Indiana Jones Et Le Tombeau De L'Empereur

10 avril 2003 à 14h03
0
00D2000000057495-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-un-panorama-tr-s-classique.jpg
Tatalata, tatala, tatalata, tatala, ta, ta… Le fringant Docteur Jones est de retour sur PC et après une catastrophique "Machine Infernale", nous placions beaucoup d'espoir dans cette nouvelle aventure. Il faut dire qu'éclipsé par une certaine Lara Croft, le grand Indiana (il s'appelle comme le chien, pfff) avait bien du mal à revenir sur le devant de la scène !

Je ne dévoilerais pas grand chose de l'histoire en vous disant que vous tenez le rôle de l’aventurier le plus connu de tous les temps. Nous sommes en 1935 et vous devez éviter qu’un artefact chinois tombe entre des mains malintentionnées... Original, non ? Les Nazis, en éternels méchants de service, sont bien entendu de la partie et souhaitent eux-aussi s’emparer de cet item qui pourrait être décisif dans les projets de conquête d’Hitler. Ils poursuivront (à moins que ce ne soit l'inverse ?) le bon Docteur Jones aux quatre coins du monde et nous permettront de voir du pays : Ceylan, Prague, Istanbul ou la Chine sont autant de destinations possibles !


Fouet, chapeau et chemise froissée

Séquence d'introduction fort sommaire oblige, nous sommes bien vite plongés au cœur de l'aventure... Parachuté en pleine jungle hostile ! Indy retrouve alors les sensations qu'il connaît si bien : en quête d'une antiquité inestimable, il se balade la chemise entre-ouverte, le fouet à la ceinture et le chapeau vissé sur le crâne ! Cet équipement sommaire est heureusement et rapidement complété par celui de pilleurs de tombes qu'il faut mettre hors d'état de nuire en exploitant les talents pas si cachés que ça de notre héros.

Ces brutes épaisses n'étant pas particulièrement sensibles à votre approche diplomatique, c'est en leur enseignant les bases de la boxe anglaise que le Docteur Henry Jones Jr. se fera comprendre. Tout se passe alors à la souris et au clavier comme dans n’importe quel FPS et c’est en maîtrisant le jeu de jambe (le clavier) et le crochet du droit (les boutons de la souris) que l’on se débarrasse des gêneurs. Le didacticiel indique qu’il est possible de réaliser des combos mais les combats à l’arme blanche se résument généralement à une série de clic-clic désordonnés sur les boutons gauche et droit de la souris. C'est un peu regrettable mais n'a pas grande importance dans la mesure où les ennemis ne sont pas non plus dignes de Mohammed Ali ! On s’amuse un instant à rouer de coups son adversaire dans un style proche de ce que l’on a pu voir dans la trilogie cinématographique.

00D2000000057496-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-grimper.jpg
00D2000000057497-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-traverser-des-ponts.jpg
00D2000000057498-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-cogner-des-m-chants.jpg

Grimper aux lianes, traverser des ponts et cogner des méchants, la routine!

Rapidement notre Indiana international viendra compléter son arsenal. Ici, un pistolet, là un fusil à pompe et tout un tas d’autres joyeusetés qui lui permettront de s’assurer que les éléments perturbateurs ne le resteront pas longtemps. Il pourra même s’improviser un gourdin avec une chaise ou une pelle qui traîne. Mais Indiana Jones Et Le Tombeau De l'Empereur ne se résume pas à une succession de combats. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de la trilogie ont été plus ou moins intégrés par les développeurs. Il faudra apprendre à utiliser le fouet qui vous transformera en tarzan des temps modernes. Des mécanismes qu’il faudra déjouer freineront votre avancée et les joies du bain tout habillé viendront égayer vos promenades en plein air. Tout ceci au son du sempiternel "tatalata, tatala…" (NDLR : il ne va quand même pas nous le faire à chaque fois).


