Intel i845 (Abit BL7, Asus P4B, Soltek SL-85)

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
30 octobre 2001 à 09h19
0
00044339-photo-logo-intel.jpg
Malgré les récents efforts déployés par Intel pour rendre son Pentium 4 plus accessible à monsieur tout le monde, force est de constater que le petit protégé du fondeur de Santa Clara a bien du mal à s'imposer face au dynamisme du fougueux AMD. Le principal frein du Pentium 4 ne se situe en effet pas tant au niveau du prix du processeur que de celui de sa mémoire associée : la RAMBUS.

L'utilisation de ce type de mémoire donne des performances d'assez haut niveau, mais rend ce genre de configuration hors de prix. Aussi pour faire face à son concurrent, Intel propose depuis quelques semaines un chipset compatible avec un type de mémoire beaucoup plus classique et pratiquement 6 fois moins coûteux que la RAMBUS : la SDRAM.


i845, le "Brookdale"

Nous avons déjà testé le Pentium 4 avec le jeu de composant i850 à base de RAMBUS. De ces tests un point important ressortait régulièrement : pour s'exprimer correctement le Pentium 4 a besoin de programmes gourmand en bande-passante mémoire. Une fois ce constat établi, une inquiétude tout à fait légitime naît à l'encontre de ce i845 exploitant de la SDRAM.

0096000000050822-photo-northbridge-i82845.jpg
En effet la SDRAM bien que très peu coûteuse est clairement une solution appartenant au passé. Malgré un temps d'accès tout à fait remarquable, ce type de mémoire ne peut prétendre faire concurrence à la DDR et encore moins à la RAMBUS en ce qui concerne la bande-passante. Avec de la PC133 (133MHz) on arrive péniblement à 1Go/s alors que la DDR (PC1600) et la RAMBUS (PC800) peuvent se prévaloir d'un beaucoup plus flatteur 1.6Go/s (voire plus).

Il ne faut cependant pas croire que cet i845 que nous allons détailler est pour Intel une fin en lui : le support de la SDRAM n'est effectivement de mise que pour cette première version. Dès le mois de novembre devrait commencer à débarquer des cartes mère basées sur le i845D acceptant lui de la DDR pour une bande passante plus à même de contenter le Pentium 4... Mais nous y reviendrons ultérieurement !


MCH et ICH

Le "Brookdale" (nom de code du i845) est, chose classique pour un Intel i8xx, composé de deux parties aux propriétés bien distinctes mais hélas bien peu novatrices en comparaison de ce que nous connaissons déjà avec les chipsets de la concurrence déstinés aux Athlons / Durons.

01D6000000050821-photo-sch-ma-du-i845.jpg

Nous trouvons donc un Northbridge baptisé pour l'occasion i82845 et qui fait aussi office de MCH (Memory Controller Hub). Ce composant gère évidemment le bus réservé au processeur, les échanges avec la mémoire vive (jusqu'à 512Mo seulement) et le bus AGP 4X.

De son côté le Southbridge est une vieille connaissance. Il s'agit effectivement du 82801BA que nous avons déjà rencontré avec nombre de chipsets du constructeur : i815, i820 ou i850. Il s'occupe de la gestion des ports IDE (2 connecteurs pour un maximum de 4 périphériques compatibles ATA100), des ports USB (4 ports USB 1.1), du réseau (10/100 Mo/s) et offre une solution d'émulation sonore et modem, rien que du très classique en somme.


Socket 478

00AD000000028742-photo-processeur-intel-pentium-4-1-9-ghz-socket-478.jpg
Ce test du i845 aura aussi été l'occasion pour nous de voir de plus près le nouveau packaging du Pentium 4. Troquant son enveloppe PGA423 pour un socket mPGA478, le processeur subit une cure d'amaigrissement impressionnante. Ainsi malgré le nombre de broches supplémentaires (55) on peut comparer la taille de ce nouveau composant à celle d'un bon vieux 80386 !

Qui dit nouveau socket, dit hélas aussi nouveau support de fixation pour système de refroidissement. En effet les possesseurs de ventilateur pour Socket 423 devront ré-ouvrir le tiroir-caisse pour équiper leur nouveau Pentium 4. Bien que les dépenses supplémentaires ne fassent jamais plaisir, on pourra toujours se consoler en se disant que le nouveau radiateur ira se fixer beaucoup plus simplement et beaucoup plus sûrement que tout ce que nous avons pu voir jusque là.

