Preview : The Saboteur démasqué à Paris

15 octobre 2009 à 09h34
0
Après quelques mises en bouche lors de l'E3 et de la GamesCom, EA se décide à en dévoiler un peu plus sur The Saboteur, le dernier bébé de Pandemic. C'est en plein cœur de Paris, lors d'une avant-première suivie d'une prise en main que le jeu lève le voile sur de nombreux points du jeu. Le défi est de taille pour le studio de développement, car le soft est attendu au tournant : les espoirs qu'il suscite sont nuancés par les déceptions du second Mercenaries et, plus récemment par Le Seigneur des anneaux : l'Âge des conquêtes.

Un Irlandais dans la Résistance française.

00D2000002139726-photo-the-saboteur.jpg
Les premières informations et vidéos que l'on a pu avoir de The Saboteur depuis son annonce à l'E3 cette année ont donné quelques indications principales, notamment une très grosse similitude avec Assassin's Creed d'Ubisoft lors des déplacements dans les environnements ouverts. En effet, le personnage principal se déplace principalement de façon furtive quitte à jouer les acrobates sur les toits de Paris. Le tout pour éviter autant que possible les forces de sécurité présentes sur la carte (mais sans rechigner au combat une fois découvert !). C'est d'ailleurs une originalité particulière, car très souvent les jeux ayant comme arrière-plan la Seconde Guerre mondiale sont des FPS (qui, entre nous, finissent tous par se ressembler).

C'est dans la peau de Sean Devlin, un pilote de course irlandais qui vit « le pied au plancher et le doigt sur la gâchette » selon Tom French (le Lead-Designer) que le joueur évoluera. Un personnage inspiré d'Indiana Jones, de John McClane et de Steve McQueen... rien que ça ! Il s'inspire également de William Grover-William, un coureur franco-britannique pour Bugatti qui a secrètement combattu les nazis pour les forces spéciales anglaises lors de la Seconde Guerre mondiale. Toujours est-il que Sean cherche à se venger la mort de son frère tué par les SS, et va s'employer à nuire autant que possible à l'Allemagne nazie. Sur son chemin, Kurt Dierken, officier SS en charge de l'occupation de Paris et un pilote rival de Sean.

Grimper, courir, tirer !

00BE000002468584-photo-the-saboteur.jpg
Les premières impressions sont confirmées, il s'agira bien sûr d'aider la Résistance française en plein cœur de Paris à mettre à mal l'occupation nazie, à saboter les installations allemandes, des convois, etc. Mais au-delà de cette évidence, c'est clairement la gestion des phases de jeu qui distinguera le titre de sa concurrence. De l'infiltration mais aussi beaucoup de gunfights ! Une fois l'alarme donnée aucune hésitation à avoir : ça va tirer dans tous les sens.

Dans ce dernier cas, on pourra rapprocher le titre de Pandemic à GTA IV, et même jusque dans le système de recherche : plusieurs niveaux d'alerte et une zone de fouille à quitter sans se faire repérer pour retrouver un peu de tranquillité. Une pression constante dans un Paris sévèrement bien gardé. Les nazis ont des tours d'observation partout (ces dernières sont parfois lourdement armées) et de très nombreux dirigeables survolent la ville équipée de projecteurs afin de vous surprendre en train de vous faufiler dans la nuit.



« Les monuments sont modélisés comme ils étaient à l'époque et sont visibles de n'importe quel endroit de la carte »

La ville de Paris a été modélisée en partie autour des points les plus connus de la capitale : les monuments (la Tour Eiffel, le Sacré Cœur, etc.) et autres lieux de renommée (les Champs Elysées, la Place de la Concorde, etc.) sont modélisés comme ils étaient à l'époque et sont visibles de n'importe quel endroit de la carte, ce qui facilite l'orientation visuelle depuis les toits. Cependant, pour des raisons évidentes de taille, la ville n'a pas été représentée intégralement telle qu'elle l'est dans la réalité. Elle a été un peu schématisée et déformée (enfin, pour s'en rendre compte il faut être parisien !). Toutefois, cela ne lui enlève rien de sa taille, déjà conséquente, dans le jeu.

The Saboteur ne se déroule pas que dans les ruelles de la « ville lumière », mais aussi dans des endroits un peu plus spécifiques. La démonstration que l'on a eue contenait le début du jeu : on nous place au milieu d'un camp militaro-scientifique du IIIe Reich, duquel il faut s'évader. Une autre partie jouable dans Paris nous impose de retrouver la Résistance dans les catacombes, un environnement bien moins ouvert et un peu répétitif. Il semblerait donc que l'on ne se cantonne pas qu'à escalader de la toiture parisienne. Un bon point pour la variété.

00D2000002043556-photo-saboteur.jpg
00D2000002139714-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002043544-photo-saboteur.jpg


Paris, belle de nuit.

Ce qui fait la force visuelle du jeu c'est avant tout son identité visuelle très soignée. Le Paris de l'occupation allemande est très chiadé et on ne peut plus crédible. La charte graphique prend même carrément une orientation très « Sin City » dans l'esprit, dans les zones à forte concentration de soldats allemands : tout devient alors noir et blanc, avec quelques touches de rouge (pour le logo nazi et le sang principalement) et d'autres couleurs pour renforcer le contraste. Les changements de rythme qui font la variété du jeu se perçoivent également visuellement, c'est assez appréciable.

00D2000002430090-photo-the-saboteur.jpg
Néanmoins, d'un point de vue technique, la version à laquelle on a eu accès souffre de quelques petits défauts. Déjà, les versions console accessibles présentent quelques lacunes au niveau graphismes, des éléments du décor sont crénelés, de nombreux « escaliers » bien trop visibles sur ce qui est supposé être des courbes. Sur un PC bien équipé, ça va déjà mieux à ce niveau, mais il subsiste quelques petits bugs de collisions ici et là. Ce genre de détail devrait être corriger d'ici la sortie du jeu.

Manette en main, tout s'avère très simple à contrôler. Les déplacements sont parfois un peu brouillon (notamment lors des phases d'escalade, des sauts, etc.), mais rien qui ne semble pouvoir porter préjudice au gameplay. Certains détails nous ont toutefois trop agacés, comme le fait de se retrouver à tirer parfois sur le coin du mur derrière lequel on est à couvert, alors que la cible est bien dans la ligne de mire de l'arme. Réciproque de ce problème : l'I.A. ne prend même pas la peine de constater qu'il tire sur le mur quand il se retrouve dans ce cas-là, et il videra bêtement son chargeur sur ce dernier. Là encore, c'est quelque chose qui devra être amélioré d'ici la sortie du jeu.



Conclusion :

Il y a des chances que The Saboteur s'inscrive comme un bon titre. Entre les nombreuses sources d'inspiration de qualité, les possibilités offertes par le jeu aussi bien en termes d'action, que d'infiltration, que de séquences spécifiques (à pied comme en voiture) et des nombreux talents d'acrobate de Sean, on se retrouve avec un savoureux mélange potentiel d'Assassin's Creed et GTA. Attention toutefois à ce que les points qui fâchent s'estompent d'ici le 4 décembre, un simple assemblage de ce qui a déjà marché n'est pas un gage absolu de réussite.

00D2000002459804-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002381976-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002139724-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002139712-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002313100-photo-the-saboteur.jpg
00D2000002139720-photo-the-saboteur.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 14h35
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top