Private Internet Access (Avis) : que vaut le VPN américain racheté par Kape ?

Jérôme Cartegini
Spécialiste sécurité informatique
25 juillet 2020 à 12h12
0
7

Créé aux États-Unis en 2010, Private Internet Access a été racheté en 2019 par Kape Technologies qui possède également CyberGhost et ZenMate. Outre un éventail complet de fonctionnalités avancées, il délivre une connexion parmi les plus sécurisées et stables du marché.

Dans la jungle des VPN, Private Internet Access (ou PIA) fait partie des services qui se démarquent en termes de fonctionnalités de sécurité et de chiffrement. Bien qu'il dispose d’une interface accessible au plus grand nombre, PIA constitue surtout une solution idéale pour les utilisateurs experts souhaitant pouvoir configurer le VPN jusque dans les moindres détails. En ce qui concerne la confidentialité des données, sa localisation aux États-Unis (soumis au Patriot Act) n’est à priori pas très rassurante.

London Trust Media qui est la société à l'origine de la création de PIA a eu toutefois l’occasion de prouver que celle-ci n’affecte pas son service, et que celui-ci constitue au contraire un excellent moyen d’échapper au système de surveillance de masse américain. Depuis 2017, la société a été assignée à comparaître à deux reprises par le FBI devant des tribunaux américains pour fournir les journaux d'activité sur des utilisateurs impliqués dans des affaires de fausse alerte à la bombe et de piratage informatique. Pour chacune de ces affaires, les avocats de London Trust Media ont réussi à démontrer que conformément à sa politique de confidentialité, la société n'enregistrait aucune donnée sur ses clients et qu'elle ne pouvait donc fournir aucune information sur ces derniers. Difficile de rêver meilleure publicité pour un service VPN !

Infrastructure

Sans égaler CyberGhost ou NordVPN, l’infrastructure réseau de Private Internet Access s’avère assez conséquente. Celle-ci se compose au total de 3303 serveurs et serveurs proxy répartis dans 48 pays (70 régions) et 5 continents (Europe, Asie, Pacifique, Amérique, Afrique). Le fournisseur compte notamment 1542 serveurs aux États-Unis, 246 au Canada, 188 au Royaume-Uni, 63 en Australie, 79 en Allemagne, ou encore 48 en France. Il est possible de visualiser les différentes régions couvertes dans chaque pays et tester les différents serveurs sur le site web de PIA en cliquant sur l’un des drapeaux.

Contrairement à d’autres VPN, il n’y a pas de serveurs spécifiquement dédiés au Peer To Peer ou à l’accès à des services de streaming bloqués géographiquement. Tous les serveurs peuvent potentiellement être sollicités pour ces usages, mais les débits peuvent varier du simple au triple en fonction de la localisation. Le service n’impose par ailleurs aucune limite de téléchargement.

Couverture multiplateforme et connexions simultanées

Comparativement aux ténors du secteur tels que CyberGhost ou ExpressVPN, la compatibilité du service de Private Internet Access se révèle assez limitée. C’est d’autant plus regrettable que le fournisseur autorise jusqu’à dix connexions simultanées, contre 5 pour ExpressVPN et 6 pour NordVPN, par exemple. Le service prend en charge les principaux OS (Windows, macOS, Linux, Android, et iOS), ainsi que les navigateurs Chrome, Firefox et Opera, mais fait l’impasse sur les box TV (Android TV, Apple TV…), les consoles de jeux, ou encore les smart TV. Fort heureusement, le VPN peut fonctionner sur la plupart des routeurs du marché afin de protéger l’ensemble des appareils connectés au réseau, y compris ceux pour qui le fournisseur ne propose pas de clients spécifiques.

Des tutoriels sont disponibles sur le site du fournisseur pour connecter le VPN sur la plupart des routeurs : Asus, DD-WRT, Tomato, etc. PIA conseille néanmoins d’utiliser plutôt un routeur compatible avec le chiffrage AES afin de pouvoir profiter de performances optimales. Comme ExpressVPN et quelques autres fournisseurs, PIA commercialise des routeurs de différentes marques (Asus, Linksys, Netgear…) préconfigurés avec son service VPN.

