Au-revoir le Laser : Souris Microsoft BlueTrack

23 septembre 2008 à 17h48
0
0000004101540410-photo-logo-microsoft.jpg
Après quelques semaines de teasing sur ses sites Internet, Microsoft levait le voile en début de mois sur sa nouvelle technologie BlueTrack à destination des souris. La division matérielle du géant des logiciels a en effet développé un tout nouveau système de repérage optique succédant à la technologie laser, avec pour avantage numéro un, de garantir le fonctionnement de ses souris sur une plus grande variété de surfaces.

Pour étrenner cette nouvelle génération de capteur optique, Microsoft lance deux nouvelles souris : la Microsoft Explorer Mouse et la Microsoft Explorer Mini Mouse. Si la première est une souris sans fil rechargeable à destination des ordinateurs de bureau, la seconde a été conçue pour les ordinateurs portables alors que toutes deux profitent naturellement du capteur avec technologie BlueTrack. Dans les lignes qui suivent nous vous présenterons la technologie BlueTrack, sa mise en œuvre ainsi que les deux premières souris qui en bénéficient. De quoi saluer définitivement le laser ?

0000014001593990-photo-microsoft-explorer-mini-mouse-bluetrack-2.jpg


Technologie Microsoft BlueTrack

0000005001593780-photo-logo-microsoft-bluetrack-technology.jpg
Instigateur de la première souris à capteur optique, la division matérielle de Microsoft est connue et réputée pour les nombreuses innovations qu'elle a pu introduire dans le monde des périphériques. Toutes n'ont peut-être pas eu le succès escompté, mais l'on retiendra quand même que Microsoft fut le premier à proposer une souris sans boule, avec capteur optique donc, alors qu'il fut également le premier à intégrer une molette sur ses souris avant de rendre ladite molette multi-directionnelle. La technologie BlueTrack, en développement depuis 18 mois chez Microsoft, s'inscrit dans cette longue série d'innovations et si le recul manque encore pour savoir si BlueTrack fera effectivement date dans les annales de l'informatique, la technologie a tout de même quelques avantages certains.

000000FA01647434-photo-electronique-microsoft-explorer-mouse-bluetrack.jpg

Electronique Microsoft BlueTrack


Avec BlueTrack, l'idée principale est de remplacer l'illumination au laser des souris actuelles par un faisceau lumineux plus large et ce dans le but avoué d'éclairer la surface de glisse de manière plus importante. En élargissant le faisceau, Microsoft s'assure que les rebonds de la lumière sur la surface seront plus nombreux, particulièrement si la surface en question contient des aspérités (comme un tapis ou de la moquette par exemple). D'après les tests effectués par Microsoft, la technologie BlueTrack, qui reste pour l'heure propriétaire, assure un fonctionnement de la souris sur des surfaces pourtant difficiles comme le bois, le granite, le marbre ou la moquette et les tapis.

Questionné sur le choix de la couleur du faisceau d'illumination, un faisceau à LED bleue, Mark Depue, ingénieur chez Microsoft, répond que le bleu est l'une des couleurs qui offre le meilleur contraste avec un bruit nettement moindre pour un suivi des mouvements aussi précis que possible. Et d'insister sur l'aspect uniforme de l'illumination puisque les ingénieurs de Microsoft ont déployé moult efforts pour que l'intensité lumineuse soit la même sur toute la largeur du faisceau afin d'éviter d'avoir des zones plus lumineuses que d'autres. De plus, l'illumination bleue serait moins sensible aux poussières que les illuminations laser traditionnelles.

01646924-photo-sp-cification-microsoft-bluetrack.jpg

Schéma de fonctionnement de la technologie BlueTrack


Pour le reste, la technologie BlueTrack est architecturée de manière traditionnelle avec une source lumineuse, dont nous avons évoqué les particularités, et un capteur relié à une optique spéculaire de type grand-angle. Ici, Microsoft indique que l'usage d'une optique grand angle permet d'obtenir des images toujours nettes de la surface au contraire des optiques utilisées dans les souris conventionnelles, et qui peuvent parfois produire des images floues. Pour résumer le fonctionnement de BlueTrack, la LED bleue illumine la surface et le rebond de cette illumination est enregistré par un capteur placé derrière l'optique que nous évoquions à l'instant. Chaque seconde plusieurs images de la surface sont prises et analysées par le capteur et les différences entre les images se traduisent par un déplacement équivalent du pointeur. Le capteur en question a été développé par Microsoft dans ses laboratoires de Fort Collins : il s'agit d'une puce CMOS de quatrième génération qui permet à la souris d'atteindre une résolution optique de 1 000 dpi, du moins sur les modèles Explorer Mouse et Explorer Mini Mouse qui nous occupent ici.

