Test Gran Turismo Sport PS4 : LA simulation de course ultime ?

Par
le 20 octobre 2017 à 16:06
 0
Après de nombreux reports, Gran Turismo Sport se lance enfin sur PS4, et malgré quelques évidentes faiblesses, le jeu signé Polyphony Digital parvient néanmoins à nous surprendre. Explications.

01F4000008761426-photo-gt-sport.jpg


Reporté à maintes reprises, le nouveau chapitre de la saga Gran Turismo est enfin disponible sur PlayStation 4. Pas de Gran Turismo 7 ici, mais un opus sous-titré "Sport", qui met donc l'accent à la fois sur la présence (presque) exclusive de véhicules dédiés à la compétition automobile, mais aussi à l'eSport. En effet, s'il ne met pas de côté l'adepte des plaisirs mécaniques solitaires, ce GT Sport négocie un virage multijoueur très marqué, qui pourrait en désarçonner certains. Un GT Sport très attendu, reporté à de nombreuses reprises, et qui laissait augurer le pire pour la saga signée Polyphony Digital...

GT Sport : un solo chiche mais sympa



Pour le joueur solo, soyons francs, Gran Turismo Sport va proposer un contenu nettement moins dense que par le passé. Pas de mode orienté Histoire ou Carrière, mais un mode Arcade qui permet de participer à des courses pré-établies sur les différents circuits du jeu, en quelques tours seulement, avec trois niveaux de difficulté au choix. Le mode Course Personnalisée permet néanmoins de façonner son propre grand prix, et de décider des principaux critères (nombre de tours, dégâts, difficulté...). A cela s'ajoute un mode 2 joueurs en écran splitté, l'indispensable Contre-la-Montre, ainsi qu'un mode VR.

A ce sujet, le mode PlayStation VR est assez limité à l'heure actuelle, puisqu'il permet de s'adonner à une course Arcade sur quelques tracés seulement, et contre un seul adversaire. Casque sur le crâne, l'expérience est plutôt réussie, malgré un évident downgrade graphique, mais il est clair qu'acheter ce GT Sport uniquement pour son mode VR revient à s'offrir le dernier album d'un chanteur à textes pour ses performances vocales.

Heureusement, le joueur solitaire pourra également s'adonner au mode Campagne, qui se subdivise en trois sections. En plus de l'école de conduite, et ses dizaines de petites épreuves permettant d'inculquer les bases du pilotage, on retrouve un mode Missions, qui demande au joueur de réaliser diverses prouesses (battre un certain temps, finir la course en tête, gérer une mini course d'endurance...), ainsi qu'un mode Expérience du Circuit. Ce dernier, particulièrement addictif, va permettre de faire la démonstration de ses talents de pilote, en participant à divers challenges sur chaque circuit du jeu. Ces derniers sont découpés en petite portion, avant de proposer de faire un tour complet pour remporter le précieux trophée associé. Ainsi, les adeptes de la complétion auront de quoi faire avant de récolter toutes les médailles d'or.

01F4000008761424-photo-gt-sport.jpg


A ce sujet, Gran Turismo Sport propose au joueur de collecter de très nombreuses récompenses à la fin de chaque épreuve. Outre la récompense suprême au terme d'une série de défis (souvent une nouvelle voiture), on reçoit également de l'XP pour améliorer son rang de pilote (et déverrouiller les circuits), mais aussi des Miles, que l'on pourra échanger contre des voitures, ou encore des éléments de personnalisation comme des stickers, des jantes, des casques, des combinaisons... Bien sûr, le joueur engrange également des crédits, indispensables pour aller s'offrir de nouveaux bolides chez les concessionnaires du coin. A ce sujet, chaque concessionnaire dispose d'un espace très soigné, avec un showroom, mais aussi parfois un concept Vision, sans oublier une section Musée.

