Project I.G.I.

Nerces Nerces sur Twitter Nerces sur Linkedin
Spécialiste Hardware et Gaming
19 décembre 2000 à 10h28
0
0071000000046880-photo-david-l-jones.jpg
C'est quand même incroyable le nombre de jeux d'action 3D vue subjective qui sortent à l'occasion de Noël. Bien sûr, les fans ne vont pas s'en plaindre, mais regardez tout de même depuis trois mois : Hitman, Gunman Chonicles, No One Lives Forever, Rune, Heavy Metal, Deus Ex, Elite Force... Avouez que c'est impressionnant ! Au moins cette année les éditeurs ont fait preuve d'un peu plus d'originalité et les titres qui se suivent ne se ressemblent pas tous !


Project, il gît ?

Le petit dernier d'Eidos, se nomme Project IGI. Sous ce sigle barbare se cache l'acronyme de I'm Going In, ce qui signifie à peu de choses près : poussez-vous les gars, j'y vais ! En l'occurrence le je c'est David L. Jones, un ex-agent du SAS (troupes d'élite de l'armée britannique) recruté pour contrecarrer les plans d'un colonel russe devenu suffisamment mégalo pour voler une ogive nucléaire.

00FA000000046881-photo-en-fuite-vers-la-fronti-re.jpg
Evidement c'est à vous qu'il incombe d'endosser le costume fort seyant de David Jones. Pour mener à bien votre entreprise vous aurez à accomplir différentes missions (14 en tout) qui pourront aller du simple massacre de soldats, à l'extraction de civil, en passant par quelques sabotages. Dans l'ensemble assez classiques, elles sont néanmoins variées et réussissent brillamment à ne pas être répétitives.

Toute la différence avec les classiques du genre, c'est que Project IGI contraint le joueur à une certaine réflexion pour arriver à ses fins. Foncer droit devant en essayant de dégommer tout le monde se soldant invariablement par un échec cuisant !

Il faudra donc grâce aux informations données en début de mission et en utilisant votre système de surveillance satellite (vraiment très sympa !), trouver le meilleur chemin pour remplir les objectifs.


Un moteur supersonique !

Aussi surprenant que cela puisse paraître le moteur qui a servi à élaborer Project IGI est celui de Joint Strike Fighter (le Realscape System pour être précis). Oui, oui, le simulateur de vol ! Cette idée pour le moins originale, n'est vraiment pas bête et le résultat est très convaincant.

Les décors sont extrêmement réussis et évitent, pour une fois, au joueur claustrophobe de trop souffrir. Jamais dans un jeu de ce genre, la profondeur de champ n'aura été aussi grande et c'est un vrai bonheur que de crapahuter dans les collines pour contourner un ennemi trop lourdement équipé !

0096000000046882-photo-position-vuln-rable.jpg
0096000000046883-photo-le-plaisir-du-sniper.jpg
0096000000046884-photo-assaut-de-la-gare-de-triage.jpg

Cliquez sur les images pour les agrandir

Chaque médaille ayant son revers, les textures ne sont pas aussi détaillées que dans d'autres titres et dès que l'on s'en approche un peu trop, les jolis dessins ont rapidement tendance à se changer en véritable bouillie de pixels !

En plus de cela le jeu est assez lourd et un processeur à plus de 500MHz aidé par une GeForce ne sera pas du luxe pour conserver un affichage en 1024x768 32bits. Ce défaut est d'autant plus gênant qu'il est presque indispensable d'avoir un haut niveau de détails pour cibler correctement les ennemis. Pour vous donner une idée de la gourmandise du moteur, avec une TNT2 M64, il m'a été impossible de dépasser le 800x600 16bits sans perdre une bonne partie de la fluidité. Le jeu reste toujours jouable mais on y perd pas mal !

Pas de sauvegarde ?

0096000000046893-photo-on-se-fait-la-grille.jpg
Après Hitman voici encore un jeu qui ne permet pas au joueur de sauvegarder quand il le souhaite. D'autant qu'ici aucun patch n'est prévu (pour le moment) pour corriger cela.

