Windows 10 en test : la réconciliation ?

Trois ans après Windows 8, Microsoft lance cet été Windows 10, son tout nouveau système d'exploitation. Un système attendu de longue date et de pied ferme par des utilisateurs de PC quelque peu échaudés par un Windows 8 trop déstabilisant.

Windows 10 prend en effet le contrepied de Windows 8 et consacre le retour du menu Démarrer, sous une forme, nous le verrons, quelque peu inhabituelle, alors que des pans entiers de l'interface Metro sont mis au rebut. Préparez-vous ainsi à dire adieu sur PC à la barre des charmes ou à l'interface plein écran « Démarrer » de Metro et ses tuiles chamarrées et colorées.

Car avec Windows 10, nom de code Threshold, Microsoft nous refait le coup de Windows 7, celui de la marque qui écoute ses clients pour leur donner ce qu'ils veulent. Windows 7 c'était votre idée... Windows 10 le sera aussi en quelque sorte. Au-delà des changements ergonomiques majeurs, Windows 10 est aussi l'occasion pour l'éditeur d'unifier ses plates-formes entre PC et téléphone mobile. Aussi Windows 10 partage-t-il des éléments d'interface avec Windows 10 Mobile qui arrivera plus tard sur les smartphones Lumia de Microsoft. Et l'arrivée des apps universelles promet aux développeurs de produire un seul et même logiciel qui tournera tout aussi bien sur les PC Windows 10, les tablettes et les smartphones.

Logo Windows


Mais surtout, Windows 10 va-t-il être le Windows que l'on a envie d'installer sur sa machine plutôt que celui que l'on subit ? Satya Nadella, nouveau PDG de Microsoft, réussira-t-il à nous faire aimer Windows à nouveau ? Car c'est bien en ces mots que le nouveau dirigeant s'exprimait encore récemment sur le sujet. Et Windows 10 est-il suffisamment convaincant pour que Microsoft atteigne son objectif du milliard de machines Windows 10 d'ici deux ou trois ans ?

Windows 10 Home FPP


Windows 8 : retour sur un échec


Quand Microsoft lance en 2012 Windows 8, la marque est parfaitement consciente que ses choix sont et seront clivants. Steve Ballmer qualifie d'ailleurs à l'époque le nouveau système d'exploitation de pari sur l'avenir. Un pari qui visait à remettre Windows au cœur des usages numériques en concevant le système d'exploitation notamment pour les tablettes tactiles. Car le contexte ayant présidé au lancement de Windows 8 en 2012 est finalement semblable à celui que l'on peut faire en cet été 2015 pour Microsoft. Les ventes de PC, marché historique et pré carré de la marque, sont en berne tandis que Microsoft a essuyé de nombreux revers sur le marché de la mobilité. Ce qui était vrai en 2012 ne s'est hélas pas amélioré en 2015...

Windows 8 n'a donc pas aidé Microsoft à redresser la barre. C'est même le contraire, puisqu'à vouloir concilier l'inconciliable, Microsoft a cristallisé autour de Windows 8 nombre de critiques. Tant et si bien que Windows 8 est devenu pour Microsoft un deuxième Windows Vista, moins de cinq ans après le triste échec de cette version incomprise et mal aimée de Windows. La suppression du menu Démarrer et la rigidité de l'interface Metro ont été deux erreurs tragiques de Windows 8. Avec une base d'utilisateurs supérieure au milliard d'individus à travers le monde, le moindre changement d'ergonomie dans Windows peut provoquer d'homériques levées de boucliers. Microsoft l'a appris à ses dépens.

Boite Windows 8 Professionnel


Bien sûr, à la suite du lancement de Windows 8, Microsoft a bien dû se faire une raison et écouter la critique, que Steven Sinofsky, dans une velléité Jobsienne, avait totalement muselée. Résultat : quelques jours à peine après le lancement mondial de Windows 8, Steven Sinofsky, patron tout puissant de la division Windows est mis dehors. C'est alors Julie Larson Green qui reprend le flambeau et commence à réparer les erreurs avec Windows 8.1 et Windows 8.1 Update en attendant la montée en grade de Terry Myerson, qui préside au lancement de Windows 10. Entre temps, Steve Ballmer s'en est allé faire du basket tandis que Satya Nadella a repris les rênes de la compagnie. Un chamboulement.

Il faut dire que Microsoft n'y est vraiment pas allé de main morte. Non content de se mettre à dos les utilisateurs, l'éditeur s'est en plus attiré les foudres de ses partenaires. En annonçant à la surprise générale le lancement d'une gamme de tablettes, et en devenant donc fabricant d'ordinateurs avec Surface, Microsoft a quelque peu agacé les principaux acteurs de son écosystème. Des partenaires qui se sont sentis littéralement trahis en découvrant l'existence de Surface quelque temps avant la sortie de Windows 8.

Windows 8 RTM - Bureau


Avec Windows 10, qui ne s'appelle donc pas WIndows 9 à la surprise générale, Microsoft espère bien convaincre les utilisateurs des mérites de son nouveau système d'exploitation, mais aussi ses partenaires. Car si l'aventure Surface a eu un mérite, ça aura bien été celui de montrer qu'il était possible de faire de l'argent avec un périphérique haut de gamme bien pensé répondant aux attentes des utilisateurs. En ce sens Microsoft a montré la voie pour la catégorie des 2-en-1 qui en 2015 a éclipsé le rêve ultrabook d'Intel.

Windows 8 RTM - Ecran Metro


Reste à savoir si Windows 10 sera à la hauteur ! Car la tâche n'est pas aisée : Windows 10 doit tout à la fois séduire les utilisateurs de Windows existants et réconcilier les nombreux déçus de Windows 8. Histoire de se donner une chance, la machine marketing Microsoft fait dans l'inédit : en offrant gratuitement la mise à jour vers Windows 10 la première année aux utilisateurs de Windows 7 et Windows 8. De quoi rapidement atteindre le milliard d'utilisateurs tant convoité ?
Modifié le 11/04/2016 à 15h02
Commentaires