Abit DigiDice

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
04 novembre 2003 à 22h56
0
00C8000000055659-photo-logo-abit.jpg
Les spécialistes taiwanais de la carte mère n'en finissent plus de grossir les rangs des constructeurs de MiniPC et malgré un certain retard Abit ne compte pas être tenu à l'écart de ce commerce juteux, sorte d'oasis au milieu d'un marché du PC relativement morose. Décidé à ne pas copier le design presque référence de Shuttle, Abit s'est creusé la tête pour sortir des sentiers battus. Le résultat est un produit tout à fait singulier qui porte le nom de DigiDice.

A côté de ce design "particulier" qui a déjà beaucoup fait parler de lui au cours des présentations successives de la bête, Abit a choisi de mettre en avant ce qui fait sa réputation : des fonctionnalités très complètes et un penchant très net pour tout ce qui a trait à l'overclocking et à la ventilation. Le DigiDice s'affirme ainsi comme un MiniPC qui "a tout des grands". Affirmation que nous allons bien sûr nous attacher à vérifier tout au long de ce test.


Votre PC est... différent !

Au premier coup d'oeil, c'est évidemment, c'est le design pour le moins atypique du DigiDice qui frappe. Le produit que nous avons reçu en test ressemble trait pour trait au modèle que nous avions déjà eu l'occasion de voir lors de la présentation effectuée par Abit à Barcelone. Il semble donc que la firme taiwanaise n'ait pas tenu compte des très nombreuses critiques émises à l'encontre de ce design pour le moins douteux. Ni classe, ni rétro, le DigiDice est une grosse boîte argenté sans réel charme ou personnalité. Certains le compare à un poste à galène d'autres à un appareil électroménager tout droit sorti des années 70... Une chose est cependant certaine, on reste très loin de la "classe" affichée par Biostar ou la classe d'un Soltek ou d'un Shuttle, ce qui n'est pas de bonne augure pour la suite de ce test !

0190000000060722-photo-abit-digidice.jpg

Malgré ce design surprenant, le DigiDice renferme quelques idées intéressantes tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Nous allons donc commencer notre test de la bête par un petit tour du propriétaire qui nous permettra de mettre en évidence certains points intéressants visibles en façade. Ensuite, nous entrerons dans le vif du sujet avec l'ouverture du DigiDice. Nous analyserons alors les choix effectués par Abit en matière de montage, d'agencement des composants, de ventilation et bien sûr d'extension avant de nous lancer dans la partie "test" proprement dite.


Tout ce qu'il faut en façade

Le DigiDice n'est peut-être pas au goût de tous mais force est de constater que son design particulier lui permet d'offrir tout ce dont un utilisateur PC peut avoir besoin sur sa machine. Une porte coulissante bien conçue permet en effet de découvrir un grand nombre de connecteurs et autres baies d'extension que l'on ne retrouve sur aucun autre MiniPC. Nous avons par exemple droit à deux emplacements externes 5"1/4 en sus du lecteur de Cartes Mémoire 6 en 1 : même Soltek ne peut prétendre en proposer autant. Les emplacements 5"1/4 sont d'ailleurs "habillés" aux couleurs du DigiDice via un système de cache en plastique relativement bien conçu. Alors que sur de nombreux autres systèmes ces caches ne sont pas compatibles avec tous les lecteurs, nous n'avons ici pas rencontré le moindre problème (huit modèles de lecteurs ont été testés). En-dessous on retrouve donc le Lecteur de cartes mémoires qui est devenu en l'espace de très peu de temps un périphérique presque indispensable, il faut dire que le nombre de possesseurs d'appareils photo numériques ne fait que croître. Sous ce lecteur se trouve les sempiternels connecteurs de face avant. Rien de bien original à signaler ici puisque Abit s'est contenté de ce que l'on pourrait appeler le "minimum syndical" : deux ports USB2, un port FireWire, une sortie casque et une entrée microphone. La partie gauche de la face avant est en revanche beaucoup plus originale puisque nous retrouvons un petit écran à cristaux liquides, quatre boutons argentés et une grosse molette de la même couleur. Ces éléments constituent l'une des parties les plus originales du DigiDice puisqu'il s'agit tout simplement d'un système de contrôle et de surveillance de l'état du PC. On peut y vérifier la chaleur du processeur, la vitesse de rotation des ventilateurs et même commander un overclocking via la molette ! Le petit "bouton" bleu visible sur les photos est en réalité un récepteur infra-rouge pour la télécommande alors que les quatre boutons argentés permettent eux de lancer quelques applications sous Windows. Leur intérêt reste toutefois extrêmement limité et un clic de souris ira bien souvent aussi vite !