000000FA01647082-photo-microsoft-bluetrack-arri-re-souris.jpg

Souris Microsoft avec technologie BlueTrack : vue de dos !

Microsoft Explorer Mouse

Première souris Microsoft à utiliser la technologie BlueTrack, l'Explorer Mouse se destine aux ordinateurs de bureau et aux droitiers. Avec une forme assez large, qui n'est pas sans rappeler certains côtés de la mythique IntelliMouse Explorer, l'Explorer Mouse conviendra parfaitement aux grandes mains alors que son revêtement alterne les matériaux. Le sommet de la souris, qui héberge les deux boutons principaux, est en effet revêtu d'un plastique gris métallisé au traitement brillant, alors que la partie inférieure de la coque, sur laquelle repose la paume de votre main, est habillée d'un revêtement « soft-touch ». Les designers de Microsoft n'ont pas oublié le renfoncement latéral gauche pour le pouce, renfoncement qui est ici moins prononcé que sur les dernières Wireless Laser Mouse 7000 alors que le matériau retenu est un plastique mat, façon argenté. La base de la souris est pourvue de deux larges patins en téflon et entourée d'un sabot chromé, à la finition tout simplement exemplaire. Ledit sabot s'illumine progressivement de bleu à la mise en route de la souris, tout comme le logo BlueTrack présent sur la coque, avant de s'éteindre quelques instants plus tard. Bien que la Microsoft Explorer Mouse ne se destine pas à un usage mobile, la base de la souris comporte un léger creux qui permet d'y clipser le récepteur USB radio livré avec la souris. Ce faisant, la souris s'éteint immédiatement grâce à un capteur de contact. Sans fil, la Microsoft Explorer Mouse utilise la bande radio des 2.4 GHz pour communiquer avec l'ordinateur et d'après nos mesures, ce sont en moyenne 125 rapports qui sont transmis à l'ordinateur chaque seconde, soit ni plus ni moins que le standard communément admis.

000000AF01647068-photo-microsoft-explroer-mouse-4.jpg

Récepteur radio Microsoft


En ce qui concerne les différents boutons, et outre les deux boutons de clic principaux, la Microsoft Explorer Mouse comporte naturellement une molette et si la forme de celle-ci a quelque peu évolué par rapport à la Wireless Laser Mouse 7000, Microsoft persiste et signe en proposant une molette molle sans aucun crantage. Multidirectionnelle, la molette n'est plus en caoutchouc, mais adopte un revêtement métallique qui lui confère une meilleure maniabilité sans toutefois atteindre le niveau de confort d'une MX Revolution de Logitech. Par défaut, le clic de la molette active la fonction Flip 3D de Windows Vista, une fonction qui fait défiler les fenêtres en cours d'exécution à l'écran. Quant au côté gauche de la souris, il abrite deux boutons, l'un étant par défaut configuré pour retourner à la page précédente, l'autre activant la fonction zoom, une fonction toujours aussi pénible sous Windows Vista puisqu'elle provoque l'apparition d'un écran noir pendant quelques secondes. Naturellement, l'affectation des boutons est entièrement re-paramétrable dans les pilotes IntelliPoint de Microsoft.

