Wi-Fi : Le Guide

09 juillet 2003 à 15h22
0

En à peine quelques mois, le WiFi est passé du stade de norme de laboratoire au statut de standard de facto, du moins en France. Si il y a encore un an le nombre de périphériques WiFi se comptait sur les doigts d'une seule main, ces derniers ont maintenant tendance à pulluler grâce notamment à la multiplication des Hotspots et à l'intérêt évident de ce standard. L'importante baisse des prix opérée sur les divers produits WiFi n'est sans doute pas non plus étrangère à l'engouement soudain suscité par cette norme.

Mais tout n'est pas qu'histoire de gros sous ou de support de la part de grands acteurs de l'industrie puisque le WiFi a de réels atouts. Il répond en effet à un large éventail de besoins exprimés par nombre d'utilisateurs nomades. Qui n'a par exemple jamais émis le souhait de créer un réseau domestique sans fil ? Qui n'a jamais éprouvé le besoin de se connecter à l'internet en plein aéroport entre deux correspondances ? Qui n'a pas un jour ou l'autre rêvé de se balader dans son appartement avec un PC relié en permanence au réseau sans le moindre câble ? Le Wi-Fi permet de faire tout cela et plus encore.

Pourtant la prolifération du Wi-Fi n'était pas aussi évidente... L'existence de nombreux standards plus ou moins concurrents ou incompatibles entre eux et les problèmes de sécurisation des transferts ont longtemps freiné son expansion... Bon an, mal an le Wi-Fi est parvenu à surmonter ces obstacles et s'est finalement imposé grâce à des qualités indéniables comme sa bonne portée radio ou son débit suffisament élevé pour permettre le partage d'une connexion internet haut débit. Mais tout n'est pas rose, et l'ascension du Wi-Fi est à l'origine de quelques dommages collatéraux... Le Wi-Fi est en effet parvenu à tuer dans l'oeuf son plus sérieux rival -le Bluetooth- qui est maintenant cantonné à des utilisations très spécifiques notamment dans le domaine de la téléphonie mobile.

Mais alors que la frénésie du Wi-Fi va en s'amplifiant, il nous semblait important de faire un point sur la technologie, ses divers modes de fonctionnement et les divers périphériques l'exploitant.

00FA000000058990-photo-illustration-sans-fil.jpg

Spécifications du Wi-Fi

0085000000056849-photo-logo-wifi.jpg
Le Wi-Fi, pour Wireles Fidelity, est une norme de transmission radio permettant d'échanger des données sur une plage de fréquence de 2,4GHz. En France seuls quatre canaux de cette plage de fréquence sont pour le moment autorisés, les autres étant encore réservés à un usage militaire. Cette norme, également baptisée i802.11 car ratifiée par l'IEEE, est déclinée en plusieurs variantes parmi lesquelles : l'i802.11a, l'i802.11b (le plus répandu) et l'i802.11g. En fonction de la lettre accolée à la fin de l'appellation les débits autorisés varient parfois du simple au double.

Le standard est aujourd'hui l'i802.11b qui offre sur le papier un débit théorique maximal de 11Mbps pour une portée de 300 mètres tout au plus, en champ libre. En pratique il est beaucoup plus raisonnable d'écrire que la portée d'un tel réseau sans fil est de 100 mètres dans des conditions optimum. L'i802.11a fonctionne différemment : il utilise pour sa part une plage de fréquence de 5GHz et offre un débit maximal de 54Mbps alors que l'i802.11g, dont l'avènement est proche, utilise la plage des 2,4GHz pour transmettre ses données à la vitesse maximale de 54Mbps. Certains constructeurs proposent même déjà des périphériques i802.11g affichant des débits de l'ordre de 100Mbps. Si l'i802.11a est vraisemblablement condamné à plus ou moins long terme du moins sous sa forme actuelle, l'i802.11g devrait prendre petit à petit la relève de l'actuel i802.11b grâce à sa compatibilité descendante. En effet là où l'i802.11a s'avère totalement incompatible avec les équipements existants, l'i802.11g est compatible avec les infrastructures i802.11b. Une autre norme, l'i802.11h, pourrait également décoller : si l'i802.11h affiche un débit identique au i802.11g, il est compatible non seulement avec les périphériques i802.11b mais également les i802.11a et i802.11g : le rêve ? Nous aurons l'occasion de revenir sur la norme i802.11g dans un proche avenir, mais nous nous intéresserons dans ce dossier exclusivement à l'i802.11b tant cette norme est aujourd'hui la plus répandue.


Dis papa, le Wi-Fi comment ça marche ?

0078000000051371-photo-r-seau-ad-hoc.jpg
En fonction de l'installation et des besoins, il existe deux schémas de connexion Wi-Fi : le mode point à point (également appelé ad-hoc ou peer to peer) et le mode infrastructure. Le mode 'Ad-hoc' est probablement le plus simple à mettre en place pour relier rapidement des appareils entre eux. Il permet de relier un maximum de trois machines entre elles pour peu qu'elles appartiennent au même réseau et soient toutes situées dans le rayon de portée des bornes Wi-Fi. Par exemple si votre PC est muni d'un adaptateur Wi-Fi USB et que vous souhaitez le faire communiquer avec un autre PC équipé d'une carte PCI le mode Ad-hoc sera le mieux adapté.

