Independence War 2 : Edge Of Chaos

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
07 septembre 2001 à 14h12
0
00F0000000050024-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
Particle Systems revient à la charge avec cette suite au succès d'estime de l'été 1998 qu'a été I-War. En effet malgré de bonnes critiques, ce jeu fut boudé par le public du fait d'une grande linéarité et surtout d'une interface finalement peu conviviale et par trop destinée à des joueurs expérimentés. Toujours distribués par Infogrames, les petits gars n'ont pas baissé les bras pour autant. En gardant un concept identique, ils se sont remis à l'ouvrage afin de nous concocter cette suite censée éliminer les défauts du précédent opus.

The return of the Independance War...

Sous-titré Edge Of Chaos, cet I-War 2 se déroule une centaine d'années après le conflit relaté dans I-War. L'introduction commence alors que Cal Johnston (votre futur meilleur ami) aide son père, mineur d'astéroïdes. Par un minutage hautement improbable celui-ci parvient à éloigner notre héros juste avant qu'un gangster notoire ne l'envoie au paradis des mineurs pour une sombre histoire d'impayés.

00F0000000050025-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050026-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050027-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg

La superbe séquence d'introduction

Cette séquence très réussie permet de se retrouver au commande d'un petit engin avec pour seul compagnon, le dernier du défunt paternel : un hologramme de Jefferson Clay. Sorte de guide pour le malheureux Cal Johnston, il est surtout le moyen trouvé par Particle System d'intégrer un didacticiel de manière discrète : c'est lui qui conduira le joueur au travers des toutes premières missions et qui lui permettra de se familiariser avec les (nombreuses) commandes.

00F0000000050033-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
Le classique parcours d'entraînement avec anneaux et cibles est de la partie et rappellera certainement de nostalgiques souvenirs aux pilotes de X-Wing. Bien conçu et indispensable aux "bleus" de la simulation spatiale, on regrettera tout de même que les habitués du premier volet soit contraint de se taper toute la (longue) séquence d'entraînement. D'autant que les principes de navigation, finalement pas si complexes, ne demandent pas des heures d'apprentissage. Après ces quelques hors d'œuvre, commence le jeu proprement dit. Vous retrouvez la base secrète de cette bonne vieille grand maman qui par chance y a laissé un bon petit vaisseau qui vous rendra de fiers services : le Cormoran. Bon d'accord le nom n'est pas à proprement parler impressionnant mais c'est un bon engin qui vous permettra de vous faire les dents sur plusieurs missions simples (jouer les coursiers, descendre quelques malotrus...). Juste le temps en fait de vous attirer beaucoup d'ennuis et de vous retrouver dans une situation bien délicate... Mais surtout juste le temps de contempler davantage les prouesses techniques de Particle System.

Techniquement probant...

00F0000000050031-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
Dès les premières secondes de jeu, on voit que les gars de Particle Systems n'ont pas perdu leurs bonnes habitudes. I-War figurait déjà parmi les plus beaux jeux spatiaux disponibles sur PC (malgré son moteur software) et avec l'extension Defiance on était même passés au Glide pour une rendu encore amélioré. Maintenant c'est avec un joli moteur Direct 3D qu'il faut compter pour représenter l'immensité de l'univers.

00F0000000050032-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
Et que l'univers est beau dans un jeu vidéo ! Pour peu que vous disposiez d'une machine relativement puissante (P3 500 et petite GeForce) vous pourrez sans problème faire tourner le bestiaux en 1024x768 avec les détails au maximum et les couleurs en 32 bits. Si vraiment la fluidité ne vous convenait pas, vous pourriez jouer quelque peu sur ces détails pour gagner de précieuses images par seconde. La réalisation graphique est vraiment au poil. Les fonds stellaires avec leurs myriades d'étoiles donnent une certaine consistance à vos pérégrinations spatiales. La plupart des effets de lumières sont éblouissants et les combats n'en manquent vraiment pas. Si les vaisseaux bougent bien et impressionnent par leur taille, on pourra tout de même leur reprocher un relatif manque de détail et des textures trop sommaires.

