Doom 3 : Resurrection Of Evil

14 avril 2005 à 17h00
0
00D2000000125350-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
Doom 3 fait partie de ces jeux très attendus, sans doute trop. Du coup lors de sa sortie en août 2004, deux camps se sont vite formés et bien peu de joueurs ont un sentiment mitigé à son égard : il y a ceux qui approuvent et ceux qui dénigrent. De ce que l'on peut en juger, ces derniers semblent cependant moins nombreux que les autres et c'est en toute logique qu'id Software s'est mis en tête de publier une extension (nécessitant le jeu originel). Comme souvent, la société ne voulait toutefois pas s'occuper directement du développement et elle a donc fait appel à Nerve Software.

En Mars et ça repart ?



S'il est une chose qui ne progresse pas en matière de FPS, c'est bien l'épaisseur des scénarios et celui de Resurrection Of Evil détient pour ainsi dire une sorte de palme. Quelques années après le funeste épisode conté dans Doom 3, une équipe composée de scientifiques et de militaires est envoyée dans la base de l'UCA sur Mars. Sa mission est en apparence relativement simple puisqu'elle doit en fait déterminer ce qui est arrivé autrefois. Nous n'incarnons bien sûr qu'un seul membre de cette expédition : un marine tout beau, tout neuf qui de toute façon ne tardera pas à se retrouver complètement seul. Les choses ne se passent effectivement pas tout à fait comme prévu et la première sortie de la fine équipe ne tarde pas à se terminer en cauchemar. Il faut dire que notre beau héros a décidé de mettre ses grosses mains pleines de doigts sur un artefact peu ragoûtant ouvrant alors une sorte de portail vers l'Enfer !

Tout ceci nous est expliqué au travers des quelques minutes d'introduction. Immédiatement après, le contrôle du personnage principal est confié au joueur qui démarre l'aventure avec une lampe torche, un pistolet et un artefact à moitié « pourri » qui doit empester à des kilomètres. Vous avez bien lu, notre « marine de l'effroi » ne dispose même pas dans son paquetage standard d'un quelconque fusil automatique, de grenades ou d'un rouleau de scotch. Nous ne reviendrons pas sur ce dernier point qui implique l'utilisation alternée de la lampe torche et des armes proprement dites : tout ayant déjà été dit (et même bien plus) à la sortie de Doom 3. Sur le principe, Resurrection Of Evil fonctionne strictement de la même manière que son ancêtre. La progression y est donc très linéaire avec des objectifs simples à exécuter un par un. C'est ainsi que la mignonne petite scientifique de service vous demandera ici d'activer un ascenseur, ici de remettre le courant ou bien encore là de récupérer un objet important.

00D2000000125352-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125353-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125355-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg

Quelques scientifiques un peu naïfs, un militaire aux mains baladeuses et c'est une nouvelle fois la pagaille sur la Planète Rouge !


Doom 3 en plus « Nerve-ux »



Cette linéarité absolue dans le déroulement de l'aventure est là pour que l'attention du joueur reste concentrée sur un seul et unique élément : la « baston ». Un petit peu moins sombres que ceux de Doom 3, les niveaux de Resurrection Of Evil restent tout de même particulièrement obscurs et les monstres ont conservé cette fâcheuse tendance à vous tomber dessus au plus mauvais moment. Petit bémol toutefois, après avoir joué à Doom 3, le joueur est tout de même nettement moins surpris par les différentes créatures : tout est une nouvelle fois très scripté et il est finalement assez simple de prévoir que l'activation de tel bouton va faire apparaître des monstres à tel endroit. Évidemment, l'effet de surprise n'est plus aussi efficace que dans Doom 3, mais les petits gars de Nerve ont trouvé de quoi compenser. Plutôt que de miser exclusivement sur les palpitations de notre coeur, ils ont effectivement préféré mettre à contribution les cartouches de notre fusil !

00D2000000125359-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
Qu'on se le dise, le rythme de l'action est nettement plus élevé dans Resurrection Of Evil que dans Doom 3 et, en réalité, il s'agit là du principal changement. Plus fréquentes sur toute l'étendue des niveaux, les rencontres sont aussi plus musclées et il n'est pas rare de devoir affronter quatre ou cinq adversaires à la fois ! Heureusement, quelques petits accessoires « pas piqué des vers » sont là pour assister le joueur. C'est ainsi que l'artefact un peu « dégueu » récupéré au début du jeu prend petit à petit de l'importance. En début de partie, il permet de ralentir le temps façon « bullet-time » pour se sortir de situations mal engagées ou déjouer quelques pièges plutôt vicieux. Rapidement, il se voit doté de fonctions supplémentaires permettant d'accroître la puissance de notre marine voire même de le rendre invincible durant quelques secondes. Attention toutefois, l'artefact a besoin d'âmes humaines pour se recharger et les cadavres sont de moins en moins nombreux à mesure que le jeu avance.