Le système de fixation est excellent. Une fois mis en place sur la carte mère et malgré la taille de l'ensemble, il n'y a vraiment aucun risque de casse tant tout est correctement maintenu en place. On regrettera simplement que ce ne soit pas forcément très évident à enlever, mais bon rien de catastrophique.
0064000000048881-photo-petit-logo-abit.jpg
Abit a sorti à peu près simultanément un nouveau modèle de carte mère basé sur le i850 (RAMBUS donc, la TH7 II-RAID) et sa vision de l'implémentation du i845 avec la BL7, ici en version RAID.


Présentation

00FA000000050823-photo-abit-bl7-raid.jpg
Sur cette BL7 qui dispose d'un PCB de couleur traditionnelle (ocre), c'est évidemment le tout petit socket 478 qu'on remarque en premier. C'est d'autant plus vrai qu'Abit a oublié de nous fournir le support ventilateur rendant l'espace autour du processeur encore plus dégagé que sur les autres modèles.

La configuration générale de la carte est on ne peut plus classique avec ses 3 connecteurs mémoire pour un maximum de 3Go, ses ports d'extension (1 AGP / 6 PCI / 1 CNR), ses 4 ports USB (dont 2 sur une petite extension), ses 2 Ps/2, ses 2 série, son parallèle et les connecteurs son puisqu'Abit a jugé bon d'utiliser la solution audio compatible AC97 du chipset i845.

La seule originalité de la BL7 (ce n'en est pas une pour un modèle Abit) vient de l'intégration d'un composant Highpoint pour la gestion de deux ports IDE ATA100 supplémentaires qu'on peut configurer selon les 3 modes RAID disponibles : 0, 1 ou 0+1.


Remarques d'utilisation

Abit a fait depuis quelques temps de remarquables progrès en ce qui concerne ces petits plus qui facilitent la vie. En premier lieu le taïwanais s'est décidé à offrir un système de diagnostique digne de ce nom, puisqu'au niveau de celui d'Epox : un cadran affiche deux chiffres formant un code d'erreur dont il suffit de rechercher la signification pour avoir une idée du problème.

00C8000000050826-photo-abit-bl7-raid-led-de-diagnotisque.jpg
00C8000000050825-photo-abit-bl7-raid-les-boutons-de-power-et-reset.jpg

En plus Abit a intégré deux petits boutons près du cadran afin de rendre plus facile la mise sous tension et le reset de la carte mère. Surtout utile pour ceux qui testent pas mal de produits, ces deux boutons évitent d'avoir besoin de connecter les nombreux fils du boîtiers pour faire marcher le système... Quel gain de temps !

00C8000000050824-photo-abit-bl7-raid-ergot-de-l-agp.jpg
Le port AGP, hélas toujours dans le prolongement trop proche des barrettes mémoire est pourvu d'un ergot de plastique maintenant la carte graphique, là encore à la manière d'Epox qui décidément va devoir se creuser la tête pour innover davantage.

En dehors de ces quelques plus, il n'y a pas grand chose à signaler, ni en bien, ni en mal, exception faite peut-être de la position du connecteur floppy sur la partie inférieure de la carte. Les possesseurs de grande tour en voudront sûrement à Abit car ils n'auront que peu de marge de manoeuvre pour placer leur lecteur de disquette avec une nappe traditionnelle.
0073000000043408-photo-asus-mini-logo.jpg
Asus est le premier constructeur à nous avoir fourni son modèle à base de chipset i845 et malgré l'arrivée des deux concurrentes, l'impression qu'elle nous a laissée est restée : celle d'une carte mère d'excellente conception fidèle à la remarquable réputation de son fabricant.

Présentation

015E000000050827-photo-asus-p4b.jpg
Face aux deux autres cartes mère la première chose qui frappe à l'ouverture de la boîte contenant la P4B, c'est l'absence de composant pour gérer le RAID IDE. Il faut admettre que peu d'utilisateur en ont l'usage mais il est tout de même dommage qu'Asus n'intègre pas ce genre de chose malgré les prix proposés.

