Splinter Cell

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
06 mars 2003 à 15h00
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
00D2000000056948-photo-splinter-cell.jpg
S'il est un jeu auquel on ne peut échapper depuis maintenant six mois c'est bien ce fameux Splinter Cell de Ubi Soft. Utilisé par Microsoft pour booster un peu les ventes de sa console, il a fait l'objet de publicités au cinéma mais aussi et c'est encore assez rare en France, à la télévision. Pendant plusieurs mois, Splinter Cell constitua une exclusivité de la Xbox, mais il est maintenant disponible sur PC et il est plus que temps de voir ce qu'il a dans le ventre !

Sam Fisher par ci, Sam Fisher par là, on peut dire qu'Ubi Soft n'aura pas ménagé ses efforts pour faire connaître son nouveau héros. Il faut reconnaître que l'éditeur français aura beaucoup investi pour développer ce titre qu'il annonce hors du commun et avec lequel il aimerait bien évidemment faire de substantiels bénéfices ! Première bonne surprise : la boîte. Ubi Soft distribue son jeu dans une boîte au format DVD, mais cette fois c'est d'un joli fourreau en carton qu'il est question. D'accord ça ne fait pas un bon jeu, mais on va dire que ça commence plutôt bien !


Metal Gear quoi ça ?

La sortie Xbox de Splinter Cell n'a pas été à proprement parler discrète et pour ne jamais avoir entendu le nom de Sam Fisher, il faudrait soit être un extra-terrestre, soit se ficher du monde du jeu vidéo comme de sa première culotte : dans un cas comme dans l'autre il y a peu de chances que vous fassiez partie du lectorat de Clubic et nous allons donc partir du principe que Splinter Cell ne vous est pas inconnu. Estampillé "Tom Clancy", Splinter Cell rompt avec la routine de ces jeux en proposant un titre nettement plus proche du fameux Metal Gear Solid 2 de la Playstation 2. Solid Snake cède la place à Sam Fisher mais le concept reste assez proche.

Employé par la National Security Agency, Sam Fisher inaugure une toute nouvelle unité d'intervention destinée à opérer à l'étranger afin de résoudre certaines crises internationales de manière plus ou moins brutale. Exclusivement solo, Splinter Cell vous permet d'incarner ce héros au cours d'une campagne de neuf missions. Oui, vous avez bien lu, seulement neuf missions. Reconnaissons d'ailleurs tout de suite qu'il s'agit là d'un des principaux défauts du jeu : il est plutôt court et un joueur très expérimenté viendra à bout du mode difficile (il y a deux niveaux de difficulté) en dix heures de jeu. C'est évidemment un défaut important, mais il est hélas commun à la plupart des bons jeux et nous allons justement voir que, malgré cela, Splinter Cell vaut vraiment le détour.

00D2000000056955-photo-splinter-cell-surtout-ne-pas-p-ter.jpg
00D2000000056956-photo-splinter-cell-mode-jean-claude-van-damme.jpg
00D2000000056957-photo-splinter-cell-j-avais-oubli-mes-clefs.jpg

Les prouesses physiques de Sam Fisher sont soulignées par une animation presque parfaite.


Papa, c'est où la Géorgie ?

00D2000000056954-photo-splinter-cell-les-tourelles-peuvent-tre-assez-pratiques.jpg
Au début du jeu, Sam Fisher est envoyé en mission en Géorgie. Le pays est depuis quelques années dirigé par Kombayn Nikoladze, un industriel bien décidé à faire entrer la petite république du Caucase dans le XXIème siècle et ce, par la grande porte. Ce n'est toutefois pas à lui que vous vous intéressez, mais plutôt à deux agents de la CIA qui manquent à l'appel. Ils menaient une enquête en sous-marin dans le pays, mais ne transmettent plus la moindre information. Il nous faudra donc retrouver leur trace, déterminer ce qui leur est arrivé et soit les ramener sain et sauf, soit rapatrier simplement leurs informations.

Vous faites pour votre part connaissance avec Sam Fisher à l'aide d'un petit didacticiel qui s'apparente à un parcours d'entraînement militaire. Vous y apprenez à manipuler le petit gars et remarquerez d'ailleurs rapidement l'étonnante richesse de mouvements qui composent les attitudes du beau gosse. Sam Fisher peut marcher debout (non, tu déconnes ?) ou accroupis, sauter et faire des roulades, rester suspendu à une corniche ou se déplacer sur toute sa longueur. Il peut également courir (c'est un sportif le mec !) et dispose de cinq vitesses différentes pour ses évolutions, vitesses réglables très simplement avec la roulette de la souris. Sam Fisher peut également se coller contre un mur pour passer dans des "couloirs" très étroits. Il peut aussi grimper sur à peu près tout ce qu'il rencontre et y rester accroché (grillages, câbles, canalisations...). Luxe ultime, Sam Fisher peut enfin descendre en rappel le long des parois les plus abruptes et se la jouer "aware" (Jean-Claude Van Damme inside) en exploitant un double saut qui lui permet d'atteindre des endroits très élevés (c'est Jordan maintenant ?) mais aussi et surtout de faire le grand écart entre deux parois relativement rapprochées pour rester à l'abri des regards et surprendre ses adversaires !

