. Il y aura bien sûr des séquences plus classique où c'est la bonne utilisation de votre arme de poing qui fera la différence. Du fait de ce gameplay particulier, la campagne solo devrait permettre de voir du pays tantôt dans la peau d'un soldat américain parachuté au cours du débarquement, tantôt dans celle d'un soldat soviétique luttant dans les rues en ruines de Stalingrad.

0096000000017701-photo-call-of-duty.jpg
0096000000017700-photo-call-of-duty.jpg
0096000000017699-photo-call-of-duty.jpg

Malgré un relatif classicisme, Call Of Duty ne devrait pas décevoir les joueurs.


Chicago 1930 (c) Wanadoo

Spellbound est un petit studio allemand qui s'est fait connaître par le passé avec deux titres dans la veine du Commandos d'Eidos : Desperado et Robin Hood. Plutôt réussis, ces deux jeux ont permis au développeur de se faire un nom et le succès ayant visiblement été au rendez-vous, l'éditeur Wanadoo leur fait à nouveau confiance avec ce Chicago 1930. Très proche des deux titres précédents, dans son concept, Chicago 1930 innove bien sûr avec le contexte de l'aventure. Dans la célèbre ville américaine et au temps de la prohibition, le joueur a le choix entre contrôler les forces de l'ordre et contrôler la mafia. De cet antagonisme de départ, les développeurs ont créé deux campagnes bien distinctes au cours desquelles il faudra apprendre à utiliser les forces des deux camps. La Police devra bien sûr faire attention à ne pas tuer d'innocent mais ne pourra pas non plus tirer n'importe comment sur les malfrats : le feu ne pourra être ouvert qu'en cas de légitime défense ou vos meilleurs éléments auront tôt fait d'être placés en état d'arrestation.

0096000000018236-photo-chicago-1930.jpg
0096000000018235-photo-chicago-1930.jpg
0096000000018234-photo-chicago-1930.jpg

0096000000018233-photo-chicago-1930.jpg
0096000000018232-photo-chicago-1930.jpg
0096000000018231-photo-chicago-1930.jpg

Très proche de Desperados et Robin Hood, Chicago 1930 est promis à un bel avenir.

Le style est dès lors beaucoup plus tactique qu'avec les mafieux. Ces derniers pourront en effet éliminer avec beaucoup moins de scrupules leurs adversaires même s'il faudra tout de même faire attention à ne pas laisser de témoins en chemin. Les deux campagnes sont constituées d'une dizaine de missions chacune, missions qui comptent pour autant de quartiers de la ville. La réussite des missions et donc la prise de quartier, permet de débloquer différentes options de jeu comme de nouvelles armes ou de nouvelles recrues. Une équipe peut être composée d'un maximum de cinq personnages mais comme les compétences sont assez nombreuses (lancer de couteau, de grenade, arme de poing, sulfateuse...), il ne faut pas hésiter à "panacher" son équipe. Le style graphique du jeu rappelle énormément les précédents titres du développeurs même si quelques améliorations devraient rendre Chicago un peu plus attrayant. Chicago 1930 est attendu pour la fin de l'année 2003.


Chrome (c) Techland

Développé par le petit studio polonais Techland, Chrome est une jeu d'action à la première personne de facture relativement classique. Non-dénué d'intérêt, il propose un moteur graphique particulièrement travaillé et ne devrait pas avoir trop de difficultés à intéresser les amateurs du genre. Son manque relatif d'originalité n'étant par contre pas fait pour passionner les nouveaux venus.

Chrome ressemble en effet assez fort à un autre jeu présenté au cours de l'E3 : Breed. Il s'agit ici aussi d'un jeu d'action à la première personne résolument futuriste. Le style graphique fait penser au titre développé par les Anglais de Brat et la possibilité de contrôler différents véhicules devrait avoir son petit effet. Le jeu apparaît cependant un peu moins varié avec en particulier la présence de véhicules seulement terrestres : pas de combats spatiaux donc dans le titre de Techland. Le rythme de l'action semblait malgré tout soutenu mais et là aussi un peu à la manière de Breed, le jeu nous semblait relativement gourmand.

0096000000018286-photo-chrome.jpg
0096000000018285-photo-chrome.jpg
0096000000018284-photo-chrome.jpg

0096000000018283-photo-chrome.jpg
0096000000018282-photo-chrome.jpg
0096000000018281-photo-chrome.jpg

Chrome faisait beaucoup penser au Breed de CDV / Focus.

Techland nous a assuré que Chrome était pratiquement terminé et qu'il ne resterait tout au plus que trois à quatre semaines de travail avant qu'il ne sorte en Pologne. Une sortie aux Etats-Unis est prévue dans la foulée, en revanche et comme Techland n'a toujours pas de distributeur en France, il faudra vraisemblablement attendre encore un bon moment avant de pouvoir s'y essayer dans l'Hexagone.


Commandos 3 : Destination Berlin (c) Eidos Interactive

Abandonnée par son principal instigateur, la saga Commandos revient pourtant sur le devant avec ce troisième volet depuis longtemps attendu. L'E3 est évidemment un événement de choix pour parler d'un tel soft et malgré les nombreux titres présentés par Eidos, Commandos 3 avait une place toute particulière dans le coeur des visiteurs. Une tente avait été aménagée pour recevoir les curieux, mais hélas à l'intérieur pas beaucoup de nouveautés.

Le jeu était présenté dans une version visiblement très avancée, mais on ne peut pas vraiment dire que nous ayons appris grand chose à son propos. Il faut toutefois reconnaître que nous avions déjà la plupart des renseignements en notre possession puisque Commandos 3 semble devoir rester très proche du concept de base de la série. Les missions seront un peu plus variées que dans les précédents opus et le moteur graphique a été largement revu afin de proposer des décors intégralement en 3D, plus détaillés. Attendu quelque part entre la fin de l'été et la rentrée de septembre 2003, Commandos 3 devrait à n'en pas douter se retrouver parmi les meilleures ventes, c'est en tout cas l'impression que nous a laissée cet aperçu.

0096000000017811-photo-commandos-3-destination-berlin.jpg
0096000000017810-photo-commandos-3-destination-berlin.jpg
0096000000017809-photo-commandos-3-destination-berlin.jpg

Le nouveau Commandos devrait encore passionner les amateurs !


Conflict Desert Storm 2 : Back To Baghdad (c) SCI

Les militaires étaient partout au cours de cet E3 édition 2003 et des titres comme Commandos 3 ou surtout ce Conflict Desert Storm 2 contribuaient à donner au salon un parfum de campagne d'enrôlement pour l'Armée Américaine ! Pivotal Games et SCI ont fait vite pour nous proposer une suite à leur jeu d'action / tactique basé sur la Guerre du Golfe, le second volet étant prévu pour le mois de septembre 2003 sur PC mais aussi sur Playstation 2 et Xbox.

Le principe du jeu n'a pas changé d'un centimètre et les développeurs ont surtout mis un point d'honneur à revenir sur les demandes des joueurs. Il est donc toujours question de la direction d'une escouade de quatre soldats américains en plein Moyen Orient. L'accent a toutefois été mis sur les missions urbaines et sur les améliorations techniques : la réalisation graphique est en nette progrès et l'intelligence artificielle a été largement retravaillée afin d'offrir un défi plus intéressant aux joueurs. De nombreux effets graphiques seront au programme avec en particulier des explosions particulièrement efficaces et une modélisation nettement affinée des différents intervenants. Ennemis comme coéquipiers auront un comportement beaucoup plus réalistes et éviteront les grosses erreurs remarquées dans le précédent opus. Malgré ces améliorations "sur le papier", le jeu semblait encore vraiment très proche de la première version... Reste donc à savoir s'il sera encore intéressant à jouer.

0096000000017739-photo-conflict-desert-storm-2.jpg
0096000000017738-photo-conflict-desert-storm-2.jpg
0096000000017737-photo-conflict-desert-storm-2.jpg

La suite de Desert Storm améliore chacun des compartiments du jeu originel.


Cossacks 2 : Napoleonic Wars (c) CDV / Focus

Après le franc succès remporté par Cossacks et ses innombrables déclinaisons parmi lesquelles figure le récent American Conquest, GSC Gameworld, CDV et Focus ne pouvaient évidemment pas s'arrêter en si bon chemin et c'est donc avec une certaine impatience que nous attendions d'en apprendre plus sur ce Cossacks 2 actuellement en plein développement et encore prévu pour la fin de l'année civile. Il faudra hélas attendre encore un peu pour découvrir davantage d'images et de vidéos du jeu, car les développeurs ont eu quelques soucis avec la douane américaine qui a bloqué leurs CD de presse-kit.

Nous avons toutefois pu voir tourner quelques petites séquences pendant que le ponte de GSC GameWorld nous faisait une rapide explication des améliorations apportées au concept. Si Cossacks 2 se base exclusivement sur les Guerres Napoléoniennes, il n'en reste pas moins un véritable jeu de stratégie temps réel. La partie gestion avec ces traditionnelles deux phases (récolte / construction) n'a pour ainsi dire pas changé. Elle profite évidemment des améliorations graphiques inhérentes au changement de moteur, mais en dehors de cela il n'y a pas grand chose à signaler. En revanche l'aspect militaro-tactique a lui passablement été revu par ses concepteurs. Le jeu gère maintenant aussi bien la fatigue que le moral des troupes et les combats ne sont de ce fait plus aussi "bourrins" que précédemment. Une bataille ne s'achève pas par l'extermination systématique d'une des deux armées et les différents bataillons n'hésitent pas à fuir lorsque leur moral est trop bas. Ils regagnent alors leur base où une fois leur intégrité restaurée, ils se préparent pour une nouvelle bataille.

0096000000058112-photo-e3-cossacks-2.jpg
0096000000058113-photo-e3-cossacks-2.jpg
0096000000058114-photo-e3-cossacks-2.jpg

A défaut d'avoir le presse-kit, nous avons pris quelques photos !

Les animations des unités ont été grandement améliorées et c'est maintenant un vrai régal que de voir tout ce petit monde bouger. On ne connaît pas encore les limites théoriques du moteur mais compte du nombre de troupes qu'il était possible d'engager avec Cossacks premier du nom, nul doute que les formations seront une fois de plus gigantesques. Notez enfin que Cossacks 2 devrait gérer les effets météorologiques et que du fait du contexte historique les progrès technologiques devraient être moins abstraits qu'auparavant.


Deus Ex : Invisible War (c) Eidos Interactive

Deux Ex a certainement constitué l'une des très bonnes surprises de l'année 1999 et c'était donc avec une impatience non feinte que j'attendais d'en apprendre plus à propos de Deus Ex : Invisible War au cours de l'E3. Hélas, Eidos n'avait pas mis le titre de Ion Storm particulièrement en avant et s'il était possible de le découvrir "en mouvement", on ne peut pas dire que cette présentation m'aie vraiment enthousiasmée !

