Deux semaines avec le Withings Go, le tracker d'activité à encre électronique

le 30 mai 2016 à 16h46
0
Les bracelets connectés et autres trackers d'activité se sont multipliés ces dernières années, et les constructeurs cherchent des solutions pour se différencier de la concurrence, tout en offrant une nouvelle proposition aux utilisateurs. Avec le Go, Withings mise sur l'encre connectée pour tenter de séduire les amateurs de mesure de soi. Le potentiel est-il là ? Je l'ai essayé deux semaines pour répondre à cette question.

Cela faisait plus d'un an que je n'avais pas porté un appareil de mesure de soi. Et pour cause : ceux-ci ont largement évolué ces dernières années, pour se complexifier, intégrant des capteurs de pulsation, des écrans, des fonctions « montre »... Finalement, ces objets qui n'étaient, à la base, que de simples bracelets bardés de capteurs sont devenus des appareils polyvalents nécessitant une charge de plus en plus fréquente. Or, je fais partie des gens qui estiment que pour être efficace, un objet connecté de ce type doit savoir se faire oublier.

J'ai porté un Jawbone UP24 pendant presque un an et demi, mais son coloris délavé et son usure m'ont finalement poussée à arrêter de le porter. J'ai ensuite adopté quelque temps le Fitbit Pulse et le Withings O², mais avec ces deux modèles, j'ai rencontré un problème : une allergie aux éléments métalliques en contact avec ma peau. Les objets en eux-mêmes ne sont pas en cause : j'ai le même genre de réaction avec les montres, c'est pourquoi je n'en porte pas.

0320000008456404-photo-withings-go-1.jpg
Le contenu de la boîte du Withings Go.

Ce constat sur deux produits de marques différentes laissait entendre que, dans mon cas, porter un bracelet connecté proposant autre chose qu'un simple élément en plastique à mettre autour du poignet, allait s'avérer compliqué. Jusqu'à ce que Withings présente, durant l'E3 2016, son Withings Go, un capteur d'activité doté d'un écran à encre électronique, offrant la possibilité d'être porté au poignet ou à la ceinture, et destiné à mesurer l'activité physique et le sommeil. Une promesse simple, efficace, à laquelle s'ajoute un autre argument de taille : une autonomie de huit mois assurée par une pile-bouton facile à remplacer.

Au bout de deux semaines d'utilisation, quelles sont mes conclusions ? Faut-il dépenser 70 euros pour acquérir un Withings Go ? Réponse page suivante.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Santé

L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Des chercheurs ont réussi pour la première fois à
Cdiscount poursuit sa diversification en lançant une assurance santé
Eric Carreel, Withings :
Le secret de la régénération du corps entier mis à jour par des chercheurs d'Harvard
Une IA est capable de
La pollution due aux énergies fossiles tue 2 fois plus qu'on ne le croyait
E-santé : de la peau imprimée en 3D directement sur des plaies
Les contenus
Enfants : pas d'écran dans la chambre et pendant les repas, recommandent les médecins
Des chaussures connectées qui enregistrent les pas et le poids en préparation chez Google ?
La détection des maladies oculaires signée Google et Verily adoptée en Inde, bientôt en UE
Une IA capable de synthétiser des copies de médicaments sans enfreindre les brevets
L'UE lance l'ordonnance électronique, utilisable dans un autre pays de la zone
L’IA et la reconnaissance faciale utilisés pour repérer des anomalies génétiques
scroll top