Nikon AW120 : bardé de fonctionnalités

Par Aurélien Audy
le 10 juin 2014 à 17h54
0

Nikon AW120 : bardé de fonctionnalités



A l'instar de Canon, Nikon est arrivé tard (août 2011 avec le AW100) et prudemment sur le marché du compact numérique étanche. Il y avait bien les Nikonos du temps de l'argentique, mais c'est une autre histoire. Le AW120 n'est que le troisième modèle du constructeur. Mais déjà on constate des évolutions intéressantes.

01C2000007419203-photo-nikon-aw120-10.jpg

Le Nikon AW120

Prise en mains et ergonomie



Le design de l'AW (pour All Weather, c'est-à-dire tout temps) ne change pas d'un iota, si ce n'est qu'il prend à chaque fois un peu de poids d'une version à l'autre. Quand on passe du XP70 de Fujifilm à cet AW120, la différence de construction est frappante. La façade est en métal, le dos en plastique, mais un type de plastique qui fait hésiter un moment sur la nature du matériau. Rien ne branle, l'assemblage a de toute évidence été soigné. La prise en mains est favorisée par le design assez carré de l'appareil, où les tranches épaisses fournissent de bons appuis. En revanche, Nikon aurait pu se montrer plus généreux sur les picots de pouce et ajouter un grip en façade. Les différentes touches conservent leur implémentation, la forme de croix a simplement été remplacée par un pavé circulaire qui accroche bien les doigts.

012C000007402313-photo-nikon-aw120-2.jpg
012C000007402315-photo-nikon-aw120-3.jpg

La tranche latérale gauche accueille toujours deux commandes spéciales, l'une pour le GPS, l'autre pour ce que Nikon appelle le « Contrôle actif ». Un peu l'équivalent du « Tap Control » d'Olympus, cette fonction simplifie l'affichage à l'écran à cinq grosses icônes (prise de vue, de vidéo, lecture, affichage des cartes GPS et sortir du menu), on navigue en secouant l'appareil. Pratique quand on est sous l'eau où qu'on a des gants.

012C000007402323-photo-nikon-aw120-7.jpg
012C000007402327-photo-nikon-aw120-9.jpg

Le AW120 s'isole de l'hostile milieu extérieur par le biais d'une seule trappe, fermement verrouillée par une molette avec bouton central de sécurité. Sous cette trappe, un épais joint (plus que sur le XP70 qui utilise la même fermeture) permet une immersion jusqu'à 18 m, faisant du compact Nikon le deuxième compact le mieux protégé, après le D30 de Canon et ses 25 m.

012C000007402319-photo-nikon-aw120-5.jpg
012C000007402321-photo-nikon-aw120-6.jpg

Trappe étanche

Le AW120 se distingue du lot par son intégration poussée de capteurs géométriques, outre le GPS déjà mentionné : boussole, altimètre, baromètre et profondimètre font de l'appareil un véritable petit couteau suisse de l'aventurier. Côté GPS, l'appareil va plus loin que du simple géomarquage : un appui sur le bouton GPS affiche carrément une carte du monde, avec localisation de l'utilisateur (une fois que l'appareil a fait le fix, c'est-à-dire l'accroche GPS, ce qui peut parfois prendre un peu de temps). Le AW120 dispose également d'un module Wi-Fi complet, fonctionnant notamment avec l'application Wireless Mobile Utility (iOS et Android).

00C8000007402311-photo-nikon-aw120-11.jpg
00C8000007402815-photo-nikon-aw120-gps-1.jpg
00C8000007402817-photo-nikon-aw120-gps-2.jpg

Sans changer de batterie, Nikon a réussi à faire progresser l'autonomie de 250 à 350 vues, faisant du AW120 un des compacts étanches les plus autonomes. Tout cela dépendra bien sûr de l'usage qui est fait des multiples capteurs, du GPS et du Wi-Fi... En matière d'écran, on apprécie le gain de définition (921 000 pixels, toujours en Oled) mais la visibilité en plein soleil reste problématique, la vitre de protection occasionnant facilement des reflets.

07419279-photo-nikon-aw120-spec.jpg
Caractéristiques techniques

Quid des menus ?



Nikon n'hésite pas à opérer des changements dans ses interfaces par petites touches. Exemple concret : la barre de sélection des modes est désormais à droite, tandis que l'éventail des choix apparaît le cas échéant dans une deuxième barre verticale (au lieu de s'étaler sur tout l'affichage comme avant). Assez pratique. En revanche pour les réglages courants (comme les ISO), l'appareil ne propose pas de raccourci particulier. Il faut donc presser la touche menu qui amène à l'interface déjà connue de Nikon en trois bandeaux, pas des plus intuitives quand on ne connait pas la marque. Mais l'agencement s'avère plutôt logique, et la navigation est parfaitement fluide et réactive. Dommage que la HDR soit toujours associée au mode scène contre-jour et ne puisse donc pas être utilisée indépendamment en mode auto, le seul qui donne accès à l'ensemble des réglages (balance des blancs, rafale, sensibilité, mode de zone AF, etc.)

012C000007402309-photo-nikon-aw120-10.jpg
012C000007402325-photo-nikon-aw120-8.jpg


Performances : réactivité, objectif et ISO



Les chronomètres réalisés par le AW120 sont assez proches de ceux du D30. Seuls le recyclage du flash (par ailleurs assez faible en puissance) et la rafale sont plus rapides. Sur ce dernier point, l'avantage va très nettement au Nikon, avec 6,9 im/s contre 1,9 im/s chez Canon. Un appareil plutôt rapide (même s'il y a mieux) et doté d'un AF fiable et rapide (notamment quand on active la fonction pré-AF).