« Il faudrait des canons sciés pour ces affaires là »



À Nerve Software, on doit être d'accord avec l'argumentaire de Jules Winfield (NDLR : cf. Pulp Fiction pour les non-initiés) et c'est avec un bonheur non dissimulé que le joueur peut ainsi découvrir la présence de l'emblématique fusil de Doom 2 : le double canon scié ! Il s'agissait évidemment d'une des nouveautés les plus attendues de l'extension et on ne peut pas dire qu'elle déçoit. En réalité, ce fusil devrait devenir le joujou préféré de la très grande majorité des joueurs. Puissant, pas compliqué et suffisamment précis, il utilise des munitions que l'on trouve assez facilement alors pourquoi se priver ? Enfin, la dernière « nouveauté » de Resurrection Of Evil emprunte beaucoup à Half-Life 2 puisqu'il s'agit tout simplement d'un « gravity-gun ». Fonctionnant de la même manière que celui de Valve, le canon antigravité de Nerve n'est cependant pas tout à fait aussi amusant. La faute à un moteur physique moins riche que le Havok et plus généralement à des situations moins variées, moins ouvertes.

Ces nouveautés ne changent évidemment pas notre façon d'aborder le jeu, mais proposent quelques petits changements rafraîchissants et compensent la disparition de notre très chère tronçonneuse. Au niveau technique et en dehors d'une luminosité un tout petit peu plus élevée, Resurrection Of Evil ressemble comme deux gouttes d'eau à son prédécesseur. Les animations sont au moins aussi remarquables, mais les textures des personnages ont toujours cet aspect plastique pas crédible pour un sou. La conception des différents niveaux est plus intéressante que celle de Doom 3 même si, au final, le jeu se termine encore un peu plus rapidement. En à peine huit heures, un joueur habitué devrait ainsi en avoir terminé ce qui est un petit peu léger pour une extension de 45 euros et constitue donc la principale critique que l'on peut formuler. Notons enfin, que le jeu très proche techniquement de son prédécesseur, demande une configuration à peu près identique pour fonctionner... ou ne pas fonctionner selon le cas !

00D2000000125357-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125356-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125358-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg

Sur le fond, le jeu n'a pas vraiment changé, mais l'intégration de quelques nouveautés et des niveaux moins « fermés » renouvellent le principe


Conclusion



Une extension n'a pas pour habitude de révolutionner le jeu originel et Resurrection Of Evil ne déroge pas à cette règle : Nerve Software ne voulait évidemment pas se mettre à dos les amateurs de Doom 3. Cependant, en améliorant quelques-uns des éléments importants du jeu, cette première extension propose une aventure finalement au moins aussi intéressante / motivante que celle du jeu de base. Le scénario est à peu de choses près aussi indigent et l'ensemble mise encore beaucoup sur l'atmosphère même si les ennemis sont plus présents. Globalement, les niveaux sont d'ailleurs moins sombres et les passages complètement noirs pour ainsi dire absents. La conception de ces différents niveaux est également un peu plus intéressante et grâce à des parties plus ouvertes, plus aérées, on sort du schéma « couloirs super étroits » de Doom 3.

Si elles font bien sûr penser à de gros plagiats, les nouveautés comme le gravity-gun ou le bullet-time permettent cependant de renouveler le gameplay sans être trop « prises de tête » : une utilisation aussi libre que dans Half-Life 2 aurait sans doute cassé un peu le rythme de Resurrection Of Evil. À propos de rythme d'ailleurs, cette extension parvient à éviter de belle manière les quelques temps morts qui pouvaient exaspérer dans Doom 3. Le jeu est plus fluide, plus rapide et l'intégration du double canon scié est un bonus indiscutable que tous les joueurs de Doom 2 attendaient avec une impatience non dissimulée. Si vous n'avez pas aimé le jeu de base, ce n'est évidemment pas Resurrection Of Evil qui parviendra à vous convertir, mais Nerve Software a malgré tout fait du bon travail avec cette extension de qualité.

Doom 3 : Resurrection Of Evil

Les plus
+ Retour du double canon scié
+ Rythme plus élevé
+ Niveaux plus intéressants
+ Très bonne réalisation technique
Les moins
- Aventure bien courte
- Prix trop élevé pour une simple extension
- Textures un peu répétitives
Réalisation
Prise en main
Durée de vie
3

Cet article vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Doom 3 : Resurrection Of Evil



00D2000000125362-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125367-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125372-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125377-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125382-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125387-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125392-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125397-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125402-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125407-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125412-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125417-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125422-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125427-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125432-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
00D2000000125437-photo-doom-3-resurrection-of-evil.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h35
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top