Le jeu offre une réalisation graphique bien sûr nettement améliorée par rapport au précédent volet, mais elle semble relativement en en-deçà des standards actuels. Rien de catastrophique bien sûr, mais rien de magnifique non plus, d'autant que de nombreux bugs étaient encore visible sur cette démo. Invisible War devrait toutefois offrir une expérience de jeu sans précédent avec un aspect aventure nettement plus poussé que précédemment. Les interactions avec les autres personnages du jeu seront plus nombreuses et plus utiles pour comprendre l'histoire. Deus Ex : Invisible War était enfin confirmé pour la fin de l'année 2003 un peu partout dans le monde.

0096000000017965-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg
0096000000017964-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg
0096000000017963-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg

0096000000017963-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg
0096000000017962-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg
0096000000017961-photo-deus-ex-2-invisible-war.jpg

Quelques unes des nouvelles captures présentées par Eidos pour l'E3.


Doom 3 (c) Activision

Avec Half-Life 2, voilà certainement l'un des jeux PC les plus attendus du salon. Il faut dire qu'Activison et id Software savent y faire niveau marketing et la plupart des visiteurs de l'E3 étaient là pour en apprendre un peu plus sur ce qui pourrait constituer l'événement du jeu d'action. Hélas, notre curiosité n'aura pas vraiment été récompensée. Il fallait en effet montrer patte blanche pour avoir le droit de "tester" la bête et encore pour une poignée de minutes simplement... Heureusement qu'une petite vidéo était également présentée et cette fois à tous !

L'aspect technique de Doom 3 est évidemment tout à fait impressionnant et le moteur graphique est promis à un avenir au moins aussi radieux que celui de Quake 3. Nous aurions bien aimé pouvoir juger un peu plus de la partie "aventure" du jeu car elle reste pour le moment bien mystérieuse et un titre aussi beau soit-il n'est rien sans un scénario, une histoire à la hauteur. Du côté de l'ambiance toutefois, il ne devrait pas y avoir de problème tant les jeux de lumières sont impressionnants. Nous avons pu voir quelques unes des premières créatures rencontrées et le résultat est vraiment à la hauteur : pas de doute chez ID Software, ils savent y faire ! Un dernier regret toutefois, car aucune date vraiment précise n'a été dévoilée pendant les trois jours du salon et il faudra donc prendre son mal en patience.

0096000000017749-photo-doom-iii.jpg
0096000000017748-photo-doom-iii.jpg
0096000000017747-photo-doom-iii.jpg

Malgré des qualités indéniables, Doom 3 était un peu éclipsé par Half-Life 2 !


Dragon Empires (c) CodeMasters

Avec Dragon Empires, CodeMasters signe sa première incursion dans le domaine du jeu de rôles massivement multijoueurs. Actuellement en plein développement, le titre devrait bénéficier d'un beta-test au cours de l'été, alors que sa sortie est pour le moment prévue de manière tout à fait indicative pour le début de l'année 2004.



Dragon Empires dispose de nombreux atouts pour se démarquer des nombreux autres titres concurrents et en premier lieu on ne peut s'empêcher de parler de la réalisation graphique simplement superbe ! Les lieux sont nombreux, très détaillés et disposent d'effets graphiques saisissants avec des nuages particulièrement réussis. La météo est parfaitement implémentée et les joueurs auront la joie de voir le vent faire remuer la végétation ou les nuages, ils pourront également se plonger en pleine tempête ou simplement profiter d'une petite bruine vivifiante. Les effets de lumière ne sont pas en reste et voir les rayons du soleil traverser par endroits la couverture nuageuse était un spectacle vraiment magnifique : aucun autre jeu ne propose un spectacle aussi réussi ! Les ombres des différents personnages sont bien sûr dynamiques et changent en fonction de l'orientation de l'éclairage mais aussi de sa distance. La réalisation technique est tout simplement renversante et la seule question est donc de savoir si tout cela ne sera pas trop exigeant pour nos petites machines.

0096000000017988-photo-dragon-empires.jpg
0096000000017987-photo-dragon-empires.jpg
0096000000017986-photo-dragon-empires.jpg

0096000000017985-photo-dragon-empires.jpg
0096000000017984-photo-dragon-empires.jpg
0096000000017983-photo-dragon-empires.jpg

Les paysages de Dragons Empires sont parmi les plus beaux vus dans un jeu.

Cet aspect technique impressionnant est là pour servir un jeu plus classique dans son déroulement mais malgré tout doté de quelques éléments particulièrement originaux. Les joueurs interpréteront donc un personnage qu'ils auront préalablement créé en choisissant parmi les nombreuses possibilités offertes par les développeurs . Ce personnage appartiendra à l'un des cinq royaumes existants et dirigé par un dragon, sorte de leader spirituel et tout puissant. Le monde dans son ensemble comptera cinquante cités qu'il sera possible d'attaquer, de conquérir et de gérer au cours du jeu. L'aspect gestion est d'ailleurs une des innovations principales du jeu puisqu'un véritable système économique et politique a été mis au point par les développeurs. Il faudra bien sûr attendre de le tester pour voir dans quelle mesure cela influera la façon de participer des joueurs qui pourront monter de véritables empires commerciaux. Enfin, les joueurs seront encouragés à créer de véritables factions au sein desquelles une hiérarchie devra être établie et qui pourront même s'approprier des villes entières.

Etherlords 2 (c) Strategy First

Paru il y a déjà plusieurs mois, le premier Etherlords est l'exemple même du jeu à fort potentiel mais partiellement gâché par une réalisation largement perfectible caractéristique des studios aux moyens limités. Le succès ayant tout de même globalement été au rendez-vous, les développeurs se sont lancés dans une suite que l'on espérait plus aboutie, plus complète et surtout débarrassée de ces bugs gênants.

Nival Interactive et Strategy First font de nouveau équipe et c'est donc sur le stand du second qu'il était possible d'en apprendre un peu plus sur Etherlords 2. Les joueurs du précédent volet ont formulé de nombreuses demandes et les développeurs se sont fait un devoir de respecter la plupart d'entre elles. Le résultat est un changement assez radical d'orientation et le jeu est devenu beaucoup plus "jeu de rôles" délaissant plusieurs de ses aspects "stratégie". Le personnage principal se contrôle toujours de la même manière, mais chevauche maintenant une monture à la manière d'un Heroes Of Might & Magic et se voit confier différentes quêtes, différents mystères à résoudre. Un journal sera d'ailleurs intégré afin de conserver une trace des pérégrinations du joueur.

0096000000017966-photo-etherlords-2.jpg
0096000000017967-photo-etherlords-2.jpg
0096000000017968-photo-etherlords-2.jpg

Graphiquement, Etherlords 2 reste proche de son prédécesseur.

La partie combat tactique plus ou moins proche de ce que l'on trouvait avec Heroes Of Might & Magic est bien évidemment toujours de la partie et c'est d'ailleurs ici que les développeurs ont concentré leurs efforts d'améliorations. Les sorts seront plus nombreux (45 de plus) et pourront être plus facilement combinés, achetés et changés entre la réserve et l'inventaire principal. Sachez enfin que si le mode multijoueurs du premier volet sera toujours présent, un second mode opposant huit joueurs à la fois devrait voir le jour. Nous ne savons pas très bien comment les parties se dérouleront dans ce mode, mais une chose est sure : cela promet d'être intéressant ! Etherlords 2 est prévu pour la fin du mois d'août en Amérique du Nord alors qu'aucune date de disponibilité française n'a encore été annoncée.


Fair Strike (c) Buka Entertainement

Qu'il était agréable de rencontrer les Russes de Buka Entertainement... Situé dans le hall Kentia, leur stand était relativement modeste mais leur accueil des plus chaleureux. Encore peu connu en France, cet éditeur est très célèbre dans son pays d'origine et se charge aussi bien de développer des titres en interne, que d'éditer les jeux d'autres studios ou bien encore de distribuer des titres étrangers comme le dernier carton international : Grand Theft Auto 3.

Cette édition 2003 de l'E3 était l'occasion pour Buka de signer un accord de distribution avec le Français PointSoft et nous devrions donc à l'avenir pouvoir trouver plus facilement les titres du Russe dans l'Hexagone. Parmi les nouveautés, nous devrions par exemple bientôt voir arriver un jeu d'action mettant le joueur aux commandes d'un hélicoptère un peu à la manière de Comanche 4. Fair Strike, c'est son nom, était présenté au cours du salon de Los Angeles et le moins que l'on puisse dire c'est que G5 Software, le développeur, a fait de sacrés progrès depuis Red Shark. La réalisation graphique est de bien meilleure facture et même s'il me semble être encore un cran en-dessous du titre de Novalogic, le résultat est tout à fait satisfaisant.

0096000000012611-photo-fair-strike.jpg
0096000000012618-photo-fair-strike.jpg
0096000000012616-photo-fair-strike.jpg

L'avenir nous dira si Fair Strike, assez proche de Comanche 4, saura s'imposer.

Le jeu dispose de deux modes afin de satisfaire les amateurs d'action pure et les tenants de la simulation (même s'il s'agit malgré tout d'un titre orienté "poussées d'adrénaline"). Les missions promettent d'être nombreuses et relativement variées d'autant qu'il sera possible de piloter six hélicoptères différents : leur armement comme leur comportement assurant des stratégies radicalement différentes. Un mode multijoueurs devrait également être intégré au jeu, mais nous n'avons pas vraiment pu en savoir plus à ce propos.


Far Cry (c) Ubi Soft

A côté de titres plus originaux comme Prince Of Persia ou Beyond Good & Evil, Ubi Soft présentait quelques jeux d'action de facture plus conventionnelle, enfin au moins en apparence. Far Cry est de ceux-là mais comme je le disais "au moins en apparence" car n'importe quel joueur ayant déjà jeté un oeil à l'imposante vidéo disponible sur Clubic sait combien son moteur graphique, le Crytek Engine, est incroyable. Les développeurs avaient donc fait le déplacement jusqu'à Los Angeles et c'est bien en évidence sur le stand Ubi Stand que nous les avons rencontrés pour une petite présentation de Far Cry.

A la base, il s'agit donc d'un basique jeu d'action à la première personne au long duquel le joueur incarne Jake Carver embauché par une journaliste pour la conduire sur une île qui ne s'avérera pas de tout repos. A peine arrivés, les deux personnages principaux se font en effet attaqués par une troupe d'ennemis, Jake est emprisonné et la jeune femme enlevée. Dans un premier temps notre héros devra donc se libérer avant de partir à la recherche de la disparue et de découvrir la raison de ce chahut ! Doté d'un scénario plutôt basique, Far Cry se démarque donc par une réalisation hors du commun. Notre démo essentiellement composée d'extérieurs était d'une beauté à couper le souffle et les multiples effets gérés par le moteur devraient permettre une interactivité maximum. Le terrain se déforme sous l'impact de certaines armes, les effets pyrotechniques illuminent le ciel et le moteur physique est tout simplement sensationnel.