00F0000000050028-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050029-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050030-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg

« Dans l'espace, la guerre est sublime » (cf. San Ku Kaï)

Les musiques d'ambiance sont globalement très agréables et seules celles des combats s'avèrent parfois lassantes. Les bruitages sont excellents et ponctuent parfaitement les différentes actions de jeu, ce qui n'est hélas pas le cas des voix. Le jeu est, comme d'habitude chez Infogrames, entièrement en français, mais il aurait été judicieux d'effectuer un meilleur doublage. Mise à part la voix-off (celle qui double Kevin Costner ou Alec Baldwin), les différents protagonistes du jeu sont vraiment pénibles à écouter et nous font vraiment regretter les doublages américains le plus souvent bien meilleurs.

Et on y fait quoi dans l'Univers ?

0096000000050041-photo-edge-of-chaos-ca-c-est-vous.jpg
Après ces quelques lignes « techniques » nous revenons à ce bon vieux Cal Johnston, que nous avons laissé à 12 ans aux commandes d'un Cormoran. En fait nous n'aurons pas le temps de lui expliquer la puberté et ce genre de choses qu'il devra apprendre en prison (gasp !) puisqu'il se fait arrêter par l'assassin même de son aïeul sous prétexte de ne pas avoir payer les droits de succession... Le futur n'a finalement pas grand-chose de différent avec notre époque ! La peine est lourde : 100 ans de bagne intersidéral ! Fort heureusement pour lui, pour le jeu et donc pour nous, il n'en fait pas la moitié et réussi à s'évader après simplement 15 ans. Le temps de devenir un type costaud et revanchard aidé par des compagnons de peine qui le suivront et l'épauleront pendant le reste de l'aventure. Chacun d'eux a sa spécialité et permettra d'alléger la tâche du joueur en occupant des fonctions bien précises : Azraelle et Lori sont des combattantes et contrôleront les tourelles de vos vaisseaux, Lemuel est le mécano et Jafs se chargera de récupérer les marchandises.

0258000000050045-photo-edge-of-chaos-les-personnages.jpg

Cet équipage ne sera pas de trop pour vous laisser vous occuper du commandement, en particulier de la navigation et du choix des objectifs. En effet Edge Of Chaos présente une trame de jeu non-linéaire qui devrait convenir à tout les styles de joueurs. Il est possible de suivre à la lettre un scénario classique et scripté avec des points de rendez-vous, des objectifs précis et des combats prévus à l'avance. Mais il est également possible de n'en faire qu'à sa tête et de visiter davantage l'immense univers qui nous est offert.

00F0000000050037-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050038-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050039-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg

Trois des vaisseaux proposés dans le jeu

Le joueur pourra très bien se rendre en n'importe quel point du monde de jeu, arpenter les 12 systèmes qui lui sont offerts pour mettre à profit ses talents de combattant, de commercial ou de récupérateur. Jouer les pirates de l'espace est donc tout à fait possible sans ce soucier le moins du monde du scénario qui constituera toujours une sorte de bouée de secours pour ceux qui ne saurait pas trop quoi faire.

Un parfum d'Elite

00F0000000049678-photo-elite-2-frontier.jpg
Cette liberté d'action fera certainement penser les plus anciens d'entre-vous au vénérable Elite (ou à ses suites). Créé par David Braben et Ian Bell, ce titre est sans aucun doute le jeu le plus gigantesque jamais fait sur ordinateur et la liberté qu'il donnait au joueur n'a jamais été égalée dans quelque soft que ce soit. Il était possible de se procurer de nombreux vaisseaux et équipements différents, certains apparaissant même au cours du jeu. Différents « métiers » étaient accessibles (contrebandier, pirate, mercenaire, transporteur, photographe...) et jamais deux parties ne se ressemblaient. Si I-War 2 propose une grande liberté d'action, il ne faut toutefois pas se laisser tromper, nous sommes tout de même loin d'Elite. C'est déjà sympathique mais nous ne pouvons piloter que 4 vaisseaux différents et l'équipement offert reste bien léger. De la même manière s'il est possible de s'éloigner énormément du scénario de base, le but du jeu reste quand même cette trame et au bout d'un moment on sent bien qu'il faut s'y raccrocher sous peine de tourner en rond.

