Age Of Mythology

26 novembre 2002 à 18h01
0
00D2000000055558-photo-age-of-mythology.jpg
Starcraft et Age Of Kings constituaient il y a encore 6 mois la crème de la crème en matière de jeux de stratégie temps réel. Souvenez-vous l'été dernier (NDLR : hum... hum...), Warcraft III est arrivé et a chamboulé quelque peu cet ordre pourtant établi divisant le camp des partisans de Starcraft en deux, les aficionados du nouveau titre de Blizzard et les déçu. Plus en phase avec le calendrier, c'est pour Noël qu'Ensemble Studios propose son nouveau titre de stratégie.

Age Of Mythology est en fait le troisième volet de la saga stratégique éditée par Microsoft. Ensemble Studios n'est donc pas ce que l'on peut appeler une équipe de débutant et si le premier de la série, Age Of Empires, ne fut qu'un coup d'essai plus ou moins réussi, sa suite parue en 1999, lui a permis d'obtenir une renommée internationale ! Dès lors les fans se sont rués sur l'extension, The Conquerors, et attendaient impatiemment la relève...


Zeus et toute sa clique !



En développement depuis plusieurs années, Age Of Mythology a eu largement le temps de faire parler de lui et comme c'est la mode ces derniers temps, il a bénéficié d'un suivi médiatique tout à fait impressionnant. Microsoft et Ensemble Studios n'ont jamais laissé retomber la pression et les captures d'écrans se diffusaient pendant un long moment au rythme asthmatique d'une image par semaine. Malgré tout le mal que l'on peut penser de ces campagnes marketing énervantes, reconnaissons à Microsoft et Ensemble Studios une qualité : ils ont proposé une démo du jeu, intéressante qui plus est, avant que celui-ci ne sorte !

00D2000000055559-photo-age-of-mythology-introduction.jpg
00D2000000055560-photo-age-of-mythology-introduction.jpg
00D2000000055561-photo-age-of-mythology-introduction.jpg

La séquence d'introduction est la seule vidéo de tout le jeu.

Alors que de nombreux joueurs tablaient davantage sur un "Age Of Renaissance", Ensemble Studios a décidé de revenir à ses premières amours et après un épisode médiéval c'est le retour à l'Antiquité, à sa mythologie et à ses religions polythéistes. Quand Westwood Studios fait dans l'histoire alternative et que Blizzard mise sur la science-fiction ou l'Heroic Fantasy, Ensemble Studios fait donc une nouvelle fois confiance à l'histoire européenne pour intéresser les joueurs.

Ensemble Studios ne nous livre toutefois pas une resucée de Age Of Empires premier du nom et si l'Antiquité constitue bien le contexte historique du jeu, les changements sont rapidement palpables. C'est ainsi que le nombre de civilisations est nettement plus limité que dans les précédents titres du développeurs : les Grecs, les Egyptiens et les Scandinaves. Ce choix réduit rapproche évidemment Age Of Mythology de Warcraft III : les peuples sont peu nombreux mais nettement plus différents qu'ils ne pouvaient l'être dans Age Of Kings.


00D2000000055562-photo-age-of-mythology-une-campagne-qui-vous-m-nera-aux-confins-de-l-egypte.jpg

Une jolie campagne simple joueur



Ces trois peuples seront comme de coutume l'occasion de participer à trois campagnes solo ayant pour cadre le monde de la population en question. Au programme de l'escapade stratégique que nous propose Ensemble Studios, trois destinations de rêve donc : la Scandinavie (NDLR : de rêve ?), la Grèce et l'Egypte des Pharaons. Il ne s'agit toutefois pas vraiment de trois campagnes différentes dans la mesure où, à la manière de Warcraft III, il ne s'agit en fait que d'une seule et même histoire qui nous conduit sur différentes terres.

Très bien conçue, cette campagne est peut-être un peu moins "hollywoodienne" que celle de Warcraft III mais en même temps les missions sont plus variées et l'ensemble est beaucoup plus didactique. Il me semble qu'après avoir joué les missions de Age Of Mythology un joueur est beaucoup plus apte à se débrouiller tant en multijoueurs que seul face à l'ordinateur qu'il ne pouvait l'être après avoir terminé Warcraft III. La campagne simple joueur permet donc de jouer les trois peuples différents au travers de 36 missions assurant pour leur part une bonne durée de vie, d'autant qu'avec les quatre niveaux de difficulté, tous les joueurs devraient pouvoir trouver chaussure à leur pied !

Avant de se lancer, un petit tour dans les options permet de régler évidemment la configuration du jeu et les différents volumes sonores. C'est aussi l'occasion de paramétrer quelques options bien pratiques comme la mise en couleur des amis / ennemis ou l'attitude par défaut de vos unités militaires : un plus qui n'a l'air de rien mais qui simplifie tellement les choses lorsque le but d'une partie n'est pas la destruction systématique de toute forme de vie !


Terrain connu



Ces quelques réglages effectués, le joueur est prêt à se lancer dans l'aventure que représente Age Of Mythology. Au départ, il faudra bien sûr choisir entre solo et multijoueurs puis entre campagne ou scénario indépendant. Le mode campagne est évidemment celui que l'on regarde en premier histoire de se familiariser un peu avec le nouveau venu grâce aux didacticiels intégrés et aux différents niveaux de difficulté proposés. De ce point de vue là, il faut bien avouer qu'Ensemble Studios ne craint personne. Non qu'ils soient en Harley Davidson (NDLR : hum... hum..., deuxième) mais plutôt que leurs softs sont toujours extrêmement bien étudiés et accessibles à tous. Contrairement à Age Of Kings, ils ont cette fois intégré le didacticiel à la première mission du jeu et il est impossible de passer outre.