0096000000018087-photo-far-cry.jpg
0096000000018088-photo-far-cry.jpg
0096000000018089-photo-far-cry.jpg

0096000000018082-photo-far-cry.jpg
0096000000018083-photo-far-cry.jpg
0096000000018084-photo-far-cry.jpg

Les derniers exemples en date de l'excellence graphique de Far Cry !

L'intelligence artificielle profite également de l'excellent travail des développeurs et il faut voir les réactions des adversaires pour vraiment comprendre ce que je veux dire : ils s'envoient des signaux, prennent l'adversaire (oui, nous !) en tenaille, se replient pour appeler du renfort. Les tactiques de jeu deviennent de ce fait beaucoup plus élaborées que dans la plupart des titres concurrents, le jeu devient nettement plus vivant et on imagine facilement plusieurs moyens de parvenir à ses fins. Far Cry devrait donc faire partie des plus intéressants des FPS de cette fin d'année, en espérant qu'il sorte bien comme prévu !


Flight Simulator 2004 : A Century Of Flight (c) Microsoft

Pour fêter les cent ans de l'aviation, Microsoft invite les amateurs de simulation de vol à redécouvrir quelques uns des aéroplanes les plus marquants du XXème siècle. Il sera par exemple possible de prendre les commandes du Spirit Of Saint-Louis ou bien encore de tenter l'expérience des Frères Wright ! Ce Flight Simulator 2004 : A Century Of Flight devrait en outre innover sur deux points lors de sa sortie prévue pour la fin de l'été 2003.

La réalisation technique tout d'abord devrait encore une fois être l'objet d'un soin tout particulier avec l'intégration des améliorations aperçues avec Combat Flight Simulator 3. Le moteur reste un dérivé de celui du précédent Flight Simulator mais le logiciel de combats aériens avait ajouté quelques effets particulièrement efficaces qui seront donc intégrés au simulateur civil de Microsoft. L'autre principal apport de cette nouvelle version est une vision plus arcade des choses. Que les amateurs de simulation pure se rassurent : Microsoft ne les abandonne pas. En fait l'éditeur de Redmond améliore toujours l'aspect simulation de son titre, mais a décidé, pour cette version commémorative, d'intégrer un mode à la prise en main simplifiée afin que tout le monde puisse goûter aux joies de l'aviation civile. Il ne nous a toutefois pas été possible de tester véritablement l'impact de ces apports et il nous faudra donc attendre de recevoir la version finale du jeu afin de nous faire une opinion sur cette énième déclinaison du plus ancien des simulateurs.

0096000000018151-photo-flight-simulator-2004-a-century-of-flight.jpg
0096000000018136-photo-flight-simulator-2004-a-century-of-flight.jpg
0096000000018142-photo-flight-simulator-2004-a-century-of-flight.jpg

Les cockpits virtuels devraient connaître une petite révolution avec cette nouvelle version.


Full Throttle : Hell On Wheels (c) LucasArts

Paru en 1995, Full Throttle fut à n'en pas douter l'un des derniers jeux cultes de la période "aventure" de LucasArts. Aujourd'hui et avec le regain d'intérêt du public pour ce style de jeux, l'éditeur américain remet au goût du jour certaines de ses anciennes productions et c'est donc le cas des aventures de Ben le biker avec cette suite sous-titrée : Hell On Wheels.

Reprenant une bonne partie des ingrédients qui ont fait le succès du premier volet, cette suite innove évidemment au niveau artistique avec des graphismes plus léchés et des animations plus riches : le style graphique adopté ne sera cependant pas du goût de tous ! L'aventure en elle-même se déroule de manière relativement classique même si Full Throttle s'est toujours démarqué par quelques phases plus action, notamment lors des combats à moto. Notre héros a vent d'un complot visant à détruire la ville qui lui sert de pied à terre et va de ce fait mettre tout en oeuvre pour déjouer cette tentative. Il faudra rencontrer plus de 50 personnages à travers l'ensemble du jeu et l'humour devrait largement être de la partie. La sortie est prévue avant la fin de l'année civile.

0096000000018226-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg
0096000000018225-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg
0096000000018224-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg

0096000000018223-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg
0096000000018222-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg
0096000000018221-photo-full-throttle-hell-on-wheels.jpg

Le style graphique peut ne pas plaire, mais il a le mérite d'être original.


Half-Life 2 (c) Valve

Sans doute le jeu le plus attendu du salon, Half-Life 2 n'a en effet été dévoilé que quelques jours avant le début de la grand messe de Los Angeles, une poignée de copies d'écrans ayant même filtrées. Hélas pour les plus curieux, Valve ne permettait qu'à une poignée de privilégiés d'assister à la présentation du fameux jeu d'action. Il fallait faire des pieds et des mains pour entrer dans le petit espace réservé, mais le jeu en valait vraiment la chandelle !

La présentation ne permettait pas le moins du monde d'essayer le jeu, mais comme vous pouvez maintenant vous en rendre compte en la téléchargeant sur Clubic, elle permettait tout de même de s'en mettre plein la vue ! La démonstration de puissance du moteur graphique développé spécialement pour l'occasion était impressionnante et il faut bien avouer que si le contenu scénaristique est au niveau de celui du premier volet, Half-Life 2 devrait vraiment faire très très mal lors de sa sortie prévue pour l'automne prochain. La gestion des réalités physiques semblait très réussie même les corps humains faisaient parfois un peu "pantins désarticulés". Il est possible d'interagir avec l'ensemble des éléments du décor et la destruction de grandes portions de cartes est également au programme. Parlons enfin de la qualité des textures qui semblent tout simplement splendides sans qu'aucun problème de raccords ne soit perceptible... Un seul conseil à vous donner si ce n'a pas déjà été fait : téléchargez cette imposante vidéo de 590 Mo (ici), vous ne le regretterez pas !

0096000000017746-photo-half-life-2.jpg
0096000000017745-photo-half-life-2.jpg
0096000000017744-photo-half-life-2.jpg

Malgré leur qualité, ces captures sont loin de retranscrire la qualité du jeu !


Halo (c) Microsoft

Pas vraiment une nouveauté, Halo est sorti sur la console de Microsoft depuis maintenant un bon moment. Le titre développé par Bungie faisait toutefois partie du "line-up" de l'éditeur américain pour l'E3 2003. Il faut dire que le bougre était attendu depuis un bon moment sur PC et que Microsoft, conscient de la relative ancienneté du titre, a clairement mis l'accent sur l'aspect multijoueurs de son FPS.

Halo était donc en démonstration sur le stand de l'éditeur et plusieurs bornes permettaient aux visiteurs de s'y essayer. Les différents joueurs étaient tout heureux de constater que de véritables efforts d'adaptation avaient été fournis et si bien sûr, le jeu n'est pas foncièrement différent de son homologue Xbox, il exploite tout de même les capacités de nos machines en proposant par exemple une résolution graphique plus importante et de nombreux effets graphiques supplémentaires. Le mode solo restera toutefois identique à son homologue console, alors que le multijoueurs devrait lui proposer quelques suppléments relativement sympathiques : nouvelles cartes, nouveaux véhicules.

0096000000017772-photo-halo.jpg
0096000000017768-photo-halo.jpg
0096000000017770-photo-halo.jpg

Peu de nouveautés dans la version PC de Halo, mais un jeu malgré tout très attendu.


Hidden & Dangerous 2 (c) Take 2 Interactive

Le succès du premier opus a bien sûr conduit les développeurs de Talonsoft à envisager une suite que l'on devrait retrouver dès cet automne chez nos revendeurs. Construite autour du moteur graphique de Mafia, Hidden & Dangerous 2 ne devrait pas révolutionner le genre mais malgré tout satisfaire au moins les amateurs du premier opus. Le mélange d'action et de stratégie est toujours aussi efficace et les développeurs ont fait la part belle aux phases de conduite de véhicules.

L'aventure prend place entre 1941 et 1945. Le joueur y prend le contrôle d'une escouade de quatre soldats SAS entraînés comme personne et doit les diriger tout au long de nombreuses missions fortement teintées d'infiltration. Certains grands événements de la Seconde Guerre Mondiale servent de cadre à ces missions qui conduiront le joueur à découvrir de nombreuses parties du monde. L'équipe des SAS fera la rencontre d'ennemis bien sûr mais aussi de personnages plus amicaux, elle devra en outre se familiariser avec les nombreuses armes disponibles. Les objectifs de mission promettent d'être assez variés et un mode multijoueurs devrait allonger encore une durée de vie qui semblait plus que conséquente, en espérant que ce Hidden & Dangerous 2 ne comporte pas les nombreux bugs du premier volet !

0096000000018216-photo-hidden-dangerous-2.jpg
0096000000018215-photo-hidden-dangerous-2.jpg
0096000000018214-photo-hidden-dangerous-2.jpg

La modélisation des personnages est impressionnante.

Jack The Ripper (c) The Adventure Company

Edité par The Adventure Company et développé par les Anglais de Galilea, Jack The Ripper est une aventure comme on en fait de moins en moins. Le scénario tourne bien évidemment autour du mystérieux Jack l'Eventreur (The Ripper en anglais) et le transpose dans le New York du début du siècle (1901 pour être parfaitement exact) où d'horribles meurtres ont été perpétrés. Des meurtres mystérieux mais aux similitudes troublantes avec les incidents ayant bouleversés Londres et le quartier de Whitechapel quelques années plus tôt.

Le joueur incarnera Jimmy Palmer qui se voit confier par son patron cette délicate enquête. Mais comme il n'est que journaliste, Jimmy ne pourra bénéficier des mêmes libertés que les représentants de la loi. Il faudra donc user de diplomatie et de complicité pour récolter des indices et obtenir de précieuses informations de la part des témoins. Sans gâcher l'aventure, disons en outre que ses découvertes et ses articles mettront rapidement Jimmy dans le pétrin. Un individu fort peu recommandable va bien vite s'intéresser à lui et un véritable jeu du chat et de la souris commencera alors. Ce style d'aventure ayant toutefois quelque peu vieillit, espérons que les développeurs sauront reproduire l'ambiance indispensable à la réussite d'une telle entreprise : la réponse en principe dès le mois de novembre.

0096000000018366-photo-jack-the-ripper.jpg
0096000000018365-photo-jack-the-ripper.jpg
0096000000018364-photo-jack-the-ripper.jpg

0096000000018363-photo-jack-the-ripper.jpg
0096000000018362-photo-jack-the-ripper.jpg
0096000000018361-photo-jack-the-ripper.jpg

Jack The Ripper dispose de décors particulièrement travaillés.