On en sera donc pour nos frais et il faudra se contenter des 2 ports IDE ATA100 gérés par l'i845. Ce dernier, enfin le Northbridge, est comme chez la concurrence surmonté d'un radiateur imposant maintenu par quatre fixations, un peu à la manière du système de refroidissement du Socket 478.

La mémoire devra être mise en place sur les 3 connecteurs prévu à cet effet (3Go au maximum) et l'unique port AGP (étonnant, non ?) est accompagné de 6 ports PCI et ce malgré la présence d'1 CNR qui vient compléter les possibilités d'évolution de la bête.


En plus des connecteurs traditionnels (clavier, souris, série, parallèle), Asus fournit une solution audio et l'ensemble des connecteurs qui en découlent ainsi que 2 ports USB en plus des 2 traditionnels grâce à l'adjonction d'une extension dans la boîte de la carte mère.


Remarques d'utilisation

00C8000000050828-photo-asus-p4b-alimentation-atx.jpg
Malgré ce canevas général très proche des modèles en provenance d'Abit ou Soltek, Asus a su trouver de quoi se démarquer en proposant quelques fonctions, certes pas indispensables mais tout à fait sympathiques et qui auront certainement leurs amateurs.

En premier lieu on saluera l'effort effectué pour ne pas limiter cette P4B aux seuls possesseurs d'alimentation ATX 2.03. En effet au lieu de fournir les connecteur ATX supplémentaires de cette norme (ATX auxiliaire et ATX 12V), Asus a opté pour un connecteur d'alimentation de disque dur / CDROM, nettement plus simple à trouver sur n'importe quelle alimentation.

Avis aux possesseurs de cartes mémoires SD (Secure Digital) et autres Memory Stick, Asus pense à vous et fourni deux connecteurs pour brancher des lecteurs capables de comprendre les données présentes sur ce genre de support, ce qui évitera de nombreuses manipulations.

00C8000000050829-photo-asus-p4b-connecteurs-secure-digital-et-memory-stick.jpg
00C8000000050830-photo-asus-p4b-ergot-de-l-agp.jpg

Enfin si Asus ne propose toujours pas de système de LEDs de diagnostique comme Abit (il préfère le POST Reporter qui fonctionne à la voix), quelques petites choses rendent la vie plus simple. C'est ainsi qu'on appréciera l'ergot de plastique chargé de maintenir la carte graphique en place et la présence de l'extension USB pour profiter des deux ports supplémentaires acceptés par l'i845. Enfin Asus livre avec la carte une extension plus surprenante : un module pour disposer d'une sortie SPDIF aussi bien en optique qu'en coaxial... Pas mal !
0078000000050831-photo-logo-soltek.jpg
Dernier cobaye de notre test, le modèle de Soltek n'est pas plus original que ceux d'Abit ou Asus et la description en sera donc des plus succinctes, pour nous intéresser essentiellement à ce qui fait l'originalité du constructeur : l'offre logicielle.


SL-85SD+

00FA000000050832-photo-soltek-sl-85sd.jpg
Après avoir lu les deux pages précédentes, une chose est sûre : vous n'allez pas apprendre grand chose dans les paragraphes qui suivent... Désolé ! En effet la carte de Soltek est en apparence vraiment très proche de ses concurrentes, à tel point que comme pour la différencier quelque peu, le constructeur a choisi un PCB de couleur rouge.

En dehors de ça, rien de bien croustillant à se mettre sous la dent. On trouve donc tout naturellement le Socket 478 et le fameux système de fixation tout autour. On comptabilise 3 connecteurs mémoire SDRAM et 4 supports IDE puisque Soltek a choisi d'intégrer un composant Promise pour être en mesure d'offrir une solution RAID. Nous pourrons donc profiter du maximum de 3Go de mémoire autorisé par le i845, mais aussi de 8 périphériques IDE à la norme ATA100.

La combinaison de ports d'extension choisie par Soltek offre 1 AGP et 1 CNR mais conserve par contre les 6 slots PCI qui n'auront pas besoin de recevoir de carte son puisqu'une solution audio est fournie et avec elle toute la connectique qui en découle (port MIDI, entrée/sortie ligne, micro).

