Laval Virtual : la réalité virtuelle s'expose

Par
Le 21 avril 2008
 0

SAS Cube : pour entrer de plain-pied dans la réalité virtuelle

000000b401266220-photo-laval-virtual-sas-cube.jpg
Sans chercher à concurrencer le Futuroscope, certains dispositifs présents sur le salon Laval Virtual avaient pour vocation de permettre aux spectateurs d'entrer de plain-pied dans la réalité virtuelle. C'est notamment le cas du SAS Cube, une salle immersive de trois mètres d'arête conçue et développée par CLARTE (une plate-forme technologique en réalité virtuelle) avec l'aide de trois partenaires (BARCO, IRISA et ZA).

En-dehors des salons tels que Laval Virtual pour les besoins desquels il est démonté et transporté, le SAS Cube est présent à demeure à CLARTE et mis à disposition des entreprises pour leur permettre de bénéficier des avantages de la virtualisation sans avoir à réaliser des investissements hors de portée pour elles. Malgré son côté ludique, le SAS Cube a donc une vocation industrielle. Il permet en effet aux entreprises de faire du prototypage virtuel, ce qui se révèle précieux dans le cas de réalisations trop coûteuses pour permettre de procéder par essais et erreurs. C'est le cas notamment des avions et des bateaux pour lesquels il faut faire bon du premier coup de façon à éviter les coûts de reprise. Pour des projets industriels de ce type, le SAS Cube peut donc aller jusqu'à remplacer le prototypage traditionnel.

Comment est construit le SAS Cube ?

Le système est composé de quatre écrans qui servent d'espaces de projection pour quatre vidéoprojecteurs capables d'afficher de la stéréo active (ce qui permet d'avoir l'image en relief). Il est également équipé de quatre caméras situées à chacun des angles supérieurs et chargées de suivre la position des marqueurs présents sur les lunettes du joueur. L'installation est complétée par quatre PC haut de gamme équipés de cartes NVIDIA Quadro.

000000b401266216-photo-laval-virtual-sas-cube.jpg
000000b401266332-photo-laval-virtual-sas-cube.jpg
00b4000001266212-photo-laval-virtual-sas-cube.jpg

Le dispositif du SAS Cube fait notamment appel à 4 projecteurs et 4 caméras situées à chacun des angles de la structure et chargées de capturer la position des marqueurs


Les marqueurs présents sur les lunettes permettent à l'ordinateur de connaitre la position de l'utilisateur à l'intérieur du SAS et de calculer ainsi des images dont la perspective est correcte, ce qui est une démarche différente de celle du jeu vidéo où l'on est obligé de changer la perspective avec la souris. Quant au pistolet - et pour poursuivre l'analogie avec le jeu -, il est conçu pour permettre d'interagir avec la scène à la façon d'un joystick sans fil. Le dispositif fait enfin appel à un moteur de jeu (3D Virtools) qui dispose de modules de réalité virtuelle. Le SAS Cube emprunte donc largement à la technologie du jeu vidéo tout en y ajoutant des dispositifs qui permettent une meilleure immersion et une meilleure interaction.

Qui a commis un meurtre dans le SAS Cube ?

À l'occasion de notre passage dans le SAS Cube, nous avons pu expérimenter le simulateur virtuel d'investigation criminelle (SiVIC) conçu pour permettre l'analyse d'une scène de crime virtuelle. Place à la démonstration de ce scénario mis au point par des étudiants de l'ESCIN.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top