Jedi Knight : Jedi Academy (c) LucasArts

Avec son nouveau Jedi Knight, LucasArts tenait assurément l'une des principales attractions PC du salon 2003. Il faut dire qu'en ce qui concerne le monde PC, l'accent était une fois de plus mis sur les jeux d'action à la première personne et dans ce domaine la licence "Star Wars" a toujours fait des miracles. Ce troisième opus devrait toutefois trancher un peu avec les précédents dans la mesure où les développeurs ont cherché à innover davantage qu'il ne l'avait précédemment. Ils ont en particulier tenté de répondre à une attente toute particulière des joueurs : des combats au sabre-laser.

Nous incarnerons un apprenti venu à l'académie Jedi pour, bien sûr, apprendre à maîtriser la Force auprès de Luke Skywalker et de notre vieille connaissance : Kyle Katharn. L'aventure devrait être dans son déroulement relativement classique mais la personnalisation du personnage et, comme nous le disions, la maîtrise du sabre-laser devrait passionner les joueurs. Tout un système de personnalisation de l'avatar a en effet été mis en place afin d'avoir le moins de chances possibles d'obtenir deux fois le même personnage. Le sabre-laser n'est pas en reste et à mesure que le jeu avance, ce sont de nouvelles armes bien différentes qui seront disponibles jusqu'à obtenir le double-sabre au maniement particulièrement délicat. Autre nouveauté, le scénario du jeu devrait permettre de suivre aussi simplement la voie du "bien" que le côté obscur de la Force. Même si tout ceci devrait en plus garantir un mode multijoueurs particulièrement intéressant et original, il ne nous a pas été possible d'en juger. Il faudra donc encore une fois attendre la sortie de Jedi Academy, en octobre si tout va bien, pour en juger !

0096000000016873-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg
0096000000016872-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg
0096000000016472-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg

0096000000016471-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg
0096000000016470-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg
0096000000016467-photo-jedi-knight-jedi-academy.jpg

Des combats au sabre-laser plus que prometteurs !


Les Sims 2 (c) Electronic Arts

Malgré son succès international, Les Sims commencent indiscutablement à accuser le poids des années et Electronic Arts / Maxis l'ont bien compris. Ils ont profité de cette édition 2003 de l'E3 pour présenter un peu plus précisément le successeur de cette véritable manne financière pour l'éditeur américain. Un successeur très simplement intitulé Les Sims 2 et qui reprend évidemment le concept à l'origine du premier opus.

A la base, il sera donc toujours question du devenir d'un Sims. Mais la simulation "de vie" sera cette fois nettement plus complète, plus riche et de ce fait plus complexe. Les Sims pourront maintenant se développer, mais surtout ils vieilliront, auront des enfants et pourront fonder une véritable famille avant de s'éteindre tout naturellement. Plus intéressant, une sorte d'hérédité devrait être à l'ordre du jour afin de transmettre certains traits de caractère entre les générations, mais on ne sait pour l'instant pas dans quelles limites cela fonctionne. Les interactions avec les autres personnages, avec les lieux et avec les objets devraient être nettement plus importantes en particulier du fait du nouveau moteur graphique bien plus puissant. Les modèles de personnage sont d'ailleurs beaucoup plus complexes et leurs animations plus riches. Une petite vidéo était mise en avant lors du salon et même s'il ne s'agissait que d'une cinématique, elle permettait de bien voir les intentions des développeurs : rendre Les Sims plus riche et de ce fait plus vivant, plus humain.

0096000000017718-photo-les-sims-2.jpg
0096000000017717-photo-les-sims-2.jpg
0096000000017716-photo-les-sims-2.jpg

Des possibilités décuplés pour la suite des Sims

Pourtant pas vraiment amateur du premier volet, je dois bien avouer que cette petite séquence m'a donné envie d'en découvrir plus sur cette suite qui promet d'ailleurs d'être beaucoup plus adulte dans ses possibilités... Enfin ça, l'avenir et le printemps 2004 nous le dirons.


NBA Live 2004 (c) Electronic Arts

Nettement moins attendu que la dernière version de FIFA Soccer, le nouveau NBA Live devrait toutefois faire son petit effet lors de sa sortie sur tous les supports actuellement en vogue (PC, GameCube, Playstation 2 et Xbox). On devrait en particulier retrouver une présentation des matchs plus proche de ce qu'il est possible de voir à la télévision américaine : un véritable spectacle son et lumière avec force commentaires !

Pour l'occasion, le moteur graphique a été largement remanié et si la modélisation des joueurs ne semblait pas vraiment améliorée c'est tout simplement que le plus gros du travail concerne l'animation des différents intervenants avec toute une panoplie de nouveaux mouvements. En dehors de ces améliorations purement techniques, il sera bien sûr possible de profiter d'une mise à jour complète des statistiques des joueurs et des équipes : les effectifs seront évidemment au niveau. Enfin, sachez qu'un nouveau module de jeu devrait permettre de gérer les parties multijoueurs, les conversations entre joueurs un peu à la manière de ce qu'il est déjà possible de retrouver sur NHL 2003.

00D2000000058197-photo-nba-live-2004-xbox.jpg
00D2000000058198-photo-nba-live-2004-xbox.jpg
00D2000000058199-photo-nba-live-2004-xbox.jpg

00D2000000058200-photo-nba-live-2004-xbox.jpg
00D2000000058201-photo-nba-live-2004-xbox.jpg
00D2000000058202-photo-nba-live-2004-xbox.jpg

A défaut d'avoir des captures de la version PC, voici quelques exemples de NBA Live 2004 sur Xbox


Need For Speed Underground (c) Electronic Arts

Le prochain volet de la série Need For Speed ne devrait pas sortir avant le début de l'année 2004. Electronic Arts présentait toutefois un petit aperçu du jeu et un seul mot venait à l'esprit : impressionnant. Sous-titrée Underground, cette suite devrait évidemment présenter au moins quelques courses à l'intérieur des villes et le rendu graphique de celle-ci était tout simplement bluffant même si la version PC n'était pas visible. De très nombreuses courses devraient être disponibles mais l'accent devrait surtout être mis sur la personnalisation des véhicules. Un grand nombre de voitures seront disponibles mais au fur et à mesure des courses, il sera possible de modifier encore son bolide afin de changer son apparence et ses performances en utilisant quelques unes des centaines de pièces offertes aux joueurs.

0096000000018498-photo-need-for-speed-underground.jpg
0096000000018497-photo-need-for-speed-underground.jpg

Les deux seules copies d'écrans actuellement disponibles


NHL 2004 (c) Electronic Arts

L'imposant stand Electronic Arts de cette édition 2003 de l'E3 était l'occasion de présenter de très nombreux titres à venir sur toutes les plates-formes du moment. Hélas et comme vous avez pu le remarquer avec les titres déjà présentés (Need For Speed, NBA Live 2004...), les informations disponibles n'étaient pas très nombreuses, nous laissant un peu sur notre faim. C'était encore plus évident avec la prochaine version de la simulation de hockey sur glace, le fameux NHL.

Il faut dire que NHL 2004 semblait davantage tenir de la simple mise à jour que d'une véritable nouvelle version. Cette douzième année de partenariat entre Electronic Arts et la ligue de hockey nord-américaine, devrait donc principalement consister en une actualisation des différentes équipes ou des statistiques des joueurs. Le jeu devrait tout de même intégrer de nouvelles animations et un système amélioré de combats. NHL 2004 devrait être disponible avant la fin de l'année civile.


No Man's Land (c) CDV / Focus

Habitué des jeux de stratégie temps réel, l'éditeur allemand CDV faisait une nouvelle fois équipe avec Focus pour nous présenter No Man's Land, un titre qui reprend le même thème historique que le très réussi American Conquest mais s'en démarque par le ton adopté. Alors qu'American Conquest misait beaucoup sur le réalisme et la précision du contexte historique, No Man's Land ne s'embarrasse de rigueur et insiste surtout sur le plaisir du joueur.

Les mécanismes de jeu ont donc été simplifiés, les combats n'opposent plus autant d'unités à la foi et la réalisation graphique est devenue plus spectaculaire, plus tape à l'oeil. No Man's Land nous propose donc de prendre part à 300 ans d'histoire de l'Amérique : de la découverte par les Espagnols à l'âge d'or des chemins de fer transcontinentaux. Six peuples seront accessibles et les développeurs promettent de nombreuses différences entre eux : les Anglais, les Espagnols, les Patriotes, les Côlons et deux peuple amérindiens. Le mode solo devrait être principalement composé de trois campagnes très scénarisées avec des gentils, des méchats et tout ce qu'il faut pour créer des rebondissements. Enfin le jeu devrait bien sûr proposer le classique mode multijoueurs auquel un maximum de 8 joueurs peuvent participer. La sortie ne devrait plus trop tarder puisque No Man's Land est prévu pour l'automne 2003 en France.

0096000000018504-photo-no-man-s-land.jpg
0096000000018503-photo-no-man-s-land.jpg
0096000000018502-photo-no-man-s-land.jpg

0096000000018501-photo-no-man-s-land.jpg
0096000000018500-photo-no-man-s-land.jpg
0096000000018499-photo-no-man-s-land.jpg

Graphiquement sympathique, No Man's Land ne s'adresse pas aux amateurs de rigueur historique


Painkiller (c) Dreamcatcher

Le genre le plus représenté sur PC au cours de ce salon était sans aucun doute possible le jeu d'action à la première personne ou FPS. Même les jeux de stratégie temps réel pourtant très populaires n'étaient pas aussi nombreux. Painkiller se démarquait toutefois de l'impressionnante concurrence par son orientation résoluement "délirante" et finalement assez proche de ce que l'on pouvait déjà ressentir en jouant à Serious sam. Un simple coup d'oeil aux copies d'écrans disponibles ci-dessous devrait vous faire comprendre toute l'étendue de la philosophie du héros.

Le joueur sera donc un nouvelle fois le dernier rempart de la civilisation et se retrouvera submergé par des hordes de monstres à massacrer aussi vite que possible. L'arsenal sera plus que conséquent et c'est tant mieux car certaines créatures sont tout simplement gigantesques ! Un mode multijoueurs permettant de se massacrer joyeusement entre amis sera de la partie et il faut bien reconnaître que le fun devrait permettre de passer de bons moments. Il reste toutefois encore beaucoup de travail aux développeurs qui envisagent pour le moment de sortir leur bébé au cours du dernier trimestre de cette année. La réalisation graphique semble d'ores et déjà au niveau et ça pète vraiment de partout !

0096000000018545-photo-painkiller.jpg
0096000000018544-photo-painkiller.jpg
0096000000018543-photo-painkiller.jpg

0096000000018542-photo-painkiller.jpg
0096000000018541-photo-painkiller.jpg
0096000000018540-photo-painkiller.jpg

Painkiller : une philosophie relativement simple à assimiler !


Prince Of Persia : The Sands Of Time (c) Ubi Soft

En son temps, le premier Prince Of Persia avait été une véritable gifle tant les animations du personnage étaient révolutionnaires pour l'époque. Ce mélange de fluidité et de grâce était tout simplement sans équivalent et l'est resté de nombreuses années. Hélas, la dernière version du mythique jeu de Jordan Mechner (Prince Of Persia 3D) avait été nettement plus décevante, c'est donc avec une certains appréhension que nous avons découvert le dernier opus sous-titré The Sands Of Time et présenté par Ubi Soft.