Le mode infrastructure est beaucoup plus ouvert puisqu'il est constitué d'un point de connexion auquel tous les périphériques Wi-Fi d'un secteur peuvent se connecter simultanément. Le déploiement d'un point d'accès est très simple ; dans bien des cas aucune modification du réseau existant n'est nécessaire et il suffit de relier un point d'accès à un routeur pour transformer le réseau existant en un réseau sans fil. Un point d'accès ou Access Point peut gérer en théorie un maximum de cent connexions simultanées (du moins en 11MBps). En pratique il s'avère que seulement trente connexions simultanées peuvent être établies dans la mesure où le débit est clairement insuffisant pour alimenter une centaine de postes. En entreprise les points d'accès Wi-Fi commencent naturellement à fleurir, et ce type d'installation devrait également séduire les particuliers disposant de plusieurs postes. Ajoutons à cela que la zone de couverture d'un point d'accès peut être significativement étendue grâce à la mise en place d'une antenne supplémentaire.

Sachez aussi que les appareils Wi-Fi d'une même norme, sont tous compatibles entre eux qu'importe leur marque. Ainsi un point d'accès de marque X fonctionnera sans problème avec une borne de marque Y pourvu que les deux exploitent la même norme (i802.11b par exemple). Dernier point technique, chaque réseau Wi-Fi est identifié par ce que l'on appelle un SSID (un nom) qui lui est propre.


i802.11b : 11Mbps, 22Mbps, 44 ou 54Mbps ?

00A5000000058994-photo-m-canique-suisse.jpg
Bien qu'à la base la norme i802.11b offre un débit de seulement 11Mbps, divers constructeurs proposent des périphériques répondant à cette norme mais offrant un débit de 22Mbps : certains font référence à ces produits avec le nom i802.11b+. Pour y parvenir les fabricants utilisent la modulation PBCC (Packet Binary Convolutional Code) développée par Texas Instruments. Ce procédé permet de transporter plus de données et il bénéficie d'un système de correction d'erreur qui permet de ne pas augmenter la puissance nécessaire pour la transmission. Les périphériques Wi-Fi 22Mbps sont inter opérables avec les périphériques 11Mbps : toutefois il ne peuvent fonctionner en 22Mbps qu'avec des périphériques certifiés pour cette vitesse.

L'une des dernières tendances en vogue chez les constructeurs est de vendre des produits i802.11b offrant un débit de 44Mbps ou 54Mbps. Pour atteindre un tel débit les fabricants ont recours à une technologie propriétaire développée par TI qui compresse non pas les données transitant par le réseau mais les informations concernant le protocole. Notez que cette technologie n'offre pas un débit réel de 44Mbps ou 54Mbps : elle permet simplement d'atteindre un débit similaire à celui d'un périphérique 54Mbps de type i802.11a/g à savoir 30Mbps.

Et la sécurité dans tout ça ?

0096000000058988-photo-cl.jpg
Le problème principal d'un réseau Wi-Fi réside dans la sécurisation des transmissions. Par défaut le protocole i802.11b n'est pas sécurisé ce qui veut dire que n'importe quel petit malin se trouvant à proximité d'une installation Wi-Fi pourrait détourner les informations qui y transitent. Face à cette menace réelle, le Wi-Fi a été dès ses débuts équipé du protocole WEP (désactivé par défaut) qui utilisait initialement une clé de cryptage sur 40bit pour sécuriser les transmissions. Aujourd'hui le protocole a quelque peu évolué et les clés de cryptage sont plus fréquemment sur 64 ou 128 bit voir 256 bit. Le WEP (Wired Equivalent Privacy) est activable sur n'importe quel périphérique i802.11b. Hélas la clé de cryptage utilisé étant toujours identique, la sécurité d'un réseau WEP peut être rapidement compromise.

C'est pourquoi le consortium IEEE a développé l'i802.1X. Cette méthode d'identification, qui nécessite de passer par un serveur RADIUS, fonctionne selon le même principe que le WEP à la différence près que la clé de cryptage change dynamiquement à chaque instant. Ceci a pour effet d'accroître sensiblement la robustesse du réseau face à d'éventuelles attaques.

Une autre initiative visant à renforcer la sécurité d'un réseau sans fil est le WPA pour Wi-Fi Protected Access. Le WPA vise à remplacer le WEP et englobe l'i802.1x. Il promet de renforcer l'encryption des données et de permettre une authentification des utilisateurs. Notez qu'aucun des périphériques testés dans ce dossier ne supporte nativement le WPA. US Robotics nous promet cependant qu'une mise à jour du firmware de ses produits ajoutera cette possibilité.

Afin de sécuriser un réseau sans fil, quelques précautions simples peuvent être prises. Il faut tout d'abord désactiver le SSID broadcast (difficile d'entrer sur un réseau dont on ne connaît pas le nom). Vous pouvez également activer le cryptage WEP en choississant de préférence une clé d'une longueur de 128 bit. Attention : l'activation du WEP va ralentir le débit du fait du temps nécessaire aux opérations de codage/décodage. Afin d'éviter une chute des débits, certains périphériques Wi-Fi sont dotés de Processeurs ARM 3 qui offrent suffisament de puissance pour rendre l'encryptage WEP transparent. D'autres mesures plus drastiques peuvent être mises en place comme l'activation d'un Firewall ou bien encore l'activation de l'i802.1X.


Le Wi-Fi et la santé ?