00D2000000060723-photo-abit-digidice-des-caches-pour-ne-pas-casser-le-design.jpg
00D2000000060724-photo-abit-digidice-un-lecteur-de-cartes-m-moire-et-les-classiques-connecteurs-de-fa-ade.jpg
00D2000000060725-photo-abit-digidice-de-nombreux-connecteurs-audios-sur-le-digidice.jpg

Le DigiDice propose de nombreux connecteurs mais le design est franchement discutable

La molette est plus intéressant dans la mesure où elle sert une multitude d'usages. De l'allumage du PC (il n'y a pas de bouton spécifique à la mise sous tension du DigiDice) au contrôleur de l'overclocking en passant par le réglage de l'heure ou bien la gestion du volume sonore. L'idée n'est pas mauvaise et pourrait intéresser de nombreux utilisateurs mais il faut toutefois reconnaître que la mise en application est largement perfectible. La gestion des différentes fonctions répond à un rituel un peu complexe et on se perd bien souvent entre le réglage du volume ou le changement de fonction. En lieu et place de raccourcis pour appeler différentes applications, Abit aurait du employer les quatre boutons argentés pour choisir la fonction à afficher sur l'écran à cristaux liquides ! En retournant le DigiDice, on peut contempler la face arrière de la machine. Au premier coup d'oeil, c'est l'impression d'espace perdu qui prédomine tant la partie supérieure du DigiDice semble vide comparé à ce que propose Shuttle par exemple. On repère rapidement la position de l'alimentation, du ventilateur de boîtier et des connecteurs d'extensions AGP / PCI. Ces dernièrs semblent être au nombre de trois mais nous verrons à l'ouverture de la boîte qu'il n'en est rien. Enfin, sur la partie inférieure du DigiDice, on retrouve les classiques connecteurs. On regrette d'emblée qu'Abit se soit contenté de 2 ports USB2 alors que les derniers modèles signés Shuttle en offrent 4, mais dans l'ensemble les choix effectués par Abit sont plutôt cohérents : aucun port série / parallèle, 2 connecteurs PS2, 1 connecteur RJ45 10/100 Mbps et de très nombreux ports audio (3 sorties audio analogiques pour le 5.1, une entrée ligne, une entrée microphone et une sortie optique numérique).

00D2000000060726-photo-abit-digidice-indicateur-de-temp-rature.jpg
00D2000000060727-photo-abit-digidice-fr-quence-de-fonctionnement.jpg
00D2000000060728-photo-abit-digidice-vitesse-de-rotation-du-ventilateur-cpu.jpg

Sur la gauche du DigiDice, l'écran de contrôle permet d'afficher différentes informations