La version PC n'était pas en exposition sur le stand de l'éditeur français et c'est donc sur une Playstation 2 que nous avons découvert le jeu et quel jeu ! La réalisation technique des titres Playstation 2 est généralement un cran en-dessous de leurs homologues PC et pourtant il faut bien avouer que le résultat était déjà superbe. Les décors, malgré une certaine pixélisation, étaient d'une finesse et d'un niveau de détails rarement atteint. Aussi artistiques soient-ils, ces décors ne sont toutefois pas ce qui impressionne au premier coup d'oeil. Notre Prince de Perse est en effet revenu mieux animé que jamais ! La panoplie de mouvements disponibles est sans égal et chaque geste est l'occasion d'un "waouh !" tout à fait compréhensible. Le Prince grimpe aux rideaux ou aux grilles, se laisse glisser le long des murs ou des perches en bois, saute aussi précisément qu'habilement et dégaine comme personne ! Pas seulement une magnifique démonstration technique, Prince Of Persia est doté d'un gameplay qui semblait largement au niveau.

Le Prince doit faire face à de nombreux adversaires qu'il défait au prix de combats somptueux et doit également déjouer des pièges par dizaines. Les énigmes ne sont jamais très compliquées mais feront tout de même appel au bon sens du joueur et un mode "ralenti" qui n'est pas sans rappeler le "bullet-time" de Matrix est également au programme. Le joueur peut en effet utiliser les "sands of time" qu'il récupère pendant le jeu afin de ralentir l'action et ainsi se sortir de situations pour le moins inextricables. Que dire d'autre à part que Prince Of Persia : The Sands Of Time nous a tout simplement laissés pantois ? Il faudra bien sûr attendre la version finale pour en particulier être à même de juger de la pertinence des contrôles, mais on peut d'ores et déjà dire que Prince Of Persia va faire parler de lui !

00D2000000058206-photo-prince-of-persia-ps2.jpg
00D2000000058207-photo-prince-of-persia-ps2.jpg
00D2000000058208-photo-prince-of-persia-ps2.jpg

00D2000000058209-photo-prince-of-persia-ps2.jpg
00D2000000058210-photo-prince-of-persia-ps2.jpg
00D2000000058211-photo-prince-of-persia-ps2.jpg

Une version Playstation 2 déjà très réussie qui laisse augurer d'un superbe titre PC


Rugby 2004 (c) Electronic Arts

Plus à son aise avec les simulations de football américain, Electronic Arts s'est tout de même lancé dans ce sport si particulier qu'est le rugby. De l'aveu de certains développeurs, il s'agit d'un sport très difficile à reproduire en jeu vidéo du fait même du style du jeu. Rugby 2004 devrait tout de même tenter une nouvelle fois l'expérience aussi bien sur PC que sur les consoles nouvelle génération, aucune date n'ayant toutefois été communiquée. Les amateurs de ballons ovales retrouveront avec plaisir leur équipe préféré puisque le jeu ne devrait pas comporter moins d'une quarantaine d'équipes parmi lesquelles 20 formations internationales et les équipes du Super 12.

All Blacks, Springboks et Wallabies seront bien sûr au rendez-vous de même que l'Angleterre ou la France. De nombreuses compétitions seront jouables comme la Coupe du Monde bien sûr mais aussi le Tournoi des Six Nations, le Tri Nations ou le Super 12. Enfin, il sera tout à fait possible de créer son propre championnat de toutes pièces. Chaque joueur présent dans le jeu aura son lot de caractéristiques : taille, poids, vitesse, résistance, plaquage... Enfin, les développeurs ont modélisé quelques 75 stades à travers le monde afin de faire plaisir à tous les fans. On reconnaîtra Twickenham, Murray Field ou bien encore Ellis Park. Si les options de jeu promettent d'être relativement complète, on ne peut s'empêcher d'être plus circonspect en ce qui concerne le jeu en lui-même. La réalisation graphique ne semble déjà pas des plus réussie, mais c'est surtout les animations, les mouvements des joueurs si importants dans un sport comme le rugby qui paraissent bâclés. Il faudra bien sûr attendre la version finale du jeu pour se prononcer, mais il semble déjà que l'on soit assez loin de la perfection d'un NHL par exemple.

00D2000000058213-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg
00D2000000058214-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg
00D2000000058215-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg

00D2000000058216-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg
00D2000000058217-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg
00D2000000058218-photo-rugby-2004-playstation-2.jpg

Les premières copies d'écrans disponibles proviennent de la version Playstation 2

Sam And Max : Freelance Police (c) LucasArts

Sans aucun doute l'une des meilleures surprises de ce salon 2003, Sam & Max 2 était présenté par LucasArts qui n'en montrait toutefois vraiment pas beaucoup. Quelques toute petites séquences au milieu d'une grande vidéo d'auto promotion et simplement deux petites copies d'écrans publiées ont néanmoins suffit à éveiller la curiosité de dizaines de joueurs visiblement amateurs de la première aventure Hit The Road parue tout de même en 1993.

Notre lapin psychotique et son compère le chien débonnaire sont donc de retour pour une aventure qui promet de bonnes tranches de rigolade même si strictement aucune information n'a encore filtrée sur le contenu de la nouvelle aventure de Sam & Max. Le titre, Freelance Police, ne donne d'ailleurs pas plus d'indication ! Alors à défaut d'en savoir plus et en attendant la sortie prévue pour le printemps 2004, n'hésitez pas à télécharger la petite vidéo de présentation publiée pendant l'E3 et disponible ici : vous en saurez autant que nous !

0096000000017797-photo-sam-max-freelance-police.jpg
0096000000017798-photo-sam-max-freelance-police.jpg

Les deux seules copies d'écrans actuellement disponibles !


Schizm 2 : Chameleon (c) The Adventure Company

The Adventure Company prend le relais de Microids et se charge de l'édition du nouveau Schizm, sous-titré Chameleon. La recette employée par Detallion, l'équipe en charge du projet, n'est pas vraiment originale et se rapproche encore énormément de celle employée par Myst le plus célèbre jeu du genre. Les superbes décors servent donc de support à des énigmes toujours plus nombreuses et toujours plus complexes pour lesquelles il ne faudra pas hésiter à se torturer les méninges tant le niveau de difficulté promet d'être, c'est une habitude, élevé. Les développeurs ont toutefois insisté sur le fait que le niveau serait moins élevé que dans le précédent volet... A vérifier.

Ces jeux, moins nombreux qu'auparavant, se caractérisaient par des planches fixes sur lesquelles il fallait chercher des mécanismes et des accès à d'autres lieux. Schizm 2 rompt quelque peu avec ce dogme en exploitant le moteur du célèbre No One Lives Forever 2 (la dernière version du LithTech Engine) afin d'offrir aux participants une liberté de mouvement nettement plus grande mais sans sacrifier la qualité graphique qui, comme vous pouvez le voir sur les captures d'écrans, est toujours aussi exceptionnelle. Sachez enfin que Schizm 2 : Chameleon devrait être disponible au cours de l'automne prochain, en principe pendant le mois de novembre.

0096000000018564-photo-schizm-2-chameleon.jpg
0096000000018563-photo-schizm-2-chameleon.jpg
0096000000018562-photo-schizm-2-chameleon.jpg

0096000000018561-photo-schizm-2-chameleon.jpg
0096000000018560-photo-schizm-2-chameleon.jpg
0096000000018559-photo-schizm-2-chameleon.jpg

Le concept initié par Myst il y a pratiquement dix ans fonctionne encore très bien !


Sniper Elite (c) Wanadoo

L'équipe de Rebellion 2000 AD, déjà à l'origine d'Alien Vs. Predator, travail en ce moment sur Sniper Elite pour le compte de Wanadoo Edition. Le titre est encore loin d'être terminé et sa sortie n'est pas prévue avant le premier trimestre 2004, mais il était malgré tout présenté sur le stand Wanadoo de l'E3, à côté de Chicago 1930 par exemple. Deviner le thème principal de Sniper Elite ne devrait pas être trop compliqué même pour quelqu'un que l'anglais rebute particulièrement.

Il faut dire que le terme "sniper" est particulièrement à la mode ces temps-ci que ce soit du fait des exactions de quelques citoyens américains un peu particulier ou tout simplement du fait de la surmédicalisation des différents conflits. Il ne s'agit pourtant pas d'une "activité" militaire très récente et c'est d'ailleurs à la toute fin de la Seconde Guerre Mondiale que l'histoire de Sniper Elite commence. Recruté par l'OSS, organisation américain qui deviendra plus tard la CIA, vous êtes un tireur d'élite allemand chargé de nombreuses missions où votre précision de tir aura bien sûr son importance. Les briefings sont en général assez succincts pour que le joueur entre le plus vite possible dans le vif du sujet. Une fois que vous avez pris connaissance de l'objectif, vous avez le champ libre : à vous de trouver le meilleur emplacement pour éliminer votre cible sans être repéré et sans dépasser la limite de temps. Sniper Elite laisse le joueur très libre de ses mouvements et il n'y a pas UNE méthode pour remplir les objectifs proposés. L'ambiance promet également d'être au rendez-vous avec une angoisse qui ira crescendo avant le tir ou le besoin de retenir sa respiration pour plus de précision.

0096000000018574-photo-sniper-elite.jpg
0096000000018573-photo-sniper-elite.jpg
0096000000018572-photo-sniper-elite.jpg

0096000000018571-photo-sniper-elite.jpg
0096000000018570-photo-sniper-elite.jpg
0096000000018569-photo-sniper-elite.jpg

Un style graphique relativement épuré pour un jeu encore en plein développement


Star Wars Galaxies : An Empire Divided (c) LucasArts

A côté de Half-Life 2 et de Doom III, voici certainement le jeu le plus attendu du salon. Le MMORPG "made in Lucas" et basé sur l'univers de Star Wars intéresse un nombre impressionnant de joueurs et au vue des copies d'écrans régulièrement diffuées sur Internet, LucasArts semble ne pas passer à côté de son sujet. Il faut dire que l'éditeur américain a laissé la tâche à un spécialiste du genre : Verant Interactive.

Maintenant imminent, Star Wars Galaxies est attendu pour le 25 juin prochain chez les revendeurs américains et c'est donc carrément la campagne publicitaire qui a commencée pour LucasArts qui présentait de très nombreuses copies d'écrans afin de convaincre le plus de joueurs possible. Les différents lieux accessibles aux aventuriers se dévoilent comme par exemple la célèbre Tatooine ou bien Dantooine la plus récente pour un total de neuf planète à visiter. L'environnement graphique était particulièrement travaillé et même si le jeu semblait un net cran en-dessous du Dragon Empires de Codemasters, LucasArts table tout de même sur une configuration impressionnante pour le faire tourner correctement : un processeur à 1.5 GHz épaulé par 512 Mo de mémoire, plus de 2 Go d'espace disque, une carte graphique dotée de 64 Mo de mémoire et capable de traiter les Pixel et Vertex Shaders... Rien que ça ! Espérons donc que le jeu en vaille la chandelle mais au vue des premières réactions, cela devrait normalement être le cas.

