Abit Siluro GF256 GTS (GeForce 2)

30 septembre 2000 à 22h45
0
015E000000043397-photo-abit-logo.jpg
S’il y a bien un chip 2D/3D qui a en ce moment la côte chez les fabricants de Cartes Graphiques, c’est bien le GeForce 2 GTS de NVIDIA. Depuis son apparition le nombre de cartes équipées de ce chip ne cesse de croître et Abit, célèbre fabricant de Cartes mères qui s’est récemment lancé sur le marché de la carte graphique ne déroge pas à la règle et lance à son tour une nouvelle carte graphique, l’Abit Siluro GF256 GTS, basée sur le dernier concentré de silicium en provenance de chez NVIDIA.

Mais que vaut cette nouvelle carte face aux multiples cartes de la concurrence ? Le savoir faire d’Abit dans le secteur des cartes mères va t’il s’appliquer à celui des cartes graphiques ? Réponses dans ce test complet.

Avant de passer à proprement parlé du test de la Siluro GF256 GTS un petit rappel concernant le chip graphique NVIDIA GeForce 2, qui équipe cette même carte s’impose :

Rappel : le chip NVIDIA GeForce 2 GTS

012C000000046104-photo-geforce-2-chip.jpg
Sorti au mois de mai 2000, le GeForce 2 GTS est une évolution du premier GeForce qui a tout juste un an aujourd'hui. Evolution que l’on pourrait qualifier de majeure vu le nombre de nouveautés et surtout de changements que propose le GeForce 2 GTS par rapport à son grand frère sont assez conséquents. Nouveautés et changements que nous allons maintenant détailler :


Comme Intel et AMD pour leurs Processeurs Pentium III et Athlon, NVIDIA a fait évoluer sa finesse de gravure, utilisée pour la mise au point de ses chips graphiques. On est ainsi passé d’une gravure en 0.22 micron pour le GeForce premier du nom, à une gravure 0.18 micron pour le GeForce 2 GTS. Cette amélioration de la finesse de gravure offre un avantage non négligeable puisqu’elle permet de réduire de façon non négligeable la chaleur dégagée par le chip graphique, et qui dit moins de chaleur dit possibilité de monter en fréquence. NVIDIA a ainsi pu passer d’une fréquence de 120 Mhz (pour le GeForce) à une fréquence de 200 Mhz (pour le GeForce 2 GTS).


012C000000046105-photo-gf2-t-l.jpg
Une autre évolution du GeForce 2 GTS concerne le moteur Transform & Lighting du chip graphique. Inauguré par le GeForce, le Transform & Lighting est une technologie matérielle qui permet au chip graphique de prendre en charge directement les calculs relatifs aux phases de transformations géométriques et à la gestion des éclairages dynamiques, phases qui est pris en charge par le processeur central sur les cartes graphiques ne supportant pas le Transform & Lighting. Il est toutefois important d’ajouter que pour tirer profit du Transform & Lighting l’application ou le jeu devra être écrit, codé à cet effet avec l'aide des API OpenGL ou Direct 3D 7 ou une version supérieure.

Alors que sur le GeForce le moteur de Transform & Lighting n’était capable de prendre en charge que 15 millions de triangles par seconde, le GeForce 2 GTS grâce à son moteur Transform & Lighting qualifié de seconde génération est capable de traiter 25 millions de triangles. Gardez en tête toutefois que ce résultat est principalement dû à la monté en fréquence du chip.



00043515-photo-nvidia-logo.jpg
Toujours dans le but d’améliorer le FillRate de son Chip graphique, NVIDIA a également augmenté, en plus de la fréquence du chip, le nombre de « Texel Engine » (utilisés par les 4 Pixels Engine qui équipent le GeForce et le GeForce 2 GTS) qui passe d’un pour le GeForce à deux pour le GeForce 2 GTS. On obtient ainsi un FillRate de 800 Mpixels / seconde et ce aussi bien en Single ou en Dual Texturing alors que le GeForce était limité à 480 Mpixels/ seconde (en Single Texturing) ou de 240 Mpixels / seconde (en Dual texturing). On peut également parler pour le GeForce 2 d’un Texel FillRate de 1.6 Gtexel/s d’ou l’utilisation des les lettres GT dans le sigle GTS pour GigaTexel.

Outre ces évolutions le GeForce 2 GTS propose une nouveauté technologique majeure par rapport au GeForce qui se cache sous la lettre S du sigle GTS, qui signifie Graphic Texel Shaders.

013D000000046106-photo-gf2-sharders.jpg
Sous ce terme de Shaders se cache en fait une nouvelle technologie développé par NVIDIA et baptisée NVIDIA shading rasterizer qui permet via la fonction « per pixel shading and lighting » d’appliquer sur chaque pixel d’une scène 3D un intensité lumineuse plus ou moins prononcée ou bien encore de choisir l’orientation même de la lumière. Grâce à cette précision hors du commun sur chaque pixel il est possible de créer des effets 3D surprenant, ou bien même de simuler des effets 3D déjà existant comme l’Environment Bump Mapping qu’utilisent les cartes 3D Matrox G400 et G450.

Maintenant que vous savez tout ou presque sur le GeForce 2 GTS passons au test à proprement parlé de ce qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir l’Abit Siluro GF256 GTS.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
The Mandalorian : que vaut le premier épisode de la série TV Star Wars ?
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
Le trou dans la couche d'ozone n'a jamais été aussi petit depuis les années 1980

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top