Au catalogue, ce jeu de course de voiture propose environ 150 bolides, dont la plupart taillés exclusivement pour la compétition. On s'étonne de retrouver quelques modèles toutefois (comme la BMW i3), mais globalement, pas de véhicule sans intérêt ici (ni même de véhicule lunaire...), contrairement aux opus précédents, dont la moitié (voire plus) du garage était franchement sans intérêt. Un mal pour un bien finalement. Cette restriction vaut malheureusement aussi pour les circuits présents, avec certes quelques tracés mythiques (Nürburgring, Suzuka, Willow Springs), quelques bonnes surprises (Dragon Trail, Lago Maggiore...), mais aussi quelques absents de taille (Spa, Monza, Silverstone, Hockenheim, A1 Ring, Le Mans, Hungaroring ou encore des circuits emblématiques comme Deep Forest ou Trial Mountain...). A cela s'ajoute quelques circuits sans le moindre intérêt, dont un ovale ridiculement court... Dommage. Bien sûr, on imagine que Polyphony Digital proposera rapidement une vague de DLC pour ajouter bolides et circuits, mais on aurait apprécié un peu plus de quantité/qualité au niveau des circuits proposés, surtout quand on voit ce que propose la concurrence, avec Project CARS 2 pour ne citer que lui...

Bref, pour le joueur solitaire, Gran Turismo Sport ne propose pas réellement un mode de type "Carrière", comme dans le récent Forza Motorsport 7 par exemple. Il impose ainsi au joueur de façonner sa propre expérience, en participant à une course Arcade, à un petit contre-la-montre, à une Mission... Toutefois, malgré un contenu solo somme toute assez chiche, les nombreux bonus accumulés à chaque fin de course donnent un vrai goût de « reviens-y », et on se surprend parfois à enchaîner les courses, simplement pour faire gonfler son XP, ou parvenir à l'objectif quotidien de 42 kilomètres, synonyme d'une voiture offerte. D'autre succès sont également à déverrouiller, et permettent de mettre la main sur un nouveau bolide, en se basant sur la consommation d'essence, le nombre d'heures jouées, le nombre de véhicules obtenus...

Gran Turismo Sport : une vraie réussite visuelle



Lors de la phase bêta lancée il y a quelques mois, Gran Turismo Sport faisait clairement peur à voir. A la récente GamesCom, le jeu affichait une forme nettement plus resplendissante. Dans sa version finale, les joueurs peuvent pousser un vrai ouf de soulagement car oui, Gran Turismo Sport est très agréable visuellement parlant. Son interface générale est absolument sublime, avec en prime des chargements assez brefs, et une navigation très simple. Le tout est soutenu par de nombreuses images HD en arrière-plan, et des anecdotes à n'en plus finir issues des Musées de chaque constructeur. Une jeu qui transpire littéralement la passion automobile, c'est indéniable. Côté son, on n'échappe pas aux effets audio caractéristique de la saga, et les moteurs ont enfin su évoluer, avec une vraie sonorité propre à (presque) chaque bolide. Bonne nouvelle également du côté des stands, avec des arrêts joliment détaillés et très dynamiques. En revanche, ne cherchez pas les dégâts sur les véhicules...

Sur la piste, le constat est assez similaire, avec des effets de lumière stupéfiants, et une modélisation des bolides absolument impeccable. On regrette toutefois un léger manque de dynamisme général en vue cockpit, ainsi que quelques détails parfois un peu limites, mais quel plaisir d'évoluer dans certains lieux d'une beauté juste époustouflante comme le Nürburgring (absolument incroyable), d'apprécier pleinement le gigantisme de Willow Springs ou encore certains rallyes très agréables à l'oeil, comme le tracé de Sardaigne. On regrette quand même la présence de certains tracés pas forcément indispensables à nos yeux (Tokyo Expressway...), ni même très agréables à regarder, d'autant plus quand on s'imaginait franchir Eau Rouge au petit matin avec un soleil rasant... A noter que le jeu offre une compatibilité 4K HDR via la PS4 Pro, et le résultat est vraiment bluffant par moments.