0096000000017596-photo-star-wars-galaxies.jpg
0096000000017590-photo-star-wars-galaxies.jpg
0096000000017415-photo-star-wars-galaxies.jpg

0096000000011401-photo-star-wars-galaxies.jpg
0096000000009609-photo-star-wars-galaxies.jpg
0096000000008738-photo-star-wars-galaxies.jpg

Excellente réalisation pour Star Wars Galaxies, mais beaucoup d'exigences matérielles également


Starsky & Hutch (c) Empire Interactive

Empire Interactive faisait partie de ces nombreuses compagnies qui ne recevaient que sur rendez-vous. C'est donc dans une salle un peu à l'écart du turbulent salon que nous avons pu découvrir le line-up de l'éditeur anglais. Une line-up composé de quelques titres desquels Starsky & Hutch retiendra particulièrement l'attention. La réalisation graphique du titre est pourtant plus que quelconque et certain, avant même d'avoir pu y jouer, le considère déjà moche.

Le style adopté par les développeurs est évidemment très inspiré de la série à succès et l'ambiance très "seventies" se ressent à tous moments. La réalisation n'est donc pas le point fort du jeu mais même s'il manque un peu de finesse, le graphisme très kitsch devrait séduire quelques joueurs. Ce n'est de toute façon pas grâce à sa réalisation technique que le jeu compte avoir du succès mais bien davantage grâce à son gameplay qualifié par les développeurs de nerveux et rythmé. Le jeu se présente en fait comme une sorte de Driver des années 70 avec différentes missions très "action" à remplir au volant de la fameuse Ford Torino. Un mode multijoueurs particulièrement novateur est également au programme : pendant que l'un des joueurs conduit le véhicule et tente de limiter les dégâts, le second doit détruire différentes cibles à l'aide de son arme de service ! Au fur et à mesure du jeu, de nouveaux véhicules et de nouvelles armes sont à débloquer pour faire durer le plaisir. La sortie de Starsky & Hutch est maintenant assez proche puisque le jeu devrait être disponible un peu partout dans le monde autour du 15 septembre prochain.

0096000000018600-photo-starsky-hutch.jpg
0096000000018599-photo-starsky-hutch.jpg
0096000000018598-photo-starsky-hutch.jpg

0096000000018597-photo-starsky-hutch.jpg
0096000000018596-photo-starsky-hutch.jpg
0096000000018595-photo-starsky-hutch.jpg

Techniquement perfectible, Starsky & Hutch devrait offrir un gameplay à la hauteur


The Great Escape (c) SCI

Adapté du film éponyme signé John Sturges, The Great Escape ne dit peut-être rien aux moins anglophones d'entre vous. Il s'agit en fait du célèbre La Grande Evasion avec des acteurs aussi prestigieux que Steve McQueen, James Coburn, Charles Bronson ou Donald Pleasance. SCI et Pivotal Games ont obtenu les droits de la part de la MGM et nous proposeront donc prochainement de revivre quelques unes des scènes clefs du film.

Le jeu est d'ores et déjà bientôt terminé et si l'on en croit les développeurs, il devrait être disponible au cours de l'été, entre la fin du mois de juillet et la fin du mois d'août. Une vingtaine de missions seront disponibles et chacune d'entre elles permettra de prendre en main l'un des personnages les plus importants du film. Vous aurez par exemple à exploiter les talents de pickpocket de Hendley ou l'habileté de Hilts lorsqu'il s'agit de crocheter les serrures. Selon la mission, différentes séquences de jeu seront disponibles (pilotages de véhicules, scènes de combat...) et si le jeu fait en de nombreux points penser au Prisoner Of War de CodeMasters, il s'en démarque immédiatement par la variété des situations proposées. La réalisation promet également d'être un cran au-dessus même si pour s'en assurer il faudra attendre la version finale du jeu. Les fans de Steve McQueen seront au passage heureux d'apprendre que le développeurs ont modélisé le visage de l'acteur pour faire encore davantage penser au film.

0096000000018618-photo-the-great-escape.jpg
0096000000018617-photo-the-great-escape.jpg
0096000000018616-photo-the-great-escape.jpg

0096000000018615-photo-the-great-escape.jpg
0096000000018614-photo-the-great-escape.jpg
0096000000018613-photo-the-great-escape.jpg

Si les planches graphiques rappellent le film, que dire de la mémorable musique !


Thief 3 (c) Eidos Interactive

Thief 3 est le type même du jeu de passionnés. Les deux premiers volets avaient été acclamés par la critique mais plus ou moins boudés par le public. Eidos a pourtant décidé de faire à nouveau confiance à la licence, et lancé une nouvelle équipe de développement, Ion Storm, sur le projet et s'apprête donc à remettre le couvert au cours du quatrième trimestre de cette année avec un nouvel opus de ce jeu à l'ambiance toute particulière.

Mélange d'action, d'infiltration et de jeu d'aventure, Thief 3 n'a pourtant rien à voir avec un Splinter Cell par exemple et se rapprocherait davantage d'un Deus Ex : Invisible War dont il reprend d'ailleurs le moteur graphique. Warren Spector, le chef de projet, n'aime toutefois pas trop ce raccourcis et précise bien que les objectifs et les moyens d'y parvenir n'ont strictement rien à voir d'un jeu à l'autre. Il est en outre tout à fait juste de rappeler que Thief 2 n'avait pas grand chose à voir avec Deus Ex. Quoi qu'il en soit, Thief 3 devrait ravir les amateurs des deux précédents volets car le style de jeu est exactement identique. Le joueur incarne un personnage aussi implacable que la mort elle-même et plus discret qu'une ombre. Les interactions avec l'environnement devrait être plus poussées et la réalisation graphique devrait encore renforcer l'ambiance pourtant déjà excellente des précédents volets. Il ne nous a hélas pas été possible d'en savoir plus sur l'aventure et toute la question est donc de savoir si le scénario préparé par les développeurs saura nous tenir en haleine, réponse en fin d'année !

0096000000018619-photo-thief-3.jpg
0096000000018620-photo-thief-3.jpg
0096000000018621-photo-thief-3.jpg

0096000000018622-photo-thief-3.jpg
0096000000018623-photo-thief-3.jpg
0096000000018624-photo-thief-3.jpg

Thief III reprend à son compte le moteur de Deux Ex : Invisible War pour un jeu plus en finesse


Train Simulator 2 (c) Microsoft

Microsoft ne proposait en définitive que des suites en matière de jeux PC et l'une des plus étonnantes était sans conteste ce Train Simulator 2. Il faut dire que nous n'avons pas eu de retour sur le succès du premier volet et que malgré ses qualités, il nous avait quelque peu lassé avec le temps. Il semblerait toutefois que les passionnés de chemin de fer y aient trouvé leur compte et avant la fin de l'année 2003, la suite devrait être disponible.

C'est toujours les petits gars de Kuju Entertainment qui sont aux commandes et ils ont mis l'accent sur la réalisation graphique pour ce second volet. Le moteur a été largement revu afin que plus d'éléments de décor soient présent à l'écran. Les paysages sont nettement plus riches et l'environnement est dans son ensemble plus vivant : des véhicules vont et viennent sur la carte, les voyageurs se promènent ou montent / descendent des trains. La simulation devrait bien sûr proposer quelques locomotives supplémentaires mais c'est vraiment sur le plan technique que les améliorations sont les plus sensibles. En plus d'un système complet de gestion des conditions météorologiques, Train Simulator 2 devrait proposer des intérieurs plus détaillés et totalement fonctionnels. Sachez enfin que Kuju Entertainment s'est arrangé pour que les modifications apportées au premier volet soient compatibles avec ce nouvel opus... Si elle se vérifie, c'est une bien bonne nouvelle pour les passionnées.

0096000000018385-photo-train-simulator-2.jpg
0096000000018386-photo-train-simulator-2.jpg
0096000000018387-photo-train-simulator-2.jpg

0096000000018382-photo-train-simulator-2.jpg
0096000000018383-photo-train-simulator-2.jpg
0096000000018384-photo-train-simulator-2.jpg

Une réalisation graphique "aux petits oignons" pour cette seconde simulation ferroviaire.

Unreal Tournament 2004 (c) Atari / Infogrames

Il est amusant de voir à quel point Unreal Tournament 2004 est resté discret. Alors qu'il avait été annoncé quelques jours avant le salon et avait généré de nombreuses rumeurs, il faut bien reconnaître qu'à Los Angeles, il avait bien du mal à attirer l'attention... Reconnaissons toutefois que la concurrence est très rude lorsqu'il s'agit de FPS !

Nous avons tout de même pu assister à une petite présentation afin de voir de quoi il retournait et le moins que l'on puisse dire est que le résultat était pour le moins décevant. Non que Unreal Tournament 2004 soit un mauvais jeu, mais sur le plan technique, on ne peut pas dire que les changements soient marquants ! En fait, les effets graphiques semblent exactement identiques à ceux du précédent opus, peut-être que les développeurs en ont profité pour optimiser leur création ? Niveau gameplay, le résultat était plus intéressant et les joueurs auront bientôt la possibilité d'utiliser différents engins : des véhicules terrestres et aériens seront là pour pimenter les parties. De nouvelles armes devraient bien évidemment faire leur apparition et il semblerait que nouveaux modes de jeu multijoueurs soient prévus. Espérons toutefois qu'Atari / Infogrames fasse un effort du côté du prix de vente de ce jeu qui tient quand même beaucoup de la grosse extension. Comme son nom ne l'indique pas, Unreal Tournament 2004 devrait sortir avant les fêtes de fin d'année.


Uru : Online Ages Beyond Myst (c) Ubi Soft

Sur le stand Ubi Soft, il était possible de retrouver la dernière mouture du légendaire Myst baptisé Uru pour ce quatrième opus. Même si le concept du jeu est identique aux vénérables ancêtres de la série, Ubi Soft avait su intriguer les journalistes en parlant d'une nouvelle façon de voir les choses grâce à un mode multijoueurs en plus du classique mode solo. S'il est facile de concevoir une partie à plusieurs lorsque l'on parle de Half-Life 2, il est plus délicat de comprendre de quoi il est ici question.

