Brave vs Google Chrome : quel navigateur web choisir ?

19 septembre 2022 à 17h24
21
brave vs Chrome


D’un côté, le modèle, de l’autre, l’alternative. Avec ses 2 milliards d’internautes actifs par mois, Google Chrome gagne la palme du navigateur web le plus utilisé dans le monde devant Firefox ou Microsoft Edge. Pourtant, Brave et ses 50 millions d’adeptes n’ont pas à rougir du projet qu’ils portent, plus transparent et respectueux des données personnelles.

Les navigateurs web comparés ici intègrent tous deux notre comparatif des meilleurs navigateurs web. Pour autant, chacun possède atouts et lacunes, détaillés dans notre avis sur Google Chrome et notre test de Brave, et sur lesquels nous revenons ici de manière croisée. Un duel opposant David contre Goliath, élaboré en vue de vous offrir les clés qui vous permettront de choisir le navigateur Internet le mieux adapté à vos exigences de fonctionnalités, de performances et de protection de la vie privée.

Brave

  • Accessible aux internautes peu expérimentés et adapté à un public plus exigeant
  • Sécurité des données privées irréprochable
  • Volonté de s'affranchir des monopoles existants (Brave Search, Talk, News, Ads)

Google Chrome

  • Très bonnes performances
  • Simple et agréable à utiliser
  • Un navigateur bien sécurisé

Brave vs Chrome - La philosophie

Lorsqu’il sort en 2008, Chrome bouleverse un marché détenu par une concurrence réduite à celle de Microsoft Internet Explorer et Mozilla Firefox et aux prises avec les évolutions rapides des usages en ligne. Le navigateur Web gratuit (licence propriétaire) se révèle rapide, stable, sécurisé, respectueux des standards, compatible avec les sites et pages web existantes. L’objectif est sans équivoque : conquérir et unifier le web.

google chrome © clubic.com
Chrome

Depuis, Google Chrome n’a cessé d’étendre son influence, tant sur desktop (Microsoft Windows, macOS, Linux) que sur mobile (Android et iOS). Aujourd’hui, il demeure le navigateur Internet le plus utilisé dans le monde et dicte en partie les standards du web (libération des sources H.264, mort de Flash, etc.). Au fil de son expansion, il s’est doté d’un ensemble de services intégrés (Gmail, Drive, YouTube, Search, Traduction, etc.), lui permettant d’harmoniser une expérience de navigation augmentée.

Brave est déployé auprès du grand public dès 2016 sur Microsoft Windows, OS X (puis macOS), Linux, Android et iOS. A l'instar de l'équipe de Firefox, celle de ce browser milite pour une expérience web réellement respectueuse de la vie privée des utilisateurs et utilisatrices. D’abord construit sur Muon, le projet open source (licence MPL 2.0) migre vers Chromium fin 2018. L’objectif est triple : se concentrer sur le développement d’options dédiées à la protection et à la confidentialité des données personnelles, profiter de la maintenance active gérée par les équipes Chromium, séduire un public habitué à Chrome, mais concerné par les enjeux de confidentialité, notamment face aux publicités en ligne et leurs trackers.

brave © clubic.com
Brave

Depuis son lancement, le navigateur s’est enrichi de fonctionnalités manquant à Chrome et tend à proposer de plus en plus de services annexes (News, Talk, Search, Ads, etc.) visant à s’affranchir de l’hégémonie Google.

Brave vs Chrome - Les fonctionnalités principales

Google Chrome et Brave partagent de nombreuses fonctions intégrées à Chromium. Parmi les incontournables, on peut citer l’Omnibox (fusion du moteur de recherche et des requêtes URL dans la barre d’adresse), la gestion affinée des onglets (réorganisation sur la barre, déplacement d’une fenêtre à une autre, regroupement par couleur et thème), la prise en charge des extensions publiées dans le Chrome Web Store ou encore le gestionnaire de mots de passe et de connexion automatique.