00F0000000050042-photo-edge-of-chaos-un-jeu-de-toute-beaut.jpg
Cela ne vient pas ternir le plaisir de jeu mais il ne faut pas espérer retrouver les joies d'un Frontier ou d'un First Encounters (les suites d'Elite). Il s'agit d'I-War 2 et non d'Elite 4. A ce titre il apporte d'ailleurs de nombreuses améliorations sur le modèle de jeu du mythique Elite. On l'a déjà dit la réalisation est excellente mais il faut aussi parler du moteur physique qui vient renforcer ce qu'avait déjà mis en place David Braben. Avec I-War 2 nous sommes effectivement très loin des Wing Commander ou des X-Wing et les vaisseaux ne se pilotent pas comme des F-16 de l'espace. Il faut tenir compte de l'absence de frottements (il n'y a pas d'atmosphère dans l'espace) et de la très forte inertie qui en résulte. Les vaisseaux ont un comportement qui semble très réaliste (c'est mon expérience d'astronaute qui parle) et les combats sont vraiment très originaux par rapport à ce que l'on a l'habitude de voir.

00F0000000050034-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050035-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg
00F0000000050036-photo-independence-war-2-edge-of-chaos.jpg

Des vaisseaux pas toujours simples à maîtriser

Les mouvements sont très particuliers et nécessitent une parfaite maîtrise de sa vitesse. La taille des vaisseaux est également un point non négligeable : deux petits chasseurs qui s'affrontent, ne le font pas de la même manière qu'une corvette de plusieurs mètres en approche d'un cargo de quelques 5.000.000 de tonnes ! Cette diversité des situations est un réel bonheur pour le joueur largement plus intéressante que les assauts finalement bien ternes d'un Starlancer. On pourra toutefois formuler 3 reproches à l'encontre d'I-War 2. Tout d'abord une certaine complexité dans son interface, avec des commandes un peu trop nombreuses et surtout un HUD (système de gestion des commandes du vaisseau) certes réussi graphiquement mais dotés de trop de sous-menus. Un mode multijoueurs sympathique mais hélas peu développé (espérons que le côté « ouvert » du jeu permette à des amateurs de s'éclater !). Enfin, un ultime défaut pour conclure ce test : il n'est possible de sauvegarder que dans la base... C'est simplement une habitude à prendre mais on ne comprend pas le pourquoi d'une telle limitation.
00F0000000050044-photo-edge-of-chaos-du-solide.jpg

Conclusion

Après les méventes d'I-War premier du nom, Particle se devait de réagir ou être contraint à laisser de côté la simulation spatiale. On peut dire que c'est chose fait avec cet Edge Of Chaos. Bien sûr le titre n'est pas exempt de défauts et la plupart des joueurs auront à lui reprocher tel ou tel élément. Mais ces défauts sont le plus souvent minimes et l'ensemble du soft est une grande réussite. La relative liberté d'action d'un côté et l'aspect scripté devrait convaincre un grand nombre de joueurs et seuls les allergiques aux vides intersidéraux pourraient ne pas y trouver leur compte. Notons toutefois que le rapprochement avec le mythique Elite fait par beaucoup de gens est largement exagéré et les fans du titre de David Braben ne doivent pas s'y méprendre : I-War 2 est excellent mais n'a rien à voir avec Elite 4. Remercions donc Particle System et Infogrames pour ce soft beau, prenant et franchement accessible au vue de ses innombrables possibilités... À essayer d'urgence !

Independance War 2 : Edge Of Chaos

6

Les plus

  • Grande liberté d'action
  • Excellente durée de vie
  • Aventure intéressante
  • Réalisation de toute beauté

Les moins

  • Interface perfectibe
  • Sauvegardes limitées
  • Multijoueurs inintéressant

Note globale8

Réalisation8

Prise en main8

Durée de vie8

Nerces

Spécialiste Hardware et Gaming

Spécialiste Hardware et Gaming

Tombé dans le jeu vidéo à une époque où il fallait une belle imagination pour voir ici un match de foot, là un combat de tanks dans ces quelques barres représentées à l'écran, j'ai suivi toutes les év...

Lire d'autres articles

Tombé dans le jeu vidéo à une époque où il fallait une belle imagination pour voir ici un match de foot, là un combat de tanks dans ces quelques barres représentées à l'écran, j'ai suivi toutes les évolutions depuis quarante ans. Fidèle du PC, mais adepte de tous les genres, je n'ai du mal qu'avec les JRPG. Sinon, de la stratégie tour par tour la plus aride au FPS le plus spectaculaire en passant par les simulations sportives ou les jeux musicaux, je me fais à tout... avec une préférence pour la gestion et les jeux combinant plusieurs styles. Mon panthéon du jeu vidéo se composerait de trois séries : Elite, Civilization et Max Payne.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page

Sur le même sujet