D'un côté les joueurs auront donc la possibilité de jouer Uru en simple joueur, ils se retrouveront alors face à un titre qui rappelle évidemment les opus précédents. Le scénario se base cette fois sur la civilisation souterraine des D'ni, peuple doté de pouvoirs très particuliers et disparus depuis plus de 10.000 ans. L'aventure débute alors qu'un mystérieux livre a été découvert et qu'il permet justement de se rendre en plein territoire D'ni. Les décors sont toujours merveilleux et les énigmes mettront encore une fois vos méninges à rude épreuve. Au niveau du graphisme, Ubi Soft a tout de même choisi de suivre la tendance actuelle qui vise à tout faire passer en 3D. Le résultat est de toute beauté et à la manière de Schizm 2, cela évite d'avoir l'impression d'assister à un diaporama : les mouvements et donc l'action sont plus fluides. C'est une recette qui marche et qui a permis à chacun des différents Myst de remporter un franc succès, il n'est donc pas surprenant de voir Ubi Soft appliquer cette recette.

La surprise est en revanche plus importante lorsque l'on parle du mode multijoueurs. Comment diable cela pouvait-il se présenter ? En fait la réponse est assez simple et en y réfléchissant bien, on ne peut pas vraiment dire qu'Uru est un jeu multijoueurs dans le sens où nous l'entendons. Il s'agit plutôt d'un jeu "communautaire". Le monde est identique à celui parcouru en mode solo, mais cette fois le joueur n'est plus seul dans la place. D'autres aventuriers se promèneront aussi et il deviendra alors possible de nouer des contacts avec certains d'entre eux pour discuter des différentes énigmes mais pas seulement. Une liste "d'amis" pourra bien sûr être établie afin de garder une trace des agréables rencontres et il sera aussi bien possible de taper ses messages via le clavier que d'utiliser un micro. Sachez enfin que chaque joueur disposera d'une "habitation" dans cette communauté virtuelle. Habitation qui lui permettra de "recevoir du monde"... Reste à savoir si le public de Myst est intéressé par un tel "environnement" ?

0096000000017864-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg
0096000000017865-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg
0096000000017866-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg

0096000000017867-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg
0096000000017868-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg
0096000000017869-photo-uru-online-ages-beyond-myst.jpg

Malgré un passage à la troisième dimension, la réalisation graphique reste magnifique !


Vampire : The Mascarade : Bloodlines (c) Activision

Succès d'estime à défaut d'avoir véritablement fait un carton auprès des joueurs, Vampire : The Mascarade était de retour sur le salon de Los Angeles avec cette suite concoctée par l'excellent studio à l'origine d'Arcanum : Troïka Games. Basée sur le moteur de Half-Life 2 cette nouvelle aventure devrait être visuellement superbe et comme les petits gars ne sont pas des débutants, on peut espérer un scénario des plus intéressants.

Ils nous promettent en tout cas une aventure plus riche, plus complexe et moins linéaire que la précédente. Les dialogues auront une grande place dans le jeu et plusieurs embranchements devraient être possible afin que deux parties ne se ressemblent pas. Que les amateurs d'action se rassurent toutefois, les développeurs ont conservé cet aspect qui fit le succès du premier volet et les affrontements restent assez nombreux même si un joueur rusé devrait aussi pouvoir s'en sortir par la finesse. Malgré ses qualités déjà évidentes comme le moteur physique Havok qui équipe déjà Half-Life 2 ou Deus Ex : Invisible War, Vampire: Bloodlines est encore largement en développement. Sa sortie n'est d'ailleurs pas prévue avant l'année prochaine et les développeurs ont donc encore tout le temps nécessaire pour produire un grand titre !

0096000000018380-photo-vampire-la-mascarade-bloodlines.jpg
0096000000018378-photo-vampire-la-mascarade-bloodlines.jpg
0096000000018381-photo-vampire-la-mascarade-bloodlines.jpg

Réussi graphiquement, Vampire devrait profiter de l'expérience des développeurs de Troïka Games.


Vegas : Make It Big (c) Empire Interactive

Projet ambitieux pour l'éditeur anglais Empire Interactive, Vegas : Make It Big se déroule comme son nom l'indique dans la fantasque ville du Nevada, celle que l'on surnomme le terrain de jeu de l'Amérique. Vous êtes à la tête d'un certain capital et devrez le faire fructifier en profitant des possibilités offertes par une loi particulièrement flexible.

Vegas s'apparente à un classique "tycoon-like" où pour faire croître votre mise de départ, il faudra faire preuve de talents certains de gestionnaire. La ville de Las Vegas est bâtie autour de la principale avenue baptisée le Strip et vous démarrerez la partie assez loin du centre réservé aux plus riches promoteurs. Vous devrez construire quelques "attractions" afin de récolter un peu d'argent, dénicher les meilleures affaires et choisir votre public cible pour petit à petit pour gravir un à un les échelons. Le but ultime étant bien sûr de récolter le plus d'argent mais aussi et surtout de venir concurrencer les casinos les mieux implantés et les huit adversaires que le jeu met sur votre route. Les bâtiments disponibles sont très nombreux et cela va aussi bien de l'hôtel standard (voire miteux) au spectacle de dauphins qui enchantera les plus petits. Mais il est également possible de construire une grande roue ou des boîtes de strip-tease évidemment beaucoup moins familiales !

La mise en place des bâtiments se fait sur un plan en 3D de la ville de Las Vegas mais sachez qu'il est aussi possible de pénétrer à l'intérieur des structures afin de configurer l'agencement des machines à sous, des tables de craps ou bien encore d'engager le petit personnel. Vous aurez en fait la dernière main sur presque tout ce qui se passe dans votre véritable "empire du jeu". Pour vous permettre de "travailler" au mieux, les développeurs ont mis au point un moteur graphique très performant qui autorise un maximum de 6.000 personnes ! Le niveau de détails est simplement impressionnant et il faut bien reconnaître que l'ensemble est vraiment très agréable à regarder. N'oublions d'ailleurs pas de mentionner le zoom progressif qui permet de passer d'une vue très large de la ville à la proximité d'une table de Black Jack sans aucun chargement ou aucune saccade : du très bon travail ! Bien qu'aucune date précise n'ait encore été annoncée, Vegas : Make It Big est attendu pour le mois de septembre 2003.

0096000000018448-photo-vegas-make-it-big.jpg
0096000000018447-photo-vegas-make-it-big.jpg
0096000000018445-photo-vegas-make-it-big.jpg

0096000000018444-photo-vegas-make-it-big.jpg
0096000000018442-photo-vegas-make-it-big.jpg
0096000000018441-photo-vegas-make-it-big.jpg

Un niveau de détails rarement atteint dans un "tycoon-like" !


Warcraft 3 : The Frozen Throne (c) Blizzard

Annoncée depuis belle lurette, l'extension pour Warcraft 3 ne constituait certainement pas l'attraction majeure du salon, éclipsée qu'elle était par la présence de World Of Warcraft quelques mètres plus loin. Les amateurs du jeu de stratégie temps réel de Blizzard étaient tout de même ravi de pouvoir en apprendre un peu plus sur la campagne solo et sur les nouvelles unités tout en contemplant quelques séquences de jeu inédites.

A titre de rappel, sachez que l'extension, intitulée The Frozen Throne, permettra de découvrir un nouveau héros par race. De toutes nouvelles unités feront également leur apparition, elles auront à leur disposition de nouvelles caractéristiques et de nouveaux sorts afin de renouveler un peu les tactiques de combat. Quelques héros "neutres" seront également intégrés et pourront être recrutés par les joueurs. Enfin, la partie multijoueurs sera bien sûr enrichie par tout un tas de nouvelles cartes dessinées par les talentueux experts de Blizzard.

0096000000018636-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018634-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018633-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg

0096000000018632-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018631-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018630-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg

0096000000018629-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018628-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg
0096000000018627-photo-warcraft-iii-the-frozen-throne.jpg

A défaut d'informations nouvelles, Blizzard a publié de nombreuses captures d'écrans !


Warhammer Online (c) Sega

Warhammer n'est peut-être pas un mot très familier pour une bonne part d'entre vous, il s'agit pourtant d'un des mondes fantastiques les plus riches inventés pour un jeu. Il est l'oeuvre des Anglais de Games Workshop qui se sont spécialisés dans les jeu de rôles et wargames sur plateau avec force figurines. Sega a obtenu le droit d'utiliser cette licence afin d'en faire un jeu vidéo mais pas n'importe quel jeu vidéo puisque c'est un nouveau jeu de rôles massivement multijoueurs intitulé Warhammer Online que la compagnie japonaise nous prépare pour le printemps 2004.

Dans un monde graphiquement très détaillé et où la météo a des effets bien visibles, les joueurs auront la possibilité de "vivre" un peu comme ils l'entendent. Ils pourront très bien devenir le noble héros défenseur de la veuve et de l'orphelin dont on vante les mérites, mais ils pourront tout aussi bien incarner un mercenaire sans aucun état d'âme ou bien encore se métamorphoser en véritable crapule, en individu abjecte capable de toutes les bassesses pour parvenir à ses fins. Les amateurs du jeu de rôles "papier" apprécieront de retrouver des villes "bien connues" comme Marienburg ou Altdorf et les développeurs promettent un monde absolument gigantesque avec de très grandes distances entre lesdites villes. Des bateaux devraient d'ailleurs être disponibles pour réduire un peu les voyages.

0096000000018641-photo-warhammer-online.jpg
0096000000018640-photo-warhammer-online.jpg
0096000000018639-photo-warhammer-online.jpg

0096000000018638-photo-warhammer-online.jpg
0096000000018637-photo-warhammer-online.jpg

Le plus gros atout de Warhammer Online est sans doute la richesse du monde qu'il emprunte à Games Workshop


World Of Warcraft (c) Blizzard

Blizzard n'est pas à proprement parlé le studio de développement le plus productif, mais il faut bien leur reconnaître un certain talent pour trouver les formules qui marchent. Après avoir marqué le jeu de stratégie de son empreinte indélébile et avoir insufflé une bonne dose d'action à ce que l'on appelle parfois par erreur le jeu de rôle, la compagnie américaine s'est lancé depuis plusieurs mois déjà dans le développement d'un jeu de rôle massivement multijoueurs (un MMORPG comme disent les initiés) avec le déjà fameux World Of Warcraft.

Le genre semble promis à un bel avenir puisque pratiquement chaque éditeur y allait de sa façon de voir les choses. Entre le superbe Dragon Empires de Codemasters ou le mystérieux Matrix Online de Ubi Soft, Blizzard jouait une nouvelle fois la carte du "moi vois, moi tue" qui fit le succès de Diablo. La philosophie de World Of Warcraft ne semble en effet pas voler très haut, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande. Le monde bien connu des amateurs de stratégie temps réel sera repris à la lettre et il sera même possible de voyager grâce à divers animaux ou aux zeppelins ("Moi, j'ai une machine volante !"). Le jeu en lui-même semblait une nouvelle fois techniquement au point, mais comme chacun sait, un MMORPG ne se juge pas simplement sur son aspect technique, le succès d'Ultima Online est là pour nous le rappeler. Il faudra donc attendre la sortie du jeu, pour voir si Blizzard a su une nouvelle fois trouver la formule magique pour se démarquer de la concurrence, mais j'ai comme un pressentiment !