000000D201647016-photo-microsoft-explorer-mouse-1.jpg
0000011D01647018-photo-microsoft-explorer-mouse-2.jpg

Souris Microsoft Explorer Mouse


Alimentée par un seul accumulateur LR6 de 2100mAh, la Microsoft Explorer Mouse est une souris rechargeable. À cet effet, Microsoft livre un curieux socle de recharge : extrêmement compact, celui-ci s'utilise à l'horizontale et du fait qu'il n'épouse pas entièrement la forme de la souris, il est parfois peu évident de bien positionner cette dernière sur sa base. Lors de la charge, un voyant s'illumine de vert sur le sommet du mulot et côté autonomie, selon les données constructeur, la Microsoft Explorer Mouse peut tenir trois semaines entre chaque charge. En cas de niveau de batterie insuffisant, la diode en question s'illumine alors de rouge.

000000FF01647020-photo-microsoft-explorer-mouse-3.jpg


Microsoft Explorer Mini Mouse

Utilisant elle aussi la technologie BlueTrack, la Microsoft Explorer Mini Mouse est en tout point identique à sa grande sœur qu'il s'agisse du design ou des fonctionnalités. Le choix des matériaux est en effet commun aux deux souris puisqu'elles partagent précisément la même robe. Si l'esthétique est semblable, jusque dans l'illumination en bleue du sabot et du logo de la souris, la taille des deux rongeurs est bien différente, l'Explorer Mini Mouse étant beaucoup plus compacte et ramassée que la version de bureau. Pour autant elle épouse parfaitement bien la forme de la main et propose les mêmes raffinements : molette multidirectionnelle, non crantée évidemment, et jeu de deux boutons reprogrammables sur le côté gauche de la souris.

000000C801646992-photo-microsoft-explorer-mini-mouse-1.jpg
000000C801646994-photo-microsoft-explorer-mini-mouse-2.jpg
000000C801646996-photo-microsoft-explorer-mini-mouse-3.jpg

Microsoft Explorer Mini Mouse

Utilisant la technologie radio sans fil des 2.4 GHz, la Microsoft Explorer Mini Mouse comporte sur son socle le même emplacement de rangement de la clé radio Microsoft. Comme sur sa grande sœur, le fait de clipser la clé USB au dos de la souris éteint automatiquement cette dernière. On regrettera au passage la taille de la clé radio USB, qui aurait gagné à être miniaturisée comme sur la Logitech VX Nano. Ce choix est d'autant plus surprenant que la nouvelle souris Microsoft Arc dispose d'un récepteur radio aussi petit que celui proposé par son concurrent suisse. Quant à l'alimentation électrique de la Microsoft Explorer Mini Mouse, elle est assurée par une seule pile LR6 et Microsoft évoque une autonomie de six mois en moyenne.

Destinée à être utilisée en situation de mobilité, la Microsoft Explorer Mini Mouse est livrée avec une housse de transport alors que nous avons pu vérifier son bon fonctionnement sur les ordinateurs portables Apple, et ce sans installation de pilote particulier et malgré l'apparition d'un assistant nous proposant de configurer le clavier lors de la première connexion du récepteur radio USB.

Quid de l'ergonomie

À l'usage, la Microsoft Explorer Mouse donne toute satisfaction bien qu'elle surprenne au premier abord par son poids mesuré à 152 grammes. Pour vous donner une idée, c'est près de 50 grammes de plus que la Wireless Laser Mouse 7000, la dernière souris en date de Microsoft que nous avions pu tester finalement assez récemment. Plus lourde donc, la Microsoft Explorer Mouse offre une glisse convaincante mais peut être pas aussi fluide que des souris plus légères. Si on adore le confort de l'Explorer Mouse, parfaitement adapté à la main de votre serviteur, on apprécie également le contact ressenti lors du clic sur les boutons principaux. On ne pourra en revanche pas en dire autant des boutons latéraux dont le contact est un peu plus bizarre avec une sonorité de clic métallique lorsqu'on les active. Quant à la molette, elle reste à notre sens trop compacte et l'absence de crantage est bien sûr toujours aussi contestable.

000000C801646998-photo-microsoft-explorer-mini-mouse-4.jpg


Du côté de la Microsoft Explorer Mini Mouse, on note un régime plutôt fructueux, la souris pesant dans les 105 grammes (avec sa pile bien entendu) alors que sa petite taille lui offre une glisse plus nerveuse que ce que l'on obtient avec l'Explorer Mouse. Plus petite en taille, la roulette de l'Explorer Mini Mouse ne nous convient bien sûr guère plus que celle de sa grande sœur alors que le contact des clics principaux est toujours aussi appréciable. Petite différence avec le clic des boutons latéraux : un clic beaucoup plus agréable sur l'Explorer Mini Mouse que sur l'Explorer Mouse. Allez savoir pourquoi !