Sécurité et confidentialité

Bien qu’originaire des États-Unis, PIA pratique une politique de journalisation « zéro log » qui semble véritablement fiable. Il ne surveille par le trafic et n’enregistre aucune donnée relative à l’activité de ses utilisateurs. Il constitue par ailleurs l’un des trop rares fournisseurs à proposer des méthodes de paiement 100 % anonymes par le biais de cartes cadeaux de grandes marques (Apple, GAP, Starbucks, Uniqlo…), PayPal, ou différentes cryptomonnaies difficilement traçables : Bitcoin, BitcoinCash, Zcash, ethereum, litecoin, etc. Les seules informations que conservent la société sont l’adresse email, le pseudo et le mode de paiement pour l’enregistrement du compte et assurer le fonctionnement du service.

Au niveau de la sécurité, PIA se démarque du gros des services VPN avec des fonctionnalités exhaustives et avancées. Pour pouvoir offrir un débit maximal, le service utilise par défaut le cryptage AES-128 bits, mais celui-ci peut être facilement augmenté à 256 bits via les paramètres du logiciel. La configuration par défaut comprend également des algorithmes d’authentification SHA1 (utilisés pour protéger les utilisateurs des attaques) et une clé de cryptage RSA-2048 chargée d’établir une connexion sécurisée sur un serveur de PIA. Au risque de ralentir le débit, il est possible de renforcer considérablement le niveau de sécurité en sélectionnant dans le menu de réglages le chiffrement AES-256, une clé de cryptage RSA-4096 et une clé d’authentification des données SHA256.

Bien que la configuration par défaut se révèle excellente, le fournisseur souhaite pouvoir offrir le plus de liberté possible à ses utilisateurs. Le service prend en charge de nombreux protocoles, dont OpenVPN, L2PT/IPsec, PPTP, et le plus récent WireGuard qui offre des performances optimales. À noter qu’il est également possible de choisir entre les protocoles OpenVPN UDP ou TCP, ou d’utiliser un proxy SOCKS5 inclus dans tous les comptes. Sans oublier les fonctions de protection contre les fuites DNS (pour rediriger les éventuelles requêtes envoyées au FAI vers les serveurs de PIA), ainsi qu’un bloqueur de pub, de traqueurs et de logiciels malveillants.

Interface et fonctionnalités

Outre un design moderne, l’interface de PIA possède l’avantage de pouvoir convenir aussi bien aux néophytes qu'aux utilisateurs experts. Configuré par défaut pour offrir à la fois une bonne sécurité et des performances optimales, le VPN est prêt à l'emploi pour le plus grand nombre. Ceux qui le souhaitent peuvent toutefois accéder à une panoplie de réglages avancés via le menu des « Paramètres » que cela soit pour augmenter le niveau de sécurité, utiliser un proxy, ou encore configurer les applications à inclure ou exclure du tunnel sécurisé. Le design de l'interface du logiciel est très soigné, mais les choix en termes d’ergonomie sont discutables et potentiellement décevants par rapport à d’autres applications VPN bien plus fluides. L’interface du client Windows de PIA comprend d’une part une fenêtre longiligne dédiée à la connexion aux différents serveurs, et d’autre part une seconde fenêtre plus grande pour accéder au menu de configuration. Une conception que ne s'avère pas très pratique à l'usage, car cela oblige à faire d'incessants vas et viens entre les deux fenêtres.

Le menu de connexion affiche de nombreuses informations intéressantes, mais il manque de fluidité notamment pour se connecter et surtout se déconnecter d’un serveur. Une fois activé, le bouton de connexion qui s’affiche en haut de la fenêtre disparaît et ne propose aucune alternative simple pour pouvoir tout simplement se déconnecter. Il est uniquement possible de se déconnecter complètement (identifiants compris) en cliquant sur l’icône en forme de trois petits points (en haut à droite de la fenêtre) puis sur « Déconnexion ». La seule solution pour déconnecter du VPN consiste à faire un clic droit sur l’icône de PIA dans la zone de notifications de Windows, puis sélectionner « Déconnecter ». On a vu plus simple…

En cliquant sur la petite flèche à droite du menu « Serveur VPN », on accède à la liste des pays et des régions lorsqu’il y en a plusieurs. Le logiciel affiche la latence, mais fait l’impasse sur le taux d’occupation des serveurs. La fenêtre d’accueil affiche d’autres informations telles que l’adresse IP d’origine et celle du serveur VPN, le niveau de performances de la connexion en upload et download ainsi que le temps de connexion. Une très belle interface, mais une ergonomie en demi-teinte qui mériterait quelques ajustements.