Côté gameplay, non, Gran Turismo Sport n'est pas un "vrai simulateur de conduite". La jouabilité reste assez accessible, avec ce juste mélange de réalisme et de simplicité qui a fait le succès de la saga. Le jeu reste très permissif sur certains points, même s'il faudra bien gérer sa sortie de virage, mais c'est surtout le grip qui est très agréable ici, avec des bolides qui semblent collés au sol, et qui ne vont pas forcément survirer en permanence. On peut ainsi pleinement attaquer ses trajectoires, et tenter à chaque tour d'aller chatouiller la limite du bolide. Evidemment, il arrivera de partir en tête à queue (c'est d'ailleurs indispensable pour trouver la limite), et le gameplay reste clairement l'un des points forts de cet opus, tant il est appréciable de parvenir à boucler les tours de piste avec une précision chirurgicale, sans forcément serrer les fesses à chaque mouvement de volant ou à chaque freinage un brin tardif. L'IA adverse a elle aussi joliment su évoluer, et si le constat n'est toujours pas parfait, l'effet "train-train" des opus précédents laisse sa place à des IA qui sortent parfois de leur trajectoire, qui loupent leur freinage, leur accélération, et qui bataillent entre elles. Sympa. Dommage toutefois que la météo dynamique ne soit pas de la partie, ni même la possibilité d'évoluer sous la pluie... A noter la présence encore des courses de type rallye, qui se déroulent sous la forme d'un duel avec un autre bolide. Le pilotage est alors davantage basé sur la glisse, mais force est d'admettre que le feeling est assez spécial, avec une adhérence que l'on peine un peu à juger. Toutefois, à force d'entrainement, d'anticipation et avec une bonne gestion de l'accélérateur, on parvient à effectuer quelques jolies sessions de jeu, mais le côté rallye n'est clairement pas le point fort de ce GT Sport.

01F4000008761422-photo-gt-sport.jpg


Cet opus permet également aux plus créatifs de s'exprimer pleinement, avec un département personnalisation d'un côté, mais aussi une section photo très poussée, qui permet d'immortaliser ses plus belles prouesses sur la piste et de placer son bolide au coeur d'un des (très) nombreux environnements du jeu. Malgré son côté un peu cheaté, le mode Photo permet de réaliser des clichés d'une beauté hallucinante, en seulement 2 ou 3 clics. Evidemment, comme tout bon Gran Turismo, cet opus Sport permet de revisionner sa course a posteriori via une Rediffusion elle aussi de toute beauté, si bien que certains pilotes ne verront aucun inconvénient à revoir leur course en intégralité, juste après avoir passé la ligne d'arrivée, et ce, pour le simple plaisir des yeux. Un peu comme on le faisait à l'époque, avec un certain Gran Turismo 3 sur PS2.

GT Sport, côté multi



GT Sport mise évidemment sur le online pour convaincre. Ainsi, outre la possibilité de créer des Salons et mettre au point des parties personnalisées, le jeu offre également un nouveau mode Sport. Ce dernier permet notamment de participer à des courses online régulières (toutes les 20 minutes), avec une séance de qualifications en amont pour établir la grille de départ. Des courses généralement courtes, avec un système de matchmaking qui va tenter de placer le joueur avec d'autres pilotes de son niveau.

Pour cela, le jeu va se baser sur le chrono, mais aussi sur la réputation de joueur (RP), ainsi que le rang de fair-play. Si le premier évolue au fil des prouesses en piste, le second sera calculé en fonction du "fair play" (RFP) du pilote, soit sa faculté à éviter les accidents et autres manoeuvres illicites. Le rang est calculé via une note (de E à S), et il faudra ainsi enchaîner les courses sans accrocs pour faire grimper le rang de fair play, et ainsi tomber progressivement dans des salons peuplés uniquement de « gentlemen drivers ». Malgré quelques couacs, la formule marche plutôt bien, et nos quelques parties effectuées en ligne se sont plutôt bien déroulées, avec des adversaires assez respectueux dans l'ensemble.

A ce sujet, le jeu se charge de désactiver les collisions lorsqu'un pilote est immobile sur la piste, ou décide de rouler en sens inverse (oui, cela existe encore..). Un système de pénalités est également de la partie pour qui coupe un virage, ou s'appuie un peu trop sur un adversaire pour doubler, mais on sent que ce dernier a encore besoin de quelques optimisations pour être plus "juste".

