TerraTec Grabster AV400

Julien
29 mars 2005 à 12h45
0
00051925-photo-logo-terratec.jpg
Après un certain recentrage de ses activités, lié notamment à l'abandon de sa division Cartes Graphiques, l'Allemand TerraTec semble démarrer l'année 2005 en fanfare avec une avalanche de nouveautés dans des domaines variés (multimédia, vidéo, TV, etc.). Fondé en 1994 la société TerraTec s'est à l'origine fait connaître pour ses produits audio avant de se diversifier et de lancer des solutions vidéos, des webcams, des Baladeurs MP3 et même des solutions réseau. Nous nous intéresserons aujourd'hui à l'une des dernières nouveautés de TerraTec en matière de vidéo grand public avec le Caméo Grabster AV400.

Solution externe sur port USB le Caméo Grabster AV400 est un boîtier d'acquisition vidéo, autrement baptisé convertisseur pour ne pas effrayer les utilisateurs avec des termes trop techniques. Il permet en termes simples de numériser vos vidéos analogiques (VHS, VHS-C, S-VHS, Hi8, etc.) pour pouvoir par exemple les graver sur DVD non sans les avoir arrangés au préalable tel un véritable petit Spielberg en herbe.

0000012C00123287-photo-terratec-grabster-av400-shot.jpg

Terratec Cameo Grabster AV400


Présentation

Le dernier produit de TerraTec devrait à coup sûr impressionner la galerie grâce à son design on ne peut plus soigné. Il se présente en effet sous la forme d'un solide boîtier en aluminium argenté, légèrement plus grand qu'un paquet de cigarettes et vient se fixer, à la verticale, sur la base en plastique livrée. Muni d'un bouton de mise en route et d'un témoin de fonctionnement, l'appareil propose sur sa partie frontale un connecteur S-Vidéo, un connecteur composite et deux prises RCA pour l'acquisition audio. Techniquement, le Grabster AV400 s'articule autour d'un composant Connexant fort connu, puisqu'il s'agit du CX23416, un encodeur matériel audio/vidéo MPEG2 qui équipe des cartes comme les fameuses Hauppauge PVR150/250. TerraTec a ici choisi de faire confiance à l'USB et son Grabster AV400 peut aussi bien fonctionner en USB 1.1 qu'en USB 2.0 tout en étant auto-alimenté. Bien sûr, le débit USB 1.1 étant limité, la qualité des vidéos capturées ne sera pas optimale et l'utilisation de l'USB 2.0 est ainsi chaudement recommandée.

000000FA00123258-photo-terratec-grabster-av400-electronique.jpg

Electronique du Grabster AV 400


Installation

Installer le Grabster AV400 est une question de minutes puisqu'il suffit de le relier à l'un des ports USB de l'ordinateur pour que Windows se mette à rechercher les pilotes. Ceux-ci sont naturellement présents sur le CD livré, mais ils ne sont pas certifiés WHQL. Les pilotes installés, il ne reste plus qu'à déployer les logiciels de montage livrés par Terratec, en l'occurrence Ulead DVD MovieFactory 3.0. Il s'agit d'une version française et complète qui de surcroît est accompagnée du logiciel de montage VideoStudio 7.0 SE DVD. Dommage toutefois qu'il faille installer un à un les logiciels en question ce qui rallonge sensiblement la durée de l'installation et rend le procédé un peu pénible.

En matière d'accessoires, TerraTec livre son Grabster avec un câble USB 2.0, un câble S-Vidéo, un câble composite/RCA, un socle ainsi qu'un adaptateur péritel bidirectionnel comportant des connecteurs S-Vidéo, RCA et composite.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top