Olympus TG-850 iHS : des selfies sous l'eau

Par Aurélien Audy
le 10 juin 2014
 0

Olympus TG-850 iHS : des selfies sous l'eau



Le pionnier des compacts étanches présente cette particularité qu'il propose deux gammes différentes d'appareils dans ce segment : celle à un chiffre (après le TG) plus « pro » et l'autre à trois chiffres que nous testons là, qui correspond au milieu de gamme. Héritier d'une longue ascendance, le TG-850 iHS se démarque comme le premier appareil étanche et renforcé avec un écran inclinable, jusqu'à 180°. Amateurs « d'aqua-selfies », cet appareil est fait pour vous !

01C2000007403469-photo-olympus-tg850ihs.jpg

L'Olympus TG-850 iHS

Prise en mains et ergonomie



Les Tough se ressemblent sans se ressembler. Disons qu'on reconnait bien la patte Olympus à chaque fois, mais que le design varie constamment, autour de la pierre angulaire qu'est la robustesse, toujours bien au rendez-vous. Symboliquement, Olympus dépasse ses concurrents sur la résistance aux chutes, avec 2,1 m, soit 10 cm de plus que ses camarades les plus solides. Si la construction est très sérieuse, le choix des matériaux nous laisse un peu perplexe. Pourquoi avoir réalisé autant de mariages : métal, plastique teinté imitant - mal - le métal, plastique mate rugueux et plastique satiné noir au dos. Ceci étant dit, la prise en main donne entière satisfaction. La poignée crantée en façade permet aux doigts et ongles de bien s'agripper, le coussin en caoutchouc offre un bon appui et la barre d'attache de la dragonne sert de repose-pouce quand on visionne ses images. Rien à redire non plus sur l'emplacement des commandes. On apprécie particulièrement la progressivité de la manette de zoom, permettant un dosage fin en vidéo, la molette de sélection des modes (présente que chez Olympus) ou encore l'agilité du pavé multidirectionnel, pourtant pas plus grand que les autres (mais avec un relief bien ergonomique).

012C000007403473-photo-olympus-tg850ihs-2.jpg
012C000007403475-photo-olympus-tg850ihs-3.jpg

L'écran qui bascule à 180° à la verticale constitue un réel attrait pour un usage « fun » de l'appareil. Parce que si les autoportraits sont assez simples à réaliser en temps normal, sous l'eau, c'est nettement plus hasardeux. Tant qu'on est sur l'écran, il nous faut signaler que la dalle est bien visible, mais que son ratio 16/9 condamne à une petite fenêtre de prévisualisation en photo quand on veut exploiter toute la résolution du capteur 4/3. Les ratios 3/2 et 16/9 sont heureusement proposés, mais la résolution diminue alors.

0280000007403477-photo-olympus-tg850ihs-4.jpg

Pour ouvrir la trappe à batterie et connectique, il faut désengager la manette de verrouillage et actionner le bouton interrupteur. Le joint d'étanchéité est assez épais, c'est rassurant. Même si l'appareil ne descend « qu'à 10 m ».

012C000007403481-photo-olympus-tg850ihs-6.jpg
012C000007403483-photo-olympus-tg850ihs-7.jpg

Trappe étanche


Ici en revanche, pas de capteur spécifique, ni GPS ou même Wi-Fi : le TG-850 n'est qu'un appareil photo... Il faudra passer sur le TG-3 pour disposer des fonctions de « super baroudeur ».

07403463-photo-olympus-tg850-ihs-spec.jpg
Caractéristiques techniques

Quid des menus ?



La philosophie d'Olympus dans ce domaine nous plaît bien. L'idée, c'est que moins on va dans les menus, mieux on se porte. Et en effet, la touche menu renvoie à des réglages qu'on opère en général une bonne fois pour toutes (compression des images, stabilisateur, zoom numérique, etc.). L'essentiel se trouve dans la barre latérale, qui n'empiète pas sur la visée puisqu'elle est située dans une des bordures noires de l'écran 16/9 (quand on est en 4/3). On presse la touche OK pour y accéder (sauf en mode scène et en super macro, où OK active le blocage de l'AF, c'est perturbant) et on navigue avec les flèches haut et bas. Inhabituel comme fonctionnement, mais on prend vite le pli et on se demande pourquoi les autres ne font pas pareil. Surtout que cette interface légère est fluide et réactive.

012C000007403471-photo-olympus-tg850ihs-10.jpg
012C000007403487-photo-olympus-tg850ihs-9.jpg


Performances : réactivité, objectif et ISO



Les premiers Tough souffraient de lenteurs pénibles par rapport à la concurrence. Aujourd'hui, ils comptent parmi les plus rapides ! AF, latence, délai entre deux vues, allumage, rafale (7 im/s), recyclage du flash (peu puissant, certes), le TG-850 iHS égale ou surclasse tous ses meilleurs rivaux. C'est plaisant, d'autant que l'AF se montre particulièrement fiable.

07403461-photo-olympus-tg850-ihs-perf.jpg
Réactivité du TG-850

0096000007403479-photo-olympus-tg850ihs-5.jpg
Selfies subaquatiques vont avec... grand-angle. En partant, sur un 21 mm (28 mm sous l'eau), on pourra même envisager « aqua-grou-fies » (pour ceux qui n'auraient pas suivi toutes les actualités récentes, un groufie est une invention de Huawei pour désigner un selfie de groupe... ouais ouais). Plus sérieusement, le TG-850 est le plus grand-angulaire des compacts étanches, tout simplement. L'amplitude du zoom reste de 5X (21-105 mm), avec stabilisation optique. Seul bémol : l'ouverture au télé n'est que de f:5,7 (mais avec un correct f:3,5 au grand-angle). En termes de performances, sans égaler l'optique de Panasonic, la formule qu'a trouvée Olympus livre là une assez belle homogénéité. Au grand-angle, c'est imparfait sur les bords, mais sur une focale de 21 mm, c'est déjà pas si mal. Tandis qu'au télé, on peine à distinguer le centre des bords. Pas mal du tout !