La transmission Wi-Fi utilise le système des micro-ondes : aucune étude scientifique n'est pour l'heure parvenue à démontrer un quelconque impact sur la santé. Toutefois, il faut se montrer prudent et selon le principe de précaution cher à nous, français, nous ne saurions trop vous conseiller d'éteindre vos dispositifs Wi-Fi lorsque vous ne vous en servez pas. Cette recommendation est d'autant plus valable au cas où le matériel soit installé dans une chambre : à défaut de pouvoir affirmer que les ondes sont inoffensives il paraît en effet judicieux d'éviter une trop longue exposition à ces radiations.


Windows XP et le Wi-Fi

0050000000058991-photo-logo-windows.jpg
Lorsque vous utilisez un périphérique Wi-Fi exploitant le bus USB ou PCI, le constructeur peut opter pour la fourniture de Drivers basés sur l'architecture Zero Configuration introduite dans Windows XP. Dans ce cas le système d'exploitation s'occupe automatiquement de la configuration du réseau et en général une petite bulle apparaît près de l'horloge vous indiquant la disponibilité d'une connexion réseau sans fil. Si plusieurs réseaux sans fil sont disponibles, le système vous invite à sélectionner celui auquel vous désirez vous connecter. Pratique le support Wi-Fi de Windows XP ne souffre d'aucune critique d'autant qu'il autorise également une configuration manuelle de la connexion si besoin est. Il est donc particulièrement important que votre périphérique Wi-Fi tire parti de l'architecture développée par Microsoft tant celle-ci simplifie la mise en oeuvre d'un réseau sans fil.

Maintenant que nous avons fait le point sur le mode de fonctionnement du Wi-Fi, attardons nous quelque peu sur différents types de périphériques Wi-Fi que vous pouvez trouver dans le commerce.

00FA000000056741-photo-msi-wlan-box-driver-1.jpg
00FA000000056742-photo-msi-wlan-box-driver-2.jpg

Le support Wi-Fi de Windows XP en action...

Adaptateurs Wi-Fi USB

Asus SpaceLink WL-140

00A0000000054969-photo-logo-asus.jpg
Il y a quelque temps, nous testions la borne Wi-Fi USB fabriquée par MSI. Typiquement une borne sans fil USB permet de partager une connexion haut débit entre deux PC et s'avère idéal dans le cadre d'un usage domestique. Asus, plus connu il est vrai pour ses cartes-mères, propose également un périphérique de la même trempe. Il s'agit du SpaceLink WL-140 qui se présente sous la forme d'un boîtier externe au look futuriste et ravageur, question de goût bien sûr. La base du boîtier frappée du logo Asus est de couleur gris anthracite et dévoile deux diodes en façade. L'arrière du périphérique héberge un connecteur mini-USB alors que l'antenne longue portée est dissimulée dans un cadran gris argenté orientable sur 180°. Le support du SpaceLink WL-140 inclus un petit orifice permettant de fixer le périphérique au mur.

Cette borne Wi-Fi utilise le protocole i802.11b et offre donc un débit théorique de 11Mbps. Le périphérique est compatible avec la sécurisation WEP sur 40 et 128 bit et utilise un driver compatible avec l'architecture WLAN de Windows XP. L'installation du driver ne prend que quelques secondes et la borne est utilisable presque instantanément. Asus annonce un prix public conseillé de 89€ TTC pour le SpaceLink WL-140.

00C8000000058992-photo-asus-spacelink-wl140.jpg

Asus SpaceLink WL-140



MSI PC2PC WLAN BOX USB

0078000000054885-photo-logo-msi-multimedia.jpg
Le taiwanais MSI a été l'un des premiers constructeurs à proposer une borne Wi-Fi sur port USB à prix sacrifié. Il s'agit de la WLAN Box USB qui avait en son temps fait l'objet d'un test dans nos colonnes. Toujours au goût du jour cette solution USB est quelque peu différente de ce qu'offre Asus. Se présentant sous la forme d'un boîtier externe aux lignes arrondies la WLAN Box est de couleur blanche et repose sur un socle bleu en forme de vague. Le boîtier abrite sur sa face avant deux diodes indiquant l'état de fonctionnement de l'appareil, et on retrouve sur la tranche droite un connecteur USB pour relier la borne au PC. L'installation est là aussi un modèle du genre puisqu'il suffit d'installer les Drivers livrés par MSI. Ceux-ci sont totalement compatibles avec l'architecture Zero Configuration de Windows XP ce qui facilite l'intégration du périphérique au système. Contrairement au SpaceLink d'Asus, la borne MSI ne dispose d'aucune antenne externe, celle-ci étant intégrée au boîtier.

La solution de MSI utilise le protocole i802.11b et offre donc un débit maximal de 11Mbps. Le WEP est bien sûr de la partie avec un support sur 64 et 128 bit. Côté prix on peut trouver la borne MSI aux alentours des 60€ TTC.