Séquence éviscération

Voilà un titre un peu gore pour une opération somme toute relativement simple. Abit a repris le même système qui a déjà fait le succès des boîtiers Lian Li puis de la plupart des MiniPC, à savoir un capot simplement maintenu par des vis moletées pour un dévissage "à la main". Ce sont ici quatre de ces vis particulières qui bloquent le capot du DigiDice. Une fois enlevé ce dernier laisse apparaître un intérieur nettement plus spacieux que ce que l'on peut trouver sur les autres MiniPC : il faut bien que les dimensions plus imposantes du DigiDice servent à quelque chose ! Le manuel livré par Abit est à ce titre particulièrement bien fait et permet même aux moins habitués des utilisateurs de monter convenablement et sans trop de tracas tous les composants à l'intérieur de la bête. Il faut commencer par enlever les deux berceaux qui serviront à l'accueil des Disques durs (deux emplacements internes 3"1/2) et des lecteurs CD (les deux emplacements externes 5"1/4 visibles en façade). Ceci fait, on peut apercevoir la carte mère conçue spécialement pour l'occasion par Abit : la IS-50. Architecturée autour du fameux chipset i865G, elle se destine évidemment aux Processeurs Pentium 4 dont elle accepte les modèles avec et sans Hyper-Threading utilisant un FSB de 400 MHz, de 533 MHz ou bien encore de 800 MHz. Cette dernière fréquence est le gage d'une certaine évolutivité puisqu'elle permet d'installer les derniers processeurs à 3.2 GHz. En matière de MiniPC, les slots d'extension sont souvent très réduits et le DigiDice ne déroge pas à la règle en n'offrant que le classique couple 1 AGP / 1 PCI. Petite originalité tout de même, les deux ports sont espacés de manière à ce que n'importe quelle carte graphique puisse trouver sa place dans le DigiDice sans que le port PCI ne soit condamné : un bon système pour intégrer les imposantes GeForce FX.

00D2000000060732-photo-abit-digidice-abit-a-choisi-de-mettre-un-ventilateur-en-plus-du-heat-pipe.jpg
00D2000000060733-photo-abit-digidice-le-chipset-i865g-se-passe-de-ventilateur.jpg
00D2000000060734-photo-abit-digidice-deux-ports-sata-deux-ports-pata-et-surtout-un-clearcmos-accessible.jpg

Quelques choix intéressants : un ventilateur sur le processeur pour épauler le heat-pipe, un ClearCMOS accessible...

Il faut par contre signaler que les quelques cartes AGP les plus longues ne pourront pas rentrer dans le boîtier, moins profond que la plupart des autres MiniPC. Tout près des deux ports d'extension, nous avons la joie de trouver un cavalier pour le ClearCMOS. Contrairement à ce que nous avons sur de nombreux MiniPC, le cavalier est ici parfaitement accessible même lorsque le boîtier est bien rempli. On ne peut en revanche pas en dire autant des deux ports mémoire situés sous le berceau réservé aux lecteurs de CD-ROM. Ils acceptent deux barrettes de DDR266 / DDR333 ou DDR400 pour un maximum de 2 Go mais une fois le PC intégralement monté, il est tout simplement impossible d'ajouter / enlever la moindre barrette. Les plus habitués au montage de PC auront déjà remarqué que le DigiDice n'autorise le montage d'aucun lecteur de disquettes et il n'est donc pas surprenant que la carte mère ne comporte pas de connecteur floppy. Elle intègre en revanche deux ports Serial ATA afin de brancher les disques durs les plus récents et deux ports Ultra ATA 33/66/100 pour les composants plus anciens. Sur la carte et autour des éléments principaux que nous venons de décrire, il est possible d'identifier de nombreux composants et autres accessoires plus ou moins importants. On repère bien sûr le Southbridge ICH5 mais aussi le contrôleur audio ALC650 qui autorise le son sur six canaux, le VIA VT6307 et son support du FireWire ou encore le Realtek RTL8101L destiné à gérer l'interface réseau (10/100 Mbps). On remarque également la présence de quatre connecteurs trois broches pour ventilateurs et divers autres connecteurs de moindre importance.

00D2000000060729-photo-abit-digidice-contr-leur-r-seau-rtl8101l.jpg
00D2000000060730-photo-abit-digidice-le-via-vt6307-se-charge-du-firewire.jpg
00D2000000060731-photo-abit-digidice-deux-des-quatre-connecteurs-pour-ventilateurs.jpg

Quelques uns des éléments intégrés à la carte mère : contrôleur réseau, FireWire...

