Test Surface Pro 4 : le meilleur du meilleur des deux mondes ?

Surface Pro 4 rallie l'aventure de Microsoft, toujours à la recherche du compromis parfait entre tablette et PC. Après une Pro 3 qui revoyait le concept en profondeur, en changeant notamment de format, la Surface Pro 4 apporte quelques ajustements, comme un écran plus grand et ce, sans toucher à la taille de la tablette, si ce n'est pour la rendre plus légère.


Avec une fiche technique revue à la hausse et un Windows 10 qui rétablit un meilleur équilibre entre tablette et PC, la « SP4 » a tout pour plaire. A condition d'y mettre le prix.

Design et ergonomie : une Surface encore affinée


Avec la Surface Pro 3, Microsoft avait radicalement changé de cap pour sa tablette pro. Alors que les deux premières versions reprenaient exactement la taille de la Surface « normale » en (beaucoup) plus épais, la Surface Pro 3 faisait le pari d'une taille d'écran supérieure (12 pouces contre 10 sur les SP1 et 2), d'un ratio d'écran plus équilibré et surtout d'une plus grande finesse.

La Surface Pro 4 est une évolution en douceur : le format est reconduit, et les accessoires de la Surface Pro 3 sont d'ailleurs entièrement compatibles avec le nouveau modèle. Microsoft a essentiellement travaillé sur deux points : la finesse et la taille de l'écran.

Surface Pro 4 1


La SP4 conserve exactement les mêmes hauteur et largeur, mais s'affine sensiblement pour arriver à 8,5 mm. Cette belle performance s'accompagne d'une légère perte de poids, à nuancer selon les modèles. Si la version Core M perd près de 30 g, les versions Core i5 et i7 n'en perdent que 20. Entre 766 et 785g, la tablette contient malgré tout son poids.

Toujours au format 3/2, la dalle passe de 12 à 12,3 pouces. Le changement, bien que minime, est sensible. Grosse déception en revanche sur le matériau utilisé pour recouvrir l'écran. Le verre, assez fin, s'enfonce à la moindre pression, générant de « jolies » vagues de cristaux liquides, pas forcément visibles en usage tactile, mais carrément flagrants au passage de la pointe du stylet. Cette régression contribue sans doute à la finesse de la SP4, mais la version précédente ne souffrait pas de ce défaut, pas plus que les modèles de certains concurrents comme l'iPad Pro.

Surface Pro 4 10


La coque en magnésium est toujours aussi agréable et bien finie. Naturellement, une grille d'aération, toujours disposée sur les tranches, est nécessaire au refroidissement des modèles Core i5 et i7.

Le Kickstand demeure une marque de fabrique inchangée sur la Surface Pro 4, alors qu'il avait déjà connu deux évolutions majeures : un niveau supplémentaire d'ajustement sur la Surface Pro 2, et une orientation complètement libre sur la SP3, reconduite ici avec bonheur. Là où la plupart des autres tablettes nécessitent un accessoire pour les stabiliser sur un bureau ou sur les genoux, le kickstand reste un sérieux avantage de Surface Pro, que ce soit pour l'utiliser comme portable ou pour la surélever légèrement sur une table, l'inclinaison maximum étant particulièrement confortable pour le dessin.

Surface Pro 4 4
Surface Pro 4 6


Ce qui nous permet de faire une transition sur le nouveau Surface Pen. Toujours inclus dans la boite, il paraît plus dense, et revoit une fois de plus son système de fixation, en revenant au magnétique : exit la boucle accrochée au clavier. Pas de panique, cela n'implique pas le retour de l'affreux bouton qui venait squatter le connecteur d'alimentation (et qui se retrouvait parfois arraché par la puissance de l'aimant !). Cette fois-ci, tout un côté du stylet est plat et aimanté, et peut ainsi se fixer aux bords de la Surface. Le côté plat, ainsi que le clip empêchent le stylet de rouler sous le bureau, un problème occasionnellement rencontré sur l'Apple Pencil, malgré son lestage.

Le connecteur d'alimentation, différent des deux premières Surface est reconduit, tout comme la connectique : un port USB 3.0, une sortie vidéo au format Mini Display Port, un mini jack et un slot microSD caché sous le kickstand. Deux haut-parleurs sont situés en façade : ça n'est pas aussi malin que les quatre haut-parleurs de l'iPad Pro qui permettent d'obtenir de la stéréo optimale quelle que soit l'orientation, mais c'est un placement pertinent pour une tablette.
Modifié le 02/12/2016 à 08h02
Commentaires