A l'usage...

Au-delà du pur aspect ergonomique des deux mulots, il nous faut bien sûr revenir sur les performances du capteur BlueTrack et sur son adaptation aux différentes surfaces. Durant nos tests, nous avons soumis les souris équipées de la technologie BlueTrack à divers plans de travail : bureau en bois, tablette de TGV ou tablette d'avion, plan de travail en granit, surface en marbre, moquette, dessus de lit, canapé, sans oublier des surfaces plus originales comme un jean ou simplement une feuille blanche. Ce dernier test est assez révélateur car il peut mettre en défaut certaines souris. Bien que les souris optique avec un faisceau rouge fonctionnent correctement sur une feuille blanche, certaines souris avec un capteur laser, comme la Wireless Laser Mouse 7000 ont franchement du mal : les mouvements du pointeur sont alors très saccadés (on notera pour information que les souris filaires Razer ou même la Microsoft Laser Mouse 6000 sont moins sensibles à ce problème).

Reste un énorme talon d'Achille, difficilement corrigeable : le problème des surfaces en verre. Soyons clair, comme toutes les souris optiques, laser ou non, les souris BlueTrack ne fonctionneront pas sur une surface en verre. Et sur un verre sablé, on aura quelques surprises. Alors qu'une Logitech MX Revolution ne fonctionne tout simplement pas sur ce type de surface, le pointeur de notre Microsoft Explorer Mouse arrive tout de même à se déplacer. Toutefois les mouvements sont trop lents pour que la souris soit utilisable mais ce test a le mérite de démontrer les avancés de la technologie BlueTrack, même si bien sûr on aurait aimé que cette dernière fasse encore mieux ! Autre observation formulée au cours de nos tests avec l'Explorer Mouse et bien que celle-ci soit immobile sur notre bureau, le pointeur de la souris pouvait parfois se déplacer seul lentement à l'écran : dans ce cas la reprise en main de la souris suffit à mettre un terme à ce comportement, heureusement fort peu fréquent.

0000011301647106-photo-souris-microsoft-bluetrack-explorer-vs-explorer-mini-mouse.jpg

Microsoft Explorer Mini Mouse (à gauche donc) et Microsoft Explorer Mouse


Au quotidien, les souris BlueTrack affichent une précision tout à fait suffisante pour la bureautique qu'il s'agisse de la navigation Internet ou de la retouche photographique. En revanche, dans leurs configurations actuelles, ces souris ne sont pas franchement destinées aux joueurs : bien sûr avec les Sims 2 pas de souci pour jouer, en revanche avec un RTS comme Supreme Commander ou un FPS comme Call Of Duty 4, il n'y a pas de doute possible, on préférera largement une Logitech G9 ou même une Microsoft SideWinder Gaming Mouse. Pourquoi ? La Microsoft Explorer Mouse nous paraît en effet trop lourde pour jouer convenablement (à titre de comparasion, la nouvelle SideWinder X5 Mouse est deux fois plus légère) alors que sa glisse pourrait être franchement meilleure. Quant à la roulette... elle est tout simplement inadaptée aux jeux !

Quid des pilotes ?

Avant de refermer cet article, il nous faut évoquer les pilotes proposés par Microsoft. Ceux-ci sont toujours de très bonne facture avec pour avantage une excellente intégration à Windows et une légèreté certaine face au ventripotent SetPoint de Logitech. Côté fonctionnalités, on retrouve la possibilité de programmer les différents boutons de la souris, de la roulette aux boutons latéraux, alors qu'il reste possible de créer des profils spécifiques par application. Les options de défilement de la roulette sont paramétrables tout comme la vitesse de déplacement du pointeur. En revanche, et c'est une curiosité, aucun indicateur logiciel du niveau de la batterie n'est proposé pour l'Explorer Mouse avec les pilotes IntelliPoint 6.3.