01F4000008761420-photo-gt-sport.jpg


Le verdict en Ferrari 458 Italia de Clubic



Plus que jamais, ce Gran Turismo Sport divise les joueurs. Il y a ceux qui vont adorer la prise en main signée Polyphony Digital, réaliste mais suffisamment permissive pour s'éclater à la manette comme au volant, et ceux qui ne jurent que par la concurrence, et/ou qui ne veulent même pas/plus accorder le moindre crédit à la saga GT. Toujours est il que ce GT Sport transpire l'authentique passion automobile, avec une interface d'une beauté sidérante et un pilotage assez grisant, permettant à la fois au néophyte et à l'expert de prendre un vrai plaisir sur la piste. A cela s'ajoute une section graphique parfois sidérante de beauté et parfois un peu plus terne en fonction des tracés, sans oublier ces replay d'une qualité bluffante. Quel dommage toutefois de ne pas profiter de davantage de circuits, ni même d'une gestion dynamique de la météo ou même de la pluie. Côté multi, le pari est réussi, avec des courses régulières très plaisantes, sans oublier des modes Course des Nations, Championnat des Constructeurs et Coupe Polyphony Digital à venir.

Bref, un Gran Turismo Sport qui accuse clairement quelques faiblesses, mais qui profite d'un gameplay parfaitement équilibré entre réalisme et plaisir, ainsi que d'une section graphique à la hauteur, pour convaincre le joueur d'enchaîner (parfois malgré lui) les tours de piste. Ce qui est certain, c'est qu'avec Project CARS 2, Forza Motorsport 7 et maintenant ce GT Sport, chaque joueur peut choisir librement la "simulation" qui lui convient le mieux, et s'y adonner avec un vrai plaisir. Et c'est bien là le principal.


Gran Turismo Sport

Les plus
+ Un habillage qui transpire la passion automobile
+ Un gameplay réaliste et accessible
+ Visuellement bluffant
+ Parfait sur manette et au volant
+ Un virage online très bien négocié
+ Le mode Photo merveilleux
Les moins
- Le mode solo assez chiche
- Des tracés peu nombreux, avec quelques circuits inutiles
- Pas de météo dynamique ni même de course sous la pluie
- La connexion online permanente obligatoire...
4
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Tests produit