00C8000000056734-photo-msi-wlan-box.jpg

MSI WLAN Box USB



SiteCom WLAN USB Adapter

Sitecom, accessoiriste incontournable, propose aussi une gamme complète de périphériques Wi-Fi : du routeur à l'adaptateur USB. C'est justement ce dernier qui nous préoccupe aujourd'hui. Le WL-012 est un adaptateur Wi-Fi se connectant sur le port USB de votre système. Ultra compact, ce périphérique est à n'en pas douter le plus petit de notre sélection. Tout de gris vêtu, le boîtier est muni d'une antenne orientable. On trouve sur la face arrière un connecteur mini USB, alors que la partie frontale est munie d'une diode indiquant le statut de la connexion. SiteCom livre son produit avec des drivers fonctionnant aussi bien sous Windows 98SE, Windows Me, Windows 2000 et Windows XP que sous Linux. L'installation des pilotes sous Windows XP se déroule en l'espace d'un instant, et cerise sur le gâteau, les pilotes respectent l'architecture Zero Configuration du système.

Tout comme ces comparses, le dispositif SiteCom est compatible avec le protocole i802.11b et propose un débit de 11Mbps, au mieux. Il supporte naturellement le WEP avec un cryptage d'une longueur comprise de 64 ou 128 bit.

0177000000059030-photo-sitecom-wireless-usb-adapter.jpg

SiteCom WLAN USB Adapter WL-012



Performances des adaptateurs USB

01E2000000059032-photo-performances-wi-fi-usb.jpg


D'après nos tests les performances en débit de nos divers adaptateurs USB sont très proches. Le modèle le plus rapide Asus met trois secondes de moins que la borne MSI pour transférer notre fichier de test de 62Mo. L'écart n'est pas suffisament significatif pour en déduire quoique ce soit, il nous paraît sage de dire que les performance de ces trois bornes sont strictement identiques.

Adaptateurs Wi-Fi PCI

Trust SpeedShare Home Wireless PCI Adapter

0096000000058998-photo-logo-trust.jpg
Trust, spécialiste incontournable des petits périphériques, développe également une gamme de solutions Wi-Fi. Nous avons retenu pour ce test la carte PCI WiFi de Trust qui permet de doter n'importe quel PC d'une connexion sans fil. La carte, au format PCI, est extrêmement compacte et son électronique est protégée par un cache métallique. Le T-Bracket abrite une diode verte indiquant le statut de la connexion et un connecteur sur lequel s'enfiche l'antenne orientable livrée. Utilisant une puce Texas Instruments la carte est annoncée comme supportant le protocole i802.11b et i802.11b+ et offre un débit maximal de 44Mbps grâce à une technologie propriétaire en sus des modes 11 et 22Mbps. Du côté de la sécurité la carte Trust offre ce qui se fait de mieux en la matière avec la prise en charge d'un cryptage WEP sur 64, 128 ou 256 bit.

L'installation de la carte ne pose pas de problème particulier sous Windows XP puisqu'elle utilise également l'architecture Zero Configuration du système d'exploitation. Une fois les Drivers installés le dispositif est utilisable de suite et peut être configuré en mode Ad-Hoc ou infrastructure. L'activation du mode 44x se fait depuis les drivers dans le gestionnaire de périphériques, on aurait pu faire plus convivial tout de même.

017C000000058997-photo-trust-speedshare-wireless-pci-adapter.jpg

Trust SpeedShare Home Wireless PCI Adapter



US Robotics 22Mbps Wireless PCI Adapter

US Robotics dispose lui aussi d'une carte PCI i802.11b à son catalogue. Il s'agit du modèle USR2216. A bien y regarder cette carte ressemble comme deux gouttes d'eau au modèle de Trust et l'on est naturellement tenté de se demander qui se fournit chez l'autre. Elle adopte donc le même design compact, et son électronique est également camouflée par un cache métallique. Outre le connecteur pour l'antenne, le T-Bracket héberge une diode verte indiquant le statut de la connexion. Tout comme la carte Trust, la carte USRobotics utilise un chip Texas Instruments et est vendue de base comme une solution 22Mbps. La carte supporte évidemment le cryptage WEP sur 64, 128 et 256 bit.

Son installation sous Windows XP est d'une facilité déconcertante puisqu'il suffit d'installer les pilotes livrés par US Robotics. Ceux-ci respectent l'architecture Zero Configuration de Windows XP ce qui permet une configuration de la carte directement depuis la fenêtre connexions réseau du système. US Robotics propose également une mise à jour du firmware qui permet de bénéficier d'un débit proche de celui offert par les produits 54Mbps grâce à la mise en oeuvre de la technologie 4x dont Texas Instruments est l'initiateur. Chez US Robotics on appelle cela : 'Accelerator Technology'. Il va de soi que pour bénéficier d'une vitesse de transfert accrue il faut qu'au moins deux de vos équipements Wi-Fi supportent le protocole 4x développé par TI.

Précisons que le Wireless PCI Adapter est livré avec le logiciel Norton Personal Firewall 2003 en version complète.

017C000000058995-photo-carte-us-robotics-pci-usr2216.jpg

US Robotics Wireless PCI Adapter 22Mbps



Cartes Wi-Fi PCI : le match

01D7000000059003-photo-performances-wi-fi-pci.jpg


Afin de départager les performances de ces deux cartes PCI nous avons mesuré le temps mis pour transférer un fichier de 62Mo. Le premier constat est qu'en 11Mbps les performances de la carte Trust sont similaires à ce que propose la carte US Robotics. En 22Mbps la carte Trust se montre une seconde moins rapide que le modèle US Robotics ce qui n'est franchement pas significatif. L'écart le plus important est observé lorsque le mode 4x est activé : ici la carte US Robotics est quatre secondes plus rapide que sa rivale directe signée Trust.