Joindre l'utile à l'agréable ?

C'est certainement ce qu'on du se dire les ingénieurs de Abit à la conception du packaging du DigiDice. En plus du barebone proprement dit, de ces divers accessoires indispensables (ventilateurs, heat-pipe, visserie) et d'un CD contenant à la fois les pilotes et quelques logiciels intéressants (WinDVD, WinRIP), ils ont en effet intégrer l'un des accessoires les plus futiles jamais imaginé par un développeur : un flacon d'huile essentiel ! Non, vous n'avez pas mal lu, c'est bien ce qui est livré avec le DigiDice ! Le contenu du flacon se verse (en plusieurs fois) dans un petit réceptacle qui vient se fixer sur le radiateur à l'arrière du DigiDice. Lorsque le PC est allumé, il chauffe et l'huile s'évapore alors diffusant une senteur plutôt agréable... Accessoire et particulièrement inutile mais après tout, pourquoi pas ? A côté de tout cela, Abit opte pour le plus utile en ajoutant également une petite télécommande infra-rouge qui vient directement prendre appui sur le récepteur installé en face avant. Relativement petite, simple et bien conçue, cette télécommande permet d'allumer le PC et de prendre le contrôle des quelques applications livrées avec le CD de pilotes. Avec ces programmes on peut presque tout faire à partir de la seule télécommande mais il faut bien admettre que la compatibilité est moins évidente avec des applications moins en vogue. Cette limitation vaut d'ailleurs pour les quatre boutons argentés présents en façade qui sont, eux-aussi, trop limités aux seules applications conseillées par Abit : WinDVD, WinRIP et la visionneuse d'images de Windows XP. Malgré cette limitation, la télécommande remplit honorablement son rôle. Elle est plutôt ergonomique et dispose de nombreuses fonctions qui lui permettent de simplifier la vie de l'utilisateur et c'est bien là son but premier. Enfin et c'est un peu la marque de fabrique chez Abit, le DigiDice se caractérise par un BIOS et des fonctions d'overclocking plutôt évoluées. C'est là que les bidouilleurs de tous poils trouveront leur bonheur et globalement on ne peut pas dire que Abit ternisse ici sa réputation.

00D2000000060738-photo-abit-digidice-une-t-l-commande-sympathique.jpg
00D2000000060739-photo-abit-digidice-pas-de-carte-agp-pci-pleine-longueur-ici.jpg
00D2000000060740-photo-abit-digidice-le-flacon-d-huile-essentielle.jpg

Quelques bonnes idées et des accessoires amusants, mais impossible de mettre une carte dite "longue" !

Dans le BIOS, on découvre tous les petits réglages certes maintenant devenus monnaie courant sur les carte mère ATX mais qui sont encore bien rares dans le monde du MiniPC. On peut régler le FSB par pas de 1 MHz entre 100 et 300 MHz et aussi ce que Abit appelle le "Strap FSB" et qui revient en fait à choisir le FSB400, FSB533 ou FSB800 selon votre processeur. Le ratio CPU / mémoire est fort heureusement paramétrable (au choix entre 1:1, 3:2 et 5:4) et il en va de même pour celui de l'AGP. Enfin trois tensions de fonctionnement sont paramétrables : celle du processeur (de 1.10V à 1.95V), celle de la mémoire (de 2.55V à 2.80V) et enfin celle de l'AGP (de 1.50V à 1.65V). La mémoire bénéfice pour sa part de réglages encore plus avancés puisqu'il est possible de définir le moindre des paramètres en détails (Latency Time, Precharge Delay, Refresh Cycle, Read Delay...). Ces réglages se font dans le BIOS mais, nous l'avons déjà dit, Abit s'est en plus "amusé" à intégrer une fonction d'overclocking "facile" accessible depuis la molette en façade. Il suffit en effet de tourner la molette vers la droite en mode "overclocking" pour que l'on passe sur l'un des six états possibles : "0" aucun overclocking, "1" le FSB est augmenté de 5%, "2" à 10%, "3" à 15%, "4" à 20% et enfin en position "5" le FSB est tout simplement augmenté de 25%. Si le système reste stable, alors la sélection sera conservée jusqu'à nouvel ordre alors qu'un blocage fera repasser le système en position "0". Aussi ingénieux soit-il, ce système n'intéressera tout de même pas beaucoup de monde : les amateurs d'overclocking souhaitent un contrôle plus profond sur les réglages de la machine alors que les autres n'ont que faire de ce genre d'optimisations et restent à fréquence normale.