Le menu des « Paramètres » comprend un large éventail de fonctionnalités. À commencer par la désormais classique option « Kill Switch » (menu Paramètres/Intimité) permettant de bloquer l’accès à Internet si la connexion à un serveur VPN décroche afin de ne pas compromettre l’anonymat de l’utilisateur. Elle se voit complétée par une fonction maison baptisée « Mace » pour bloquer les publicités, les trackers, et autres logiciels malveillants. Le menu « Réseau » propose quant à lui une protection contre les fuites de DNS permettant de s'assurer que les requêtes DNS soient routées par le bon VPN.

Il dispose également d’une fonction pour diviser le tunnel sécurisé et définir par exemple quelles applications peuvent contourner ou utiliser le VPN pour se connecter à Internet. Dans les « Préférences de connexion » du menu « Connexion », le service offre une multitude d’options de configuration des protocoles réseau (OpenVPN , WireGuard…) ainsi que différentes technologies de chiffrement et d’authentification. PIA se démarque enfin en mettant à disposition des utilisateurs un proxy SOCKS5 via le menu éponyme « Proxy ». Pour finir, une option aussi originale que pratique (au bas de la fenêtre principale) permet de mettre la connexion VPN en veille pour la durée de son choix.

L’application mobile (Android et iOS) affiche un look soigné identique à celui du bureau et une ergonomie parfaitement ficelée. Contrairement à bon nombre de ses concurrents, PIA propose presque autant de fonctionnalités et d’options de configuration avancées sur son application mobile Android et dans une moindre mesure iOS que sur son client PC. Le menu « Paramètres » donne en effet accès au Kill Switch, ainsi qu’aux différents protocoles VPN et technologies de chiffrement.

PIA Android
PIA Android

La version Android comprend en sus les réglages DNS et un menu « Paramètres par application » permettant d’inclure ou exclure les applications de la connexion VPN. Elle comprend également un accès direct au support (en anglais) pour contacter le service technique ou consulter des tutoriels (en français et en anglais). Bien qu’elle soit assez complète, l’application mobile de PIA n’atteint pas le niveau d’excellence de celles des ténors du marché tels que NordVPN ou CyberGhost.

PIA iOS
PIA iOS

Accès aux services de streaming et de téléchargements P2P/torrents

Bien que PIA ne soit pas aussi rapide qu’ExpressVPN, CyberGhost ou NordVPN, il se montre particulièrement performant pour débloquer les services de streaming à l’étranger. Le service qui prend en charge Netflix US et UK, Amazon Prime ,BBC iPlayer, HULU et Disney+ ne propose pas de serveurs dédiés pour le streaming ou le téléchargement de torrents. En sélectionnant le serveur le plus rapide dans la zone géographique voulue, il parvient à contourner sans sourciller les contenus bloqués géographiquement. A noter qu'il a autant de facilités à débloquer Netflix qu'Amazon Prime Video réputé pour donner beaucoup de fil à retordre aux services VPN. Il n’est pas infaillible pour autant. Lors de nos tests, le service vidéo d’Amazon a fini par détecter le serveur VPN de PIA et immédiatement bloqué la lecture de ses contenus. La guerre entre les plateformes de vidéos à la demande et les services VPN continue de battre son plein.

Private Internet Access est l’un des VPN les plus réputés pour le téléchargement en P2P. Là encore, il n’est pas nécessaire de sélectionner des serveurs spécifiques. Il est possible de télécharger des données sans aucune contrainte et en toute sécurité, mais la vitesse de téléchargement se révèle parfois un peu lente. Mieux vaut choisir un serveur avec un temps de latence (PING) faible pour profiter du meilleur débit possible.

Performances

PIA jouit d’une infrastructure de qualité avec des serveurs délivrant une connexion stable. Les débits ne sont toutefois pas aussi rapides que ceux des ténors du marché ExpressVPN, CyberGhost ou NordVPN. Le fournisseur américain ne démérite pas pour autant et excelle même pour l’accès aux services de streaming de Netflix et Amazon Prime Video aux États-Unis et au Royaume-Uni. Comme le montrent les tests réalisés avec l’outil de mesure de référence Speedtest, PIA se démarque par la stabilité et la régularité de la connexion de l’ensemble de ses serveurs, quelle que soit leur localisation. Un très bon point.

*Rappelons que le PING permet de mesurer (en millisecondes) le temps réalisé par des paquets de données pour faire l’aller-retour entre un terminal et le réseau Internet. Plus il est faible, plus la connexion réseau est bonne. Concernant les débits descendants (download) et ascendants (upload), plus ils sont élevés, plus la connexion Internet est rapide.

