Comment Microsoft continue de forcer la main des internautes pour leur faire utiliser Edge

17 novembre 2021 à 17h35
30

Déjà bien décidée à ce que les internautes passent par son navigateur maison, la firme de Redmond va plus loin et met à jour la nouvelle version de son système d’exploitation pour bloquer une solution de contournement.

Dans la dernière build 22494 de Windows 11, la possibilité d’avoir recours à EdgeDeflector, pour empêcher le lancement d’Edge pour certaines requêtes, est interdite.

Vous ne passez pas à côté de Edge

Fraîchement débarqué pour ceux qui y sont éligibles, Windows 11 change les habitudes des utilisateurs avec, notamment, une interface revisitée qui lorgne davantage du côté de macOS. Mais depuis cet été, Microsoft souhaite aussi que son navigateur Edge devienne la référence, quitte à leur forcer la main. Comment ? En bloquant l’ouverture de liens, protocoles ou extensions par les navigateurs autres que sa propre création. C’est le cas par exemple quand vous voulez effectuer une recherche avec Cortana, user de services comme « Actualités et champs d’intérêt » ou pour les widgets.

Pour arriver à un tel résultat, Microsoft met en œuvre le protocole microsoft-edge:// qui, chaque fois que nécessaire, ouvrira le navigateur Edge au détriment de celui pourtant sélectionné par l’utilisateur. Or, jusqu’ici, il était possible d’outrepasser cette limitation grâce à l’application gratuite EdgeDeflector, qui redirige tous les liens sollicités vers le navigateur par défaut. Mais voilà : dans la mise à jour 22494 de Windows 11, le géant a signé la fin de la récréation et EdgeDeflector ne fonctionne plus du tout.

Des concurrents mécontents

Dans sa volonté de garder les utilisateurs au sein de son écosystème, Microsoft a aussi bloqué les protocoles de contournement conçus par Brave et Firefox . Les deux entreprises n'ont pas attendu pour faire connaître leur désaccord avec cette pratique. Un porte-parole de Mozilla Firefox explique ainsi que « Les gens devraient avoir la possibilité de définir simplement et facilement les valeurs par défaut, et leur choix de navigateur devrait être respecté », tandis que du côté de Brave on tance ouvertement la firme de Redmond en arguant que « Microsoft doit probablement penser que l'œil antitrust de Sauron n’a d’yeux que pour Google, Facebook et Apple ».

A l’heure actuelle, le navigateur Microsoft Edge est passé devant Firefox en termes de parts de marché, mais encore loin d’aller détrôner l'éternel premier : Google Chrome .

Source : The Register .

Windows 11

  • Refonte graphique de l'interface réussie
  • Snap amélioré
  • Groupes d'ancrage efficaces

Pour être tout à fait honnête, Windows 11 nous apparaît comme une bonne évolution de Windows 10. Au-delà de l’aspect très marketing lié à l’effet de surprise (Windows 10 était présenté comme le der des ders, souvenez-vous) et à la refonte essentiellement graphique de l’interface, la mise à jour apporte un peu de clarté et de modernité bienvenues après six années passées auprès d’un OS conçu pour réconcilier Microsoft et son public. On aime également les discrets détails qui le rendent plus fonctionnel comme le snap amélioré et les groupes d’ancrage, ou encore la gestion affinée des bureaux virtuels. Enfin, nous sommes vraiment convaincus par la refonte du Microsoft Store. En acceptant de revenir sur l’exclusivité réservée aux UWP, Microsoft frappe efficacement là où on ne l’attend pas et s’astreint enfin à rattraper son retard sur Apple et Google.

Voir les 30 commentaires sur le site

Articles récents