Déléguer le développement de sa structure aux équipes de Chromium permet à Brave de dégager des moyens humains et financiers réinvestis dans le déploiement de fonctionnalités maison. Au moteur de recherche de Google, Google Search, activé par défaut dans Chrome, Brave oppose son propre moteur de recherche, Brave Search, reposant sur un index de requêtes indépendant et une hiérarchie transparente des résultats. La plateforme de visioconférence Google Meet (chiffrement des données en transit, gratuit pour 500 participants) trouve son alternative avec Brave Talk (conversations chiffrées de bout en bout, gratuit jusqu’à 4 participants, accès premium au-delà). Côté actualités, Brave News se présente comme le pendant neutre de Google Actualités.

google search © clubic.com
brave search © clubic.com

Chrome et Brave gèrent la synchronisation des données, bien que les modalités diffèrent d’un navigateur à l’autre. Chez Chrome, on crée un compte utilisateur (adresse mail et mot de passe) auquel on se connecte depuis n’importe quel appareil équipé du navigateur de Google. Chez Brave, on retrouve ses paramètres et données de navigation grâce à l’établissement d’une chaîne de synchronisation, sans passer par la création d’un compte en ligne (phrase de passe unique et confidentielle, aléatoirement générée par le navigateur).

brave synchronisation © clubic.com
chrome synchronisation © clubic.com

Brave travaille également sur des outils absents de Chrome, à l’image de son programme de récompenses (Brave Rewards), repensant une distribution plus équitable des revenus issus de la publicité tout en renforçant la sécurité et la confidentialité des données personnelles. Le navigateur Internet dispose de son portefeuille de cryptomonnaies (stockage des BAT, multichain, compatible MetaMask, Trezor et Ledger) et dispose d’un accès au réseau Tor en navigation privée, sasn avoir à télécharger d'extensions. Sur Android et iOS, utilisateurs et utilisatrices profitent d’une protection « Pare-feu + VPN » (accès premium, couvre l’ensemble de l’appareil).

Brave vs Chrome - Les performances

Selon les dires de Brave, le navigateur serait deux fois plus rapide que Chrome pour charger les pages des sites web web sur desktop, et jusqu’à huit fois plus efficace sur mobile. Les vérifications menées à l’aide de WebPageTest tendent en réalité à démontrer que les deux navigateurs se valent en matière de chargement visuel complet sur desktop (1,9 sec. en moyenne pour Brave, 2 sec. pour Chrome). En revanche, la durée totale de chargement d’une page et de tous ses composants (scripts) est deux fois plus longue chez Brave que chez Chrome. Même constat sur mobile. Toutefois, l’activation des outils anti-tracking et de blocages de scripts intégrés à Brave permet d’accélérer le chargement visuel (ressenti) et complet (réel) des pages web des sites consultée.

brave vitesse chargement © clubic.com
brave vitesse chargement mobile © clubic.com
chrome vitesse chargement © clubic.com
chrome vitesse chargement mobile © clubic.com

Chrome et Brave jouent également des coudes sur le terrain de leurs performances générales. Les mesures relevées à l’aide de Basemark et Jetstream mettent en avant des résultats très légèrement meilleurs chez Brave. Les valeurs Speedometer offrent, quant à elles, un infime avantage à Chrome. En clair, les deux navigateurs sont aussi rapides.

brave chrome basemark © clubic.com
brave chrome jetstream © clubic.com
brave chrome speedometer © clubic.com

Pour différencier Chrome et Brave, il faudra plutôt chercher du côté de la consommation des ressources. Un rapide coup d’œil au gestionnaire des tâches démontre une utilisation des processeurs (CPU et GPU) équivalente chez les deux navigateurs. Brave se montre cependant plus économe en mémoire RAM.

brave chrome cpu ram © clubic.com

Brave vs Chrome - La sécurité

La sécurité générale de Brave et Chrome repose en grande partie sur la maintenance active de Chromium. Les deux navigateurs Internet profitent donc de mises à jour majeures toutes les quatre semaines et déploient régulièrement leurs propres correctifs de bugs et de vulnérabilités.

chrome maj © clubic.com
brave maj © clubic.com

Passées ces considérations structurelles, les approches sécuritaires envisagées par Chrome et Brave divergent au regard de la gestion des données personnelles.

Ce n’est un secret pour personne, le modèle économique de Google repose à plus de 80% sur les revenus publicitaires générés par la collecte et le traitement d’informations précises (géolocalisation, détermination des centres d’intérêt des utilisateurs et utilisatrices à partir de leurs activités en ligne). Ces données transmises par les différents services de l’entreprise (Chrome, mais également Gmail, YouTube, Drive ou encore Search) permettent ensuite à Google de revendre des espaces de publicités ciblées aux annonceurs (régies Google Ads et Google AdSense).