00D2000000057499-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-visite-de-prague.jpg

Ce ne sera pas encore pour cette fois ci…

Le concept du jeu est des plus séduisant et on apprécie évidemment de se retrouver aux commandes de son héros préféré. J'avoue vouer un culte particulier à la personne d'Indiana Jones et pouvoir l'incarner dans un jeu très "Tomb Raider" n'est pas pour me déplaire ! On ne peut d'ailleurs que féliciter l'équipe de développement pour la variété des situations proposées et surtout pour être parvenue à conserver l'esprit du film... On s'arrêtera hélas ici pour les louanges ! Les graphistes ont certainement emprunté la machette d’Indy pour raccorder les textures tellement on a l’impression d’être revenu au temps ou les PC n’avaient pas encore de carte 3D.

Si les mouvements de notre héros sont certainement les plus travaillés, ils n'en sont pour autant pas transcendants et il faut voir le crocodile engloutir le Docteur Jones pour se rendre compte à quel point l’animation est basique. En gros, cela donne : crocodile bouche ouverte, crocodile bouche fermée et crocodile bouche fermée avec Indiana Jones à l’intérieur. Les designers de Unreal se fendraient certainement la poire en faisant une partie d’Indiana Jones. Il est vrai que nous sommes les premiers à dire que ce n'est pas la réalisation qui fait la qualité d'un jeu, mais nous sommes en 2003 bon sang ! Un titre de ce genre se doit d'avoir une technique relativement correcte et messieurs les développeurs, pensez tout de même que les cartes 3D sont maintenant monnaie courante.

On pourrait faire abstraction de cette réalisation surannée si le gameplay était véritablement à la hauteur, mais ce n'est hélas pas le cas. Les énigmes se résument à actionner des leviers et sitôt l'astuce comprise, il est possible de se débarrasser de n’importe quel individu malfaisant avec les poings, même s’il est armé d’un fusil à pompe ! Les passages de scies circulaires et autres tapis de pointes se rapprochent plus du jeu d’arcade à la "frogger" que d’un jeu 3D digne de ce nom. Enfin, la maniabilité du personnage, surtout dans l’eau, est une vraie calamité. Bref, passée la surprise du départ et après avoir eu sa dose d’Indy-mania, on a tôt fait de décrocher.

00D2000000057500-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-le-classique-passage-de-scies.jpg
00D2000000057501-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-et-un-passage-un.jpg
00D2000000057502-photo-indiana-jones-et-le-tombeau-de-l-empereur-silence-les-chauve-souris-g-antes-veillent.jpg

Les énigmes proposées sont en règle générale beaucoup trop sommaires.


Conclusion

Sans parvenir au niveau de médiocrité atteint par le précédent opus, on ne peut pas dire que ce nouveau volet des aventures de l'homme au chapeau relève le niveau moyen des licences ciné ! Sans être franchement catastrophique, il ne parvient jamais à procurer le même plaisir que les anciennes aventures : La Dernière Croisade ou Le Destin D'Atlantis ! LucasArts essaye de développer du Tomb Raider, possède évidemment le personnage principal mais visiblement pas le talent !

Sans être une catastrophe du niveau de Taxi 3 par exemple, Indiana Jones Et Le Tombeau De L'Empereur est un titre bien difficile à recommander. Même s'il ne boxe pas tout à fait dans la même catégorie (encore que), Rayman 3 du même Ubi Soft est à n'en pas douter un bien meilleur investissement : 10 € de moins pour un plaisir de jeu infiniment supérieur !


Indiana Jones Et Le Tombeau De L'Empereur

2

Les plus

  • Personnage charismatique
  • Situations relativement variées

Les moins

  • Réalisation baclée
  • Enigmes très basiques
  • Lieux parfois bien déserts

Note globale5

Réalisation5

Prise en main7

Durée de vie6

Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Du FSB1200 avec la carte i865P de Soltek !
VIA annonce le chipset KM400
Asus et MSI adoptent les chipsets VIA P4
Le dernier Indiana Jones en test sur Clubic.com
Avalanche de Radeon 9800 Pro au Japon
Electronic Arts et NVIDIA : alliance stratégique ?
Un disque dur externe particulier chez Western
Asus et MSI battent des records en Mars !
Du nouveau chez Plextor
Une extension pour American Conquest
Haut de page