00D2000000055565-photo-age-of-mythology-des-objectifs-progressifs.jpg
00D2000000055566-photo-age-of-mythology-un-didacticiel-est-propos-chaque-changement-de-peuple.jpg
00D2000000055567-photo-age-of-mythology-comment-a-ne-vous-rappelle-rien.jpg

La campagne solo, très didactique, permet de revivre de célèbres événements.

Les vieux routards pourraient regretter cela mais cette mission étant finalement rapide et agréable ce n'est pas vraiment un problème. La première partie de cette grande campagne implique le peuple grec et permet au joueur d'incarner le fier Atlantéen Arkantos. Quittant son Atlantide bien-aimé, il part pour aider les Grecs dans le siège de Troie et nous emmène avec lui voir de quelle manière Ensemble Studios voit la libération d'Hélène !

Le déroulement de la partie est identique d'une mission à l'autre même si les objectifs peuvent être complètement différents. Mises à part quelques missions où le joueur ne contrôle que des militaires en quête d'un objet, d'un prisonnier ou d'une créature à passer par le fil de l'épée, il est le plus souvent nécessaire de construire l'ensemble de la base avant de se lancer à l'assaut de l'ennemi. Il faudra donc s'occuper de tout son petit monde comme il est classique de le faire dans un jeu de stratégie temps réel.

00D2000000055568-photo-age-of-mythology-une-jolie-base.jpg
Les paysans auront donc la double charge de récolter les ressources de base et de bâtir les constructions indispensables à la défense de votre colonie. Une fois que le stock de nourriture, bois ou or aura un peu augmenté il sera possible de construire des structures militaires pour entraîner quelques soldats. L'armée ainsi levée permettra ensuite d'aller remplir les objectifs et de réduire à pas grand chose le ou les adversaires. Ce schéma évidemment simpliste résume cependant bien le principe d'un jeu de stratégie temps réel et si Age Of Mythology n'échappe pas à la règle, Ensemble Studios a tout de même enrichi un peu le concept !

Quid de la mythologie ?



La première des modifications apportées par Ensemble Studios concerne évidemment le terme "Mythology" présent dans le titre. Les lecteurs les plus assidus auront aussi remarqué que dans l'énumération des ressources de la page précédente ne figurait pas la pierre pourtant présente depuis Age Of Empires. Cette ressource est en effet remplacée par la foi identifiable sur les captures d'écrans par un petit éclair. Cette foi symbolise les faveurs accordées par les dieux à votre peuple et se matérialise dans le jeu par différents miracles ou avantages technologiques.

Selon la civilisation choisie cette foi ne s'acquiert pas de la même manière. Pour les Grecs cela ressemble beaucoup à une mine traditionnelle et ceci associée aux unités très classiques qu'ils possèdent en fait le peuple le plus simple à prendre en main. Les Grecs doivent simplement ériger un temple et laisser un ou plusieurs paysans y faire des prières : plus il y a de prieurs, plus la foi augmentera rapidement. Les Egyptiens doivent pour leur part construire des monuments à la gloire de leurs divinités. Plus ces monuments sont nombreux (maximum cinq) plus le niveau de foi montera rapidement. Enfin chez les Scandinaves, c'est en combattant que les dieux accorderont leurs faveurs !

Selon le peuple choisi ces faveurs seront évidemment très différentes mais contrairement aux autres jeux du genre le choix de civilisation n'est pas fixé au début du jeu, je m'explique. Au début d'une partie d'Age Of Mythology, le joueur doit choisir parmi neuf divinités majeures (trois par peuple) qui définiront un style général à sa civilisation. Mais ensuite, il sera possible à chaque changement d'époque de choisir un dieu mineur différent (deux possibilités pour chaque époque) afin d'être plus en phase avec le déroulement de la partie. C'est ainsi que l'on évitera d'opter pour un dieu favorisant les unités maritimes si la carte s'avère être aussi sèche que le désert de Gobi !

00D2000000055569-photo-age-of-mythology-plus-proche-d-had-s-dieu-des-enfers.jpg
00D2000000055570-photo-age-of-mythology-sous-le-soleil-gyptien.jpg
00D2000000055571-photo-age-of-mythology-il-fait-nuit-troie.jpg

Des Enfers à l'Egypte des Pharaons, on voyage dans Age Of Mythology !

L'aspect mythologique du jeu est également renforcé par un élément lui aussi emprunté aux principaux concurrents du jeu d'Ensemble Studios : les héros. Directement inpirés des légendes les plus célèbres des trois peuples en présence, ces héros sont des unités spéciales, relativement coûteuses et très puissantes. Moins décisives que dans Warcraft III (il n'y a pas d'expérience), elles font simplement office d'unités spéciales aux pouvoirs variés. Chez les Grecs et chez les Nordiques il s'agit surtout de super combattants capable de changer l'issue d'une bataille. En revanche chez les Egyptiens c'est assez différent dans la mesure où il n'existe qu'un seul héros : le Pharaon. On ne peut en avoir qu'un seul, mais il dispose d'atouts très convaincants. Selon qu'on le fasse agir sur un forum, sur un bâtiment militaire ou sur une zone en construction il va permettre de récolter les ressources plus vite, produire des unités plus rapidement ou alors terminer la structure en deux temps trois mouvements.
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Les trottinettes électriques, plus polluantes que les transports en commun
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Biocarburant : les vols long-courriers bientôt tous concernés ?
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top