Starlancer

Par S@nity (Hexagame)
le 01 mai 2000 à 11h48
0
Chris et Erin Robert vont tenter d'apaiser les fans de Wing Commander, en leur sortant un nouveau jeu de combat space-opéra dont eux seuls possèdent le secret. En attendant, le jeu ultime qui est censé reprendre le meilleur de Privateer et de Wing Commander, le très attendu Freelancer, Digital Anvil, est en phase de finition pour Starlancer.

Ce jeu au niveau du scénario est une transposition de la seconde guerre mondiale dans un monde futuriste et à l'ère spatiale. D'ailleurs, le background possède de forte ressemblance avec celui de Battlezone. Dans le cadre de Starlancer, le bloc USA, Angleterre a fait front contre le bloc soviétique dans une guerre interstellaire pour le contrôle de la Terre. Vous jouez le rôle d'une nouvelle recrue, qui arrive dans un escadron du nom de la 45ème Volontaires localisé sur le ANS Reliant, dans l'armée de l'alliance Ouest. Vous allez affronter l'armée du bloc Est dans une campagne militaire où l'engagement sera total, voire jusqu'à la mort (là généralement c'est game over).


Du 'dogfight' à gogo



La gloire, l'héroïsme et la déception seront votre lot quotidien dans ce conflit. Vous allez apprendre à connaître votre ennemi, dans cette sale guerre. C'est l'ambiance qui ressort du jeu tout le long de la campagne. Mais au sein du jeu vous remarquerez qu'il existe tout une communauté navigant entre les 2 fronts et tentant de survivre dans cette guerre. Elle donne plus de crédibilité au monde qui encadre Starlancer, du fait qu'il y une sorte de communauté civile dans le conflit. D'ailleurs cela permettra par cette occasion d'introduire le concept de Freelancer (en vous certifiant que qu'il est beaucoup plus beau graphiquement que Starlancer et qu'il est très très très attendu), et qui s'annonce d'ores et déjà comme un monument à la gloire du jeu vidéo.

C'est bien gentil, toutes ces histoires entre bloc Est Ouest dans l'espace, mais l'intérêt principal du jeu ça vient surtout des phases de combat et de la campagne militaire. A ce niveau Starlancer, est le digne successeur de Wing Commander. On le remarque tout de suite à plusieurs détails, les commandes sont quasiment les mêmes. Toutes les options de Wing Commander sont présentes, post combustion, leurres, missiles... On sent rapidement que c'est le même concepteur qui a fait les 2 jeux. Les combats sont très intenses comme dans Wing Commander Prophecy ou même Freespace2 (le plus gros concurrent de Wing Commander). Ca blaste dans tous les sens, les missiles fusent, les tirs balayent l'espace et les vaisseaux disparaissent dans des blasts de toutes les couleurs.

00A0000000044235-photo-starlancer02a.jpg
00A0000000044243-photo-starlancer09a.jpg
00A0000000044236-photo-starlancer03a.jpg

Graphiquement ça assure pas mal déjà non ?!

Il y a une grosse variété de vaisseaux que vous pourrez piloter et apercevoir, environ 80 appareils différents présents dans le jeu réparties sur les 3 forces en présences (Est, Ouest et Neutres). Les batailles sont violentes et les infériorités numériques sont toujours en notre défaveur. La gestion du Force Feedback est un plus pour les combats spatiaux comme l'a déjà démontré Freespace, et dans le cas de Starlancer (Microsoft oblige), celle-ci est excellente. Le jeu ne gère pas d'inertie des corps lancés dans l'espace en zéro-G à l'instar d'I-War où là c'est vraiment le pied, mais pour l'action frénétique présente dans Starlancer il vaut peut-être mieux ne pas l'avoir implémentée.


Missions, moteur graphique et mulitjoueurs



Le jeu est composé autour de 25 Missions semi dynamiques dans la grande tradition des Wing Commander. Il y a 24 minutes de cinématiques entrecoupant les moments clés de la campagne. Les missions en elles même sont assez variés, comme avec les missions dans les ceintures d'astéroïdes en orbite autour d'une planète, d'autres se déroulent dans l'espace plus classiques déjà.

A l'époque de Wing Commander Prophecy, les frères Roberts avaient pondu un monstre en terme de gerbe d'effets spéciaux. Là, ils ont assuré le coup, le moteur de Starlancer est tout simplement splendide, se situant un ton au dessus de Freespace 2. Les appareils explosent dans des ondes de chocs colorés magnifiques. Les tirs de missiles avec des traînées, les boucliers qui résistent sous les tirs, les impacts de tirs, le moteur de Starlancer gère tous ces détails de façon magistrale. La modélisation des appareils est magnifique, mais par contre les bâtiments de guerre sont de taille réduite par rapport à Freespace 2, dommage. Le jeu utilisera les API Direct 3D (peut être Transform & Lighting?), et Direct Input et Direct Sound 3D.

00A0000000044239-photo-starlancer01a.jpg
00A0000000044244-photo-starlancer08a.jpg
00A0000000044240-photo-starlancer01a.jpg

Les appareils sont très détaillés

Oui, il y aura un mode multijoueurs pour Starlancer, pourtant Chris et Erin Roberts n'ont jamais pu proposer un mode multijoueurs à Wing Commander, mais il n'est jamais trop tard pour commencer. Le mode multi regroupera jusqu'à 4 joueurs s'ils veulent jouer à la campagne solo en mode coopératif sinon jusqu'à 8 joueurs en mode multijoueurs classique deathmatch et variantes. Le mode multi est disponible en LAN ou sur la Zone de Microsoft. A noter qu'on pourra se déplacer dans le vaisseau et interagir à pas mal d'endroits avec des autres pilotes du bord par exemple (comme dans Wing Commander). Le jeu est prévu pour ce printemps 2000, donc pour les as du manche à balai un peu de patience.
Modifié le 20/09/2018 à 15h34
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top