Religion, racisme et ultra-violence : l'histoire des jeux vidéo polémiques, partie 1

Jack Bradbury
27 avril 2016 à 12h10
0
Alors que le remake du controversé Carmageddon sort le 3 juin 2016 sur PS4 et Xbox One, il semble intéressant de se pencher sur ces jeux à l'origine d'une polémique - à tort ou à raison - survenue au cours des trois dernières décennies. Un dossier en deux parties, dont voici la première.

Comme tout média de masse et de divertissement, le jeu vidéo a souvent été, par le passé, la cible d'attaques de la part d'associations ou de politiciens en mal de notoriété. Appel au meurtre ou au viol, pédophilie, harcèlement, discrimination ou encore idéologie extrême flirtant avec l'illégalité : le catalogue de reproches s'avère être très large. Cependant, il ne faudrait pas oublier aussi que la polémique devient parfois un argument commercial et que, dans quelques cas, le jeu lui-même franchit délibérément la ligne rouge. Bienvenue dans le monde violent, parfois ridicule et même répugnant de la polémique vidéoludique.

0226000008416308-photo-clubic-dossier-jeuxpol-miques-carmageddonmaxdamage.jpg
Sorti en 1997 sur PC, Carmageddon proposait au joueur de piloter un bolide et d'écraser les piétons pour gagner des points et du temps supplémentaire afin de pouvoir terminer le circuit. Le remake sur consoles Carmageddon Max Damage reprend ce principe.


Les premières polémiques



Sorti en 1976 par le studio Exidy, Death Race peut être considéré comme le tout premier jeu vidéo source de polémique. Cette borne d'arcade offre la possibilité à un ou deux joueurs d'écraser des créatures humanoïdes - qui se transforment en pierre tombale en cas de succès - dans le but de marquer un maximum de points. Inspiré par le long-métrage La Course à la mort de l'an 2000 (avec David Carradine et Sylvester Stallone) sorti l'année précédente, le jeu inquiète les médias américains au point que l'émission 60 minutes lui consacre un sujet axé sur le dangereux impact psychologique qu'il pourrait avoir sur les joueurs. Dans la foulée, il est même taxé de « jeu malade et morbide » par l'association National Safety Council, dont le rôle, à la base, est de prévenir... les blessures et les accidents mortels involontaires. Finalement, la polémique n'aboutit qu'à une seule chose, comme en témoignent les dires du président d'Exidy Pete Kauffman qui se frotte les mains : « Il semble que plus il y a de controverse et plus nos ventes augmentent ».

0000010E08416324-photo-clubic-dossier-jeuxpol-miques-deathracefilm.jpg
0000010E08416326-photo-clubic-dossier-jeuxpol-miques-deathraceborne.jpg
0000010E08416328-photo-clubic-dossier-jeuxpol-miques-deathracejeu.jpg

En France, il faut attendre l'affaire des crises d'épilepsie pour que le jeu vidéo fasse vraiment parler de lui en termes négatifs. A l'origine, la polémique vient de l'article Nintendo Killed My Son publié dans le quotidien anglais The Sun durant l'hiver 1992. Une mère de famille y raconte que son fils a succombé à une crise d'épilepsie après avoir joué à un jeu de la série Super Mario. Repris en mars 1993 par le mensuel Science et Vie Micro, l'affaire aboutit finalement à un arrêté officiel des pouvoirs publics le 2 novembre 1994, ordonnant l'apposition de mises en garde sur l'emballage et la notice d'emploi des jeux vidéo.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top