Sans VPN
France
USA
Australie
Royaume-Uni
Japon

En dehors des inévitables écarts de PING entre les destinations, les résultats se révèlent en effet très proches les uns des autres. Comparativement à d’autres services, les serveurs français de PIA ne brillent par leur rapidité et ont tendance à provoquer de sérieux ralentissements sur la connexion d'origine (Sans VPN). Ceux des États-Unis et du Royaume-Uni font quasiment jeu égal et s’avèrent suffisamment rapides pour streamer en haute définition des contenus bloqués géographiquement. Sans surprise, les serveurs d’Australie et du Japon affichent de moins bons scores, mais ils demeurent tout à fait fonctionnels pour naviguer sur le Web. Des résultats qui demeurent dans le haut du panier.

Support technique

Le fournisseur propose un support technique accessible 24h/24 et 7j/7 via un live chat classique ou un système de ticket nécessitant de remplir un formulaire en ligne sur son site Internet (Portail d’assistance). Le service chat répond en anglais dans un délai généralement très court (environ 2 à 3 minutes), mais la pertinence des réponses peut varier énormément d’un interlocuteur à l’autre. En cas de problème technique important, il est vivement conseillé d’ouvrir un ticket. Nous avons rencontré un problème d’installation majeur sur Windows 10 Pro qui a nécessité l’intervention de plusieurs personnes au sein de l’équipe technique de PIA. Le service s’est véritablement mobilisé pour résoudre notre problème qui provenait in fine d'un pilote obsolète de la carte graphique de notre PC. Même s'il y a encore des choses à améliorer, notre avis sur le support de PIA est dans l'ensemble plutôt positif.

Tarifs

Difficile de trouver meilleur rapport qualité/prix sur le marché des VPN que PIA. Le fournisseur américain affiche des tarifs jusqu’à deux fois moins chers que ceux de NordVPN qui est pourtant réputé pour son agressivité commerciale. L’abonnement annuel (payable en une seule fois) est particulièrement attractif puisqu’il revient à seulement 3,10 €/mois, soit 37,10€/an (contre 6,22 €/mois sur un an pour NordVPN, par exemple).

Le tarif chute à 2,50 €/mois pour un engagement sur deux ans, soit 65 € au total. Le forfait mensuel sans engagement à 9,29 €/mois se positionne également parmi les plus attractifs du moment. PIA ne propose malheureusement pas de période d’essai gratuite pour tester son VPN, mais ses abonnements disposent d’une garantie de remboursement sous 30 jours. Chaque forfait de PIA permet d’utiliser jusqu’à 10 appareils simultanément.

Faut-il craquer pour PIA ?

PIA constitue un excellent choix à plus d’un titre. Même s’il n’est pas le plus rapide, il se démarque en offrant un large choix de fonctions avancées prisées par les utilisateurs experts. C’est par ailleurs l’un des rares fournisseurs VPN à avoir pu prouver à deux reprises devant les tribunaux américains qu’il ne conservait aucun journal d’activité sur ses utilisateurs, et cela même s’il se trouve aux États-Unis ! Il tient également toutes ses promesses pour contourner le blocage géographique des plateformes de streaming, ainsi que pour le P2P.

Malgré quelques défauts ergonomiques sur les clients Windows et macOS, le service jouit d’une interface moderne agréable à utiliser. Les tarifs des différents abonnements de PIA figurent de surcroît parmi les plus attractifs du marché. Un argument de poids à l’heure où la plupart des services VPN ont tendance à augmenter leurs tarifs.

Private Internet Access

7

Doté d'un bon rapport qualité/prix, Private Internet Access se positionne dans le haut de gamme des offres VPN. Il s'agit d'un des premiers services VPN à implémenter WireGuard au prix d'un débit moindre que celui de ses concurrent. PIA, bien que bourré de qualités, doit aussi travailler son ergonomie et sa couverture multiplateforme pour pouvoir devenir un ténor du marché.

Les plus

  • Rapport qualité/prix
  • Streaming US et UK très efficace
  • Support client à l’écoute
  • Options de configuration réseau avancées

Les moins

  • Ergonomie du menu de connexion perfectible (client Windows et macOS)
  • Couverture multiplateforme à améliorer
  • Débits moins rapides que ceux des ténors du marché
Modifié le 28/07/2020 à 10h56
12
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
scroll top