ATI Rage Fury Maxx

09 avril 2000 à 14h36
0
00C8000000043973-photo-ati-fury-maxx-chip-128-pro.jpg
Il y a quelques temps déja, ATI sortait une nouvelle génération de processeur 128 bit, le Rage 128 Pro. Celui-ci est l'évolution du bien vieux Rage 128 et ATI en a déja décliné toute une gamme de carte allant de l'entrée de gamme destinée particulièrement aux OEM jusqu'à la carte représentant le fleuron et destinée aux joueurs, la Rage Fury Maxx.
Le chip Rage 128 Pro reprend tout ce qui a fait le succés de son prédécesseur dont la décompression MPEG-2 100% hardware, cependant ATI lui a rajouté quelques fonctions 3D afin de coller un peu plus à l'actualité du monde 3D et notamment les nouvelles versions de DirectX.

C'est ainsi que l'on trouve maintenant le support de l'anisotropic filtering et le support du DXTC (DirectX Texture Compression) pour ce qui est des technologie les plus connues par la plupart d'entre nous. Le setup engine quand à lui a été doublé avec maintenant une performance de 8 millions de triangles par seconde contre 4 seulement au Rage 128.

Mais malgré ces améliorations, le Rage 128 Pro ne peut que rivaliser avec les TNT2, c'est pourquoi ATI a utilisé une technologie utilisant 2 chips graphiques et faisant augmenter les performances, l'AFR (Alternate Frame Rendering).

Pour ceux doutant encore de l'apport de la compression de texture, voici deux screenshots pris sur une démo technologique ATI. A gauche, sans compression de texture, à droite avec compression de texture.

012C000000043974-photo-ati-fury-maxx-sans-dxtc.jpg
012C000000043975-photo-ati-fury-maxx-dxtc.jpg



L'AFR permet donc à ATI d'offrir une carte avec de meilleures performances que les cartes n'utilisant qu'un seul chip. Ainsi le fillrate théorique est de 500MPixels par seconde alors que le GeForce 256 affiche lui un fillrate de 480MPixels par seconde. Cette technologie est nouvelle et complètement différente des technologies SLI utilisée par 3DFx avec sa 2 et le PGC de Metabyte.
Ici chaque chip aura un rôle différent et travaillera indépendamment et pendant que le premier effectuera le rendering d'une image, le deuxième chip s'occupera du rendering de l'image suivante.
Chaque chip se voit attribué 32 Mo de mémoire avec une fréquence de 143Mhz non utilisable par l'autre chip, ce qui en fait une "fausse" carte 64Mo. Le fait d'allouer 32Mo à chaque chip et non d'utiliser une mémoire partagée, évite l'apparition de problèmes tels que le tearing voir même une image saccadée.

Le pricipal défaut de l'AFR se situe justement dans le fait d'utiliser deux chips avec chacun leur mémoire dédiée car du coup les coûts de production en sont d'autant augmenter.

L'un des regrets de cette carte est l'absence de sortie TV.
ATI avait envisagé pour la fury Maxx le support du mode double écran, mais aussi de l'équiper de l'excellent chip Rage Theater mais finalement s'est contenté de ne garder qu'une simple sortie VGA. Ce fait décevra tous les utilisateurs de DVD et donc la décompression 100% hardware du MPEG-2 ne représente plus , dans ce cas, un avantage.L'AFR permet-il à la Rage Fury Maxx de rivaliser avec la carte du moment, la GeForce 256 avec mémoire DDR?

Pour les tests j'ai utilisé le matériel suivant :

Processeurs Intel Pentium III 733EB et Intel Celeron 400
Carte-mère MSI-6199VA
128Mo de mémoire SDRAM PC133
Disque dur 20,5Go Ultra ATA66 7200Trs/mn
Lecteur DVD Hitachi GD-5000

Pour les Cartes Graphiques :
ATI Rage Fury Maxx avec Drivers A6.32CD48
Elsa Erazor X² avec drivers NVIDIA 3.77


Direct 3D

Les tests ont été réalisés avec la timedemo d'Expendable avec la compression de textures activée.