Ces facultés, à mi-chemin entre la gymnastique et la danse classique (Patrick Dupont n'a qu'à bien se tenir), permettent à Sam Fisher d'être à l'aise en toutes circonstances et ce ne sera pas du luxe pour faire face à la variété de situation auxquelles il sera confronté. C'est ainsi que le joueur est par exemple amené à infiltrer le plus discrètement possible une ambassade. Dans ce genre de missions, les ordres, très stricts, sont formels : il ne faut tuer personne. Sam Fisher peut heureusement compter sur d'autres moyens pour accomplir les objectifs. Il peut par exemple choisir de rester totalement invisible en passant le plus silencieusement possible à côté des gardes, en utilisant les conduites d'aération pour éviter une salle de repos bondée ou encore attirer l'attention des patrouilles de l'autre côté de la pièce en lançant une bouteille ou un ballon de basket (ça y est le syndrome Jordan qui reprend). A contrario, il est parfois possible de jouer la mission façon John Rambo mais il faudra alors avoir une parfaite maîtrise du "headshot" (tir en pleine tête) car les soldats ennemis ne vous rateront pas eux !

00D2000000056958-photo-splinter-cell-un-inventaire-bien-complet.jpg
00D2000000056959-photo-splinter-cell-s-ance-crochetage-de-serrure.jpg
00D2000000056960-photo-splinter-cell-pratique-la-vision-thermique.jpg

Un équipement conséquent et surtout très original !


Sam, t'as quoi dans ton sac ?

00D2000000056964-photo-splinter-cell-bien-mal-engag.jpg
A chaque façon de procéder, son équipement et cela la NSA l'a très bien compris. Tout au long de l'aventure, vous aurez l'occasion d'expérimenter toujours plus de gadgets mais jeu d'infiltration oblige les armes sont relativement rares. Vous aurez bien une arme de poing (un petit pistolet équipé de l'inévitable silencieux) et un fusil multifonctions mais ce sera tout et, pire encore, les munitions sont peu nombreuses. En revanche, niveau gadgets c'est une vraie corne d'abondance. Une petite caméra à fibre optique peut être glissée sous la porte d'une pièce afin de voir les surprises qu'elle réserve. S'il est possible de pulvériser une grande partie des caméras sans déclencher la moindre alarme, certaines autres sont blindées et l'emploi du brouilleur de caméras permet de passer sans encombre. Le crocheteur de serrures est l'outil du parfait cambrioleur, notez d'ailleurs que les séances de crochetage sont l'occasion d'un petit jeu dans le jeu très réussi. Les plus impatients se tourneront vers les clefs jetables qui permettent de faire sauter rapidement une serrure : pour le cambrioleur pressé quoi. Enfin la grenade explosive permet de... Euh, vous avez deviné, non ?

Ces nombreux gadgets donnent tout son sens au jeu et il sera toujours préférable de les exploiter plutôt que de se lancer dans un combat. Mais les développeurs sont allés encore plus loin grâce au fusil multifonctions. En apparence simple fusil d'assaut automatique, le SC20K permet en fait d'utiliser une ribambelle d'accessoires tous plus pratiques les uns que les autres. A la place de tirer les classiques munitions 5.56mm, on peut en effet l'équiper de "shockers" afin de se débarrasser des gardes sans les tuer (une décharge électrique les rend inconscients). Les balles assommantes ont la même fonction mais sont moins efficaces (en particuliers avec certains soldats bien protégés). La caméra de diversion est sans doute l'une des moins utiles mais sa soeur dite "d'exploration" est très pratique pour découvrir des zones encore inaccessibles. Enfin l'intérêt des grenades fumigènes est à peu près aussi évident que celui des grenades explosives !

L'utilisation de ces différents gadgets ne tombe pas toujours sous le sens et nous saluerons donc la clairvoyance des développeurs qui ont intégré un dernier outil : la montre ordinateur réglementaire de la NSA en 2004. Elle permet de prendre connaissance des objectifs de missions, de noter différentes informations relevées sur le terrain ou d'obtenir une carte des lieux. Elle offre surtout un petit guide d'utilisation pour chacun des accessoires ! Avec ça, impossible de se planter ! Dans le sac à malices de Sam Fisher enfin nous trouvons l'outil qui fait fureur dans les jeux d'infiltration : la lunette de vision nocturne / vision thermique. Grâce à elle, on voit aussi bien de jour que de nuit et les vapeurs épaisses ne risquent pas de vous arrêter. Ultime raffinement : les parois les plus fines ne pourront même plus dissimuler vos agresseurs potentiels.
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Allongé et endormi
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
Il y a désormais plus de 10 000 distributeurs de Bitcoin dans le monde
scroll top