Après une année 2018 catastrophique en termes de ventes, la division mobile de Sony est entrée en profonde introspection. Au sortir de cette remise en question naquirent les Xperia 1 et Xperia 10 : représentants respectifs du haut et de la moyenne gamme du constructeur.
On se souvient de Metro 2033 comme d'un FPS narratif inattendu. Original de par son contexte post-apocalyptique dépaysant, et épatant par ses prouesses techniques, les ambitions du studio 4A Games se heurtaient néanmoins à la muraille de la jouabilité et d'une optimisation aléatoire. Après un deuxième épisode intitulé Last Light sorti en 2013 et s’émancipant légèrement des livres de Dmitri Glukhovsky, le studio ukrainien s'est accordé une réflexion salvatrice sur la suite des aventures d'Artyom. Six ans plus tard, nous voici en présence de Metro Exodus : le jeu-somme des ambitions et des rêves concrétisés… mais aussi des vieilles blessures non pansées.
NVIDIA déboule dans votre salon avec la Shield Android TV, un boîtier à mi chemin entre console de jeux vidéo Android et box média. Un succès sous Android TV ?
Nous avons essayé le nouveau test de 3DMark, visant à mesurer l'impact du DLSS de NVIDIA, sur le test Port Royal. En mettant les deux vidéos cote à cote, l'impact du DLSS est impressionnant, autant sur l'amélioration de l'image, que sur la fluidité accrue. Le test est exécuté en 1440p sur une GeForce RTX 2080 FE.
Si la sortie de Apex Legends a été abondamment commentée dans la presse, c'est moins parce qu'il s'agit d'un énième Battle Royale que parce qu'il est signé de Respawn Entertainment. Les auteurs de la licence Titanfall ont pris tout le monde de court en publiant mardi 4 février, toujours sous l'égide d’Electronic Arts, leur interprétation du mode de jeu du moment. Le FPS compétitif free to play prend d'ailleurs racine dans le même terreau que les Titanfall originels, en oubliant pourtant au passage ce qui en faisait l'essence : les méchas. Alors que reste-t-il à cet Apex Legends, amputé qu'il est de ce qui aurait pu contribuer à en faire autre chose qu'une addition surnuméraire à l'édifice Battle Royale ?
La dernière fois que Capcom a mis les mains dans le cambouis pour offrir à l’un de ses rejetons une refonte graphique, c’étant en 2002, avec Resident Evil premier du nom. Les plus âgés d’entre nous (disons les plus sages, ça passe mieux), se souviennent encore de la claque que ce remake Gamecube (!) leur avait infligée, six ans seulement après l’original. Un doux sentiment de nostalgie, qui peut désormais s’étendre à Resident Evil 2, dont ce remake ne rend pas seulement justice à son illustre modèle : il le dépoussière pour le porter aux nues des nouvelles générations qui - diantre - ne l’ont sans doute pas connu.
Sur la scène de la Salle Pleyel, où il est venu présenter le Honor View 20 en grande pompe à un parterre de journalistes du monde entier, George Zhao, président d’Honor, l’a répété plusieurs fois : "nous voulons créer une nouvelle référence pour les smartphones de 2019". La marque ne manque pas d’ambition, mais a-t-elle les moyens de les réaliser ?
Après les Oppo Find X, Honor Magic 2 et autre Vivo Nex S, c’est à Xiaomi d’entrer dans la danse du smartphone à slider. Des premiers pas qui sont tout sauf hésitants, et qui prouvent que le quatrième constructeur mondial a bien révisé sa chorégraphie avant de s’avancer sur le devant de la scène.
Grignoter des parts de marché sur le segment de l’ultra haut de gamme n’empêche pas Huawei de continuer à se positionner sur des tranches plus accessibles. Preuve par l’exemple avec cette nouvelle édition du P Smart, qui s’attaque frontalement aux Honor 8X, Honor 10 Lite et Xiaomi Mi 8 Lite.
Le japonais Audio-Technica fait partie des références du casque audio, sous toutes ses formes et pour tous les usages. Plutôt que de partir d’une feuille blanche, Audio-Technica a décliné l’un de ses produits phares. Le ATH-M50xBT est la version Bluetooth dérivée d’un casque de studio de la marque. Ou comment bénéficier de la qualité audio professionnelle partout où vous allez.
31/12/2018 | Casque audio
Avec son nouveau clavier Vulcan AIMO, Roccat tente le pari de proposer son propre switch, le Titan. Selon la marque, ce dernier serait "20% plus rapide" que ceux de la concurrence... au point qu’en pressant une touche en même temps qu’un autre joueur, "votre action serait enregistrée en premier". S’il est difficile de vérifier cet argument, nous l’avons essayé tant en jeu qu’en bureautique pour voir si ce nouveau clavier Roccat était un bon clavier gaming.
29/12/2018 | Tests produit
Apple et ses iPhone XS et XR, fait face à une concurrence acharnée, les constructeurs asiatiques en tête : Samsung, Huawei, OnePlus et Google avec son Pixel 3. Et ce n'est pas en cette fin d'année que les choses se sont calmées. En effet, le dernier trimestre a été marqué par de nombreuses sorties : OnePlus 6T, Huawei Mate 20 Pro et tant d'autres. Depuis le reboot clubic, nous nous sommes efforcés de tester en profondeur les produits qui le méritaient.
25/12/2018 | Smartphone
Avec son Osmo Pocket, DJI entend bien proposer une caméra 4K sur nacelle stabilisée, dans un format ultra-compact. C'est bien simple : elle tient dans la poche ! Nous avions pu la prendre en main dans les rues de New York juste après son annonce, aujourd'hui nous vous proposons un test complet pour voir si le nouveau joujou de DJI tient toutes ses promesses.
19/12/2018 | Tests produit
Ils sont noirs et bardés de RGB. Sous leur capot vrombissent des composants permettant de faire tourner même le plus retors des jeux vidéo dans son niveau de détails ultime. Je parle bien entendu des ordinateurs de gamers, des vrais. Alors quand MSI se pointe justement sur ce segment avec un ordinateur sobre, classieux et ingénieusement tourné à destination des créateurs, on ne peut qu’applaudir la manoeuvre.
17/12/2018 | Tests produit
scroll top