00D2000000060735-photo-abit-digidice-le-heat-pipe.jpg
00D2000000060736-photo-abit-digidice-le-heat-pipe.jpg
00D2000000060737-photo-abit-digidice-le-heat-pipe.jpg

Le "Heat-Pipe" selon Abit : une approche sensiblement différente de celle de Shuttle

00C8000000051152-photo-configuration-compl-te.jpg
C'est un fait, le DigiDice est plus gros et sans aucun doute moins réussi esthétiquement parlant que la plupart des autres MiniPC. Nous avons cependant pu voir que ces deux défauts sont contrebalancés par un montage globalement plus simple et surtout par des possibilités d'extension plus importantes que la concurrence. Le manuel de qualité et la présence d'un télécommande sont autant d'arguments qui permettent de se dire que le design n'est peut-être pas si important que ça... Encore faut-il bien sûr que les performances soient au rendez-vous !


L'épreuve des benchmarks

Les habitués de Clubic savent bien que l'étude des performances brutes d'un barebone n'est pas quelque chose de particulièrement passionnant dans la mesure où l'on retrouve le plus souvent des composants déjà bien connus. Le chipset choisi par Abit dans le cas du DigiDice est à ce titre un excellent exemple puisqu'il s'agit du i865G d'Intel que l'on a déjà eu l'occasion de voir à l'oeuvre à maintes reprises sur Clubic. Nous avons tout de même décidé de reconduire quelques uns des logiciels de mesure les plus célèbres afin de vérifier si Abit nous a concocté quelques optimisations dont il a le secret et nous avons pour cette vérification décidé de comparer le DigiDice à un mTube signé Absolut Technology. Plus imposant, le mTube est doté d'une carte mère MicroATX signée Asus, un autre grand nom de la spécialité (la P4P800-VM à base de i865G).
  • Abit DigiDice / Absolut mTube (Asus P4P800-VM)
  • Pentium 4 3 GHz FSB800
  • 2x256Mo Corsair DDR400 CAS 2.0
  • GeForce FX5900 Ultra 256 Mo
  • Disque dur Seagate 120Go UDMA100 7200RPM


022F000000060716-photo-abit-digidice-sandra-2004.jpg

Le logiciel de SiSoft, Sandra, ici dans sa version 2004, offre toute une panoplie d'assistants, d'outils de mesure et autres aides à la configuration. Nous avons jeté notre dévolu sur le seul test mémoire qui est particulièrement important lorsque l'on fonctionne avec un FSB aussi élevé que c'est le cas sur les Pentium 4. Basées sur le même chipset, avec les mêmes barrettes de mémoire et réglées de la même manière, les deux configurations font, ce n'est pas une grande surprise, plus ou moins jeu égal.

022F000000060717-photo-abit-digidice-pc-mark-2002.jpg

Développé par FutureMark, PC Mark 2002 ne nous laisse pas le choix des tests et propose de ce fait trois résultats : processeur, mémoire et disque dur. Les conclusions ne sont toutefois pas différentes de celles que nous pouvions formuler avec Sandra 2004. La carte mère Asus P4P800-VM l'emporte sur celle d'Abit d'une très courte tête et le mTube devance donc très légèrement le DigiDice qui décidemment s'affirme comme un MiniPC plutôt performant. Entre les deux machines, l'écart reste d'ailleurs on ne peut plus négligeable et il ne fera pas sentir par l'utilisateur.