Point d'accès Wi-Fi

US Robotics 22Mbps Wireless Access Point

US Robotics est l'un des constructeurs de solutions de communication à avoir le plus vite franchi le pas pour ce qui est de l'adoption du Wi-Fi. Le constructeur dispose donc d'un catalogue fort garni répondant à tous les besoins de la carte PCMCIA au routeur sans fil.

Le Wireless Access Point d'US Robotics est comme son nom l'indique un point d'accès capable d'ouvrir votre réseau filaire au monde du sans fil mais aussi de doter votre PC d'une solution Wi-Fi. L'Access Point d'US Robotics arbore un design des plus élégants grâce à ses rondeurs tout en finesse. Sa base est munie de quatre patins en caoutchouc et d'un support pour une fixation murale. Compact ce périphérique est doté de deux antennes indépendantes orientables et se connecte à votre système ou à un réseau existant par l'intermédiaire d'un connecteur RJ45. La façade héberge trois diodes indiquant le statut de fonctionnement alors qu'on trouve à l'arrière du dispositif un bouton reset et un connecteur pour l'alimentation secteur.

Compatible avec le protocole i802.11b, cet Access Point fonctionne nativement en 22Mbps mais une mise à jour gratuite du firmware permet d'augmenter le débit pour se rapprocher des performances du 54Mbps. L'administration de ce point d'accès s'effectue par l'intermédiaire du logiciel livré par US Robotics ou bien par une interface HTTP dédiée. La sécurité du réseau n'a pas été oubliée puisque le cryptage WEP sur 64, 128 ou 256 bit est pris en charge. Notez d'ailleurs que vous pouvez rentrer un maximum de quatre clés WEP distinctes qui seront utilisées de manière aléatoire par le point d'accès ce qui a pour effet de renforcer la sécurité. De plus cet Access Point s'avère également compatible avec la norme i802.1X et une longueur de clé maximale sur 128 bit. Notez par ailleurs que l'access point propose une option permettant de désactiver la diffusion du SSID pour une sécurité accrue.

0190000000058996-photo-us-robotics-wireless-access-point.jpg

US Robotics Wireless Access Point


Après avoir déballé le Wireless Access Point nous l'avons immédiatement branché à notre hub. Aucune configuration ne fut nécessaire, l'access point s'étant montré opérationnel de suite. Dès lors nous pûmes bénéficier de la connexion internet et accéder aux ressources réseau partagées. Si la connexion à un hub n'a posée aucun problème, il n'en va pas de même pour la connexion à un ordinateur. Dans ce cas précis nous avons en effet rencontré divers problèmes. Tout d'abord lorsque l'access point est relié à un PC il faut veiller à utiliser un câble croisé en lieu et place du câble droit livré. Nous avons par ailleurs dû assigner à l'access point une adresse IP fixe, pour que celui-ci daigne fonctionner correctement. Une fois ces petits réglages effectués, l'access point s'est montré parfaitement opérationnel mais force est de constater que la facilité d'emploi de l'access point n'a rien de commun avec celle d'une borne USB.

Durant nos tests nous avons également relié l'access point à une console X-Box. Après un ou deux détours dans l'utilitaire de configuration, pour configurer l'access point en mode client, nous avons pu sans problème nous connecter au service X-Box live. Tout comme la carte PCI, US Robotics livre son point d'accès avec le logiciel Norton Personal Firewall 2003 en version complète.

0104000000059000-photo-usr-access-point-utilitaire-de-configuration-1.jpg
012C000000058999-photo-usr-access-point-interface-http.jpg
0104000000059001-photo-usr-access-point-utilitaire-de-configuration-2.jpg

Utilitaire de configuration et interface HTTP


Cartes PCMCIA Wi-Fi

Belkin Wireless Network PCMCIA Card

012C000000059002-photo-belkin-pcmcia-f5d6020.jpg
Tout comme US Robotics, Belkin a sauté le pas vers le Wi-Fi assez tôt. Le constructeur américain dispose donc lui aussi d'un nombre impressionnant de solutions parmi lesquelles une carte Wi-Fi au format PCMCIA. La carte est relativement compacte, mais sa longueur est plus importante que celle d'une carte normale. Une fois insérée dans un logement adéquat, une partie de la carte dépasse donc et une diode indiquant le statut de la connexion s'illumine.

La F5D6020 (le doux nom de la carte) utilise la norme i802.11b et propose un débit maximal de 11Mbps. Livrée avec des Drivers propriétaires la carte n'utilise hélas pas l'architecture Zero Configuration de Windows XP. Il faudra donc impérativement configurer manuellement la carte depuis le gestionnaire de périphériques de Windows XP. A propos de drivers précisons que Belkin livrent des pilotes pour Windows 98 dont nous avons pu tester le bon fonctionnement. Lors de nos tests la carte Belkin a fonctionnée comme un charme. Nous avons donc pu accéder sans aucun problème à notre routeur Wi-Fi ou à notre PC muni d'une borne Wi-Fi USB pour partager une connexion ADSL existante. Toutefois nous avons noté un bug assez agaçant dans les drivers : pour une raison indéterminée il est en effet impossible d'utiliser le canal 6 de l'i802.11b. Vous pouvez spécifier dix fois aux pilotes d'utiliser le canal 6, ceux-ci refusent obstinément de le faire. Dans ce cas de figure il faudra donc changer manuellement le canal utilisé par vos autres périphériques Wi-Fi. La carte est également dotée du support WEP avec un cryptage sur 64 ou 128 bit. Si sur le papier la carte Belkin présente des caractéristiques intéressantes, son utilisation fut calamiteuse. En effet sur notre portable de test, lors du transfert de notre fichier de référence, la carte monopolisait près de 70% des ressources CPU là où sa concurrente US Robotics n'en occupe que 10% au maximum...


