Les pads vibrants pour PC

09 janvier 2001 à 14h14
0
Les pads sont un peu la bonne à tout faire des accessoires de jeu. En effet, un bon pad pourra facilement convenir pour jouer à tout types de jeux alors qu’un volant ne conviendra qu’aux courses automobiles et un joystick aux simulations de vol. Bien sûr, les puristes crieront au scandale à la lecture de ces premières lignes et pourtant ça n’en est pas moins vrai.
Les pads ont évolué au cours du temps, tout d’abord simplement munis d’une croix directionnelle et de quelques boutons, on leur a ajouté des boutons programmables supplémentaires, des mini sticks et des tas de nouveautés plus ou moins utiles.
Dans ce sens, les fabricants cherchent sans cesse à innover pour rendre les accessoires encore plus « interactifs » et après les joysticks et volants à retour de force c’est au pad de se voir appliquer une fonction à effets physiques.
C’est du monde de la console que nous sont arrivés les pads vibrants, plus précisément, c’est Nintendo avec son Rumble Pack pour sa console N64 . Bizarre car les périphériques de jeux à effets physiques, plus particulièrement les joysticks à retour de force sont apparus d’abord sur les PC. Ce n’est seulement cette année que les fabricants se sont décidés à porter leurs pads vibrants sur les plate-formes PC.

Pourquoi « vibrants » ?

Pourquoi ne dit on pas « pad à retour de force » ?
La différence réside dans les effets ressentis. Un volant ou un joystick possèdent au moins deux parties mobiles, il est donc facile de faire ressentir un effet de résistance ou de force sur l’une de ces parties. Un pad est constitué d'une structure monobloc et même si la plupart d’entre eux sont maintenant équipés de mini sticks, leur taille trop réduite ne permet pas d’adapter le retour de force. Le seul effet possible est donc la vibration.
A ce sujet, certains fabricants ont utilisés pour leur pad la dénomination « retour de force » à mauvais escient.

Conditions de tests

Il n’existe pas de logiciels ou de machine type pour tester un pad si bien que pour réaliser ce comparatif nous avons choisi un panel de jeux allant de Pod à Colin Mc Rae Rally 2.0 en passant par Gift, NHL2001 et Combat Flight Simulator afin de tester ces périphériques sur plusieurs types de jeux au maniement différent. Les autres critères retenus sont l’installation et l’ergonomie.







00A6000000047062-photo-gravis-eliminator-shock.jpg

Gravis Eliminator Shock

Port : USB
Plate-formes : PC/MAC
Prix conseillé : 289 Francs






Installation : Fourni avec une documentation très détaillée, l’installation se déroule sans problème et le pad est détecté dés son branchement sur le port USB de votre PC. Xperience, le logiciel contenant l’interface de programmation du pad et les pilotes est clair et très fourni, la réalisation de profils de jeux se révèle simple et rapide. Il possède de plus, des fonctions très intéressantes comme le chargement automatique des profils après détection des jeux que vous lancez et l’émulation clavier.
Si vous rencontrez un problème lors de l’installation de votre Eliminator Shock, Gravis met à votre disposition une hotline gratuite, fait assez rare pour être souligné et applaudi. Note : 8/10

Ergonomie : La prise en main est bonne mais quelque peu déroutante au départ car l’Eliminator Shock présente la particularité d’avoir les deux mini sticks situés sur le haut du pad et deux mini boutons appelés « boutons flippers » . On retrouve sinon un bouton de commutation de mode analogique/numérique, un pavé directionnel comme sur la plupart des manettes de jeu actuelles.
La matière plastique utilisée n’est pas très agréable au toucher et se révèle un peu trop glissante pour une prise en main impeccable. Note : 6/10

