Ghost Recon : Desert Siege

Honkytonk Man
02 avril 2002 à 14h40
0
00FA000000052603-photo-desert-siege-page-d-intro.jpg
Les développeurs de chez Red Storm n'ont pas traîné et moins de quatre mois après la sortie de leur dernier bébé, "Ghost Recon", voilà qu'ils accouchent d'un add-on. Voyons voir si la machine à développer n'a pas été un peu trop rapide.

En Décembre dernier, nous étions tombés sous le charme de Ghost Recon. Alliant réalisme et gameplay (ce qui n'est jamais évident), il était pour nous LE meilleur jeu du genre. Il avait d'ailleurs été difficile de lui trouver beaucoup de défauts. Qu'apporte, sur le papier, l'extension Desert Siege que nous testons aujourd'hui ? Une nouvelle campagne solo de huit missions, deux nouveaux modes et quatre nouvelles maps pour le multijoueur, 21 nouveaux personnages et trois nouvelles armes.

Desert Siege, je Ghost Recon-nait



Précisons tout d'abord qu'il est indispensable de posséder Ghost Recon pour être à même d'en exploiter l'extension. Le théâtre des opérations a déménagé et c'est en Afrique qu'a lieu la campagne. L'équipe de "Ghosts" que vous dirigez est envoyée en soutien de l'ONU... Sable et poussière en perspective.

00D2000000052604-photo-desert-siege-explosion.jpg
00D2000000052605-photo-desert-siege-equipement-sp-cial-d-sert.jpg
00D2000000052606-photo-desert-siege-menu-identiques-gr.jpg

Il ne faut pas très longtemps pour se rendre compte que ni l'interface, ni les commandes et ni le gameplay n'ont changé : pas une nouveauté autre que graphique ne saute aux yeux. Il ne faut pas longtemps non plus pour se laisser reconquérir par le jeu lui-même (si tant est qu'on aie arrêté d'y jouer depuis). La sensation de stress est encore une fois bien présente pendant une bonne partie de chaque mission. Ce point est d'ailleurs amplifié par un niveau de difficulté rehaussé. Dès la première mission et même en mode facile, il faudra allier tactique et précision pour s'en sortir. Voilà qui ne devrait pas déplaire aux adeptes du premier opus.

Ghost Recon tirait son charme de la diversité de ses missions et Desert Siege ne manque pas de reprendre cette caractéristique. On se retrouve à empêcher la destruction d'une raffinerie par une escouade de démolisseurs, à détruire une batterie anti-aérienne ennemie correctement défendue ou encore à protéger un convoi de camions de l'ONU. Une mission de nuit et un autre se déroulant à l'aube sont également là pour varier encore les plaisirs.

Plus regerttable, l'intelligence artificielle des ennemis n'a pas non plus évolué. On est bien sûr à des milliers de kilomètres d'un Return to Castle Wolfenstein où un garde est à peine troublé par un coup de feu, mais il y a encore du boulot. Il est ainsi toujours aussi facile d'user et abuser du sniper pour faire le vide avant de lancer les équipes d'assaut. Pour ne citer qu'un seul exemple mentionnons le cas d'un groupe d'ennemis dont l'un des soldats vient de se faire "sniper" et qui saura se mettre à plat ventre mais très rarement à couvert.

Il est également dommage que les développeurs n'aient pas jugé bon d'augmenter la taille de la carte de commandement. Même avec une grande résolution, celle-ci est toujours bien petite, cela ne semblait pourtant pas bien compliqué.

00D2000000052607-photo-desert-siege-encore-un-coup-du-sniper.jpg
00D2000000052608-photo-desert-siege-tout-semble-un-peu-trop-calme.jpg
00D2000000052609-photo-desert-siege-vision-nocturne.jpg

Côté jeu multijoueur, le plus gros défaut (à mon humble avis) n'a pas été corrigé. La liste de tous les serveurs n'est toujours pas accessible depuis le jeu et il faudra soit remplir manuellement une liste d'adresses IP de serveurs, soit passer par le navigateur Web maison (Ubi.com) pour chercher une partie libre et s'y connecter. Avec la sortie du dernier patch et de nombreux serveurs qui n'ont pas encore été mis à jour, il n'est pas rare d'avoir à faire cinq ou six aller-retour entre le jeu et le navigateur pour trouver un place. C'est lourd et c'est long. Un système de « master server » du type de celui de Half-Life, Unreal ou plus récemment Return to Castle Wolfenstein aurait certainement apporté un bon coup de pouce à la communauté online de Ghost Recon.


Quand on aime, on ne compte pas



Proposé à 22 euros, Desert Siege n'apporte finalement pas beaucoup de nouveautés. Les huit missions solos risquent d'être "atomisées" rapidement par les accrocs de Ghost Recon auxquels se destine cette extension, on aurait pu en espérer au moins une vingtaine. Les nouvelles armes et les nouveaux personnages apportent un peu de nouveauté mais on reste sur notre faim.

Reste que Ghost Recon est un excellent jeu et que Desert Siege est donc une extension pour un excellent jeu. Les passionnés du premier poursuivront l'aventure avec grand plaisir, les autres continueront à s'aguerrir sur le premier et sur le Net dans l'attente d'une extension plus conséquente.

Graphisme : 14/20
Bande son : 15/20
Intérêt : 14/20
Durée de vie : 10/20
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top