0280000007403465-photo-olympus-tg850-piqu-grand-angle.jpg
0280000007403467-photo-olympus-tg850-piqu-t-l.jpg

Olympus réutilise son capteur CMOS BSI de 16 mégapixels mais l'associe cette fois au processeur de traitement de dernière génération, le True-Pic VII, embarqué dans les derniers Pen OM-D. Que dire, sinon que de 100 à 400 ISO, on tombe sur des résultats très similaires à ceux du Nikon AW120 : peu de bruit mais des détails lissés dès 100 ISO. Mais le problème, c'est surtout que là où le compact de Nikon régresse progressivement, celui d'Olympus chute brutalement à 800 ISO. C'est d'autant plus dommage qu'il n'y a après, entre 800 et 1600 ISO, plus énormément d'écart. Les hautes sensibilités sont donc à réserver aux usages en petits formats.

00C8000007403489-photo-olympus-tg850ihs-macro1.jpg

00C8000007403493-photo-olympus-tg850ihs-macro3.jpg
00C8000007403491-photo-olympus-tg850ihs-macro2.jpg

Plusieurs exemples de macros

Fonctionnalités et vidéo



Olympus rejoint la plupart de ses concurrents en adoptant panoramique à la volée (mais pas très rondement menée), HDR et filtres artistiques (Pop art, soft focus, grain noir et blanc, sténopé, diorama, etc.). A cela s'ajoutent l'intervallomètre, la photo de nuit à mains levées (par assemblage de vues) ou encore le e-portrait, qui produit nous dit-on « une tonalité de peau naturelle sur une télé HD ». Cette dernière fonction, sans grand intérêt, lisse outrageusement les textures pour faire une belle peau de bébé... Elle a son entrée dédiée sur la molette, ça n'était pas franchement nécessaire. En revanche, Olympus fait l'impasse pour ce TG-850 sur le GPS ou le Wi-Fi. Notez que la HDR donne des résultats assez décevants (couleurs délavées, perte de détails). On lui préférera la fonction « Ombre Ajus », algorithme servant à déboucher les ombres.


La vidéo nous a agréablement surpris : le TG-850 filme en 1080p à 60 images par seconde, avec un flux généreusement encodé en H.264 à 28,6 Mbps. L'image est propre et bien exposée. Mais surtout, l'appareil profite ici d'une double stabilisation, optique et électronique, qui accomplit un travail remarquable. Tandis que l'AF suit bien, en dépit de quelques légers sauts de mise au point, les variations de zoom et les sujets en mouvement. L'audio en stéréo à 1 024 Kbps (sur 32 kHz) apparaît en retrait par rapport à la prestation vidéo, mais bon... Olympus vient ici chatouiller Panasonic sur un terrain inattendu, on ne peut que s'en réjouir.

Conclusion



Le TG-850 iHS est vendu à peu de chose près au même tarif que le Nikon AW120. Très séduisant sur certains aspects (optique grand-angulaire stabilisée, rapidité, écran orientable, ergonomie, macro et vidéo), l'appareil d'Olympus est malheureusement moins homogène que celui de Nikon. Disons qu'il pèche sur un point majeur : la qualité d'image. A 125 ISO, c'est blanc bonnet et bonnet blanc avec le AW120. Mais dès qu'on monte en sensibilité, l'écart se creuse, notamment à 800 ISO où l'écart devient fossé. Pour du partage, de l'affichage sur écran ou des petites sorties, on ne fera pas forcément la différence. Mais s'il y a un peu plus d'exigences, l'utilisateur risque d'être déçu. Les modes panoramique et HDR sont eux aussi moins efficaces (doublement des contours, couleurs délavées), tandis que les outils de mesure environnementale du compact Nikon (GPS, boussole, altimètre, etc.) manquent ici. Pondérant tout cela, le TG-850 récoltera une appréciation inférieure à ce qu'on aurait aimé lui attribuer (quelque chose proche de l'excellent). Mais Olympus suit le bon chemin, et ça c'est très positif !

Olympus TG850 iHS

Les plus
+ Zoom quali et stab
+ Très réactif / bonne ergo
+ Ecran orientable (mais ratio pas pratique)
+ Macro, vidéo, rafale
Les moins
- Détails lissés dès 100 ISO...
- ... et effondrement à 800 ISO
- Pano et HDR décevants
- Pas GPS ni de mesures géo
Qualité d'image
Robustesse
Zoom
Fonctionnalités
Réactivité
3


Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Appareil photo

Canon confirme son plus petit réflex jusqu'à présent, l'EOS 250D
Photo : un capteur Sony en fuite présage des appareils photo jusqu'à 100MP et vidéo 6K
Canon EOS RP : un appareil mirrorless plus léger et plus accessible en fuite
Canon prévoit l'effondrement du marché des appareils photo numériques d’ici 2020
Le Pocophone F1 est aussi doué en photo que l'iPhone 8 d'après DxOMark
CES 2019 - Canon prépare un appareil photo hybride capable de capturer de la vidéo en 8K
🔥 Bon Plan : Canon PowerShot SX730 HS à 307,99 € (économisez 30€)
Nano1 : un appareil photo minuscule pour photographier les étoiles
Sony filme son premier long métrage avec un hybride plein format
Un constructeur chinois annonce un appareil hybride sous Android à monture Canon
Parrot : de nouveau modes photo pour l'Anafi
Pixii : la révolution photographique à la française ?
scroll top