Utilisation : Le pad s’est bien comporté sur tous les jeux, ne nécessitant pas la programmation d’un profil de jeu spécifique. Le contrôle de direction s’est révélé précis aussi bien avec le mini stick qu’avec le pavé directionnel. La disposition des boutons s’avèrent peu pratique à l’usage et les boutons flippers trop petit, tout ceci faisant que l’on recherche assez souvent où poser le doigt plutôt qu’à regarder ce qui se passe à l’écran.
Les effets de vibration sont malheureusement un peu faible si bien que l’on se demande s’il s’agit bien d’un pad vibrant. Note : 5/10

Note globale : 6/10





00A6000000047063-photo-logitech-rumblepad.jpg

Logitech RumblePad

Port : USB
Plate-formes : PC
Prix conseillé : 299 Francs






Installation : Installation et détection impeccable du logiciel et du gamepad. Le logiciel WingMan Software contenant l’interface de programmation et les pilotes a bien mûri au fil des ans pour devenir un modèle du genre dont beaucoup devrait prendre exemple. Note : 9/10

Ergonomie : Logitech aurait-il réservé sa manette aux adultes ?
En effet il s’avère quasiment impossible pour des petites mains d’accéder à tout les boutons ainsi qu’aux mini sticks. La forme peu arrondie est aussi très déroutante et fort peu pratique pour une prise en main parfaite et agréable.
Par contre, la matière plastique utilisée est certainement la meilleure parmi tout les accessoires de ce comparatif. Note : 2/10

Utilisation : Fortement pénalisé par son ergonomie, le RumblePad s’avère pourtant très complet, possédant même une molette des gaz particulièrement pratique. De plus le nombre élevés de profils pré-programmés (plus de 100) facilite également son utilisation sur la plupart des jeux.
Le vibreur est parfaitement dosé et permet de bien ressentir les différents effets, Logitech ayant parfaitement choisi les deux moteurs qui équipent le pad. Note : 5,5/10

Note globale : 5,5/10
00A6000000047064-photo-thrustmaster-dual-power-gamepad.jpg

Thrustmaster Dual Power Gamepad

Port : USB
Plate-formes :PC/MAC
Prix conseillé : 329 Francs





Installation : Quelques petits soucis de ce côté car si l’installation logicielle et la détection du pad lors de son branchement s’effectuent sans problèmes, le Dual Power Gamepad apparaissait comme déconnecté dans le panneau de configuration. Une réinstallation manuelle du pilote a été nécessaire pour palier à ce problème. D’autre part, les utilisateurs de Windows Millennium Edition seront dans l’obligation de télécharger la dernière version du pilote sur le site de Thrustmaster. L'origine de ces soucis d'installation vient d'un problème entre DirectX8 et le logiciel de configuration Thrustmapper
Le logiciel de programmation Thrustmapper est très complet. Des fonctions intéressantes d’émulation clavier et souris y sont présentes, fonctions très pratiques pour les jeux de types Quake like. La principale particularité du Thrustmapper est de posséder des profils dédiés à des types de jeu (quake-like, simulateur de vol, simulateur automobile, etc…) en plus de ceux dédiés à des jeux en particuliers. Note 4/10

Ergonomie : Une ergonomie quasi parfaite si ce n’est un petit détail quand au positionnement des boutons situés dessous sur lesquels on appuie malencontreusement assez souvent. Problème se résolvant avec un peu d’attention et de temps.
Tout le reste est impeccable, un design et une prise en main irréprochable qui ont peu évolué depuis le Dual Analog gamepad de Guillemot et l’utilisation d’une matière plastique d’excellente qualité très agréable au toucher. Note : 9/10

Utilisation : Un excellent comportement sur tous les jeux, une précision impeccable et des effets de vibrations très bien dosés. Note : 10/10

Note globale : 8/10






00A6000000047065-photo-trust-sight-fighter.jpg

Trust Sight Fighter Vibration Feedback

Port : USB
Plate-formes : PC
Prix conseillé : 249 Francs





Installation : Installation et détection du pad sans problème particulier. Le logiciel de programmation est très clair et très fourni et permet même de programmer l’intensité des vibrations sur chaque fonction. La documentation fournie reste sommaire mais son utilisation est rendu inutile par la simplicité d’installation. Note : 9/10

