Gorasul : l'Héritage du Dragon

le 14 février 2002 à 18h29
0
00D2000000052108-photo-gorasul-l-h-ritage-du-dragon.jpg
Après avoir traîné ses guêtres aux confins du pays de Amn dans Baldur's Gate, l'amateur de jeu de rôles PC n'avait pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Aussi et en attendant Neverwinter Nights ou Icewind Dale 2, c'est avec un réel plaisir et une curiosité non-dissimulée que nous abordions ce clone tout droit venu de "Teutonie"...

Silver Style n'est pas le développeur le plus célèbre du moment, et l'on comprend fort bien qu'ils aient préféré le "plagiat" aux risques d'innovations parfois synonymes d'échec commerciaux retentissants. Leur Héritage du Dragon est donc très fortement inspiré du jeu des studios Black Isle, tant du point de vue de l'aventure, que de l'interface ou du graphisme.


Die Gate von Baldurstadt ?



Ja vohl, mein Herr. Il ne peut y afoir de doutes, il s'agit claireument d'une expérionce de clonache à laquelle nous assistons avec ce Gorasul. Mais le clonache d'un jeu aussi réputé que Baldur's Gate ne posera finalement aucune problème aux choueurs que nous sommes... Surtout en ces temps de faches maigres pour les "rôlistes".

Il y a bien sûr eu Arcanum au mois de septembre pour satisfaire les amateurs, mais reconnaissons tout de même que ce titre ne se classe pas tout à fait dans la même catégorie que notre vénérable Baldur. Non qu'il soit moins bon, bien au contraire, mais plutôt qu'il s'éloigne nettement du concept des Baldur pour atteindre un jeu de rôle beaucoup plus proche des jeux de plateau et de ce fait beaucoup plus délicat pour le non-initié.


Dans le rôle du père adoptif : un dragon !



Trêve de digressions et revenons-en à l'essentiel : Gorasul. Si le jeu se rapproche de Baldur, il n'en reste pas moins qu'il propose un scénario "original" qu'il convient donc de présenter et où vous endosserez le costume de Roszondas. Atteint d'une maladie incurable, il fut abandonné tout bébé à un dragon qui le soigna et se chargea de son éducation. Les pouvoirs de ce dragon ont ceci de particulier qu'ils sont contagieux et notre gentil adolescent se met à développer de surprenants pouvoirs qu'aucun humain n'a jamais expérimenté, se transformant alors en un puissant magicien.

00D2000000052123-photo-gorasul-les-ruines-d-un-temple-maudit.jpg
00D2000000052124-photo-gorasul-le-dragon-norbert-d-harry-potter.jpg
00D2000000052125-photo-gorasul-visite-des-catacombes.jpg

Trois des nombreuses contrées à visiter

Mettant à profit ses aptitudes particulières pour défendre son peuple des hordes d'envahisseurs, Roszondas repousse brillamment zombies et autres morts-vivants. Cette victoire n'est cependant que de courte durée et profitant d'une faille dans les défenses de notre héros, une créature parvient à le terrasser. De retour d'entre les morts (ben oui, le mal ne peut quand même pas gagner, non ?), Roszondas est bien décidé à savoir ce qui s'est passé pendant les dix années qui se sont écoulées. Notre héros se matérialise au dernier étage de sa tour et pour nous l'aventure peut enfin commencer !


En route pour de nouvelles aventures



00D2000000052109-photo-gorasul-la-cr-ation-du-personnage.jpg
Elle démarre bien sûr par la sempiternelle phase de création du personnage. Les habitués des jeux de plateaux ou de Baldur en seront d'ailleurs pour leur première déception tant les possibilités sont faibles : un personnage fixe, quatre malheureuses classes et seulement cinq caractéristiques ! Autant dire que la personnalisation de votre héros ne sera pas à l'ordre du jour. Petite innovation en revanche, vous aurez aussi à définir les traits caractéristiques d'une arme tout à fait particulière qui aura aussi le rôle de compagnon de votre héros. Cette arme dispose donc de caractéristiques propres et pourra gagner de l'expérience à la manière de votre propre avatar.

La phase de création achevée vous pourrez vous lancer dans l'aventure qui débute donc au sommet de la tour de Roszondas dix après la mort de celui-ci. Si le graphisme fait immanquablement penser à Baldur's Gate (les développeurs sont allés jusqu'à copier le curseur), l'interface s'en éloigne passablement. Malgré quelques imperfections, on s'y fait assez rapidement et la tour devient le prétexte à une espèce de didacticiel puisqu'il faudra combattre quelques créatures, lancer vos premiers sorts et résoudre une poignée d'énigmes. A ce propos faites bien attention lorsque vous choisirez le niveau de difficulté (facile, moyen, difficile) et l'orientation du jeu (quête, mixte, combat) : les énigmes me semblent bien complexes en mode "quête".

Une fois sorti de sa tour, Roszondas devra explorer le monde qui l'entoure et progresser à la manière de ce qu'offrait les Baldur's Gate : rencontre de personnages, découvertes de nouveaux et propositions de quêtes, résolution des missions et acquisitions de trésors. C'est le classique mélange qui fait le succès des jeux de rôle sur micros depuis déjà de nombreuses années mais qui désespère aussi l'amateur de jeux de rôle plateaux qui préférait déjà Fallout 2 à Baldur's Gate.

00D2000000052110-photo-gorasul-les-squelettes-seront-vos-premiers-adversaires.jpg
00D2000000052111-photo-gorasul-la-carte-de-vos-exploits.jpg
00D2000000052112-photo-gorasul-accrochez-vous-pour-trouver-la-r-ponse.jpg

Vos premiers pas dans le monde de Gorasul

Malgré cette rengaine déjà bien connue de la plupart des rôlistes, l'aventure proposé par Gorasul a de quoi séduire. Les énigmes sont nombreuses et donneront du fil à retorde aux plus endurcis. Les créatures sont variés et les quêtes proposées également. Enfin l'histoire principal est dans l'ensemble plutôt captivante et donne vraiment envie d'en voir la fin. Mais, et oui, il y a un mais, nous allons maintenant voir combien cette aventure est gâchée par de nombreux défauts qui ne permettent pas de conseiller ce jeu aux nouveaux venus.
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

L'entreprise Ivalua : nouvelle licorne française... ou pas ?
Une version mobile de League of Legends en développement chez Tencent
S'il était banni de Chine, Apple pourrait perdre 30% de ses revenus
Suite aux protestations meurtrières, l’Indonésie ralentit Facebook, Whatsapp et Instagram
Ouya : la console stoppée pour de bon le 25 juin
Free va supprimer une partie de son offre mobile
Alpha Two : des infos dévoilées sur le taxi volant autonome d'Airbus
Jeff Bezos refuse de répondre à la lettre publique pour le climat de ses employés
L'éditeur de Firewatch lance Playdate, sa console de jeux indé de poche
La dégringolade continue : Panasonic aussi lâche Huawei
scroll top