Sacrifice

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
08 janvier 2001 à 13h34
0
0050000000055962-photo-s-lection-clubic-80.jpg
Sacrifice est certainement l'un des titres les plus surprenants de ces derniers mois, alors que nous venons à peine de nous remettre de l'avalanche de jeux d'action, ça fait du bien de trouver un peu d'originalité pour commencer l'année !

Un jeu Shiny Entertainment

Résumer Sacrifice peut sembler assez simple : jeu de stratégie en temps réel matiné de séquences d'action. S'arrêter à ce constat serait pourtant faire injure au travail des développeurs qui se sont vraiment creusé la tête pour renouveller un peu le genre du RTS (Realtime Strategy - Stratégie Temps Réel).

Lorsque l'on sait que c'est Shiny Entertainement qui est derrière Sacrifice, on comprend mieux pourquoi ce jeu est original : ils ne font jamais rien comme tout le monde. Effectivement, on peut ne pas les aimer mais une chose est sûre, chaque genre qu'ils abordent n'est plus tout à fait le même une fois leur forfait accompli (Earthworm Jim, Messiah...).

Il ne faut cependant pas trop en demander et les histoires narées pas les jeux Shiny sont souvent basiques, mais là n'est pas le plus important. Afin de se mettre dans le bain, voici tout de même le scénario qui sert de prétexte à Sacrifice.


Cliquez sur les images pour agrandir

L'ensemble du jeu n'est qu'un grand FlashBack puisque vous jouez le rôle d'un magicien qui raconte son histoire à une sorte de sage. Arrivé on ne sait comment sur un monde qui lui est étranger, votre personnage sert les dieux de ce monde. Ces dieux (au nombre de cinq) se querellent du fait de l'arrivée d'un certain "prophète". Ils vous donnent alors des missions à accomplir et selon le maître que vous avez choisi les sorts disponibles et les créatures à votre service ne seront pas les mêmes. Ces missions, assez variées, sont au nombre de 10 mais sachez que selon le dieu choisi elles seront différentes et comme vous pouvez changer de maître entre chaque, le jeu peut être refait un grand nombre de fois.



Interface simplissime, prise en main immédiate

Comme dans les jeux précédemment cités (ou encore MDK), la patte Shiny est tout à fait reconnaissable, tant dans les graphismes que dans l'interface. Sacrifice est avant tout un jeu de stratégie temps réel, pourtant au contraire de titres comme Age Of Kings, l'interface est minimaliste. Il suffit de jeter un oeil aux copies d'écran pour s'en rendre compte. Vous n'avez en tout et pour tout que 4 éléments sur l'écran. Une portion dédiée au contrôle des unités, une autre pour la gestion de vos sorts (n'oubliez pas que vous jouez un magicien), une troisième pour vérifier votre vie et votre mana et une dernière pour afficher la carte stratégique.

Résumé en quelques lignes les possibilités qui vous sont offertes n'est pas chose aisée. Essayons malgré tout d'être concis : pour mener à bien les missions qui vous sont confiées, vous pourrez compter sur votre magicien bien sûr, mais comme il ne tient pas la route en cas de combat et qu'un simple bébé dragon aura tôt fait de le piétiner, vous pourrez compter sur un grand nombre de créatures à invoquer.

Au contraire des ténors du genre, ici point de minerai à récolter, les ressources s'appellent Mana et Ames. Avoir toujours plus de mana nécessite de créer des manaliths chargés de "capter" cette énergie à partir de sortes puits laissant échapper une fumée bleutée. En plus de ces "mines" de mana, il faudra des manahoars pour vous la transférer. Ce sont des créatures que vous avez invoquées, qui vous suivent partout (même sur le champs de bataille) et qui sont aussi efficaces qu'elles sont nombreuses.

L'autre élément vital, les âmes, se récupère sur les cadavres de vos ennemis (il faut alors user du sort de conversion) ou sur vos propres troupes décédées. Ces âmes vous serviront à engendrer les fameux manahoars, ainsi que de nouvelles créatures pour vous aider dans les combats. Comme le nombre d'âmes est limité, il faudra trouver l'équilibre qui vous permettra de vous imposer.

Voilà pour le principe de fonctionnement du jeu. Bien sûr plus vous avancerez dans le jeu, et plus vous aurez de sorts et d'unités différents. Bien sûr plus les sorts sont puissants, plus ils consomment de mana. Et bien sûr les ennemis ne vous laisseront pas faire aussi facilement.

Si vous n'avez rien compris, sachez enfin que Sacrifice dispose d'un des meilleurs didacticiels qu'il m'ait été donné de voir dans un jeu de ce type. Il est aussi efficace que celui d'Age Of Kings pour guider le néophyte, et moins prise de tête pour le joueur occasionnel.


Cliquez sur les images pour agrandir

Ce didacticiel vous permet de vous familiariser avec l'interface du soft, qui est originale à plus d'un titre. Vous n'avez aucune icône à votre disposition et tout ce gère à la souris. Le clic gauche servant à sélectionner et actionner telle ou telle unité, alors que le clique droit donne accès aux différentes commandes par une arborescence de menus très bien conçue.

Enfin, tout au long des missions un familier (une espèce de moucheron immortel) vous accompagne et suit vos déplacement pour vous donner des conseils ou faire des commentaires sur la situation.

Une réalisation impeccable

De ce point de vue là non plus, il n'y a pas grand chose à redire. L'équipe de développement a réalisé un travail remarquable et je ne suis pas loin de dire que Sacrifice est le plus beau jeu de stratégie du moment.