US Robotics 22Mbps Wireless PC Card

US Robotics propose également une carte i802.11b au format PCMCIA. Il s'agit ici d'une carte physiquement identique à celle proposée par Belkin, à un détail près : la carte utilise l'interface Cardbus. Contrairement au modèle Belkin, la carte USR est dotée de deux diodes : une indiquant la transmission de données et l'une indiquant l'alimentation.

L'USR2210 supporte la norme i802.11b ainsi que l'i802.11b+. Elle peut donc fonctionner à des vitesses de 11Mbps ou 22Mbps. La carte est également dotée, via une mise à jour des drivers, du mode 4x qui autorise une vitesse de transfert égalant ce que l'on peut obtenir d'un périphérique 54Mbps. Les drivers US Robotics utilisent l'architecture Wi-Fi de Windows XP, ce qui facilite énormément la configuration puisqu'en théorie Windows XP s'occupe de tout. La carte supporte bien entendu le cryptage WEP sur 64, 128 ou 256 bit.

015E000000058989-photo-carte-us-robotics-pcmcia-usr2210.jpg

Carte PCMCIA US Robotics USR2210



Performances en PCMCIA

01E5000000059031-photo-performances-wi-fi-pc-card.jpg


Pour départager les performances des deux cartes PCMCIA, nous avons mesuré le temps mis par chacune d'elle pour transférer un fichier de 62Mo. En mode 11Mbps la surprise vient de la carte US Robotics qui s'avère plus lente que le modèle Belkin. S'il est vrai que le modèle Belkin offre un taux de transfert sensiblement supérieur, il ne faut pas oublier que sa consommation en resources processeur n'a rien de comparable. Alors que la carte US Robotics consommait sur notre portable quelques 6% de resources CPU en 11Mbps, la carte Belkin en monopolisait 70% ! La carte de Belkin ne supportant pas les autres modes de transfert, seuls les résultats de la carte US Robotics figurent dans ce comparatif. On note que le mode 54Mbps proposé par la firme américaine est relativement performant puisque le transfert est deux fois plus rapide qu'en 11Mbps.

Carte Wi-Fi Compact Flash

Linksys Instant Wireless CompactFlash Card

Les périphériques mobiles comme les PDA, qu'il s'agisse de Pocket PC ou bien de Palm, peuvent également être dotés d'une connexion Wi-Fi par l'adjonction d'un simple module optionnel. Si les nouveaux assistants personnels haut de gamme supportent nativement le Wi-Fi, ce n'est pas le cas du tout venant. Les adaptateurs Wi-Fi pour ces machines sont disponibles en deux formats distincts : le format Secure Digital ou le format Compact Flash. Nous avons sélectionné pour ce dossier une carte Wi-Fi au format Compact Flash fabriquée par le constructeur Linksys. Il s'agit de la Wireless CompactFlash Card. Se présentant comme n'importe quelle carte Compact Flash, la WCF12 se démarque des habituelles Compact Flash par une longueur un peu plus importante. Une fois insérée dans un slot Compact Flash de type I ou II, seule une petite partie de la carte dépasse. Celle-ci abrite l'antenne et héberge une diode 'link' indiquant le statut de la connexion. Techniquement la carte supporte la norme i802.11b et offre donc un débit maximal de 11Mbps. La sécurité WEP est également au menu avec un cryptage sur 64 ou 128 bit.

012C000000059029-photo-linksys-wcf12.jpg

Carte Linksys WCF12


L'installation de la carte sur un Pocket PC ne pose pas de problème particulier. Sachez tout d'abord que Linksys livre des Drivers permettant de faire fonctionner la WCF12 sur des Pocket PC équipés au minimum de Windows CE 3.0. Pour ce test nous avons utilisé un Pocket PC Toshiba e740 muni du système Windows Mobile 2002. Avant d'insérer la carte dans le slot Compact Flash du Pocket PC il faut tout d'abord installer les drivers et applicatifs livrés. L'installation de ceux-ci ne prend que quelques minutes et s'effectue depuis votre PC principal. Une fois cette étape obligatoire achevée, vous pouvez connecter la carte à votre PDA. Celui-ci la reconnaît de suite et il suffit de faire un détour par l'utilitaire de configuration Linksys pour configurer vos options de connexion. Là encore il n'y a rien à redire puisque le processus est relativement simple et que notre connexion fut opérationnelle en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Seul bémol : la carte est pour l'instant incompatible avec le tout nouveau système Pocket PC 2003, Linksys ne livrant pas encore de drivers supportant cette plate-forme.