0000011801646850-photo-microsoft-intellipoint-6-3-pilote-blue-track.jpg

Pilotes Microsoft IntelliPoint 6.3 : vue de la Microsoft Explorer Mouse

Conclusion

000000F001647428-photo-microsoft-explorer-mouse-bluetrack.jpg
Pour le moins inattendue, la technologie BlueTrack proposée par Microsoft semble donner de très bons résultats, qu'il s'agisse de la précision des déplacements ou de la compatibilité avec une grande variété de revêtements (bois, marbre, moquette, tissus, etc). Naturellement, on aurait apprécié que les souris BlueTrack aillent encore plus loin et fonctionnent sur des surfaces en verre, mais ce n'est hélas pas encore à l'ordre du jour.

Du côté de l'implémentation du capteur BlueTrack, les Explorer Mouse et Explorer Mouse Mini sont toutes deux très réussies. On retiendra de l'Explorer Mouse son design adapté aux grandes mains et son système de recharge de sa batterie, même si celui-ci manque à notre sens singulièrement de classe pour être posé sur un bureau. La roulette, toujours molle, reste un problème alors que le poids élevé de cette souris pourra être dérangeant pour certains. Reste le confort, l'esthétisme, un critère peut être pas vraiment objectif je vous l'accorde, et les fonctionnalités de très bon niveau.

Quant à l'Explorer Mini elle a franchement tout d'une grande ! S'adaptant parfaitement à la forme de votre main elle offre une très bonne glisse. On lui reprochera simplement l'usage d'une roulette non crantée alors que l'on s'interroge sur le choix de Microsoft de proposer un récepteur radio USB plein format quand le même Microsoft a déjà développé un récepteur radio ultra-compact pour sa nouvelle Arc-Mouse. Finalement il n'y a que le prix d'introduction de ces souris qui pourra être gênant, puisque Microsoft profite de l'effet nouveauté pour fixer un prix plutôt élevé. Comptez 70 euros TTC pour l'Explorer Mouse et 60 euros TTC pour sa petite sœur, l'Explorer Mini Mouse. A titre de comparaison, la dernière souris haut de gamme de Logitech, la MX Revolution, se négocie à présent dans les 50 euros TTC alors que la Logitech VX Nano Cordless Laser Mouse for Notebooks (ouf) ne vaut que 40 euros TTC ! Naturellement avec le temps, les prix devraient évoluer vers le bas, mais tout de même !

Microsoft Explorer Mouse

6

Les plus

  • Technologie BlueTrack
  • Design confortable
  • Bonne ergonomie

Les moins

  • Socle de recharge peu pratique
  • Molette molle
  • Prix élevé

0

Confort8

Précision8

Bouton8



Microsoft Explorer Mini Mouse

8

Les plus

  • Technologie Bluetrack
  • Ergonomie de très bon niveau

Les moins

  • Récepteur radio encombrant
  • Molette molle (encore et toujours)
  • Pas de système de recharge ?

0

Confort9

Précision8

Boutons8



L'une de ces souris vous intéresse ? Retrouvez-la dans le :
  • Comparer les prix pour la Microsoft Explorer Mouse
  • Comparer les prix pour la Microsoft Explorer Mini Mouse

  • Venez discuter de ce dossier dans le forum
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

PlayStation : Japan Studios pourrait drastiquement réduire ses effectifs
Dragon Age : le prochain opus sera totalement solo
Soldes Amazon : le TOP des promotions high-tech à saisir ce jeudi
Denon AVC-X3700H : l’amplificateur home cinema de référence pour les débutants comme pour les plus exigeants
Soldes Amazon : ce pack d'ampoules Philips Hue est en promo
Word Online permet de générer des présentations PowerPoint et accueille les Pins de Pinterest
Le OnePlus 8 est vraiment à prix cassé avant la fin des Soldes chez Amazon
Global.health, la plateforme de données ouvertes COVID-19 portée par Google, veut aider à comprendre la pandémie
HPS lance Domestique 12-1, un vélo électrique poids-plume en édition ultra-limitée
Soldes Cdiscount : ces écouteurs sans fil Bang & Olufsen E8 sont au meilleur prix
Haut de page