01FF000000043969-photo-ati-fury-maxx-benchs-expendable.jpg


Les résultats ont de quoi bousculer quelques idées préconçues.
En effet, si sous Celeron 400 les cartes affichent des résultats à peu prés similaires, avec un Pentium III à 733Mhz, c'est la Fury Maxx qui domine le duel.
Donc au plus le processeur sera puissant, au plus l'ATI Rage Fury Maxx pourra s'esprimer pleinement, mais ces résultats sont aussi dû en partie à un pilote Direct3D mieux finalisé chez ATI.
Sous tous les benchmarks utilisés, cette différence se confirme ainsi qu'en utilisation courante, le seul cas où la GeForce 256 reprend le dessus c'est avec l'utilisation du T&L sous le logiciel Tirtanium 1.9. Mais vu le peu de jeu Direct 3D utilisant le T&L, l'ATI erste donc meilleure dans ce domaine.

OpenGL

Pour l'OpenGL, l'utilisation du mode timedemo de Quake III coule de source.
Les réglages ont été poussé à fond :
-Color Depth 32 bit. Pas de test en mode 16 bit, la plupart des cartes actuelles acceptant ce mode.
-Lighting Vertex pour Erazor X² et Lightmap pour ATI Rage Fury Maxx. Le choix du Vertex pour la GeForce 256 est simple, la carte le gère en hardware et pas l'ATI.
-Geometric Detail High
-Texture Detail au maximum
-Texture Quality 32 bit
-Texture Filter Trilinear

00043937-photo-elsa-erazor-x-q3-demo-1.jpg


00043938-photo-elsa-erazor-x-q3-demo-2.jpg


Ici on constate la faiblesse de l'ATI en OpenGL. Le T&L, mais aussi un pilote OpenGL se montrant relativment lent font que la Rage Fury Maxx se retrouve loin derrière la carte à base de GeForce 256, le couple Pentium III + Fury Maxx se révélant même moins performant que le couple Celeron + GeForce 256DDR.

Overclocking

Coté overclocking, malheureusement aucun logiciel ne permet de monter les fréquences de la Fury Maxx. Powerstrip est bien compatible avec le Rage 128 Pro mais ne fera qu'augmenter la fréquence d'un seul chip et de ses 32 Mo de mémoire alloués. Et overclocker un seul chip est inutile puisque le second chip étant à la traine, le chip overclocké aura toujours un temps d'attente. En essayant, j'ai même observé une légère erte de performances et même l'apparition de saccades.


Conclusion

012C000000043977-photo-ati-fury-maxx-logo-128-pro.jpg
Trés décriée lors de sa sortie, la Fury Maxx n'en reste pas moins une bonne carte montrant qu'ATI est toujours bien présent sur le marché des gamers. La carte et ses pilotes sont trés stables et n'ont démontré aucun problème de compatibilité lors d'une utilisation courante alors que les forums regorgent de gens ayant des problèmes matériels ou avec certains jeux sous GeForce 256.
Seulement le simple fait de ne pas gérer le T&L n'en fait pas une carte qui peut durer car les jeux le supportant devrait arriver en masse dés cet été.
Son prix également est en sa défaveur puisque la carte est vendue plus chère que la plupart des cartes à base de GeForce 256.
Du coté des Drivers, malgré les gros progrés réalisés et la stabilité retrouvée, le mode OpenGL demande encore une amélioration et quelques bugs d'affichage en 2D sous certaines applications n'ont toujours pas disparus depuis le Rage 128.
Toutefois, la technologie AFR d'ATI est parfaitement fonctionnelle et l'utilisation de celle-ci sur le prochain Rage 6, qui lui gèrera le T&L en plus d'autres technologies propriétaires d'ATI, devrait certainement inquiéter un peu plus la concurrence.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news
Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page

Sur le même sujet