00B4000000059027-photo-linksys-wcf12-driver-1.jpg
00B4000000059028-photo-linksys-wcf12-driver-2.jpg

Applicatif Linksys de configuration sous Pocket PC 2002

Routeur Wi-Fi

US Robotics 22Mbps Wireless Cable/DSL Router

Parmi les nombreuses solutions sans fil US Robotics, on trouve également au catalogue du constructeur un routeur/point d'accès sans fil. L'US Robotics Wireless Cable/DSL Router, ou USR8022 pour les intimes, est un routeur doté d'un point d'accès i802.11b dont le débit annoncé est de 22Mbps. Le périphérique se présente sous la forme d'un boîtier plastique à l'aspect robuste mais austère. Esthétiquement comparable aux modems ADSL proposés par le constructeur, ce routeur sans fil a la particularité de pouvoir s'empiler sur d'autres périphériques US Robotics. On trouve en face avant du routeur un ensemble de diodes indiquant l'état d'activité des ports ainsi qu'un bouton reset qui peut toujours s'avérer utile. Le routeur héberge à l'arrière divers connecteurs : un port parallèle pour partager une imprimante en réseau, un port COM, deux ports Ethernet RJ45 10/100, un port WAN et un connecteur d'alimentation secteur. Deux petites fiches en or sont également présentes et permettent de visser les deux antennes souples livrées. Nécessitant un adaptateur secteur externe pour fonctionner, le routeur n'est hélas pourvu d'aucun interrupteur marche/arrêt et il faudra donc débrancher l'appareil si vous désirez le désactiver lorsque vous vous absentez.

La mise en place du routeur ne pose aucune difficulté particulière et celui-ci fonctionne en général dès le premier branchement. Le port WAN permet de connecter indifféremment un modem câble ou un modem ADSL. Le USR8022 dispose naturellement d'une interface de configuration HTTP accessible par l'adresse IP : 192.168.123.254. Depuis ce module vous avez accès à un ensemble fort varié d'options comme la possibilité d'activer (ou non) le serveur DHCP, de changer l'adresse MAC du routeur, de modifier les options de configuration si vous souhaitez utiliser le routeur comme un client de connexion et plus encore... Le Firewall intégré au routeur, est assez basique mais il permet tout de même d'ouvrir certains ports, de créer des profils pour des applications particulières ou d'utiliser des profiles prédéfinis. Lors de nos tests nous avons pu utiliser sans problème certains logiciels de P2P avec le routeur. Totalement uPnP le routeur propose une fonction intéressante dite DDNS qui met à jour automatiquement votre adresse IP auprès des services de DNS dynamique de type DynDNS. Le port forwarding est supporté, et dans un autre registre une fonction DMZ permet de désactiver toute protection.

017C000000059004-photo-us-robotics-22mbps-wireless-cable-dsl-router.jpg

US Robotics 22Mbps Wireless Cable/DSL Router


Du côté des fonctions sans fil, le routeur peut utiliser un cryptage WEP sur 64, 128 ou 256 bit et il est capable de se connecter à un serveur i802.1x Radius. Il est possible de spécifier le canal à utiliser et de changer le SSID par défaut. Pour toujours plus de sécurité l'utilisateur est libre de définir les périphériques Wi-Fi qui peuvent ou non se connecter au routeur en se basant sur les adresses MAC. Si le routeur est, par défaut, capable de faire fonctionner votre réseau sans fil à une vitesse de 11Mbps ou 22Mbps, il est possible de le mettre à jour pour bénéficier d'une vitesse de transfert de type 4x. La mise à jour n'est pour le moment pas finalisée mais nous avons pu tester une version beta. Celle-ci rajoute également quelques fonctions comme la possibilité de désactiver la diffusion du SSID.

Durant nos tests nous avons doté un souci majeur : le débit offert par le routeur n'est pas du tout soutenu et est qui plus est largement inférieur aux performances normales que l'on peut attendre d'un périphérique i802.11b. Contacté par nos soins, US Robotics nous indique espérer voir ses problèmes corrigés avec la prochaine mise à jour du firmware... Espérons !

015E000000059008-photo-us-robotics-wireles-cable-adsl-router.jpg
015E000000059009-photo-us-robotics-wireles-cable-adsl-router-2.jpg

Interface de configuration HTTP

Modem/routeur Wi-Fi

Olitec WF200

0098000000053187-photo-logo-olitec.jpg
Pour terminer notre tour d'horizon des périphériques Wi-Fi, nous avons jeté notre dévolu sur un modem/routeur ADSL de marque Olitec : le WF200. Ce périphérique qui est l'un des moins chers de sa catégorie porte la griffe du fabricant français Olitec basé à Nancy. Il se présente sous la forme d'un boîtier noir aux formes agréablement arrondies et reste relativement compact. Détail d'importance, le WF200 n'est pourvu d'aucune antenne directionnelle, Olitec ayant opté pour une antenne interne. Ce choix devrait sensiblement diminuer la zone de couverture du périphérique. Le WF200 exhibe sur sa partie supérieure un certain nombre de diodes indiquant son état de fonctionnement. On retrouve à l'arrière du modem/routeur une prise RJ11 dans laquelle il faudra enficher le câble provenant de la prise téléphonique. On trouve également une seule et unique prise Ethernet au format RJ45, un port USB, un bouton reset, un bouton de mise en route et un connecteur pour l'adaptateur secteur.

Vous l'avez compris, le WF200 est capable de fonctionner aussi bien en Ethernet qu'en USB. Il est donc possible de relier au modem n'importe quel PC disposant d'un connecteur USB, ce qui ravira les utilisateurs allergiques aux cartes réseau. Bien sûr, il est possible de connecter simultanément deux ordinateurs au WF200 : l'un en USB, l'autre en Ethernet. Une fois le WF200 relié à votre prise téléphonique il faut configurer les informations de connexion depuis l'interface HTTP. Le modem ADSL intégré supporte les protocoles de connexion PPPoA et PPPoE. Attention, le modem ne supporte hélas pas le vieillissant PPTP... Une fois votre identifiant de connexion renseignés, le modem ne devrait avoir aucun problème pour établir la connexion et une fois ce dernier relier à votre système vous pourrez surfer en toute quiétude.

