Google bannit les publicités pour les traitements médicamenteux expérimentaux ou spéculatifs

Benoît Théry Contributeur
10 septembre 2019 à 11h23
0
Google Search recherche

Google a publié, le 6 septembre, un communiqué dans lequel il informe avoir modifié sa politique en ce qui concerne la publicité des traitements médicamenteux.

Désormais, les publicités portant sur des traitements qualifiés de spéculatifs ou d'expérimentaux ne seront plus autorisées.

« Un espace sûr et fiable pour les utilisateurs »

Le communiqué commence par souligner la volonté, selon Google, de proposer un service digne de confiance. « Nous savons qu'un écosystème de publicités digitales ne peut prospérer que si c'est un espace sûr et fiable pour ses utilisateurs ».

C'est sous ce motif de confiance et de fiabilité, que le communiqué poursuit : « Aujourd'hui, nous vous annonçons qu'une mise à jour de nos politiques interdit désormais la publicité de techniques médicales non prouvées ou expérimentales, comme les thérapies par les cellules souches, les thérapies cellulaires (hors cellules souches) et les thérapies géniques ».

À titre d'exemple, pour reprendre la définition de l'Inserm, « la thérapie génique consiste à introduire du matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie ». C'est une méthode prometteuse (mais coûteuse) dans la lutte contre le cancer, avec des médicaments présents sur les marchés européens, américains et chinois.

Mais aux yeux de Google, ce type de thérapie est aussi sujette aux dérives, et à ce titre, il est préférable d'interdire la promotion des traitements liés. Le communiqué explique ainsi : « Nous savons que d'importantes découvertes médicales commencent par des idées qui ne sont pas prouvées - et nous croyons que des essais cliniques suivis constituent le moyen le plus durable de tester et de prouver les avancées médicales. Dans le même temps, nous avons cependant observé une augmentation des escroqueries, qui tentent de prendre l'ascendant sur les individus en leur offrant des traitements non testés, et trompeurs. Souvent, ces traitements peuvent apporter des problèmes de santé très dangereux, et nous pensons qu'ils n'ont pas leur place sur notre plateforme ».

L'exemple des cellules souches

Le géant américain cite également la chercheuse et Présidente de la Société internationale pour la recherche sur les cellules souches, Deepak Srivastava, qui va dans son sens : « La nouvelle politique de Google pour le bannissement des médecines spéculatives est un pas nécessaire et bienvenu pour freiner la commercialisation de produits médicaux douteux, comme les thérapies par les cellules souches ». Pour elle, la commercialisation prématurée de produits non testés « menace la santé publique, la confiance dans la recherche biomédicale et sape le développement de nouvelles thérapies légitimes ».

Le communiqué termine en rappelant que Google reste ouvert à la publicité de traitements dont les essais cliniques ont été satisfaisants. Le moteur de recherche n'est pour autant pas le premier à faire un pas en ce sens : plus tôt dans l'année, Facebook et Youtube (qui appartiennent néanmoins à Google) ont également pris des mesures pour réduire ces publicités abusives, après qu'une publication a montré la diffusion de plus en plus importante de traitements fictifs contre le cancer sur les réseaux sociaux.

Source : Google
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top