Ergonomie : Le design très basique est relevé par une particularité très intéressante : un mini volant situé autour du pavé directionnel. Les boutons bien situés tombant facilement sous les doigts.
La matière plastique utilisée ne se révèle pas des plus agréables mais reste cependant d’assez bonne qualité, toutefois on notera l’aspect fragile du mini volant. Note : 7/10

Utilisation : Le Sight Fighter Vibration Feedback s’est bien comporté sur tous les jeux, le mini volant s’avérant être plus qu’un simple gadget. L’absence du deuxième mini stick ne s’est pas faite ressentir, par contre celle d’un mode analogique s’avère regrettable.
Les vibrations bien que d’intensité suffisante ne permettent pas de bien différencier les différents types d’effets. Note : 5/10

Note globale : 7/10






00A6000000047066-photo-saitek-p1500.jpg

Saitek P1500

Port : USB
Plate-formes : PC
Prix conseillé : ND





Installation : Installation et détection sans problème particulier. L’interface de programmation est simple, riche et intuitive ne nécessitant pas l’utilisation de la notice. On note ici la même fonction de chargement automatique des profils de jeu lors du lancement de ces derniers que celle présente sur le pad Gravis. Note : 9/10

Ergonomie : Comme d’habitude chez Saitek, on ne fait pas dans la dentelle et l’aspect général du P1500 est massif. Le design et l’intégration des boutons et mini stick ainsi que du pavé directionnel sont complètement à revoir. Les boutons sont trop enfoncés, le pavé directionnel peu précis et le mini stick présente des aspérités fort peu agréables au toucher. La présence d’une molette des gaz sur le devant aurait été une bonne idée si celle-ci avait été plus accessible.
Les matières plastiques utilisées sont toutefois de bonne facture. Note : 2/10

Utilisation : Tout comme le RumblePad de Logitech, le design pénalise fortement l’utilisation du pad, la précision ici étant quasiment aléatoire si bien que l’on préfèrera même jouer au clavier plutôt que de subir une telle torture. Note : 1/10

Note globale : 4/10


Conclusion

L’alliance du savoir faire de Guillemot avec celui de Thrustmaster permet d’obtenir un pad d’excellente qualité. Il reste toutefois à améliorer la partie des pilotes qui représente l’unique mais important problème du Firestorm Dual Power Gamepad, la notion de plug 'n play n’étant ici pas de mise.
On notera la bonne position du pad Trust, marque trop souvent assimilée à bas de gamme, et dont les derniers produits tendent à faire mentir cette réputation, malheureusement on ne trouve pas facilement ce produit dans les rayons.
Le modèle Logitech très décevant est même à éviter. On ne comprend pas comment un fabricant de clavier et souris aux fonctions et design très aboutis puisse produire des accessoires de jeu de si piètre qualité.
Le modèle Gravis ne se distingue pas de ses concurrents et la difficulté à trouver ce produit facilite le choix (ou non choix) de l’acheteur.
Le P1500 de Saitek occupe la dernière place de ce comparatif et la mérite bien, on est ici bien loin de l’originalité et de l’excellente prise en main des joysticks de la gamme Cyborg de la même marque.
Modifié le 20/09/2018 à 15h34
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Belle affaire pCloud pour famille : 2 To de stockage cloud à prix cassé
Marvel Cinematic Universe : le guide complet pour regarder (ou non) les films et séries du MCU dans le bon ordre
E3 2021 : des stands virtuels et d'autres animations dématérialisées au programme
Un revenu universel en crypto-monnaie : douce utopie ou vraie bonne idée ?
PS5 : Sony travaille en ce moment sur plus de 25 exclusivités
Test Sony Bravia XR-55X90J : une alternative intéressante aux téléviseurs OLED ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
PS5 : Sony dévoile deux nouveaux coloris pour la manette DualSense
Cent ans après : la carte de crédit, produit d'une utopie
Test ASRock B560M Steel Legend : parce que le Z590 n'est pas forcément indispensable
Haut de page