GP2X : la console de jeu portable atypique

Jerry
02 mars 2006 à 11h43
0
015E000000260269-photo-gp2x-vue-de-face.jpg
Officiellement disponible depuis novembre 2005, il fallait être particulièrement aux aguets et chanceux pour l'avoir entre les mains pour Noël, tant les livraisons se sont faites au compte-goutte. Mais ça y est, la GP2X est désormais bel et bien disponible, et vous allez bientôt savoir s'il faut ou non jeter son dévolu sur cette console atypique, qui ne sort pas des bureaux de recherche et développement d'un grand constructeur. Cet OVNI (Objet Vidéoludique Non Identifié) est-il en mesure de rivaliser avec une Nintendo DS ou une Sony PSP ? C'est ce que nous allons voir au cours de ce test.

Petit rappel historique


La GP2X est une console de jeu portable développée par la société coréenne Gamepark. Elle est la petite soeur de la GP32, sortie en 2002 aux États-unis et beaucoup plus tard en Europe. Franchement différente des machines marketing de Sony et Nintendo, c'est le bouche-à-oreille et la communauté des développeurs « fans » de la console qui ont permis son relatif succès. Pour une structure comme Gamepark, on peut parler de "succès" pour qualifier la vie de la GP32 et c'est tout logiquement qu'une petite soeur lui a été envisagée. À la suite de problèmes internes, la société Gamepark se scinde en deux, chacune avec un projet distinct : la GP2X pour Gamepark Holdings et la XGP pour Gamepark Inc. C'est de la première dont il est question dans cet article. Peu d'éléments ont encore filtrés sur la seconde initialement prévue pour fin 2006.

Le hardware et l'OS


La GP2X est architecturée autour de deux Processeurs ARM : un 920T à 200Mhz pour le processeur central et un 940T spécifiquement dédié à la vidéo. La console est équipée de 64Mo de mémoire flash qui lui servent à stocker l'OS et les fichiers systèmes, et de 64Mo de Sdram pour la mémoire vive. Si on compare cette architecture technique à celle de la PSP et de la DS, un Mips à 333Mhz pour la première et un ARM 946 à 66Mhz pour la seconde, la console de Gamepark se situe dans le peloton de tête. Sans avoir véritablement fait de Benchmark pour étayer ce point, on peut dire qu'en terme de puissance brute, elle dépasse allègrement la console de Nintendo et se situe au même niveau qu'une PSP.

Comme nous le verrons plus loin dans cet article lorsque nous aborderons la partie logicielle, Gamepark a préféré le pragmatisme et l'universalité aux solutions propriétaires, pour des questions de coût mais aussi de service après-vente. La GP2X est donc équipée d'un logement pour les cartes de type Secure Digital (le format le plus adopté par les constructeurs d'appareils photos compacts à ce jour). Elle se connecte à l'ordinateur, sous Windows, sous Linux ou sous Mac, par l'intermédiaire d'une liaison USB 2.0 et d'un câble du même nom tout ce qu'il y a de plus standard (mini-USB côté console et USB côté ordinateur). La console est alors reconnue par l'ordinateur comme un lecteur externe, du grand classique.

0190000000260270-photo-gp2x-vue-arri-re.jpg
0190000000260271-photo-gp2x-vue-de-c-t.jpg


L'alimentation se fait tout simplement par deux piles AA (deux piles alcalines sont livrées avec la console mais il est recommandé de s'équiper rapidement avec des modèles rechargeables de 2000mA minimum). Gamepark explique le choix des piles au détriment d'une batterie par la petite taille de sa structure qui pourrait difficilement garantir des Batteries de rechange dans deux, trois voire quatre ans.

L'écran qui équipe la GP2X propose une résolution de 320 x 240 pixels et 16 millions de couleurs avec une diagonale de 2,5 pouces au format 4/3. Dans la pratique, cela donne quelque chose d'un peu moins large mais d'aussi haut que l'écran de la Sony PSP et d'à la fois plus large et plus haut que celui de la Nintendo DS. La qualité de l'écran est bonne sans toutefois être au niveau de celui de la PSP. Il a tendance à scintiller légèrement sur le haut, mais il se dit dans les forums que cela pourrait être réglé par des futures mises à jour du firmware. Au cours d'un jeu ou à la lecture d'une vidéo, cet effet n'est pas notable, on le remarque surtout sur des images fixes ou lors de diaporamas.
01F4000000260315-photo-gp2x-descriptif.jpg

Poursuivons avec les entrées/sorties. La GP2X est équipée d'un port d'extension propriétaire qui permet de relier la console à un écran de télévision à l'aide d'un câble disponible en option (15€ environ). En sus des piles, la console peut être alimentée par le secteur grâce à un transformateur 3,3V (disponible lui aussi en option). La GP2X comprend bien entendu une sortie casque au format mini-jack.

La console pèse 161 grammes sans les piles. Comparons-la une dernière fois avec les deux consoles du moment : c'est clairement la plus légère des trois, dans la poche intérieure d'une veste, elle n'est pas plus gênante qu'un portefeuille, ce qu'on l'on pourra difficilement dire d'une PSP ! La GP2X tourne sous une version adaptée de l'OS GNU Linux.
Modifié le 20/09/2018 à 15h37
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top