Dark Age of Camelot

Par Honkytonk Man
le 12 février 2002
 0
00C8000000052092-photo-daoc-logo-du-jeu.jpg
Dans le monde des jeux en ligne massivement multijoueurs, on connaît principalement le tiercé , EverQuest et Ultima Online qui par son âge respectable s'est fait une belle place dans le coeur des joueurs. Mais voilà que quelques éditeurs se sont rendus compte que dans ce type de jeu lorsqu'on avait accroché un joueur et réussi à le faire passer à la caisse tous les mois, c'était le jackpot. C'est le cas de Wanadoo Edition (GOA) qui s'est associé à Mythic Entertainment pour nous proposer la version française de Dark Age Of Camelot qui cartonne depuis quelques mois au Etats-Unis.


Bienvenue à Brocéliande Messire



Dark Age of Camelot (DaoC) est donc un jeu 100% online basé sur le monde des chevaliers de la table ronde. Première remarque afin d'éviter toute déconvenue, si vous ne disposez pas d'une connexion permanente à Internet (cable, adsl), passez tout de suite votre chemin. Au coût de l'abonnement mensuel au jeu, s'ajouterait rapidement un surcoût important à votre facture téléphonique pour votre connexion Internet.

Le jeu débute après la mort du roi Arthur et le royaume est divisé en trois contrées : Albion les chevaliers servants du roi, Hibernia peuplé par les elfes et autres créatures celtes et Midgard où les Vikings font la loi. Il vous sera demandé de choisir entre une de ces trois peuplades lors de la connexion à un des serveurs de l'éditeur (GOA). A l'heure de nos tests, il y en avait deux (Brocéliande et Ys). Par serveur, il sera ensuite possible de créer jusqu'à quatre personnages mais appartenant forcément à la même peuplade. Cette contrainte permet d'éviter qu'un joueur puisse connaître l'état et la position des forces ennemies en créant deux personnages de peuplades différentes et en basculant de l'un à l'autre.

00D2000000052098-photo-daoc-creation-du-personnage.jpg
00D2000000052094-photo-daoc-dialogue-avec-un-pnj.jpg
00D2000000052093-photo-daoc-premiers-instants.jpg

Premiers instants de découverte

Vient ensuite le passage obligé vers la création proprement dite de votre personnage avec son apparence physique et ses caractéristiques. Le choix des caractéristiques de départ conduira quasi immanquablement votre personnage dans une voie sans beaucoup de possibilité de revirement (guerrier, marchand, larron, prêtre, archer...).

Les premiers moments sont un peu confus. L'interface de jeu est complète, quoique classique. Les touches à utiliser sont nombreuses et pas encore assimilées et la nécessité de saisir certaines commandes au clavier (/release par exemple) n'aide pas vraiment. Surtout que l'on se retrouve au milieu d'un village sans trop savoir vers quoi s'orienter. C'est vrai que l'on était plus trop habitué à lire des documentations avec tous ces jeux qui proposent un mode "tutorial".

Petit à petit, on arrive à se "faire un trou" en parlant avec les personnages non joueurs (PnJ) qui fournissent au compte goutte des petites quêtes. Ces quêtes permettent de se familiariser avec le monde et le fonctionnement du jeu mais aussi de gagner des points d'expérience nécessaires à l'augmentation du niveau du personnage.

Les interactions avec les autres joueurs humains peuvent se limiter dans les premiers niveaux à des "salut" et à la création de "groupes". Au sein d'un groupe votre personnage est capable de tuer des PNJ (créatures, loups, voleurs...) puissants gagnant du même coup beaucoup plus de points d'expérience qu'en en tuant seul de faibles. Les groupes sont des associations temporaires qui sont cassées lorsque les personnages se déconnectent. Plus tard, il sera possible de créer des guildes, beaucoup plus pérennes, en vous associant avec d'autres joueurs aux caractéristiques complémentaires.

00D2000000052096-photo-daoc-l-entr-e-d-un-palais.jpg
00D2000000052097-photo-daoc-boutique.jpg
00D2000000052095-photo-daoc-quelques-emplettes.jpg

Les développeurs ont évité quelques travers des jeux massivement multijoueur en permettant l'arrivée sereine des nouveaux joueurs. Jusqu'au niveau 5 (déjà plusieurs heures de jeu), la mort de votre personnage ne conduira à aucune pénalité, ce n'est qu'à partir de ce niveau que de (précieux) points d'expérience lui seront retirés à chaque décès. Il est en outre tout à fait impossible à des joueurs humains issus d'une même contrée (Albion, Hibernia, Midgard) de s'attaquer. Pour attaquer d'autres personnages-joueurs, il faudra forcément aller dépasser les frontières du royaume et c'est à partir de ce moment que le côté massivement multijoueur prendra toute son ampleur. Il sera ainsi possible à une guilde de prendre possession d'une portion d'un des royaumes ennemis.
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
scroll top