Protestations en Iran : le gouvernement rend illégaux de nombreux VPN

21 octobre 2022 à 11h45
3
Iran manifestation insta whatsapp © Shutterstock
© Shutterstock

Sale temps pour celles et ceux qui espéraient encore compter sur les VPN pour communiquer en Iran.

Déjà que la communication par les réseaux sociaux et la disponibilité du réseau sont deux fronts solidement entamés par le gouvernement iranien, les VPN sont aussi dans le collimateur de ce dernier.

Après les réseaux sociaux et Internet, le gouvernement iranien s'attaque aux VPN

Alors que la lutte se poursuit depuis plus d'un mois en Iran entre, d'une part, le régime en place et, d'autre part, une partie de la population iranienne se révoltant depuis la mort de Mahsa Amini, une nouvelle étape vient d'être franchie. Le 20 octobre 2022, le ministre des Technologies de l'Information et des Communications, Issa Zarepour, a durci (encore) le ton, cette fois à l'égard des VPN.

Déjà que la bande passante a été réduite, et les accès aux réseaux sociaux Instagram et WhatsApp, suspendus, de nombreux VPN, sans qu'une liste exhaustive ne soit connue, ne seraient désormais plus utilisables en Iran. Alors que ce ministre avait appelé à « criminaliser » l'usage d'un VPN le 18 octobre dernier, il affirme désormais que « la vente des VPN est illégale, des efforts sont faits pour que cela soit déclaré comme un délit ».

Toujours pour détourner l'attention sur la volonté réelle du gouvernement, à savoir couper le sifflet des manifestants du pays, M. Zarepour se justifie de manière lunaire en arguant que « les logiciels VPN portent atteinte aux appareils et aux téléphones portables, car cela ouvre la voie aux hackers qui peuvent pirater les smartphones ». Y croira qui le voudra.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
3
FortyTwo
« les logiciels VPN portent atteinte aux appareils et aux téléphones portables, car cela ouvre la voie aux hackers qui peuvent pirater les smartphones »<br /> La propagande dans toute sa splendeur, c’est comme dire que l’eau ne mouille pas ou que le feu ne brûle pas. Ils reculent devant rien ces pov’s types, eux-mêmes n’y croient pas.
drocks
« Sale temps pour celles et ceux qui espéraient encore compter sur les VPN pour communiquer en Iran. »<br /> Non, la censure et la surveillance est toujours contournable et il n’y a pas forcément besoin de s’y connaître beaucoup pour suivre un tuto ou utiliser un service (c’est d’ailleurs le principe des services VPN)<br /> « Toujours pour détourner l’attention sur la volonté réelle du gouvernement, à savoir couper le sifflet des manifestants du pays, M. Zarepour se justifie de manière lunaire en arguant que « les logiciels VPN portent atteinte aux appareils et aux téléphones portables, car cela ouvre la voie aux hackers qui peuvent pirater les smartphones ». Y croira qui le voudra. »<br /> Là par contre il n’a pas tort car tous les golems en Iran utilisent des VPNs gratuits, qui peuvent avoir des activités néfastes comme le minage, utiliser le PC comme IP résidentielle sans informer clairement l’utilisateur voir keyloggers etc.<br /> Les gens en Iran devraient cesser d’utiliser des VPNs gratuits, et maintenant qu’ils sont « illégaux », ils ne devraient pas non plus utiliser des VPNs payants populaires mais configurer leur propres serveurs (VPS, serveur dédié… dont le coût est négligeable, certains sont à 1€ par mois) pour établir une connexion sécurisée, et éventuellement rajouter un service VPN payant ou gratuit par dessus pour plus de sécurité / anonymat s’ils savent ce qu’ils font (comme NordVPN, et pour les gratuits ProtonVPN ou un VPN compatible avec un logiciel comme OpenVPN)<br /> Il faut savoir que beaucoup d’Iraniens ont 10 - 20 applications VPN gratuites sur leurs smartphones et qu’ils switchent avec selon ce qui fonctionne<br /> C’est très dangereux, non seulement pour leurs appareils mais aussi vis-à-vis du gouvernement qui pourrait détecter le trafic VPN, soit via l’IP (si elle est connue), soit via la signature du trafic (protocole etc.)<br /> Vous pouvez par exemple configurer un serveur sous OpenVPN tout en « déguisant » le trafic (avec par exemple obfs2) pour qu’il ne ressemble pas à une connexion VPN du point de vue d’un attaquant, et vu que ces deux logiciels sont open source et qu’il y a déjà des tutos, c’est très accessible (il suffit par exemple de taper Obfuscating OpenVPN sur Google)<br /> Les techniques que je viens de décrire fonctionnent partout dans le monde et il n’existe pas d’Internet vraiment censuré ou sous surveillance, ce n’est pas possible grâce à la cryptographie et car Internet est un réseau de réseaux, sinon c’est un intranet comme en Corée du Nord.
drocks
On pourrait bientôt avoir des discours similaires en France, avec une interdiction des VPNs et des discours décourageant son utilisation, notamment avec leur offensive anti-porno
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Idée cadeau | Insta360 X3 : une caméra spectaculaire
Twitter : la chasse aux spams a commencé... les pertes massives de followers avec !
Stockage en ligne : surprise, le Black Friday est prolongé chez pCloud ! (-85%)
La barre de son Bose TV Speaker chute à son prix le plus bas ce week-end !
The Mandalorian : on a une date de lancement pour la saison 3, et ce n’est pas si lointain
Découvrez le prix soldé de cet écran PC gaming très, très haut de gamme
Le premier trailer pour le prochain film Indiana Jones met un sérieux coup de fouet
Le smartphone Realme GT Master baisse de prix pour le week-end
Ça y est, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 a son trailer !
AWS (Amazon Web Services) veut rendre plus d’eau qu’elle n’en utilise, mais comment ?
Haut de page