Test Microsoft Surface Book : un 2-en-1 tout en compromis ?

La premier ordinateur portable 2-en-1 de Microsoft est disponible dans nos contrées : il s'agit du Surface Book. Microsoft renforce sa gamme Surface avec un modèle très haut de gamme qui innove sur la fabrication via une charnière intégrée et propose le meilleur de ce que l'on peut trouver actuellement en termes de composants dont un clavier qui renferme un puce graphique dédiée. Microsoft serait-il le seul fabricant à attaquer Apple en frontal ? Le Surface Book est-il à la hauteur de son prix ? Éléments de réponse dans ce test !


C'est au début du mois d'octobre dernier que Microsoft créait la surprise avec l'annonce du Surface Book. Alors que tous attendaient une Surface 4, par ailleurs annoncée et déjà lancée dans nos contrées, Microsoft dévoilait en parallèle son premier ordinateur portable, le Surface Book. Un ordinateur portable plein de surprise puisqu'il se fait également tablette !



Et Microsoft ne lésine pas sur la configuration de cet appareil, qui se veut particulièrement ambitieux sur le plan technique, avec des configurations évoluées, dont certaines embarquant un GPU dédié... dans le clavier, nous y reviendrons. Disponible depuis quelques temps déjà aux Etats-Unis, le Surface Book traverse enfin l'Atlantique et est maintenant proposé à la vente en France.

L'occasion de faire le point sur ce 2-en-1 inattendu et surprenant signé Microsoft et animé par Windows 10. Un 2-en-1 qui s'affiche en réponse à ceux qui trouvent la tablette Surface trop éloignée d'un ordinateur portable... et un ordinateur portable trop encombrant et parfois trop lourd.

Surface book2


Premier contact & design


Le premier contact avec le Surface Book surprend pourtant de par le poids. Il faut dire que l'engin pèse tout de même 1 580 grammes sur la balance ! Alors que nous parlions d'encombrement, le Surface Book est donc deux fois plus lourd que Surface Pro 4 qui pèse entre 766 et 785 grammes. L'autre élément surprenant tient à l'apparence finalement très monolithique de la machine, un sentiment renforcé par son unique coloris gris, que Microsoft appelle « argent », et le toucher mat du revêtement en magnésium.

Fait d'un alliage de magnésium, le châssis laisse une très bonne impression de par sa finition. On est très loin des approximations de fabrication des toutes premières Surface. Microsoft a donc largement progressé et on l'avait déjà vu, du reste, avec les itérations Surface Pro 3 et 4 notamment.

D'emblée donc, le Surface Book évoque la qualité de fabrication d'un MacBook, ce qui reste un standard, n'en déplaise aux esprits chagrins, bien que l'on craigne pour le dessous de l'appareil... tout en magnésium mat qui pourra se rayer à l'usage, malgré les deux longs rubans en caoutchouc censés surélever l'ensemble et assurer sa stabilité.

Surface book19


Sorti de sa belle boîte (une épreuve délicate), Surface Book se présente comme un ordinateur portable classique avec un écran capot que l'on soulève facilement. L'épaisseur du châssis en ce qui concerne la partie clavier est relativement fine pour un portable, de 7,7 mm, a contrario, relativement épaisse pour l'écran si l'on considère un laptop conventionnel. Microsoft joue avec nos sensations au niveau du châssis et du clavier : la partie qui se présente en face de nous étant la plus fine, alors qu'elle gagne en épaisseur sur le fond du châssis. Un travail des formes qui n'est pas possible pour l'écran... tablette.

Une fois ouvert, le Surface Book dévoile sa charnière qui est ici une réalisation unique : une charnière articulée dissimulée dans l'armature en magnésium ! Celle-ci n'est utilisable que lorsque l'écran est présent (inutile de la forcer une fois la tablette retirée) tandis que l'on redoute à son sujet, malgré la prouesse industrielle, qu'elle soit sujette à récupérer poussières et saletés. En effet, lorsque le Surface Book est ouvert, la charnière comporte des stries tandis que refermée, elle laisse apparaître de fines ouvertures sur chacune de ses composantes au liseré légèrement argenté et brillant. Sur notre modèle de test, l'une d'elles laisse apparaître ce qui semble être deux points de pâte thermique débordante...

Surface book13


Totalement déployée, la charnière du Surface Book ne permet pas une inclinaison plus prononcée de l'écran que ce que montre notre dernière photo. Et refermé, le Surface Book n'est pas plat a contrario de nombre de ses concurrents 2-en-1 : il y a en effet un large espace entre l'écran et le clavier au niveau de la charnière. Un espace singulier, qui porte l'épaisseur de Surface Book à ce niveau à 22 mm et disparaît sur les bords de la machine refermée pour une épaisseur qui tombe alors à 13 mm. Outre cet étrange trait de design, auquel on doit bien s'habituer, cela fait craindre pour la sécurité de Surface Book lors des transports dans un sac à dos par exemple (les pressions dessus pourraient être dangereuses).
Modifié le 02/12/2016 à 08h02
Commentaires