Ghost Recon : Desert Siege

Par Honkytonk Man
le 02 avril 2002 à 14h40
0
00FA000000052603-photo-desert-siege-page-d-intro.jpg
Les développeurs de chez Red Storm n'ont pas traîné et moins de quatre mois après la sortie de leur dernier bébé, "Ghost Recon", voilà qu'ils accouchent d'un add-on. Voyons voir si la machine à développer n'a pas été un peu trop rapide.

En Décembre dernier, nous étions tombés sous le charme de Ghost Recon. Alliant réalisme et gameplay (ce qui n'est jamais évident), il était pour nous LE meilleur jeu du genre. Il avait d'ailleurs été difficile de lui trouver beaucoup de défauts. Qu'apporte, sur le papier, l'extension Desert Siege que nous testons aujourd'hui ? Une nouvelle campagne solo de huit missions, deux nouveaux modes et quatre nouvelles maps pour le multijoueur, 21 nouveaux personnages et trois nouvelles armes.

Desert Siege, je Ghost Recon-nait



Précisons tout d'abord qu'il est indispensable de posséder Ghost Recon pour être à même d'en exploiter l'extension. Le théâtre des opérations a déménagé et c'est en Afrique qu'a lieu la campagne. L'équipe de "Ghosts" que vous dirigez est envoyée en soutien de l'ONU... Sable et poussière en perspective.

00D2000000052604-photo-desert-siege-explosion.jpg
00D2000000052605-photo-desert-siege-equipement-sp-cial-d-sert.jpg
00D2000000052606-photo-desert-siege-menu-identiques-gr.jpg

Il ne faut pas très longtemps pour se rendre compte que ni l'interface, ni les commandes et ni le gameplay n'ont changé : pas une nouveauté autre que graphique ne saute aux yeux. Il ne faut pas longtemps non plus pour se laisser reconquérir par le jeu lui-même (si tant est qu'on aie arrêté d'y jouer depuis). La sensation de stress est encore une fois bien présente pendant une bonne partie de chaque mission. Ce point est d'ailleurs amplifié par un niveau de difficulté rehaussé. Dès la première mission et même en mode facile, il faudra allier tactique et précision pour s'en sortir. Voilà qui ne devrait pas déplaire aux adeptes du premier opus.

Ghost Recon tirait son charme de la diversité de ses missions et Desert Siege ne manque pas de reprendre cette caractéristique. On se retrouve à empêcher la destruction d'une raffinerie par une escouade de démolisseurs, à détruire une batterie anti-aérienne ennemie correctement défendue ou encore à protéger un convoi de camions de l'ONU. Une mission de nuit et un autre se déroulant à l'aube sont également là pour varier encore les plaisirs.

Plus regerttable, l'intelligence artificielle des ennemis n'a pas non plus évolué. On est bien sûr à des milliers de kilomètres d'un Return to Castle Wolfenstein où un garde est à peine troublé par un coup de feu, mais il y a encore du boulot. Il est ainsi toujours aussi facile d'user et abuser du sniper pour faire le vide avant de lancer les équipes d'assaut. Pour ne citer qu'un seul exemple mentionnons le cas d'un groupe d'ennemis dont l'un des soldats vient de se faire "sniper" et qui saura se mettre à plat ventre mais très rarement à couvert.

Il est également dommage que les développeurs n'aient pas jugé bon d'augmenter la taille de la carte de commandement. Même avec une grande résolution, celle-ci est toujours bien petite, cela ne semblait pourtant pas bien compliqué.

00D2000000052607-photo-desert-siege-encore-un-coup-du-sniper.jpg
00D2000000052608-photo-desert-siege-tout-semble-un-peu-trop-calme.jpg
00D2000000052609-photo-desert-siege-vision-nocturne.jpg

Côté jeu multijoueur, le plus gros défaut (à mon humble avis) n'a pas été corrigé. La liste de tous les serveurs n'est toujours pas accessible depuis le jeu et il faudra soit remplir manuellement une liste d'adresses IP de serveurs, soit passer par le navigateur Web maison (Ubi.com) pour chercher une partie libre et s'y connecter. Avec la sortie du dernier patch et de nombreux serveurs qui n'ont pas encore été mis à jour, il n'est pas rare d'avoir à faire cinq ou six aller-retour entre le jeu et le navigateur pour trouver un place. C'est lourd et c'est long. Un système de « master server » du type de celui de Half-Life, Unreal ou plus récemment Return to Castle Wolfenstein aurait certainement apporté un bon coup de pouce à la communauté online de Ghost Recon.


Quand on aime, on ne compte pas



Proposé à 22 euros, Desert Siege n'apporte finalement pas beaucoup de nouveautés. Les huit missions solos risquent d'être "atomisées" rapidement par les accrocs de Ghost Recon auxquels se destine cette extension, on aurait pu en espérer au moins une vingtaine. Les nouvelles armes et les nouveaux personnages apportent un peu de nouveauté mais on reste sur notre faim.

Reste que Ghost Recon est un excellent jeu et que Desert Siege est donc une extension pour un excellent jeu. Les passionnés du premier poursuivront l'aventure avec grand plaisir, les autres continueront à s'aguerrir sur le premier et sur le Net dans l'attente d'une extension plus conséquente.

Graphisme : 14/20
Bande son : 15/20
Intérêt : 14/20
Durée de vie : 10/20
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Navigateur Internet

Les bots malveillants représentent plus de 20% du trafic web
Avast déploie Aspen, un navigateur web sécurisé basé sur Chrome 73
Navigateurs Web : Chrome domine toujours largement le marché
Android : les utilisateurs européens libres de choisir leur navigateur internet
Chromium va remplacer le navigateur des Tesla
Brave s’appuie sur BATCommunity.org pour promouvoir son système de rémunération alternatif
Vivaldi 2.4 est dispo : la personnalisation de la barre d'outil au programme
Brave : le système de publicité
WebAuthn est désormais le standard officiel de l'authentification sans mot de passe
Brave partenaire de TAP pour récompenser les utilisateurs qui décident de voir de la pub
Brave annonce consommer de 33 à 66 % moins de mémoire que Google Chrome
La fonctionnalité « Do Not Track » est désormais obsolète
Brave développe son système de pub qui partage ses revenus... avec l'utilisateur
Le navigateur Brave passe le cap des 5,5 millions d'utilisateurs actifs
Mozilla met à disposition la première version de Firefox pour Windows 10 ARM
scroll top