Vivid Money : une nouvelle néobanque se lance sur le marché français

Vivid © Vivid
© Vivid

Le paysage des néobanques françaises vient de s'enrichir d'un nouvel acteur. Après une levée de fonds outre-Rhin, l'application mobile Vivid Money a annoncé dans un communiqué son lancement en France.

L'enseigne ajoute que ce déploiement ne se cantonnera pas à l'Hexagone, et qu'elle prépare son arrivée « dans d'autres marchés européens ».

Des « champions du cashback »

L'enseigne cherche à se démarquer par un programme de cashback, une initiative encore rare, mais qui tend à se développer : on l'a déjà croisée en septembre dernier, lors du lancement de Finom.

Vivid Money promet ainsi de reverser jusqu'à 10%, dans la limite de 100 euros mensuels, des sommes dépensées dans des enseignes comme Aldi, LIDL, Sephora, Nocibe ou Biocoop. On trouve également des services de transport, à commencer par la SNCF, Flixbus ainsi que des services propres à certaines grandes villes (Tier à Bordeaux, Voi à Bordeaux et Marseille…). D'autres grands noms bien connus, comme Nintendo, PlayStation et Netflix font aussi partie du lot.

La start-up ajoute un « Champion Cashback Program » récompensant la personne qui a le plus dépensé dans un restaurant ou un café donné.

Pour Alexander Emeshev, l'un des deux co-fondateurs de Vivid Money, il s'agit de combler un « manque à gagner » pour les clients des banques traditionnelles, qui « perçoivent peu d’avantages sur leurs dépôts et leurs achats ». Il ajoute : « À travers le lancement de Vivid Money, nous voulons permettre à des clients français de faire fructifier leur argent en leur fournissant les bons outils pour épargner sans même y penser ».

Une valorisation portée à 117 millions de dollars

Vivid Money se veut agressif en proposant des tarifs plus compétitifs que d'autres néobanques européennes. En fait, l'enseigne propose une formule gratuite et une autre reposant sur un abonnement.

Son offre standard apporte ainsi un compte bancaire multidevises gratuit, les traditionnelles fonctions de compte courant et d'épargne ainsi qu'une carte en métal. Celle-ci peut être contrôlée via une application et est compatible Apple Pay et Google Pay. La formule payante (9,90 €/mois) ajoute notamment des cashback sur d'autres types d'achats (achats en ligne, achats réalisés hors Europe…).

Vivid Money donne aussi la possibilité de créer des « pockets », c'est-à-dire des sous-comptes. Chaque pocket dispose d'un IBAN spécifique, et il est possible de créer des pockets partagés.

La start-up vient à peine de réaliser en Allemagne une levée de fonds, réunissant 17,6 millions de dollars (environ 15 millions d'euros) de série A. Créée en 2019 et soutenue financièrement par le groupe russe Tinkoff Credit Systems, Vivid Money est désormais valorisée à 117 millions de dollars (près de 100 millions d'euros).

La start-up envisage désormais d'atteindre d'autres marchés européens, sans préciser lesquels. À l'heure actuelle, Vivid Money emploie plus de 180 personnes, et elle dispose de bureaux à Amsterdam et à Moscou.

Modifié le 11/01/2021 à 14h35
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
12
12
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Google : l'Europe va ouvrir une enquête sur sa très lucrative activité de publicité en ligne
1,2 million d'entrées dérobées sur Pôle Emploi : finalement, le hacker aurait renoncé à les mettre en vente par
Apple Private Relay n'est pas destiné à remplacer votre VPN
Qu'est-ce que le Request To Pay, ce standard européen de paiement qui entre en vigueur aujourd'hui même ?
La Ligue 1 sur Amazon sur la période 2021-2024, Canal+, vexé, jette l'éponge !
Les députés ont voté ! Les smartphones reconditionnés seront bien frappés de la redevance copie privée
Intel pourrait mettre 2 milliards de dollars sur la table pour acquérir SiFive, concepteur de puces RISC-V
Drahi investit 2,5 milliards d'euros dans le développement de la fibre au Royaume-Uni
L'armée tweete une photo dans laquelle apparait un mot de passe en clair, car affiché au mur ; la classe
L'UFC-Que Choisir s'attaque officiellement à la rémunération pour copie privée sur le reconditionné
Haut de page