Le modèle économique de Brave repose également sur la publicité, mais se révèle bien moins intrusif pour l’internaute. Par défaut, le navigateur bloque les bannières et autres espaces de publicités en ligne, mais offre à tous et toutes la possibilité d’activer l’affichage d’annonces personnalisées à partir de données utilisateur anonymisées (régie Brave Ads). Outre des publicités jugées plus discrètes (fréquence maîtrisée, notifications push, fond d’écran du nouvel onglet, flux Brave News) et plus pertinentes, ce modèle s’attache à redistribuer plus équitablement les revenus générés à raison de 70% pour les internautes, 30% pour Brave (versements mensuels en BAT).

brave rewards © clubic.com

En plus de son bloqueur de publicités intégré, Brave regroupe une série d’outils sophistiqués contre les trackers au sein du module Brave Shields. En deux clics, les utilisateurs et utilisatrices peuvent bloquer les cookies internes et tiers, le fingerprinting, les scripts et forcer la mise à niveau HTTPS automatique sur les sites visités. En comparaison, Google ne propose ni bloqueur de publicités ni bloqueur de fingerprinting. Configurer correctement le bloqueur de trackers nécessite de farfouiller dans les paramètres de sécurité et de confidentialité du navigateur.

Alors, Brave ou Chrome ?

Chrome bénéficie de son ancienneté ainsi que de moyens humains et financiers importants qui lui permettent de façonner les usages web. D’un point de vue structurel, d’abord, alors que Chromium sert de base à de nombreux concurrents qui profitent de performances et de fonctionnalités développées en externe. Mais également au regard de l’écosystème construit par Google au cours des quinze dernières années. Difficile, alors, de migrer vers les services annexes de Brave quand ceux de Chrome sont aujourd’hui profondément ancrés dans les usages quotidiens d’une grande majorité d'utilisateurs et d'utilisatrices.

Pourtant, si Brave ne peut, aujourd’hui, rivaliser sur le terrain de l’expérience de navigation pluridisciplinaire, il s’affirme dans un domaine sciemment laissé de côté par Chrome : le respect effectif de la confidentialité. Ses outils anti trackers activés par défaut et son programme Brave Rewards délaissent certes l’expérience personnalisée proposée par Chrome, mais dévoile une forme de philanthropie (vie privée, partage des revenus publicitaires, possibilité de rémunérer soi-même des sites web grâce aux BAT cumulés) à laquelle sont sensibles les internautes concernés par les enjeux d’anonymat en ligne et de décentralisation du web.

Chloé Claessens

Je démonte, je remonte, je répare, je bidouille, j’expérimente, je détourne, je façonne, je recommence. Acharnée, rien ne m’électrise plus que de passer des heures à essayer de comprendre le pourquoi...

Lire d'autres articles

Je démonte, je remonte, je répare, je bidouille, j’expérimente, je détourne, je façonne, je recommence. Acharnée, rien ne m’électrise plus que de passer des heures à essayer de comprendre le pourquoi du comment, jusqu’à ce que ça fonctionne. Si je ne suis pas derrière mon écran à tester des softs ou à écrire sur la Silicon Valley, vous me trouverez au potager à configurer un circuit d’irrigation connecté, alimenté en énergie solaire.