Ne soyons pas trop prompt à condamner les gars de chez Innerloop pour cela. En effet le principe du jeu souffrirait beaucoup que le joueur puisse sauver tout le temps. Il suffirait de recommencer chaque petite séquence tant que l'on a pas obtenu le résultat que l'on souhaite. La durée de vie du titre serait sérieusement écourtée mais surtout reconnaissons que ce ne serait pas dans l'esprit du jeu.

D'autant que même lorsque l'on perd à la toute fin de la mission, on a envie de la recommencer. Ceci pour une raison bien simple, c'est qu'ici contrairement à Hitman (encore lui !), il existe plusieurs moyens pour remplir les objectifs. Les actions ne sont pas aussi précises et réalistes mais laisse au joueur une liberté de mouvement bien supérieure.

0096000000046890-photo-on-s-en-va-d-j.jpg
0096000000046891-photo-dire-qu-il-ne-se-doute-de-rien.jpg
0096000000046892-photo-moi-je-vais-voler-un-su27.jpg

Cliquez sur les images pour les agrandir

Pour accomplir les missions vous aurez à votre disposition tout un arsenal offrant différentes solutions. Les armes sont très détaillées et les effets on ne peut plus réalistes. La puissance et la portée de deux mitraillettes seront ainsi très différentes et il faudra apprendre à bien les connaître...


Un sans-faute ?

0096000000046885-photo-mort-une-fois-de-plus.jpg
Hélas non ! Comme pratiquement tout les jeux, celui-ci a aussi ses défauts et ils ne sont pas à négliger. Nous avons déjà mentionné la lourdeur du moteur qui élimine les petites configurations.

Mais il y a d'autres problèmes, il faut, par exemple, parler de la difficulté qui est, à mon avis, trop élevée pour nombre de joueurs. Si on y ajoute l'impossibilité de sauvegarder, il est certain que beaucoup n'auront pas envie de s'accrocher pour arriver au bout.

Le point le plus négligé dans la conception de Project IGI est sans conteste l'intelligence artificielle. Les réactions des soldats sont sans doute gérées par des scripts (un peu comme les marines de Half Life). Mais dès que l'on sort un peu de ce qui a été prévu, de grosses invraisemblances surviennent. Il faut voir le garde passer sur le cadavre de son collègue sans sourciller ou alors la sentinelle ne pas chercher à savoir d'où viennent les balles qui lui sifflent aux oreilles lorsque je rate ma cible avec un sniper !

Pire encore, dans la seconde mission vous devez faire exploser toute une batterie de SAM. Votre personnage traverse le site en conduisant un camion (volé) et personne ne dis rien. En revanche dès que vous en sortez tout les gardes mitraillent ?!? Un peu bizarre, non ?

Cela n'empêche pas le jeu de fonctionner mais fait quand même désordre et torpille cette volonté de réalisme que les auteurs ont tenté de faire passer !

0096000000046888-photo-un-outil-indispensable-la-console.jpg
0096000000046886-photo-un-sam-a-explose-bien.jpg
0096000000046887-photo-on-m-aurait-menti.jpg

Cliquez sur les images pour les agrandir

Enfin Project IGI ne comporte pas de mode multijoueurs. Il est vrai que ce n'est pas indispensable mais c'est un plus que presque tout les jeux d'aujourd'hui proposent.


Donc...

Il est plus que temps de conclure sur ce Project IGI, et malgré les réserves que je viens d'émettre je conseille vivement ce jeu ! Il n'est pas le plus original et la difficulté est élevée mais on passe vraiment un très bon moment. Après chaque échec on a envie de recommencer et même en cas de réussite on veut parfois essayer une autre technique. Du tout bon !

Graphismes : 17/20
Sons/Musiques : 15/20
Intérêt : 16/20
15 jours - 2 mois (pour le néophytes persévérants)
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Un Pentium III 1 Ghz dans la X-BOX ?
3Dfx : Interview Luciano Alibrandi
France Télécom lance un pack ADSL
Rapport d'incidents de virus
Chipset NVIDIA Crush retardé ?
Le site de Motor City est en ligne
Voodoo 5 : admirer le Motion Blur dans Quake 3
BouygTel recherche 40 milliards...
BouygTel recherche 40 milliards...
Alliance Ericsson, Phonevalley, et VCF pour l'UMTS
Haut de page