Crimson skies

05 octobre 2000 à 13h29
0

Mise en situation

00C8000000046163-photo-crimson-skies-intro.jpg
L’action de Crimson Skies se passe en 1937 dans un passé anachronique. Un guerre fait rage aux Etats Unis et les réseaux de transports classiques sont devenus inutilisable, seule la voie aérienne permet des échanges entre les états. Le ballon dirigeable est devenu le poids lourd des cieux et les pirates volants font la loi.

Vous (Nathan Zackery) êtes dans la peau d’un de ces pirates qui propose ses services aux plus offrants et devrez à travers 24 missions vous forger un nom dans ce monde de flibuste.

Le slogan du jeu : « The planes are faster, the engines are bigger, the guns are more powerful, and the women more beautiful » donne tout de suite le tempo: Le fun avant tout!

Scénario et ambiance

0096000000046164-photo-crimson-skies-film-d-poque.jpg
Coté scénario, les développeurs ont fait un gros effort en recréant complètement une époque. Lorsqu’on jette un coup d’œil au site officiel de Crimson skies, on a l’impression que le jeu est tiré d’un roman avec ses personnages clés, ses histoires, ses rumeurs. Même le livret fourni avec le jeu est créé dans cet état d'esprit et ce qui dans un autre jeu aurait été une simple documentation ressemble ici à un recueil de dépêches et de documents techniques "d'époque".

012C000000046165-photo-crimson-skies-3d-dirigeable.jpg
Les pilotes ont une histoire et votre objectif est d’en créer une à votre personnage. C’est cet aspect scénéristique avancé qui donne tout le piquant au jeu. A cela s’ajoute une ambiance sonore « jazz d’époque » avec « In the mood » de Glenn Miller (entre autre) en fond sonore.

Le jeu

Crimson skies est un « simulateur de vol » très orienté arcade. Ici, le pilotage n’a pas été défini pour reproduire le comportement d’un quelconque avion réel mais plutôt pour permettre une prise en main rapide. Il est ainsi possible de passer dans un tunnel en frôlant les murs sans risquer une baisse de portance soudaine. Vous faites des vrilles et des looping quasiment moteurs coupés (idéal pour se mettre en approche d’un objectif).

Chaque mission est précédée d’un briefing dans lequel votre boss décrit la mission et ses points clés. Durant ce briefing et aussi par la suite pendant le jeu, l’ambiance est bon enfant, un peu à la manière des combats aériens de la série des têtes brulées. Les commentaires sur la mission(en anglais dans la pré-version utilisée lors du test) vont bon train de la part de vos collègues de vol.

012C000000046166-photo-crimson-skies-briefing.jpg
012C000000046167-photo-crimson-skies-choix-des-armes.jpg


Après le briefing, vous vous retrouvez directement aux commandes de votre machine volante (il n’y a pas de phase de décollage). Les cibles et lieux importants du terrain de jeu sont matérialisés par des pointeurs qui permettent de se remettre rapidement dans la bonne direction quand on a été dévié par une poursuite acharnée avec un avion ennemi. Un des boutons du joystick permet de « zapper » de cible en cible. Il suffit après avoir accroché un objectif de suivre la direction de la flêche pour le rejoindre (un vrai jeu d'arcade). Même en ayant fait le mauvais élève lors du briefing (« je suis trop pressé, je passe tout de suite à l’action »), on comprend rapidement le but de la mission en suivant les indications des pointeurs (suivre tel avion, détruire un pont, explorer une grotte...). On est guidé par les indications à l'écran et par les commentaires du "boss".
012C000000046168-photo-crimson-skies-poursuite.jpg
Pendant le jeu vos collègues de vols et vos ennemis (dans les autres avions) ponctuent l’action par phrases assassines ou enthousiastes. Le nombre de phrases différentes est assez important pour qu'on n'entende rarement deux fois la même.

Les missions sont variées et on commence lors de la première pour se familiariser avec l’appareil par une escadrille d’avions à descendre après avoir examiné quelques objectif pour continuer par la prise de contrôle d’un bombardier.

Les terrains de jeu sont également très diversifiés ce qui relance l’intérêt à chaque nouvelle mission. Vous serez ainsi amené à survoler Hollywood, Manhattan et l’océan Pacifique avec ses îles féeriques. Pour passer à la mission suivante, il faut impérativement terminer celle en cours. Il est toutefois possible d'accéder à tous les niveaux en mode entrainement.