07419281-photo-nikon-aw120-perf.jpg
Réactivité du AW120

0096000007402317-photo-nikon-aw120-4.jpg
Dans ce domaine ô combien crucial, Nikon a entrepris une modification bienvenue. Le constructeur a réussi à conserver un zoom 5X, tout en améliorant la luminosité au grand-angle (f:2,8-4,9) et un raccourcissant sa focale de base (24 mm). Et bien sûr, la stabilisation optique est conservée, toujours renforcée d'un dispositif électronique (5 axes) si on active le mode hybride. Le verdict est plutôt favorable, à ce gros bémol près : les bords au grand-angle sont bien brouillon. Ce zoom révèle un bon piqué au centre, au grand angle comme au télé. Et si on déplore la faible homogénéité à la focale courte, elle redevient correcte à 120 mm. Enfin, pas d'aberration chromatique à déplorer.

0280000007402333-photo-nikon-piqu-grand-angle.jpg
0280000007402335-photo-nikon-piqu-t-l.jpg

Le AW120 emprunte le même capteur CMOS rétro-exposé de 16 mégapixels que son prédécesseur. La montée en ISO affiche une gradualité relativement performante, avec une conservation des grands détails et de la colorimétrie bonne jusqu'à 800 ISO compris, tout en canalisant bien le bruit. Vues dans leur intégralité sur écran, les photos apparaissent alors équilibrées et propres. Mais si on regarde les clichés de plus près, on voit que les détails fins sont gommés dès 100 ISO, donnant presque un effet aquarelle. Ce type de traitement rappelle celui de certains compacts Sony, dont la série HX : des images flatteuses dans leur ensemble, mais peu précises dans le détail. Ça conviendra à la plupart des utilisateurs recherchant des images prêtes à l'emploi, moins aux photographes qui scrutent leurs photos à la loupe.

012C000007402329-photo-nikon-aw120-macro.jpg


Macro à 1 cm

Fonctionnalités et vidéo



Nikon se positionne peu ou prou comme Fujifilm dans ce domaine. Contre-jour, panoramique à la volée et filtres colorés sont de la partie (pop, traitement croisé, toy camera, couleurs sélectives, etc), mais pas de time lapse, ni de bracketing. La différence ici, ce sont toutes les spécificités déjà évoquées de compact étanche, plus riches sur ce Nikon que sur le XP70 de Fujifilm (GPS, altimètre, etc.).

0280000007405379-photo-nikon-aw120-panoramique.jpg
Le mode panoramique est efficace !

Le Nikon AW120 filme en 1080p à 30 images par seconde (attention à bien activer les 30 im/s dans l'entrée à part « cadence de prise de vue », sans quoi vous resterez à 25 im/s, même si l'option vidéo choisie est bien sur « 1080/30p »). Le flux en H.264 est « limité » à un débit binaire de 15 Mbps, c'est assez peu de nos jours (Canon et Olympus sont autour des 30 Mbps) et ça se traduit par une image un peu compressée. La stabilisation fonctionne en revanche très bien, tout comme l'AF permanent de Nikon (même si la manette de zoom est trop ferme pour effectuer des changements de focale souple). L'audio est capturé en stéréo (PCM à 1536 Kbps), mais il sonne un peu nasillard.


Conclusion



Nikon propose un appareil perfectible sur certains points, mais qui, dans une vision plus globale, nous semble équilibré. Il adresse surtout très bien sa cible. Robuste, étanche à 18 m, produisant des images prêtes-à-l'emploi, assez rapide et avec l'essentiel des fonctionnalités qu'un utilisateur pratiquant des activités d'extérieur peut rechercher. Un appareil cohérent que Nikon vend plus ou moins au même prix que le Canon D30 (environ 270 €). Et entre ces deux appareils, sauf à avoir besoin des 7 m additionnels de profondeur auxquels résiste le compact de Canon, notre choix penche assez facilement pour le AW120.

Appareil photo Nikon : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

Nikon AW120

Les plus
+ Construction sérieuse
+ Zoom grand-angulaire lumineux
+ Capteurs géo / carte GPS
+ Pano, HDR et stab optique
Les moins
- Détails lissés dès 100 ISO
- Piqué sur les bords au grand angle
- Reflets au soleil sur l'écran LCD
Qualité d'image
Robustesse
Zoom
Fonctionnalités
Réactivité
4


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Appareil photo

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Microsoft Surface : un nouveau firmware en vue de la mise à jour Windows 10 de mai
Sony annonce PlayStation Productions, une division pour adapter ses jeux vidéo en films
Huawei sous-estimé par les États-Unis ? C'est ce que pense son fondateur
Après les trottinettes électriques, Usain Bolt dévoile la citadine électrique Bolt Nano
Voiture électrique : quelles aides à l'achat et incitations dans les pays de l'UE ?
Huawei banni : les revenus d'AMD plus impactés encore que ceux de Microsoft
En toute discrétion, les Apple Store vendent désormais des moniteurs LG UltraFine 23,7
Huawei :
From Software devrait annoncer un jeu avec avec George R.R. Martin à l'E3 2019
La RTX 2070 gagnerait des parts de marché plus rapidement que la GTX 1080 en son temps
scroll top