On pourra en revanche regretter que Soltek ne fournisse pas l'extension USB permettant d'obtenir 2 ports en sus des 2 présents à côté des connecteurs standards (clavier, souris, série, parallèle), c'est d'autant plus regrettable que c'est la seule véritable fausse note du constructeur comme le montreront les deux paragraphes suivants.


Remarques d'utilisation

Effectivement c'est bien dommage car la conception générale de la carte est sans réelle fausse note. Contrairement à Abit et Asus, Soltek s'est conformé aux spécificités ATX 2.03 et nécessite donc l'emploi une alimentation à ce format et les 3 connecteurs qu'il implique.

Au chapitre des regrets ajoutons aussi la position des 2 ports IDE offerts par le RAID Promise. Ils se trouvent dans la partie inférieure de la carte et restreignent de ce fait leur utilisation : les nappes IDE sont relativement courtes !

00C8000000050834-photo-soltek-sl-85sd-ergot-de-l-agp.jpg
00C8000000050835-photo-soltek-sl-85sd-ports-raid.jpg

En revanche on appréciera la présence d'un petit ergot de plastique pour maintenir correctement la carte AGP. On appréciera aussi la fixation par vis du cadre de plastique pour le radiateur du Pentium 4 : cela permet de l'enlever facilement si d'aventure un tel besoin se faisait sentir.

Ce n'est pas vraiment un problème pour les cartes récentes mais il convient de signaler pour finir que la SL-85SD n'accepte que les cartes AGP 4X... Une petite LED rouge se chargera vous signaler la présence d'une carte inappropriée le cas échéant.


Une carte bien accompagnée

Après ce descriptif pas franchement original de la SL-85SD+, il est grand temps de voir ce qui est vraiment intéressant : l'offre logicielle. En effet alors que la majorité des constructeurs n'offre que le minium vital, depuis quelques temps on peut voir certains fabricants taïwanais se donner du mal pour sortir un peu du lot.

Soltek fait sur ce point très fort en fournissant des applications nombreuses et surtout vraiment très intéressantes pour les utilisateurs avertis. Ainsi, en plus du CD de pilotes et d'applications "conventionnelles", on trouve un second disque baptisé "Powerful System Utilities" et contenant 4 programmes de premier plan : PC-Cillin 2000 (l'un des meilleurs anti-virus), Virtual Drive (un programme pour créer des lecteur virtuels), Drive Image 4.0 (création d'images disque pour sauvegarder en deux temps, trois mouvements votre système) et Partition Magic 6.0 (repositionner vos disques sans perdre les données).

0136000000050833-photo-soltek-sl-85sd-offre-logicielle.jpg

Tous ces programmes auront bien sûr leur aficionados et leurs détracteurs mais on ne peut que saluer l'initiative de Soltek qui va plus loin que n'importe lequel de ses concurrents avec cette SL-85SD.

Performances

Le but de ce test n'est pas vraiment de voir quelles performances peut obtenir un Pentium 4, ça nous l'avons déjà fait lors du comparatif i850. Non, ici il s'agit clairement de se rendre compte de l'intérêt du i845 et sa SDRAM à côté du i850 / RAMBUS afin de déterminer si oui ou non cette solution a un avenir dans nos machines.

Nous avons sciemment limité le nombre de benchs afin de ne pas surcharger inutilement ce comparatif. Comme vous pourrez le constater les résultats sont de toute façon suffisamment éloquents pour ne pas avoir besoin d'insister lourdement. Les configurations employées ont été les suivantes :

- Pentium 4 1.9GHz Socket 478
- Athlon 1.33GHz
- 256 Mo RAMBUS PC800
- 256 Mo DDR PC2100
- 256 Mo SDRAM PC133
- 60GXP 40Go UDMA100
- GeForce3 de base
- Les derniers Drivers en date (versions finales)

Et bien sûr les cartes mère suivantes : Abit BL7-RAID, Asus P4B et Soltek SL-85 pour le Pentium 4 SDRAM (chipset i845), Abit TH7 II-RAID pour le Pentium 4 RAMBUS (i850), Asus A7M266 (AMD760) et MSI KT7Pro 2 (KT266A) pour l'Athlon.