Il y a une dixaines d'appareils différents à piloter, chacun avec une prise en main extrêmement rapide (oubliez le manuel de 300 page de flight simulator et prenez en main un bombardier en moins d’une minute). Il sera même possible au joueurs avancés de construire leurs propres avions en choisissant moteur, voilure, armement, protection, et couleurs.

La difficulté est bien dosée: Les objectifs principaux sont assez faciles à détruire car presque statiques (bombardiers, camions, batiments) par contre on a un peu (parfois beaucoup) plus de mal à régler leur compte aux avions ennemis.

012C000000046170-photo-crimson-skies-touch.jpg
012C000000046169-photo-crimson-skies-wanted-medusa.jpg


Graphiquement ca donne quoi ?

Les décors sont d’un bien meilleur niveau que ce qui se fait en matière de simulateur mais cela se ressent sur la config nécessaire pour faire tourner le jeu. Sans une carte graphique de dernière génération, il faudra faire des compromis importants sur la résolution et le niveau de détail. Sur une machine équipée d’un PIII 700 et d’une Riva TNT2, il faut pour pouvoir jouer confortablement passer en 640x480 et supprimer quelques effets. Aucuns soucis avec le même processeur et une GeForce 2 en 1024x768 tous les détails au maximum (ça aurait été le comble).
On note parfois des saccades fort désagreables dans l'animation (surement du à un manque de mémoire dans le transfert des textures).

Mode multi-joueurs

Outre le mode missions, Crimson Skies sera jouable jusqu'à 8 joueurs en réseau local ou sur Internet (entre autre par le biais de la plateforme de jeu Mircrosoft: Zone.com).

012C000000046171-photo-crimson-skies-en-vol.jpg
Trois modes de jeux multijoueurs sont présent avec :
- Le deathmatch : L’équipe qui abat le plus d’ennemis est déclarée vainqueur.
- Capture the flag : Chaque équipe doit atteindre le drapeau ennemi et le ramener dans son camp
- Protéger le dirigeable : Chaque équipe à le ballon dirigeable de l’autre équipe à descendre tout en protégeant le sien.
Nous n’avons pas pu tester ce mode de jeu lors de cette pré-version.

Conclusion

Crimson skies est très prometteur pour les joueurs qui comme moi sont attirés par les simulateurs mais préfèrent rentrer dans l’action le plus vite possible. L’ambiance sonore apporte énormément au coté « fun » du jeu et on se demande comment les développeurs vont s’en sortir avec la localisation française.

On espère aussi pour la version définitive quelques optimisations coté fluidité de l’animation, les quelques a-coup que l’on rencontre (parfois) au cours du jeu sont franchement désagréable et cassent l'ambiance (sauf sur une machine ultra-dimensionnée). Nous attendons la version française définitive avec impatience!

Avis définitif au vue de la version finale française

Les traductions aussi bien textuelles que sonores qu'apportent la version française de Crimson skies permettent de s'imisser encore plus dans l'univers du jeu et l'on prend beaucoup plus de plaisir à réussir une mission pour passer à la suivante: L'aspect scénaristique du jeu a été poussé et c'est un énorme point positif.

Les dialogues sonores qui donnent du piquant aux séquences de combats ont étés assez bien traduits même s'il manque une petite touche américaine difficile à décrire et que l'on appréciait dans les combats de la version US.

Au final on dira que Crimson skies ferra passer de nombreux bons moments... Jusqu'à ce que les 24 missions soient terminées! Ensuite, le combat aérien lui même n'étant pas particulièrement original, le jeu risque de perdre rapidement de l'intérêt (même en mode multi-joueurs).

Graphismes : 15/20
Ambiance sonore : 17/20
Intérêt : 18/20 (en mode mission) - 14/20 (en mode multi-joueurs)
Durée de vie : 1 mois (hardcore gamer) - 2 mois (joueur moyen)
Modifié le 19/09/2018 à 16h43
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mangoosta: L'ADSL sans France Télécom
Nouveau graveur TEAC 12x/10x/32x
Nouveaux drivers Detonator officiels
GeForce 2 Pro et Ultra chez Hercules
Chipset DDR Intel début 2001 ?
Guillemot Game Theater XP bientôt chez vous
Wanadoo va lancer un portail haut débit en 2001
Jacques Chirac veut étendre le service universel au net et aux mobiles
F.DURAND et P.GIAMI : Real Networks et Cable & Wireless, unis dans le streaming
Jacques Chirac veut étendre le service universel au net et aux mobiles
Haut de page