0096000000018268-photo-world-of-warcraft.jpg
0096000000018270-photo-world-of-warcraft.jpg
0096000000018271-photo-world-of-warcraft.jpg

0096000000018264-photo-world-of-warcraft.jpg
0096000000018254-photo-world-of-warcraft.jpg
0096000000018267-photo-world-of-warcraft.jpg

Largement mis en avant sur le stand Blizzard, World Of Warcraft ne présentait pas grand chose de neuf.


XIII (c) Ubi Soft

Dernier gros jeu présenté par Ubi Soft sur le salon, XIII n'est pas à proprement parler une nouveauté puisque nous l'attendons depuis déjà plusieurs mois. Les retards successifs l'ont repoussé jusqu'à l'automne prochain mais cela semble bien être la date finale puisque la version jouable à l'E3 était particulièrement avancée... Enfin espérons que ce soit bien le cas, car le moins que l'on puisse dire est que son style graphique ne laisse pas indifférent.

Développé en collaboration avec l'auteur de la célèbre bande dessinée, Van Hamme, XIII propose une réalisation hors-norme principalement basée sur la technique du Cell-Shading. Le résultat est à mille lieues de ce que proposent les titres concurrents et cette fraîcheur n'est pas pour nous déplaire. Du côté du gameplay c'est toutefois plus classique avec un mélange d'action et d'infiltration très tendance par les temps qui courent. La présentation effectuée pendant le salon aura tout de même l'occasion de voir quelques unes des améliorations apportées depuis l'ECTS 2002 et en particulier un système d'incrustation d'images très intéressant par le rythme qu'il donne à l'action. Lors d'un geste important, en règle l'élimination d'un adversaire, des vignettes apparaissent "façon BD" dans la partie supérieure de l'écran et décomposent la scène. Très efficace, cette technique est pour le moment réservée à la version Xbox du jeu, mais d'ici à la sortie de XIII cela a le temps de changer... Nous l'espérons en tout cas vivement ! Une autre spécificité du titre est la possibilité laissée au joueur d'utiliser tout ce qui lui tombe sous la main pour frapper les ennemis : chaise, bouteille, manche à balai, tout peut devenir une arme dans les mains de notre personnage. Sachez enfin que XIII devrait bien entendu intégrer un mode multijoueurs qui s'ajoutera aux 35 cartes disponibles pour le mode solo.

0096000000015828-photo-xiii.jpg
0096000000015831-photo-xiii.jpg
0096000000015827-photo-xiii.jpg

0096000000018403-photo-xiii.jpg
0096000000018404-photo-xiii.jpg
0096000000018405-photo-xiii.jpg

Entre le Cell-Shading, les armes improvisées et la technique d'incrustation, XIII a de nombreux atouts à faire valoir.


Xpand Rally

Dernier jeu de notre tour d'horizon du salon, Xpand Rally n'était sans doute pas le plus révolutionnaire. Développé par les Polonais de Techland, ce jeu de courses automobiles avait tout de même quelques atouts à faire valoir et le nombre fort réduit de bons jeux de rallyes, pourrait bien lui permettre de trouver sa place au milieu des Colin McRae, des Rally Trophy et autres Rallisport Challenge.

Il va sans dire que Xpand Rally ne prétend pas être la simulation ultime mais devrait offrir aux joueurs amateurs de sensations fortes, quelques bonnes poussées d'adrénaline. La petite démo que nous avons pu essayer sur le stand Techland nous a permis de découvrir un jeu doté d'une réalisation tout à fait correcte même si quelques petites saccades étaient perceptibles. Un jeu aux contrôles simples et bien pensés afin que le joueur entre de suite dans le bain. Enfin, Xpand Rally nous a semblé relativement riche et sa durée de vie plutôt conséquente avec les quelques 30 voitures différentes disponibles et la soixantaine de courses permettant de visiter les quatre coins du monde. Le relief des différentes courses était bien rendu et les décors très variés avec en plus une gestion des conditions météo plutôt agréable. Le jeu n'était toutefois pas encore terminé (prévu pour la rentrée de septembre) et tout ces éléments sont donc à prendre avec précautions. Les développeurs nous ont tout de même parlé d'un élément qui leur tient particulièrement à coeur : la possibilité de modifier sa voiture avec plus de 70 pièces disponibles pour changer l'allure du véhicule bien sûr, mais aussi ses performances. Notez d'ailleurs, que les chocs en course seront autant de possibilité de détériorer le bolide. Enfin, sachez qu'un mode multijoueurs devrait être de la partie même si le nombre maximum de joueurs n'a semble-t-il pas encore été arrêté.

0096000000016283-photo-xpand-rally.jpg
0096000000016282-photo-xpand-rally.jpg
0096000000016281-photo-xpand-rally.jpg

0096000000016280-photo-xpand-rally.jpg
0096000000016279-photo-xpand-rally.jpg
0096000000016278-photo-xpand-rally.jpg

Des voitures qui bougent bien, une réalisation soignée : que demander de plus ? Une distribution en France !

Un show à l'américaine !

Aussi bien pour les journalistes que pour les joueurs, une exposition comme l'E3 est principalement intéressante car elle permet d'en apprendre davantage sur les jeux à venir. Comme chaque année toutefois, on ne peut qu'être impressionné par le gigantisme de l'opération ou par la présentation très américaine de l'événement. Les stands des principaux acteurs du marché étaient l'occasion d'en mettre plein la vue aux visiteurs et les animations étaient plus nombreuses les unes que les autres... Enfin, l'E3 ne serait pas l'E3 sans ses maintenant célèbres "booth babes" : de bien jolies jeunes femmes utilisées pour vanter les qualités de tel ou tel soft.

00D2000000058230-photo-e3-les-dangers-de-la-circulation-los-angeles.jpg
00D2000000058231-photo-e3-une-f-e-bien-s-duisante.jpg
00D2000000058232-photo-e3-on-enregistre.jpg

00D2000000058233-photo-e3-c-est-quoi-le-jeu-d-j.jpg
00D2000000058234-photo-e3-les-demoiselles-de-chez-eidos.jpg
00D2000000058235-photo-e3-chez-microsoft-on-fait-euh-n-importe-quoi.jpg

Entre charmantes jeunes personnes et animations en tous genres !

Cette édition 2003 n'aura évidemment pas failli à la règle et voici donc quelques photos pour illustrer notre propos. Du défilé de maillots de bain organisé pour le Dead Or Alive Extreme Volley Ball sur Xbox, au ring d'Eidos Interactive en passant par les mannequins de la présentation du SRS Racing de 3D0, on peut dire qu'il y avait du joli(e) monde ! Nettement moins glamour et évidemment signe des temps aux Etats-Unis, on notait une forte présence "militaire" sur le show : entre Battlefield 1942, Call Of Duty, America's Army, Commandos 3 et Full Spectrum Warrior, chaque éditeur y allait de sa vision des choses. Enfin, des mascottes plus classiques arpentaient également les allées du salon et en particulier le stand Nintendo qui cherchait une fois encore à montrer un engagement plus "politiquement correct" que ses concurrents.

00D2000000058224-photo-e3-l-arm-e-est-dans-la-place.jpg
00D2000000058228-photo-e3-une-des-nombreuses-mascottes.jpg
00D2000000058226-photo-e3-l-arm-e-est-dans-la-place.jpg

00D2000000058227-photo-e3-une-des-nombreuses-mascottes.jpg
00D2000000058225-photo-e3-l-arm-e-est-dans-la-place.jpg
00D2000000058229-photo-e3-une-des-nombreuses-mascottes.jpg

Merci M. Nintendo pour avoir fait l'impasse sur le kaki : je ne m'y fait vraiment pas à cette couleur !


L'avenir du jeu vidéo est plus que radieux...

00D2000000058236-photo-e3-le-salon-est-termin-on-remballe.jpg
Alors que les salons européens semblent péricliter et que l'ECTS n'est plus que l'ombre de lui-même, on se prend à rêver d'un futur plus rose prenant pour exemple ce formidable événement qu'est l'E3. L'édition 2003 du salon américain n'a pas vraiment brillé par les annonces mais a rempli très correctement son rôle. Les visiteurs ont pu y découvrir les prochains titres à venir tant en 2003 qu'en 2004. Ils ont pu découvrir quelques titres encore totalement inédits et s'entretenir avec les différents intervenants du marché : certains développeurs ont ainsi pu signer des contrats qu'on leur souhaite plein d'avenir et des éditeurs plus locaux ont obtenu des accords de distribution afin de promouvoir leurs créations.

En tant que journalistes, nous n'avons pas été déçu par notre première visite même si évidemment le côté "supermarché du jeu vidéo" était bien présent et que la passion cédait bien trop souvent le pas au marketing cher à nos amis américains. L'E3 confirme la position dominante de la Playstation 2 qui résiste très bien aux pourtant plus puissants GameCube et Xbox. Il confirme également et malgré ce que les éditeurs veulent tenter de faire croire la bonne santé du marché PC. En termes de ventes, il est certes en retrait par rapport au marché console, mais le nombre de titres proposés, leur originalité plus importante et l'émergence de nombreux studios en provenance de l'Europe de l'Est ne permettent pas d'avoir de doutes sur l'avenir du jeu PC et vu l'engouement provoqué par des titres pourtant bien discrets comme Half-Life 2 ou Doom III, les joueurs sont au rendez-vous !

Capitale depuis près de 90 ans du cinéma, Los Angeles n'est pas encore tout à fait la capitale mondiale du jeu vidéo, mais une chose est toutefois certaine : l'E3 est LE rendez-vous à ne pas manquer. Son édition 2003 a confirmé le succès grandissant du salon et a permis de faire le point sur les prochaines sorties. L'E3 se porte donc très bien, le jeu vidéo est en bonne santé et si l'avenir des développeurs français est incertain, celui des joueurs semble radieux... A l'année prochaine !
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Volkswagen a dévoilé son modèle électrique ID.6 au Salon de Shanghai
Fitbit lancerait un nouveau bracelet connecté « élégant » sobrement nommé Fitbit Luxe
L'Apple Mac mini (2020) dans sa version 256 Go en promotion (-10%)
La pénurie de semi-conducteurs met à l’arrêt les usines de Stellantis (Peugeot/Citroën)
Pour la 6G, Huawei veut repenser le Web afin d'appliquer plus facilement la censure
Euro numérique : le respect de la vie privée est la principale préoccupation des Européens
Tesla règle ses comptes (à l'amiable) avec son ex-employé parti chez Xpeng
Une pénurie de HDD / SSD ? Les cryptos et le proof of space en cause
Le Bitcoin, outil privilégié pour financer des activités criminelles ? C'est faux, d'après un rapport d'un ancien patron de la CIA
Des développeurs ont réussi à duper Apple en cachant un jeu d'argent dans un jeu pour enfant
Haut de page