01DE000000050817-photo-i845-sandra-2001-test-processeur.jpg

Le premier test effectué sous Sandra 2001 n'a pour but que de mettre en évidence un éventuel défaut dans la gestion du processeur. Ne faisant pas appel à la mémoire vive, ce test ne devait pas montrer de différences notables entre les i845 et le i850. Le fait que cela ne soit pas le cas prouve bien qu'Intel a utilisé une architecture très proche pour mettre au point ses deux chipsets. La présence de l'Athlon ne sert bien sûr que de référence.

01DE000000050818-photo-i845-sandra-2001-test-m-moire.jpg

Second test réalisé à l'aide de Sandra 2001 : le bench mémoire. Ici les résultats sont aux antipodes de ce que nous avons pu observer précédemment et l'i845 prend ce que l'on appellerait en langage sportif une "claque". La SDRAM place nos trois configurations certes au même niveau, mais c'est surtout par l'écart qui les sépare du i850 qui est impressionnant : une baisse de près de 70% ! Vous noterez au passage que le KT266A de VIA pourtant épaulé par un "simple" Athlon 1.3GHz dépasse ici le i845 grâce à l'emploi de DDR PC2100.

01DE000000050819-photo-i845-tests-d-encodage-gogomp3-flaskmpeg.jpg

Les encodeurs MP3 ou DivX ont, lors des précédents tests, montrés à quel point le Pentium 4 était optimisé dans le traitement de données multimédias. Nous allons maintenant voir si ces gains de performances étaient simplement due à l'élargissement de la bande passante ou à une réelle optimisation et si un écart existe bel et bien entre i845 et i850, il faut préciser que celui-ci est assez faible. De ce fait, il permet encore au Pentium 4 1.9GHz de devancer un Athlon 1.33GHz.

01DE000000050820-photo-i845-tests-jeux-3d-mark2001-quake3.jpg

Enfin voici venir le test qui préoccupe tous les joueurs, le fameux couple Quake3 / 3D Mark 2001 pour voir l'influence de la mémoire dans le comportement du Pentium 4 face à nos jeux Direct3D ou OpenGL. Passons rapidement sur la Lobby Scene (640x480x16) de 3D Mark 2001 qui ne met pas en évidence une baisse suffisamment significative des performances, pour s'attarder sur les résultats obtenus avec Quake3 en 640x480x16 pour ne pas être limité par la carte graphique. Le constat est sans appel et associé à un i845 le Pentium 4 1.9GHz accuse une perte sèche de plus de 25%, le rendant moins performant qu'un Athlon 1.33GHz.

La SDRAM n'est visiblement pas une bonne solution pour accompagner un Pentium 4. Ce processeur qui a déjà bien du mal à justifier son coût face à un Athlon, nécessite une bande-passante mémoire élevée. L'ancienne SDRAM n'est pas en mesure de la lui offrir et les performances s'effondrent donc fort logiquement dès que la mémoire est abondamment sollicitée comme c'est le cas sous Quake3.

Il n'est en revanche pas possible de mettre en évidence de manière aussi radicale la meilleure carte mère à base d'i845. Les performances se tiennent souvent dans un mouchoir et, paradoxalement, la plus efficace dans un domaine peut se retrouver à la peine ailleurs. Le modèle P4B d'Asus semble toutefois se détacher très légèrement, même si rien ne permet de la déclarer vraiment meilleure.

Overclocking

Le Pentium 4 est réputé pour la faible chaleur qu'il dégage ainsi que pour son contrôle thermique intégré chargé d'éviter les surchauffes. Voici deux qualités que les overclockeurs de tous poils apprécieront à leur juste valeur quand viendra le moment de booster un peu ce processeur.

00C8000000050837-photo-syst-me-de-refroidissement-d-un-pentium-4-mpga478.jpg
Deux des cartes mère dont nous disposions pour ce comparatif présentaient à ce titre la plupart des options nécessaire et leur configuration se fait le plus simplement du monde à travers le BIOS. Deux seulement car l'Asus P4B souffre vraiment de la comparaison avec ses concurrentes sur ce point. Si le coefficient multiplicateur applicable est le même pour toutes (entre 8x et 23x), si les fréquences de bus possibles sont pratiquement identiques (de 100MHz à 250MHz par pas de 1MHz) et si les options de voltage du processeur sont très proches (entre 1.1V et 1.850V par pas de 0.025V), la P4B ne permet rien d'autre avec le BIOS actuel.

