Microsoft Train Simulator

Par
Le 20 août 2001
 0
00fa000000049545-photo-a-toute-vapeur.jpg
Tout le monde a eu dans son enfance un train, qu’il soit en bois, en plastique, manuel ou électrique. Beaucoup d’entre nous ont gardé cette passion pour le « cheval de fer » et les plus férus collectionnent même toute leur vie des objets en rapport avec le monde ferroviaire, reproduisent des sections réelles en miniature ou bien encore sillonnent les lignes mythiques de l’histoire du rail.
Une passion bien assouvie mais pas complètement car la plupart de ces « ferrovipathes » gardent en eux une frustration qui les poursuit au fil des ans, celle de ne pouvoir conduire un train en cabine.

Microsoft leur vient en aide et à défaut de les mettre aux commandes d’un vrai train, leur offre un simulateur réaliste sur PC. Il y avait des simulateurs en tout genre, de l’avion à la voiture en passant par les bateaux, maintenant le train aura le sien.

0096000000049533-photo-une-interface-sobre.jpg
0096000000049536-photo-go-tez-au-luxe-de-l-orient-express.jpg
0096000000049541-photo-bon-l-ok-j-ai-d-raill.jpg


Plantons le décor


Train Simulator vous transpose dans une reproduction réelle de plusieurs lignes mythiques à bord de rames réalistes jusqu’à la cabine de conduite. Réalisme, le mot est prononcé : dans ce jeu tout respecte la réalité, signalisation, côté de conduite (les trains circulent à droite ou à gauche suivant les pays), configuration des voies, et surtout les sensations de conduite.
Conduire un train de plusieurs dizaines voire centaines de tonnes, ce n’est pas comme avec une voiture où une simple pression sur la pédale de frein vous arrêtera net. Non, ici il faudra prendre en compte l’inertie et ne pas hésiter à utiliser toutes les commandes à votre disposition pour arrêter votre monstre métallique, frein de train et sable compris.
Si tout ceci ne vous fait pas peur vous aller pouvoir conduire les plus beaux trains dans les plus beaux paysages que le monde ferroviaire peut compter. De l’Orient Express dans les alpes autrichiennes aux mastodontes diesel des lignes du Santa Fe, en passant par les lignes de banlieues japonaises ou encore les campagnes anglaises du début du siècle, tout y est pour accrocher le passionné de matériel ancien à vapeur aux plus modernes locomotives. Tout y est ou presque car aucune ligne française n’a été reproduite et ce n’est pas faire preuve de chauvinisme que de souligner cet oubli bien réel de la part de Microsoft pour un pays souvent pionnier en la matière. Quelle frustration de ne pouvoir se retrouver dans les années 1960 aux commandes d’une BB9200 rouge en tête du Capitole Paris Toulouse, premier train commercial circulant à 200 Km/h ou tout simplement à bord d’un TGV Paris Marseille à 300Km/h.
Un manque certain qui pourra être réparé par les amateurs grâce à l’éditeur très complet permettant de modifier ou créer les lignes et matériels désirés. A l’instar de la communauté qui s’est créée autour de Flight Simulator, on espère vivement que Train Simulator génère une telle passion, mais la création de nouvelle lignes et locomotives ne sera pas simple. Le manuel livré avec le jeu ne fait en tout et pour tout que 16 malheureuses pages et l’éditeur, très complexe pour les non habitués, limitera assurément la création de nouvelles extensions. En outre, pour l’édition de nouvelles lignes il faudra utiliser un manuel d’aide intégré au jeu et de ce fait beaucoup moins pratique qu’un bon vieux manuel papier !

0096000000049534-photo-aliasing-forever.jpg
0096000000049542-photo-petite-manoeuvre-de-triage.jpg
0096000000049538-photo-pas-la-peine-de-s-arr-ter-pas-de-voyageurs.jpg


L'envers du décor


Restons dans le domaine technique du jeu. L’installation complète nécessitera un espace disque assez conséquent puisqu’elle monopolise la bagatelle de 1,8Go. Les différentes options permettront d’adapter le jeu à la puissance de votre configuration mais au détriment de la qualité graphique globale. Le graphisme du jeu est superbe au niveau des modèles de trains, le décor est quant à lui plus sobre tout en restant beau pour un jeu de ce genre, la présence d’un éditeur n’étant peut être pas étrangère à ce fait. Dans les mouvements il en est par contre tout autrement car un phénomène de clipping se fait constamment ressentir et je ne vous parle pas de l’aliasing, surtout présent sur les traverses de voie, qui gâche une partie du spectacle. Les plus pointilleux remarqueront certains raccords des ouvrages d’art avec le décor quelque peu grossiers et qui horrifieront certainement les ingénieurs des ponts et chaussées. Le décor n’est pas complètement statique mais les animations restent discrètes : seuls les voitures et camions ont été représentés et les gares se retrouvent donc sans passagers. Ce petit désert dans l’environnement est appuyé par des oublis côté son, car si les bruitages du matériel sont très réalistes s’agissant d’enregistrement du matériel réel, il manque tout de même les bruits de l’environnement et surtout, le fameux « tatata toum » des essieux passant sur les jointures du rail.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top