Dark Age of Camelot

Honkytonk Man
12 février 2002 à 17h09
0
00C8000000052092-photo-daoc-logo-du-jeu.jpg
Dans le monde des jeux en ligne massivement multijoueurs, on connaît principalement le tiercé , EverQuest et Ultima Online qui par son âge respectable s'est fait une belle place dans le coeur des joueurs. Mais voilà que quelques éditeurs se sont rendus compte que dans ce type de jeu lorsqu'on avait accroché un joueur et réussi à le faire passer à la caisse tous les mois, c'était le jackpot. C'est le cas de Wanadoo Edition (GOA) qui s'est associé à Mythic Entertainment pour nous proposer la version française de Dark Age Of Camelot qui cartonne depuis quelques mois au Etats-Unis.


Bienvenue à Brocéliande Messire



Dark Age of Camelot (DaoC) est donc un jeu 100% online basé sur le monde des chevaliers de la table ronde. Première remarque afin d'éviter toute déconvenue, si vous ne disposez pas d'une connexion permanente à Internet (cable, adsl), passez tout de suite votre chemin. Au coût de l'abonnement mensuel au jeu, s'ajouterait rapidement un surcoût important à votre facture téléphonique pour votre connexion Internet.

Le jeu débute après la mort du roi Arthur et le royaume est divisé en trois contrées : Albion les chevaliers servants du roi, Hibernia peuplé par les elfes et autres créatures celtes et Midgard où les Vikings font la loi. Il vous sera demandé de choisir entre une de ces trois peuplades lors de la connexion à un des serveurs de l'éditeur (GOA). A l'heure de nos tests, il y en avait deux (Brocéliande et Ys). Par serveur, il sera ensuite possible de créer jusqu'à quatre personnages mais appartenant forcément à la même peuplade. Cette contrainte permet d'éviter qu'un joueur puisse connaître l'état et la position des forces ennemies en créant deux personnages de peuplades différentes et en basculant de l'un à l'autre.

00D2000000052098-photo-daoc-creation-du-personnage.jpg
00D2000000052094-photo-daoc-dialogue-avec-un-pnj.jpg
00D2000000052093-photo-daoc-premiers-instants.jpg

Premiers instants de découverte

Vient ensuite le passage obligé vers la création proprement dite de votre personnage avec son apparence physique et ses caractéristiques. Le choix des caractéristiques de départ conduira quasi immanquablement votre personnage dans une voie sans beaucoup de possibilité de revirement (guerrier, marchand, larron, prêtre, archer...).

Les premiers moments sont un peu confus. L'interface de jeu est complète, quoique classique. Les touches à utiliser sont nombreuses et pas encore assimilées et la nécessité de saisir certaines commandes au clavier (/release par exemple) n'aide pas vraiment. Surtout que l'on se retrouve au milieu d'un village sans trop savoir vers quoi s'orienter. C'est vrai que l'on était plus trop habitué à lire des documentations avec tous ces jeux qui proposent un mode "tutorial".

Petit à petit, on arrive à se "faire un trou" en parlant avec les personnages non joueurs (PnJ) qui fournissent au compte goutte des petites quêtes. Ces quêtes permettent de se familiariser avec le monde et le fonctionnement du jeu mais aussi de gagner des points d'expérience nécessaires à l'augmentation du niveau du personnage.

Les interactions avec les autres joueurs humains peuvent se limiter dans les premiers niveaux à des "salut" et à la création de "groupes". Au sein d'un groupe votre personnage est capable de tuer des PNJ (créatures, loups, voleurs...) puissants gagnant du même coup beaucoup plus de points d'expérience qu'en en tuant seul de faibles. Les groupes sont des associations temporaires qui sont cassées lorsque les personnages se déconnectent. Plus tard, il sera possible de créer des guildes, beaucoup plus pérennes, en vous associant avec d'autres joueurs aux caractéristiques complémentaires.

00D2000000052096-photo-daoc-l-entr-e-d-un-palais.jpg
00D2000000052097-photo-daoc-boutique.jpg
00D2000000052095-photo-daoc-quelques-emplettes.jpg

Les développeurs ont évité quelques travers des jeux massivement multijoueur en permettant l'arrivée sereine des nouveaux joueurs. Jusqu'au niveau 5 (déjà plusieurs heures de jeu), la mort de votre personnage ne conduira à aucune pénalité, ce n'est qu'à partir de ce niveau que de (précieux) points d'expérience lui seront retirés à chaque décès. Il est en outre tout à fait impossible à des joueurs humains issus d'une même contrée (Albion, Hibernia, Midgard) de s'attaquer. Pour attaquer d'autres personnages-joueurs, il faudra forcément aller dépasser les frontières du royaume et c'est à partir de ce moment que le côté massivement multijoueur prendra toute son ampleur. Il sera ainsi possible à une guilde de prendre possession d'une portion d'un des royaumes ennemis.
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Surprise : les GAFA jugent la taxe GAFA
Drako GTE : la nouvelle hypercar électrique aux 1200 chevaux a été dévoilée
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top