0190000000059007-photo-olitec-wf200.jpg

Modem/routeur Olitec WF200


Le modem/routeur est configurable via son interface HTTP accessible depuis l'adresse IP : 192.168.0.250. L'interface est un peu brouillonne mais a le mérite de proposer deux modes : un mode qui guide l'utilisateur par le biais d'un assistant et un mode avancé qui offre moult réglages. Diverses statistiques sont consultables depuis l'interface HTTP pour s'informer en permanence de l'état de la connexion ADSL, de l'étant du LAN et des autres services. Le routeur propose un serveur DHCP et dispose d'un NAT intégré. Si Olitec indique sur la boîte que le routeur est équipé d'un Firewall, dans la pratique il en va tout autrement puisque les options disponibles se comptent sur les doigts d'une main...

La connexion sans fil i802.11b est activée par défaut et offre un débit de 11Mbps. Attention Olitec utilise par défaut le canal 12 qui n'est pas forcément supporté par tous les périphériques i802.11b... Les modes 22 et 44Mbps ne sont hélas pas pris en charge. Le mode WEP est supporté et le cryptage est opérationnel sur une longueur de 64 ou 128 bit, au mieux. Hélas Olitec n'a pas prévu d'option pour désactiver la diffusion du SSID ni de support du i802.1X : deux graves lacunes pour les utilisateurs en quête d'une sécurité ultime... Malgré ce support Wi-Fi quelque peu basique, nous n'avons pas rencontré de problèmes particuliers avec le WF200 qui s'est montré durant nos tests relativement stable et capable de délivrer un débit soutenu.

012C000000059025-photo-olitec-wf200-interface-de-configuration-1.jpg
012C000000059026-photo-olitec-wf200-interface-de-configuration-2.jpg

Interface de configuration HTTP

Conclusion

Inutile d'épiloguer plus longuement, les produits « wireless » sont aujourd'hui une réalité et leur mise en oeuvre ainsi que leur utilisation au quotidien donne toute satisfaction. Pour le particulier, le Wi-Fi est clairement une avancée majeure qui permet dans bien des cas de partager sa connexion internet entre deux postes sans pour autant tirer des câbles tous azimuts en défigurant son intérieur. Au fil de ce dossier vous avez pu découvrir divers périphériques qui représentent assez bien l'offre actuellement disponible sur le marché. De la borne USB idéale pour les réseaux de petite envergure, au routeur wireless, en passant par l'access point et les cartes PCMCIA, les constructeurs ont pensé à tout pour transformer votre nid douillet et ses équipements totalement connectés !

On retiendra que tous ces périphériques offrent dans l'ensemble de bonnes performances, et que les matériels vendus comme supportant des taux de transfert plus élevés que le classique 11Mbps sont effectivement plus performants. La précision est importante car l'on aurait facilement pu croire que les promesses de débit approchant les 22 ou 44/54Mbps tenaient plus de l'argument marketing que d'autre chose. A défaut d'atteindre le débit d'un périphérique i802.11a/g la fonction de compression 4x permet aux périphériques i802.11b+ de s'en rapprocher ce qui est bénéfique.

La sécurité des transmissions effectuées par le biais du Wi-Fi reste le talon d'Achille de nombre d'adaptateurs. En effet si les produits US Robotics sont tous compatibles avec l'i802.1x et le cryptage WEP sur 256 bit, ce n'est hélas pas le cas des autres produits figurant dans ce dossier qui se contentent d'un service minimum en matière de sécurisation de vos données. Bien sûr un cryptage sur 256 bit n'est pas imparable, mais il a pour mérite de compliquer le travail des pirates en herbe. Nos divers tests furent enrichissants et on retiendra ainsi que la carte PCMCIA de Belkin est à éviter absolument, celle-ci s'accaparant près de 70% des ressources CPU en fonctionnement ! Autre enseignement : la carte PCI de Trust est strictement identique à celle proposée par US Robotics et seul le packaging plaidera en faveur de l'un ou l'autre des produits. Enfin, la déception de ce comparatif vient des performances en dents de scie du routeur US Robotics 8022 qui n'est pas capable d'assurer un débit constant.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

LEGO et Adidas partenaires pour des baskets personnalisables
Envie de renouveler votre équipement ? Découvrez les meilleurs casques gamer sans fil
Quel est le meilleur gestionnaire de mots de passe pour sécuriser vos comptes ?
SBC, AAC, Apt-X, LDAC : tout savoir sur les codecs Bluetooth
Suite à une grosse faille, Zoom laisse un libre accès à votre PC/Mac à vos contacts
Test Redmi Note 10 : un bel écran AMOLED sous les 200€
Collecte de données : Google a finalement mis à jour toutes ses applications dans l'App Store d'iOS
Perdu dans la gamme d'aspirateur robot de Roborock ? Consultez notre comparatif !
La Bourse aux Livres passe les 260 000 livres d'occasion vendus en ligne
Attention aux malwares dans la précédente version du store alternatif Android APKPure
Haut de page