Lire d'autres articles
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
18
saerdryl
firefox:)
SPH
Netscape Navigator <br /> Non, sans rire : Chrome<br /> (PS : en fait, on aime le navigateur avec lequel on a grandit. Si j’étais utilisateur de Opéra, je crierais ici « OPEEEERA » !!)
Ginkoh83
Edge pour ma part, je n’aurais jamais pensé utiliser le navigateur de MS il y a quelques années.
ld9474
Ca fait deux ou trois ans (peut être un peu plus) que je me suis lancé sur Brave. Sincèrement ca marche aussi bien que Chrome, la pub en moins :). En revanche là ou le bât blesse c’est sur la recherche… J’ai bien essayé Qwant (chauvinisme quand tu nous tient) mais ca ne donne pas toujours ce que je veux (en particulier pour de la recherche technique). Et utiliser Google pour la recherche avec un Brave, on perd l’interêt de Brave… J’ai pas encore essayé les news et compagnie mais en gros maintenant j’ai Brave pour tout ce qui est perso et Chrome ou Edge pour de la recherche/navigation pro.
DrGeekill
Chrome le plus utilisé mais à la base par forcing. Intégrait dans tous les logiciels gratuits populaire de l’époque (Avira, …). Même quand on décochait soigneusement toutes les propositions « partenaires » on se retrouvait avec un Chrome par défaut et pour la plupart des gens un navigateur ou un autre c’est pareil. Donc oui il est le plus utilisé mais grâce à des manières détestables.
Titan
Firefox pour ma part, sans la moindre hésitation, ensuite Brave, les autres, c’est de la grosse daube pour Madame Michu
octokitty
Brave a trop de fonctionnalités inutiles pour un navigateur.<br /> Les navigateurs dérivés c’est la même chose qu’une distribution linux dérivée d’une autre. S’il y a une vulnérabilité dans l’upstream, il y aura un délai dans la diffusion du correctif la plupart du temps, surtout si le fork dispose de sa propre infrastructure.<br /> Manifest V3 c’est pour bientôt, ce qui devrait empêcher l’usage de certains bloqueurs de contenus. Combiné à la fonction DNS over HTTPS (active par défaut depuis Chrome 83) Google s’assure qu’elle puisse se connecter sur les serveurs publicitaires, et autres outils d’analyse de comportement (Topics).
Titan
Niveau sécurité des données personnelles, c’est le pire du pire
Zosobk
Ah je suis pas le seul à me souvenir de ça !
Zosobk
Quand même je trouve que Clubic fait beaucoup pour promouvoir Brave…pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir pourquoi !<br /> Je comprends tout à fait que Clubic soit partenaire et que ça compense un peu (50% de revenu via brave) la perte de revenu publicitaire lié aux personnes qui ont un autre navigateur (avec un bloqueur de pubs). Mais ça fait des articles qui ne sont pas objectifs.<br /> Brave remplace des pubs par d’autres pubs où il peut se faire 15%, tout n’est pas très clean …
cid1
Entre Brave et Chrome, je choisis Firefox, désolé.
tux.le.vrai
Chrome, idéal pour se faire pister par google.<br /> Brave pris les mains dans la confiture aussi, trop copain copain avec les cryptos<br /> ce choix n’est pas pour moi,<br /> je reste avec Firefox qui fait le boulot depuis des années.<br /> Efficace, personnalisable, Fiable, respecte les standard du web et la vie privée.
tux.le.vrai
On voit que les lecteurs de Clubic sont informés.<br /> Chrome est le navigateur le plus utilisé, mais quasiment tout le monde ici est réticent !
sebzuki
Vs FF non ?
Orezzo
V3 arrive en janvier sur Chrome et vous allez vous sentir bien nu l’hiver venu face à la publicité et à vos données.
bmustang
s’il y avait que ces deux là, brave évidement et ce uniquement pour ne pas avoir chrome sur ma machine En attendant, j’ai le choix et c’est sans regret firefox 100% pour mon loisir et edge 100% pour le boulot
clubic_er
J’ai pas la ref de quoi tu parles quand tu dis « Brave pris les mains dans la confiture » ?
Sweety
Je vais mettre les pieds dans le plat. Premièrement niveau sécurité j’opte pour chrome, la raison est simple c’est l’investissement. Deuxièmement, niveau recherche idem chrome. Tertio, niveau vie privée tous égaux.
yeerum
Brave sans plus aucune hésitation, après avoir testé les autres principaux navigateur, même Firefox!<br /> Pas besoin d’installer quelque extension que ce soit, les pubs sont filtrées juste en activant l’option qu’il faut. Franchement c’était du bonheur de retrouver une navigation fluide sans pop up ou ouverture de pages intempestives, surtout sur MOBILE; sur lequel l’utilisation des autres browser était imbittable.<br /> Etant un gros consommateur de Youtube pour la musique, bah de ce côté aussi je suis servi: 0 vidéo de pub à la c**!!!<br /> Un soulagement…<br /> Bref Brave était inespéré pour moi.<br /> Edit: Je rajoute également la possibilité sur mobile d’écouter Youtube écran éteint en tant que point fort
tux.le.vrai
voilà<br /> PhonAndroid – 9 Jun 20<br /> Brave : le navigateur pris la main dans le sac à faire de l’affiliation vers...<br /> Brave, le navigateur open source et indépendant, est au cœur d’une polémique. Un internaute a en effet remarqué que le logiciel ajoutait des liens d’affiliation à l’insu de l’utilisateurs.<br />
yami_b_Ame
Bien pour moi ET mon expérience depuis 12ans ou + ya pas mieux que Mozilla firefox sécurité confedanciel bravo Mozilla Firefox thanks for this job
Voir tous les messages sur le forum
  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Haut de page