022F000000060718-photo-abit-digidice-3d-mark-2003.jpg

Nous terminons cette petite série de benchmarks par le passage obligé de la 3D avec le célèbre et controversé 3D Mark 2003 du même FutureMark. Ici, c'est bien sûr la GeForce FX qui est principalement sollicitée et le test nous permet de voir l'efficacité de la gestion de l'AGP. Encore une fois, la proximité en terme de composants entre les deux Cartes mères ne laissait que très peu de suspens. L'Asus signe des performances encore supérieures à celles de la carte Abit mais l'écart est encore plus faible que précédemment. A moins de 1 %, il est pour ainsi dire nul.


Nuisances sonores et températures

Notre description détaillée de la page précédente laissait volontairement en suspend la question de la ventilation. Il est vrai qu'il s'agit là d'un des points les plus importants d'un article consacré aux MiniPC. Les performances étant comme prévues relativement proches de ce que les autres fabricants obtiennent avec leurs solutions, Abit se devait pour palier aux déficiences déjà évoquées de son DigiDice, offrir une solution vraiment discrète en termes de nuisances sonores. En regardant les différentes photos et si vous faites le compte des ventilateurs intégrés à la machine, vous devez parvenir à l'étonnant totale de 4... Voilà qui semble bien mal parti pour obtenir une machine discrète. Ce nombre impressionnant est d'autant plus étonnant qu'Abit a fait l'effort de concevoir sa propre solution à base de heat-pipe à laquelle il a ajouté une ventilation externe au boîtier tout à fait singulière. Le chipset i865G malgré sa solution graphique intégrée, se passe plutôt bien de ventilateur et si nous parvenons au total de 4, c'est qu'Abit en a ajouté un sur le ventirad (malgré l'utilisation du heat-pipe), un dans la partie supérieure du boîtier et un à l'extérieur, afin d'éliminer la chaleur évacuée par le heat-pipe. Enfin, le quatrième est bien évidemment intégré à l'alimentation. Quatre ventilateur n'est pas en soit un problème et n'importe quel connaisseur sait bien que le plus important pour conserver un PC silencieux n'est pas vraiment le nombre de ventilateurs mais bien sûr leur vitesse de rotation.

Abit a évidemment intégré un système de contrôle de cette vitesse en fonction de la chaleur mais et c'est certainement là le principal problème, il ne peut palier la taille des ventilateurs choisit par Abit. Pour mesurer les nuisances sonores émises par le DigiDice, nous avons bien sûr utilisé la même configuration qui nous a déjà servi pour en vérifier les performances. A base de Pentium 4 3 GHz, cette configuration s'est avérée beaucoup trop bruyante par rapport à la concurrence sans que le fait de jouer sur les ventilateurs ne change vraiment quelque chose. A 50 dB, on ne peut absolument pas parler de machine discrète et encore moins de PC silencieux (le Shuttle SB61G2 doté du même processeur "tourne" autour de 45-46 dB). C'est plutôt le qualificatif gênant qui me vient à l'esprit et la principale cause de ce bruit est facilement identifiable : il s'agit du ventilateur en haut du boîtier. Il mesure 60x60x10 mm et nous avons bien du mal à comprendre pourquoi Abit ne s'est pas décidé pour un modèle plus imposant, ce n'était pas la place qui manquait. Plus généralement c'est toute la conception "silence" de la machine qui est à revoir en changeant l'alimentation pour un modèle plus puissant et surtout plus discret. Enfin, Abit aurait sans aucun doute du s'inspirer encore un peu plus de Shuttle et intégrer directement la ventilation au heat-pipe au lieu de passer par un système externe avec conduit en plastique.