La qualité graphique est renversante. Le jeu utilise le T&L du GeForce et cela se sent. Les décors brillent de milles feux et les effets de lumières de vos sorts sont superbes. Les créatures imaginées par les développeurs ont toujours ce look si particulier ("allongées"... "effilées" enfin un peu comme dans MDK) et les textures sont très réussies. Ainsi, même lorsque votre personnage est très près d'un mur ou d'un objet, la pixellisation ne se fait pas trop sentir.

Les sons ne sont pas en reste et vos périgrinations sont toujours soutenues par une musique adéquate. Les voix (anglaises, mais sous-titrées) sont très agréables et participent beaucoup à l'ambience générale (celle du narrateur est la même que dans Diablo 2). Chacune des créatures émet son propre son : tantôt une jolie voix, très claire, tantôt un barissement ou un mugissement, on ne sait pas trop. Enfin, les bruitages sont plus discrets mais ne jurent pas et savent renforcer l'action quand le besoin se fait sentir.

Les options permettant de régler tout cela sont très nombreuses. Le son est particulièrement bien loti et on peut tout paramétrer (nombre d'enceintes, son 3D, échantillonage...). Le jeu ne semble pas utiliser l'Open GL (chose rare pour un titre Shiny) mais exclusivement Direct 3D. Il est possible de choisir parmi toute une palette de résolutions en 16 ou 32 bits. vous pouvez également régler certains niveaux de détails pour que votre machine ne rame pas trop...


Cliquez sur les images pour agrandir

Pas trop ? Oui, car encore une fois, le jeu est plutôt gourmand. Rien de dramatique mais pour profiter de la qualité visuelle dont je parle et pour avoir le même résultat que sur les copies d'écran, il vaut mieux prévoir un processeur à 600MHz épaulé par une GeForce ou une Radeon. Les autres pourront toutefois trouver des réglages qui rendent encore honneur au programme s'ils possèdent au moins un 400MHz, 128Mo et une carte graphique 16Mo (on peut jouer avec encore moins, mais la qualité visuelle en prend vraiment un coup).


Un sans-faute ?

C'est vrai qu'à ne faire que des éloges on pourrait croire que Sacrifice est exempt de défauts. Le jeu que tout les fans attendaient comme l'enfant prodige. Hélas ce n'est pas le cas. Désolé de briser vos rêves les plus fous, mais Sacrifice n'est pas le jeu parfait et plusieurs petites critiques viennent entâcher le magnifique tableau que je dépeignait...

La plus importante concerne la conception même du jeu. Vous voyez votre personnage de dos et le dirigez à la manière d'un Tomb Raider. Aussi jolie soit-elle, il ne me semble pas que ce genre de représentation soit le plus approprié pour un tel titre. En effet, pour déplacer vos troupes vous avez besoin d'un large champ de vision, et la vue de dessus reste ce qu'on a fait de mieux pour le moment. Votre personnage (ou ces satanés manahoars qui le suivent partout) peut parfois vous gêner pour mettre en place une offensive et vous vous retrouverez souvent à scruter la mini-carte pour trouver vos unités et les déplacer... Même si celle-ci est dôtée d'un zoom, ce n'est pas ce qu'il y a de plus pratique.


Cliquez sur les images pour agrandir

L'autre point délicat de Sacrifice concerne l'aspect multi-joueurs. Les développeurs ont essayé de varier les choses en créant plusieurs modes de jeux (collecte d'âmes, massacre) mais je crois que ceux-ci ne passionneront pas les foules. Reste alors le classique affrontement avec des humains ou des ordinateurs (skirmish).

Le problème vient à mon avis du principe de gestion des âmes. Il ne m'a pas été possible de tester abondamment le réseau mais il me semble que le fait de devoir conquérir des âmes sur l'adversaire pour disposer d'une plus grande puissance, conduit tout naturellement à un certain attentisme de la part des joueurs. En effet pourquoi se précipiter chez l'adversaire alors qu'il sera plus dur d'y conserver les âmes de ses troupes tombées au combat ? Je crains donc un jeu beaucoup plus lent que la partie solo ne le laissait paraître d'autant que la limite de 4 joueurs ne permettra pas d'introduire de réelles alliances. Je ne suis pas certain de ce que j'avance et l'avenir nous dira si Sacrifice est finalement bien équipé pour le réseau.


Conclusion

Ce n'est pas parce qu'on termine sur les défauts d'un programme que celui-ci est forcément mauvais. La preuve est faite avec le Sacrifice qu'a consenti Shiny Entertainement (je ne pouvais pas la rater tout de même).

Le jeu est simplement excellent. Novateur, très réussi techniquement et dotée d'une interface remarquable, il a su me convaincre. La partie solo m'a vraiment enchanté et malgré les réserves que j'ai pu formuler sur la représentation (on s'y fait) ou sur le mode réseau, je pense vraiment que Sacrifice a de sérieux atouts à faire valoir. Si un jeu de stratégie qui sort de l'ordinaire vous intéresse, foncez !

Graphismes : 18/20
Sons/Musiques : 17/20
Intérêt : 18/20
Durée de vie : 4-5 semaines (joueur confirmé)
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Lancement du Duron 850
Dernières nouvelles sur la mémoire DDR
Nouveaux kits d'enceintes Altec-Lansing
Epox 8KTA3 (VIA KT133A) disponible en France
Chipset VIA Apollo Pro266S
Palm veut transformer ses terminaux en porte monnaie
Tiscali prend le contrôle de Libertysurf
450.000 mobinautes chez Itineris ?
AdKnowledge confirme que la pub ne se limite pas au clic
450.000 mobinautes chez Itineris ?
Haut de page