Au contraire Soltek et Abit n'ont fait l'impasse sur rien et il sera possible de modifier aussi bien le voltage du processeur que celui de l'AGP (1.5V, 1.6V, 1.7V ou 1.8V) ou de la mémoire (3.3V, 3.4V, 3.5V ou 3.6V). Notez à ce propos que quelques Cartes Graphiques un peu anciennes pourraient rencontrer de graves problèmes avec le voltage de l'AGP 4X. En effet elles nécessitent du 3.3V alors que le port AGP ne leur donne que du 1.5V. Asus préfère en tout cas mettre en garde ses éventuels clients ici.

Revenons à notre overclocking pour parler d'un petit problème du Pentium 4 directement lié à la sécurité choisie par Intel. Pour éviter que le processeur ne grille, un système de contrôle de la température a été implémenté et si la puce devient trop chaude, sa fréquence est automatiquement diminuée afin que tout rentre dans l'ordre. Dans de telles conditions, il est délicat de procéder à un overclocking mais au moins on est certain que rien ne sera endommagé. Il sera donc nécessaire d'être particulièrement attentif au système de refroidissement mis en place, sans quoi le processeur annulera de lui-même les quelques MegaHertz durement grappillés.

Le but de ce test n'était de toute façon pas de voir si le Pentium 4 était overcloclable mais plutôt si le système restait stable avec une augmentation de la fréquence du FSB. La moins douée à ce petit jeu était l'Asus mais les trois cartes se tiennent vraiment en très peu de points : la P4B a permit d'atteindre 113MHz, la SL-85 est restée stable jusqu'à 115MHz, un chiffre également atteint par la BL7 d'Abit. Ne perdons pas de vue que le processeur sera souvent un facteur limitant... Son coefficient multiplicateur est très élevé (19x pour notre 1.9GHz) et ne peut être modifié.

0099000000050836-photo-soltek-sl-85sd-le-redstorm.jpg
Pour finir nous parlerons d'un petit plus offert par la SL-85SD+ censé rendre l'overclocking plus facile : le Redstorm. Il s'agit d'un petit module consultable dans le BIOS et qui se propose de tester pour vous la fréquence maximale supportée par votre système. Bien qu'il ne m'ait donné que 113MHz comme maximum (contre 115MHz "manuellement"), cet outil simplifiera certainement la vie de nombreux adeptes un peu frileux de l'overclocking.


Conclusion

Voilà au moins une conclusion facile à faire et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle s'impose d'elle-même. Voir l'effondrement des performances consécutif à l'échange de la RAMBUS pour de la SDR est particulièrement impressionnant avec Quake3 mais on le ressent dans presque toutes les applications. Il est donc évident que de ce point de vue il est impossible de recommander ce chipset.

Maintenant il faut reconnaître l'excellente stabilité de l'ensemble, la qualité des pilotes fournis par Intel et le coût nettement moins élevé de la solution Pentium 4 / SDRAM. Malgré ces atouts, on ne voit cependant pas qui pourrait investir autant d'argent (un Pentium 4 est encore nettement plus cher qu'un Athlon) dans une configuration si peu performante.

Les aficionados d'Intel y trouveront sans doute leur compte, mais les autres préféreront certainement attendre l'arrivé du i845D (le nom devrait être i845 Step B) qui, par le support de la DDR, promet davantage !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Le forfait mobile Free passe de 70 à 90 Go pour seulement 9,99€ par mois
Windows 10X est reporté... indéfiniment
Quelle voiture électrique a la meilleure autonomie en 2021 ?
Samsung HW-Q900T : 300€ de réduction sur cette excellente barre de son
Notre sélection des meilleurs FPS solo, multijoueur et en coopération (2021)
Pour Luc Julia,
Bouygues renouvelle ses forfaits mobiles B&You avec des prix (vraiment) cassés 🔥
Les meilleures applications de sport pour garder la forme en toutes circonstances
Final Fantasy VII Remake Intergrade restera exclusif à la PS5 pendant au moins 6 mois
Avis Free Mobile : les forfaits Free sont-ils toujours le meilleur rapport qualité / prix du marché ?
Haut de page