00D2000000060742-photo-abit-digidice-des-noms-pour-identifier-chaque-prise.jpg
00D2000000060743-photo-abit-digidice-les-geforce-fx-peuvent-tre-ins-r-es-sans-mal.jpg
00D2000000060744-photo-abit-digidice-voici-la-principale-source-de-bruit.jpg

On apprécie certains choix d'Abit (nommer les prises, accepter les GeForce FX) mais on regrette vivement la sélection de ventilateurs !

C'est d'autant plus regrettable qu'en terme de dissipation thermique le DigiDice s'en sort bien (avec un tel bruit le contraire eu été scandaleux !) : 45°C après plusieurs heures de jeu en réseau. A titre indicatif et puisque nous avons commencé notre comparaison en opposant le DigiDice à un mTube équipé d'une Asus P4P800, il est intéressant de voir que le MiniPC est nettement plus bruyant que son homologue signé Absolut. Ce dernier est vrai dire pratiquement silencieux malgré la présence lors de nos mesures d'une carte GeForce FX 5900 Ultra ! Nous avons alors relevé 42 dB et une température de l'ordre de 44°C... Supérieur sur tous les plans à ce que peut nous offrir la machine imaginée par Abit.
00D2000000060745-photo-abit-digidice.jpg

Conclusion

Malgré une volonté de changement fort louable de la part d'Abit, notre conclusion est malheureusement sans appel et le DigiDice ne saurait constituer une alternative viable en matière de MiniPC. La concurrence est beaucoup plus rude qu'elle ne pouvait l'être il y a encore un an et en l'état, le DigiDice se fait surtout remarquer par ses défauts et en particulier par les nuisances sonores qu'il produit. Il faut dire que les choix opérés en la matière par Abit sont tout simplement surprenants. Le constructeur taiwanais fait preuve d'une étonnante inexpérience lorsque, par exemple, il sélectionne un ventilateur 60x60x10 mm alors qu'il avait largement la place de fixer un 80x80x25 mm, à la fois plus efficace et moins bruyant !

Les fonctions d'overclocking sont certes sympathiques mais ne peuvent compenser un design vraiment très particulier que vient achever une alimentation très discutable. Alors que Shuttle, largement critiqué sur ce point, se décide depuis peu à abandonner les minuscules alimentations 200W ventilée par un simple 40x40 mm, Abit ne s'embarrasse pas et nous livre ce modèle complètement dépassé ! C'est d'autant plus surprenant que la célèbre firme s'est arrangé pour que les cartes AGP les plus imposantes (GeForce FX5900 par exemple) puissent rentrer sans aucun problème dans la boîte ! De la même manière, Abit avait pourtant fait quelques choix intéressants en matières de périphériques de stockage (deux emplacements 3"1/2 internes et deux emplacements 5"1/4 externes).

Proposé autour de 350 euros, le DigiDice reste donc très loin de ce que l'on est en droit d'attendre d'un MiniPC en fin d'année 2003. Abit a visiblement sous-estimé les arguments de la concurrence et son premier essai ne marquera les esprits que par son design pour le moins douteux. Quelques points positifs permettent toutefois d'espérer une seconde mouture plus convaincante, reste à savoir si Abit voudra continuer l'expérience !


Abit DigiDice

4

Les plus

  • Quatre baies de stockage (2*3"1/2, 2*5"1/4)
  • Montage très simple
  • Télécommande et panneau de contrôle

Les moins

  • Relativement encombrant
  • Beaucoup trop bruyant
  • Peu pratique une fois monté
  • Nombreux "petits" manques (RAID, reset...)

Note globale5

Performances8

Fonctionnalités6

Confort d'utilisation5

Innovation7

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les Etats-Unis dominent le classement mondial des
A quelques heures de la MobilityParty...
ViaMichelin propose la géolocalisation sur i-mode
Le magazine
Motorola MPX200 en France chez PhoneHouse
GeXcube GC-98XT (Radeon 9800 XT) en France
Un système multimédia sur une clé USB
DFI LANParty NFII Ultra B et LANParty PRO875B
Graveur DVD : HP passe aussi au 8x
Need For Speed : Underground en démo
Haut de page